LES CHANTEURS "Rive Gauche"

classic Classique list Liste threaded Arborescence
275 messages Options
1234 ... 14
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

LES CHANTEURS "Rive Gauche"

farfie
Ce message a été mis à jour le .
LES CHANTEURS "Rive Gauche"



C’était autre chose ce Saint Germain du début  , une vie assez bohème, des gens qui se prenaient au sérieux juste ce qu’il faut, des boutiques pas envahissantes , des excentriques et des raisonnables , des snobs un peu et des à la va comme je te pousse. Quelques années auparavant on avait arrêté la der des der. On s’était remis à respirer et c’est ainsi que des établissements naquirent presque spontanément pour vivre globalement une vingtaine d’années. On trouvait à cette époque beaucoup de boutiques vides,  d’endroits délaissés dans des niches oubliées que les propriétaires étaient trop contents de pouvoir louer. On y faisait un peu ce qu’on voulait la sécurité pratiquement inexistante, la fiscalité ne savait pas de quoi il s’agissait.

Cela dura un certain temps .

Où sont les gracieux établissements du temps jadis ? Il y en a un qu’on exhume de temps en temps , le Tabou , parce qu’il fut fréquenté par Boris Vian, Gréco et par d’autres amuseurs : Sartre Beauvoir.

Il y eut une multitude d’endroits de cette sorte qui poussèrent vers 1947 surtout sur cette Rive Gauche qui nous occupe pour le moment, une vaste champignonnière étant donné la rapidité avec laquelle ils virent le jour. Ce furent les Cabarets Rive Gauche, Boîtes à Chansons comme on appelle des établissements similaires au Québec serait peut être plus judicieux. On pourrait dire que tous les successeurs de Charles Trenet chanteurs, compositeurs interprètes y firent leurs débuts. Certains à leurs débuts étaient surpris qu’on leur donne une petite prime pour chanter leurs chansons, ils l’auraient fait gratuitement. C’est là qu’ils apprirent leur métier, qu’ils confrontèrent leurs talents, qu’ils s’aidèrent et se soutinrent, une confrérie de poètes, dignes successeurs des troubadours de jadis.




De tout temps, le quartier Mouffetard fut un quartier de pauvres, d'aventuriers et d'artistes. Le place de la Contrescarpe était, comme celle de l'Estrapade, juste au delà du rempart de Philippe-Auguste. La "porte Bordelle" ouvrait sur la rue Mouffetard. Mais le sud de la Montagne Sainte-Geneviève se caractérise aussi par sa proximité avec les universités, donc les éditeurs. Et les palais de la République (le Sénat, l'Assemblée nationale). Ainsi, la canaille voisine les bourgeois. Un académicien, un professeur de la Sorbonne, peuvent rencontrer des poètes ratés ou des écrivains pauvres ou de simples étudiants fauchés. Au début du XXème siècle, la Maison pour tous de la rue Mouffetard (fin du XVème siècle) fut un lieu associatif militant contre la misère physique (hygiène et santé des enfants) et morale (par la culture, notamment une Université populaire). Cette Maison devint après la guerre, sous la direction (1948-1978) très active de Georges Bilbille, un foyer d'action culturelle, et est à l'origine de l'éclosion de la chanson dans le quartier (Une histoire de théâtre, 1948-1978, du côté de Mouffetard, Georges Bilbille, Editions Alzieu, Grenoble, 2003). Dans les années soixante, le quartier reste très prolétarien (notamment algérien). La qualité médiocre de l'immobilier favorise l'installation d'artistes pauvres, et l'ouverture de cabarets. Après la période 60-70, la nouvelle bourgeoisie intellectuelle investira ce trésor miraculeusement préservé pour en faire un des centres chics de Paris. Désormais trop cher pour les artistes...

 Les firmes musicales industrialisaient l’affaire, le Vinyle était bien chaud  Nos gentils chanteurs baissaient la tête  , certains plus chanceux ou plus talentueux étaient déjà montés sur une scène de Music Hall soit en première partie soit en vedette et avaient pu graver quelques disques. Mais la majorité continuait leur métier dans ces lieux qu’ils avaient  aidé à créer Mai 68 fut fatal à leur talent resté trop confidentiel.

Le désintérêt , l’abandon de l’ancien public qui avait peut être cru qu’un monde meilleur existait sous le pavé. La messe fut dite en 1974 lorsque ferma l’Ecluse.

Venant après la période d'après guerre, dite de Saint-Germain-des-Prés ou encore de la Rive gauche,cette période se termine, au long des années 80 en gros avec le succès du rock, la victoire du show business sur toute contestation, les changements dans l'action culturelle et socio-éducative, et l'abandon définitif par les pouvoirs publics français de toute tentative d'action volontariste dans le domaine de la chanson.

La période précédente, celle de la Rive-gauche, a été relatée, quoique partiellement et superficiellement, et toujours d'un point de vue événementiel. L'étude artistique, économique, sociologique reste à faire ; mais tant que la chanson française sera considérée comme rien par les chercheurs, il est vain d'attendre.


Les années qui ont suivi, ce qui est considéré comme, peut-être, la dernière période de la rive gauche, avec un groupe de jeunes auteurs-compositeurs et poètes, qui se réunissaient à partir des années 1967, 68,autour d’un autre cabaret de la rive gauche, le Navigator, près du Panthéon, donc dans le haut du Quartier latin. Ils chantaient, aussi, souvent à la Contrescarpe et au Cheval d’Or et ils s’appelaient Jacques Bertin, Jean-Max Brua, Gilles Elbaz, Jean-Luc Juvin et Jean Vasca. C’étaient des gens très politisés, à gauche bien sûr – selon les individus, entre socialisme, anarchisme et communisme. Ils avaient donc des engueulades politiques tout autant qu’artistiques et esthétiques. Jean-Max Brua et Jean-Luc Juvin nous ont quittés, hélas. En cherchant bien, on peut trouver leurs très beaux disques. Jacques Bertin, Gilles Elbaz et Jean Vasca, heureusement, sont encore parmi nous. Dans cette période des années 70, la rive gauche va s’éteindre,mais elle a encore de beaux restes et elle aura encore une influence sur ce qui suivra dans la chanson.

"Les artistes ne sortent pas du sol par l'opération du Saint-Esprit. Ceux-là furent le produit de l'évolution de la société : davantage de scolarisation, amélioration du niveau de vie des classes populaires, accession à la consommation culturelle, et individualisation des goûts (microsillon, radio portative, livres à bon marché). La satisfaction des besoins primaires (manger, se vêtir…) étant assurée, il est raisonnable de prendre des risques pour devenir artiste, sans être forcément un aventurier. Dans l'ouverture à la culture, il faut évidemment dire l'importance des mouvements de jeunesse et d'Education populaire, l'apparition de lieux de spectacle échappant aux critères de la rentabilité commerciale : après les "patros", les MJC, les Maisons de la culture etc (du scoutisme à Jean Vilar)… Il est à noter qu'à cette époque, la chanson prend le pas de façon fulgurante sur la poésie livresque. Celle-ci aurait pu en bénéficier, mais l'action destructrice des poètes les fit passer à côté de cette chance historique. Il faut ajouter le mépris de l'intelligentsia pour la chanson (c'est à dire pour le peuple). La poésie aurait pu avoir un public énorme, mais on la laissa s'autodétruire. Et la chanson fut offerte à l'industrie. L'histoire de ces lieux et de cette génération de chanteurs est à faire, elle n'a pas été commencée. "
Jacques Bertin

Je me suis mise en chasse de ces chanteurs oubliés....ou pas....

PAUL BARRAULT



Publié le 31 mai 2008 par André Labeur

J'ai entendu Paul Barrault en 1970, "Chez Georges", rue des Canettes. On entrait dans une épicerie-bar pour accéder à la cave, grande pour la saison ! Là se produisaient Jacques Marchais (lisez bien ...Jacques !), un chanteur dont j'ai oublié le nom qui était l'auteur de "La confiture" interprétée par "Les Frêres Jacques", et Paul Barrault ! J'ai le souvenir d'un costaud, trapu à chaussures larges, de quelques chansons d'inspiration rurale et d'un regard fatigué !

Je le connaissais par un disque que des amis très "Rive Gauche" m'avaient fortement recommandé et dont j'avais décodé à la guitare "Maintenant je peux bien le dire" que j'ai toujours chantée par la suite dans la conviviale quiétude des feux de bois qui sont mes "Olympia" à moi !

J'ai retrouvé une de ses chansons dans le disque de Nathalie Solence "Mes amis de la Rive Gauche" (que je vous recommande ... chez "édito Musiques" ) . Claude Gaisne, son guitariste et ami, a été très étonné que je connaisse le bonhomme et me raconta sa fin tragique : "lorsque terrassé par une crise cardiaque fin septembre 1986, Paul quitta à 64 ans notre univers trop matérialiste pour lui, il était seul dans sa retraite où on ne le découvrit qu'après plusieurs jours . (Michel Valette, extrait du livre sur l'Histoire de La Colombe)

Tracklist:
Face A :
        1. La retraite aux flambeaux
        2. Pierrot
        3. Y‘avait une fanfare
        4. Le gros pied de monsieur Jules (P. Barrault - P. Duclos)
        5. La java de la discorde
Face B :
  1. Le bal d‘Hortense
        2. La lune n‘est plus
        3. Ma belle de nuit
        4. Le Zouave
        5. J‘ai ma cuite (P. Barrault - R. Matter)

1961
Face A1 : La Sainte-Cécile (Paul Barrault)
Face A2 : Le cheval de labour (Paul Barrault)
Face B1 : Le grand (Paul Barrault)
Face B2 : Christophe et la bergère (Paul Barrault)
Crédits
complémentaires : Accompagné par André Popp et son orchestre

01 Après Chopin
02 Le lapin de Gouttière
03 Lente coulait la Seine
04 Oh l'ami

01 Retour à Marie
02 Quand j'aurai 2000 ans
03 Maintenant je peux bien le dire
04 L'Augustin

http://ti1ca.com/athh8mnk-60BEA-60BEA.rar.html

LUCE KLEIN



Luce Klein (née en 1933 à Sélestat) est une chanteuse française auteur-compositeur-interprète. Elle a aussi écrit des chansons pour Patachou, Brigitte Bardot et Isabelle Aubret.
Après avoir réalisé quelques tournées théâtrales, elle se produit entre 1958 et 1965 dans les cabarets de la rive gauche : La Colombe, L’Écluse, Le Cheval d’or, L’Échelle de Jacob, Chez Moineau, le Port du Salut, La Rôtisserie de l’abbaye la Colombe, Le Collège Inn.
En 1964, elle effectue une tournée avec Barbara et Reggiani.En 1972, elle est en première partie d’un récital de Georges Brassens à Bobino.
En 1980, avec Gilles Elbaz et Christian Dente, elle participe à la création de la première école française de la chanson à Nanterre.

1962
01 Dans une flaque d'eau
02 Depuis le temps
03 Juliette 63
04 Jamais je ne m'habituerai
05 Pas d'avantage
06 Au mariage de Monsieur de
07 Le grand tonton
08 Il pleut
09 Si j'étais pas si timide
10 Monsieur l'idiot
11 On s'aimera
12 Dîtes-le à Jean
13 Et pourtant et pourtant
14 La cour des miracles
15 La poussière au doigt
16 Tu changes

http://ti1ca.com/hw33w5y3-LUKL-LUKL.rar.html


JOEL HOLMES



Joël Holmès, né Joël Covrigaru en 1928 à Tighina (Bessarabie), mort le 2 septembre 2009 à Créteil (France), est un chanteur, compositeur et parolier.
Originaire de Bessarabie, appartenant alors à la Roumanie, il immigre en France avec sa famille en 1934. Ses parents (Michel Covrigaru et Hana Erlich) sont déportés pendant la Seconde Guerre mondiale, il se retrouve seul à 14 ans. Joël Holmès exerce plusieurs métiers (électricien, représentant, photographe…) avant de suivre des cours de théâtre et débuter dans la chanson au Petit Conservatoire de Mireille. À partir de 1954, il chante ses chansons dans différents cabarets parisiens comme Milord l'Arsouille ou L'Écluse, aux côtés de Pia Colombo (qui chanta La Rue des Rosiers, chanson composée par Joël Holmès), Maurice Fanon, Georges Moustaki ou Jean Ferrat.

Sa victoire à l'émission "Numéros 1 de demain" organisée par la station de radio Europe 1 lui permet d'enregistrer son premier disque.
Il obtient le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros dans les années 1960.
En 1962, il participe au Festival de la chanson de Knokke-Heist.
Après un ultime disque en 1965, il abandonne la chanson.

1963
01 Au quai du point du jour
02 Muguet frais
03 Sur un bord de rivière
04 La vieille musique
05 La pierre
06 Et tu me regardes
07 Le bal de quartier
08 Il y a du chambard dans les marguerites
09 La terre est grande
10 Dis-donc Pierrot

1964


01 Le coeur de Julie
02 Un océan d'amour
03 Les souvenirs
04 La mer m'a donné
05 Jean Marie de Pantin
06 C'était Johnny
07 Brève rencontre
08 La fille du meunier
09 La grande foraine
10 De Notre Dame à Bercy
11 La carriole

https://ti1ca.com/ou0bz28w-JOHN-JOHN.rar.html

PIERRE LOUKI



Pierre Louki (né Pierre Varenne le 25 juillet 1920 à Brienon-sur-Armançon, dans l'Yonne, et mort le 21 décembre 2006) est un comédien, parolier, et chanteur français. Il est inhumé à Brienon-sur-Armançon.
Pierre Louki est le fils de Georges Varenne, instituteur communiste de l'Yonne, mort en déportation à Auschwitz.

Maquisard pendant l'Occupation, horloger, il pratique le théâtre à Auxerre avant de monter à Paris au début des années 1950. Il est d'abord comédien, rencontrant à Paris Roger Blin et Jean-Louis Barrault. Il joue dans En attendant Godot, mis en scène par Roger Blin, et dans Marée basse de Jean Duvignaud, en * 1956 au Théâtre des Noctambules, également dans une mise en scène de Roger Blin. Parallèlement, il écrit des chansons, et se fait connaître dès 1954 avec La Môme aux boutons, chantée par Lucette Raillat.
On lui doit quelque 200 chansons, interprétées par lui-même, mais surtout par Lucette Raillat, Catherine Sauvage, Francesca Solleville, Isabelle Aubret, Les Frères Jacques, Juliette Gréco, Jean Ferrat, Philippe Clay, Colette Renard, Annie Cordy, Claire Elzière…

Il fut un ami de Georges Brassens qui lui composa quelques musiques, avec qui il fit plusieurs tournées et à qui il consacra un livre de souvenirs.
Pierre Louki se fit également connaître comme auteur et interprète de pièces de théâtre, créées sur scène ou radio-diffusées par France-Culture.
À la télévision, il a participé à de nombreuses émissions de Jean-Christophe Averty.

« En même temps qu'une amitié solide et sans fioritures, je nourris pour Pierre Louki une admiration qui ne cesse de croître au fil des ans... » (Georges Brassens, juillet 1976).


Les années Vogue 1958-1960
Tracklist:
1 La Môme Aux Boutons 3:31
2 Coiffeur, Quand Tu Nous Tiens 1:18
3 Si... 1:10
4 Cousine 2:45
5 Le Gros Patissier 2:30
6 L'Ecrevisse 1:30
7 La Flanelle De Grand-Père 3:25
8 A La Maison 2:52
9 L'Avant-Goût Du Tombeau 2:33
10 Les Képis 1:44
11 Mes Copains 2:53
12 Je Ne Ferai Jamais... 2:51
13 Nativité 1:05
14 Le Corps De Garde 2:38
15 Qui Viendra Me Dire Bonsoir? 3:48
16 Le Cousin D'Ecosse 2:06
17 Les Mots Du Vocabulaire 2:31
18 Les Tétons D'Nana 3:00
19 Behenzin 2:09
20 Merci, Vieille Branche 2:29
21 La Fille Du Pompiste 2:53
22 Messaline 3:31
23 Il Pleut Dans L'Eglise 2:18
24 Le Réveil-Matin 2:45

http://ti1ca.com/nny3obnl-PILO-PILO.rar.html

SUC ET SERRE ET LEUR TROMBONE



Jean-Pierre SUC
1927 - 1960

Poète et Chanteur Montpelliérain, comme le dit la plaque désignant le carrefour qui porte son nom à Montpellier.

De sa trop courte vie, il ne reste pas seulement un vif prestige dans la mémoire de celles et ceux qui l'ont connu, mais aussi des souvenirs, des chansons, des toiles...

Auteur, compositeur, interprète de chansons et peintre français, né à Montpellier, le 2 novembre 1927, mort le 17 mai 1960.
Il fait ses études au lycée de Montpellier, puis entre à l'école des Beaux-Arts. Il fréquente également le conservatoire de musique où il apprend le piano et la guitare. En 1951, il monte un orchestre de jazz, "L'Original jazz gang", avec son frère Charly à la trompette et son ami Gaston Balenglow au trombone, qui se produit à "La Cave" au sous-sol d'un café de l'Esplanade. Entre temps, il retourne au lycée de Montpellier, comme professeur de dessin.
Arrivé à Paris en 1952, cet orchestre est engagé au "Kentucky-Club", une boîte à jazz du quartier latin. Un an plus tard "l'Original jazz gang" remporte le premier prix au tournoi de jazz amateur, salle Pleyel à Paris.
Parallèlement, Jean-Pierre Suc écrit des chansons (paroles et musique). En 1954, il ouvre le cabaret "Le Cheval d'or", rue Descartes à Paris. Le nom est tiré des paroles d'une de ses chansons dans laquelle il est question des amours contrariées d'une tête de cheval, enseigne d'une boucherie hippophagique, et d'une jument qui passe chaque jour devant lui, attelée à une charrette de livraison. C'est en ce lieu que va naître le duo "Suc et Serre" qui interprète les textes de Jean-Pierre, accompagnés au trombone par l'ami Balenglow. Henri Serre, ami d'enfance de Suc, sera plus tard engagé par François Truffaut pour un des rôles principaux de "Jules et Jim". Jean-Pierre Suc chante ensuite seul ses dernières chansons. C'est au "Cheval d'or" que vont débuter quelques inconnus de l'époque parmi lesquels : Pierre Maguelon (dit Petit Bobo) qui participe aussi à la décoration du lieu, Christian Marin, Luce Klein, Pierre Etaix, Raymond Devos, Christine Sèvres, Boby Lapointe, Ricet Barrier, etc.
Recruté par Jacques Canetti, patron des variétés chez Philips, Jean-Pierre Suc enregistre onze chansons.
Quelque temps après, il se donne la mort dans le train Paris-Montpellier, le 17 mai 1960, à trente-trois ans, après avoir écrit plus de soixante chansons et une opérette.

Henri Serre, né le 26 février 1931 à Sète, est un acteur français.

Principalement acteur de théâtre et de comédie, il a travaillé avec de grandes actrices, comme Jeanne Moreau ou Romy Schneider. Le film qui le fit remarquer fut Jules et Jim de François Truffaut.

Tracklist:
N°1
01 L'escadrille des sorcières
02 La lune pleine
03 La couette
04 Le paravent

N°2
01 La gargouille
02 Traine-flemme
02 Le clodo des toits
04 Le paratonnerre

N°3
01 Le coeur de Paris
02 Pourquoi
03 On jure,on jure
04 Fend la bise et brise le vent

01 Le cheval d'or
02 Le sylphe

http://ti1ca.com/u84qkli9-SUSE-SUSE.rar.html

SIMONE BARTEL



Simone Bartel a chanté les poètes, l'amour, la dérision et aussi les révolutions... Beaucoup de ses interprétations se sont dispersées aux quatre vents et seuls les disques demeurent...
C'est une artiste engagée et pourrait-on dire libertaire. Elle n'a jamais fait aucun compromis au show-biz, ce qui ne l'a pas empêchée de débuter avec les plus grands noms de la chanson du Paris de St-Germain des Prés, de Montmartre, avec qui elle a partagé les grands moments de leurs errances et de leurs doutes, de leur réussite...
Une époque où le grand public cherchait des aventures artistiques et savait, lui aussi, se faire entendre !
Un métier difficile, enfumé et pour lequel le salaire n'était jamais acquis: les charmes du café théâtre, des cabarets, se paraient de relativisme fonctionnel à tous les étages du commerce. On disait vous déclarer, mais trop souvent sur de fausses fiches de paie...
Souvent entendue à la radio, elle est rarement nommée ! Une interprète -trois fois lauréate du prix Charles Cros, tomberait-elle plus facilement dans l'oubli que ses collègues auteurs- compositeurs-interprètes? Ou plus simplement, son humilité, son intransigeance politique lui ont t-elle fait de l'ombre?


1958
Face A1 : L’amour
Face A2 : Poème d’amour
Face B1 : La belle de mai
Face B2 : T’en fais pas
Crédits
complémentaires : acc. piano: Yvonne Schmitt

1959
Face A1 : La comète (Paul Villaz)
Face A2 : Porteuse d’eau (Anne Sylvestre)
Face B1 : Le bal de Meudon (Claude Aubry)
Face B2 : Les chagrins d’amour (Marcel St-Martin - J.-P. Calvé)
Crédits
complémentaires : Orchestre: Jacques Lasry

1959
Face A1 : Chanson pour Margot (Dréjac - Émile Stern)
Face A2 : Les voyageurs (P. Seghers - Hélène Martin)
Face B1 : À la Saint Copain (Jean Max Rivière)
Face B2 : Cœur de poète, cœur d’artichaut (Michel Trévières - Jacques Datin)
Crédits
complémentaires : Ensemble instrumental dirigé par Ward Swingle

1960
Face A1 : La chanson de l’été
Face A2 : 180 marins
Face B1 : La rue St Jean
Face B2 : La femme et le guerrier
Crédits
complémentaires : Orch: Georges Durban

http://ti1ca.com/4jih48sh-SIBA-SIBA.rar.html

 COLETTE CHEVROT



Colette Chevrot débuta dans les cabarets rive gauche,en compagnie de Jean Ferrat,Georges Brassens,Guy Béart et beaucoup d'autres.Elle interprétait des chansons gouailleuses,et quelques chansons de Boris Vian.

à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/COLETTE-CHEVROT-quot-Quelques-45-tours-quot-td11520.html

JEAN ARNULF



Jean Arnulf (1932-2007) eut une carrière de chanteur relativement courte, au cours des années 60, avec un répertoire de chansons engagées. « Point de vue », la chanson qui le fit connaître, est restée son plus grand succès. La chanson a notamment été interprétée par Christine Sèvres, Marie-Paule Belle, Claude Vinci et Marc Ogeret.

Comédien et accessoirement, chanteur, au sein de la troupe de Roger Planchon,  à Lyon, Jean Arnulf travaille dans deux ou trois autres compagnies puis se rend à Paris, au début des années 60.  Doué pour la chanson, il se produit dans les cabarets de Montmartre et de la rive gauche. On le présente à Jacques Canetti qui l’engage aussitôt. En juin 1963 paraît, chez Philips, son premier disque couronné, l’année suivante, par l’Académie Charles-Cros.

Le plus souvent, Jean Arnulf chante les textes de sa femme, Martine Merri, qu’il met en musique avec un grand sens de la mélodie, mais des paroles aussi de Henri Gougaud, de Jean-Claude Massoulier ou de Roger Planchon,  (« La complainte de Manda »

Tracklist:
01 Point de vue
02 Les nénuphars
03 Jour après jour
04 Chante une femme
05 Tiens,déjà l'automne
06 Les chansons réalistes
07 Chanson pour Caryl Chessman
08 Longtemps déjà
09 Les lilas de mon père
10 Dans les rues de Varsovie
11 Le twist du déserteur
12 Paris l'hirondelle
13 La bécasse
14 Tes yeux sont gris
15 Le roi de Bramelune
16 Rondin Picotin


JEAN SOMMER



Jean Sommer fut un chanteur français qui commença à chanter au cabaret dès 1965, il sort son premier disque "Jardin de France" en 1968 qui sera couronné par l' académie Charles Cros, il sera repéré par les radios en 1976 avec des titres comme "homme des villes" ou "y'a un bistrot".

Il chante à Bobino en première partie de Georges Brassens ou de Jean Ferrat, et dans de nombreux festivals en France comme à l' étranger, il animera des cours d' écriture de chansons à partir de 1985 mais son inclination pour le rap lui permet de créer une troupe de jeunes de banlieue la compagnie "Extra Mureaux".

Tracklist:
01 Jardin de France
02 Gennevilliers au bout du monde
03 Y'a un bistrot (chez Henri)
04 Ma mère qui
05 Les meilleurs d'entre nous
06 Les vacances au mois d'aout
07 Vous êtes grands,vous êtes tout

Les deux dans le même lien
http://ti1ca.com/zurri4qz-JAJS-JAJS.rar.html

JEAN SOMMER 1éres chansons


Tracklist:

http://ti1ca.com/z8tfo0yc-JSPC-JSPC.rar.html

LISE MEDINI



Lise Médini débuta comme auteur-compositeur interprète sur la scène du Cheval d' Or, Monsieur Léon lui mit le pied à l' étrier après l' avoir auditionnée, elle fut engagée à l' essai puis les engagements se renouvelèrent régulièrement.

le Cheval d' Or devint un de ses lieux favoris avec la Colombe Chez Moineau et puis il y' aura l' Ecluse et la Méthode, le Cheval d' Or était un café-théâtre très particulier, un des hauts lieux de la Contrescarpe qui attirait un public avide de découvertes.

Elle figura ainsi parmi les plus beaux fleurons de la rive gauche des années 1960, dans les années 1970 elle put officier et acquérir du métier au café-théâtre de la Vieille Grille, où Maurice Alezra le patron se démenait comme un grand prêtre de la rive gauche.

Puis elle déserta les planches pour arpenter l' Asie et l' Himalaya, elle rencontrera notamment le Dalaï-Lama et parviendra à une certaine forme de sagesse, elle trouve son maitre en poésie le grand Omar Khayam et désormais respire la sérénité.

Tracklist:
01 Premier métro
02 Ce n'est pas la peine
03 Le charme de la liberté
04 Décembre
05 Le forgeron
06 Le pape est blanc
07 Et je te cherche et je t'appelle
08 Chanson pour cette nuit
09 En Avignon - le petit lopin
10 Song,protest song
11 Charognes

JEAN-LUC JUVIN



Né en juillet 1940 à La Roche-sur-Yon (les hasards de l'exode...), il avait vécu son enfance à Paris. Il débuta dans les cabarets : Chez Georges, l'Ecluse, la Méthode, chez Monique Morelli, la Contrescarpe.... Ayant été distingué par La fine fleur de la chanson française de Luc Bérimont, il avait enregistré en 1968 son premier 33 tours à la BAM, et obtenu le grand prix du disque de l'Académie Charles-Cros en 1976.

Puis il y eut quelques belles années une bande : Elbaz-Juvin-Vasca-Bertin-Brua...


En 2002, il avait édité une compilation de ses premiers disques sur CD "Interrogation", et en 2004 publié "Destinées" avec de nouvelles chansons.

Sous le nom de Kranec, il était aussi peintre - et pas du dimanche !
Beaucoup le connaissaient pour "Le dernier point!", cette magnifique chanson interprétée notamment par Félix Leclerc. Le 11 décembre 2007, Jean-Luc Juvin est décédé à Avignon, où il s'était installé depuis longtemps...

Tracklist:
01 Dernier point
02 Interrogation
03 Mort de froid
04 Baptême
05 Destinées
06 Non je ne peux pas!
07 Pour oublier mes pas
08 Long voyage
09 Le poisson et l'abeille
10 Les eaux de ton regard

Les deux dans le même lien
http://ti1ca.com/wld4v6et-LMJLJ-LMJLJ.rar.html

STEPHANE GOLMANN



Stéphane Golmann (né Stéphane Louis Golmann le 19 septembre 1921 à Montrouge (France, et mort le 10 avril 1987 à Québec, au Québec), est un auteur et chanteur francophone. Il est également traducteur et journaliste.

Issu d'un père russe ashkénaze, ingénieur des mines et d'une mère liégeoise, Stéphane Golmann passe son enfance en Tunisie. En 1934, la mort de ses parents le fait rentrer en France. Après des études à la Sorbonne puis à l'école d'ingénieur mécanicien de Rochefort, l'Occupation l'oblige à quitter la France. Il passe alors en Angleterre, où il s'engage dans la Marine britannique. Il participera d'ailleurs au débarquement en Afrique du Nord en 1943.

Démobilisé en 1945, Stéphane Golmann s'intègre à la vie parisienne, en particulier dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés. Guitariste, il entre le 13 mars 1946 au Théâtre de la Gaîté-Montparnasse, tenu par Agnès Capri, en tant qu'accompagnateur. Il suit celle-ci, lorsqu'elle rouvre son propre cabaret, Chez Agnès Capri, cette fois-ci en tant que chanteur, où il interprète ses propres œuvres.

Pionnier des auteurs-compositeurs du Quartier Latin, il se fait rapidement une place parmi ses personnages marquants, interprétant un répertoire folk avant la lettre et toujours accompagné de sa guitare Aglaé.

En 1946, il chante au Quod Libet de Francis Claude au côté d'autres débutants comme Léo Ferré, Catherine Sauvage ou Jacques Brel.

En juin 1950, il joue pour un mois au Trois Mailletz, puis à la Rose Rouge, Chez Gilles, fait partie des débuts du cabaret de l'Écluse... Il compose aussi des musiques pour les courts-métrages de Paul Paviot.

En 1951, Yves Montand reprend la chanson Actualités écrite par Albert Vidalie et qu'avait créée Stéphane Golmann. Elle sera reprise l'année suivante par Les Frères Jacques, qui la populariseront.

À partir de 1952 et 1960, les éditions Costallat publient sous label Erato, trois 45 tours comprenant chacun 6 titres et quatre 25 cm de Stéphane Golmann.

En 1954, Juliette Greco reprend la chanson C'est à s'aimer, et Stéphane Golmann double la voix de Jiminy Cricket dans la version française du dessin animé Pinocchio de Walt Disney.

En 1955, il passe en vedette américaine de Roger Pierre et Jean-Marc Thibault à Bobino.

À partir de là, sa présence à Paris devient sporadique, il s'est installé à Londres et réapparait furtivement en avril 1957 pour l'enregistrement de son troisième disque pour Erato avant de disparaitre définitivement de la scène.

On sait qu'en 1959, il tient des fonctions au ministère des Affaires étrangères britanniques, qu'en 1963 il est au secrétariat des Nations Unies et qu'il enseigne le français à New York. Sans nouvelles de lui à Paris, on le croit mort, une rumeur le fait devenir clochard, on ne parle plus de lui qu'au passé...

En 1964, la firme Barclay reprend ses enregistrements Erato pour les publier sur un disque sous le label Bel Air.

En 1967, Stéphane Golmann se marie à Saint-Laurent au Québec où il s'est installé.

En octobre 1986, à la tête d'une agence de presse franco-québécoise, il revient à Paris bien vivant pour demander la réédition de l'intégrale des 33 tours Erato...

Le vendredi 10 avril 1987, il décède d'une crise cardiaque à Québec.

Tracklist:

1956/1960

01 Ma guitare et moi
02 Les revendications du nouveau-né
03 Jean de Honfleur
04 Le caissier
05 Les copains
06 Le cheval dans la baignoire
07 Les comédiens
08 La conscience
09 Les impondérables
10 Les prés à Germain
11 Actualités
12 La Marie-Joseph
13 Adieu camarade
14 C'étaient quand même
15 La petite existentialiste

http://ti1ca.com/rhpnb17n-STGO-STGO.rar.html

BERNARD STEPHANE



En 1956 fut créée dans le cadre de la Maison Pour Tous ou Théâtre Mouffetard , l'école de la chanson de Solange Demolière. On y trouva : Frida Boccara, Jean Vasca, Bernard Stéphane, Claude Vinci, etc...  

Tracklist:
960
Face A1 : Garde-moi la dernière danse
Face A2 : Comme toi, comme moi
Face B1 : C’est toi qui
Face B2 : Toi, tu rêvais

Face A1 : Jean-Marie de Pantin
Face A2 : Les mouettes
Face B1 : Le gars de n’importe où
Face B2 : Le petit tramway

1961
Face A1 : Les espaces bleus
Face A2 : Je t’en prie, recommence
Face B1 : Le bateau s’éloigne
Face B2 : Les taxis de Paris

Face A1 : En vacances en Italie
Face A2 : Eté
Face B1 : Touchons du bois
Face B2 : Tu as su me plaire

1962
Face A1 : Petit chalet du ciel (Hubert Ithier - E. Duleu - André Astier)
Face A2 : Baby tango (S. Castel - R. Denoncin)
Face B1 : Les chanteurs des rues (J. Vieville - G. Cavano)
Face B2 : Tu n’es pas un ange (Mandolino) (Fernand Bonifay - J. Demarny - L. Baxter - R. Ortolani)
Crédits
complémentaires : Orchestre: Claude Vasori

Face A1 : J’sais pas c’qu’il y a (Pascal Bilat)
Face A2 : L’enfant du port (Jean Jeepy - Nicky Jakovleff)
Face B1 : Paris pour rien (Nicole Louvier)
Face B2 : Les péniches (Serge Castel - René Denoncin)
Crédits
complémentaires : Orchestre: Didier Saint-Aulaire

Face A1 : L’amour ça… (J. Touray - A. Lutereau))
Face A2 : J’ai rêvé d’un septembre (G. Gosset - R. Denoncin)
Face B1 : Te casse pas la tête (R. Nyel - G. Verlor)
Face B2 : Ça je te le dois (H. Contet - A. Lutereau)
Crédits
complémentaires : Orchestre, direction : Didier Saint-Aulaire

http://ti1ca.com/wduqeg97-BEST-BEST.rar.html

BEATRICE ARNAC



Béatrice Arnac, née le 23 avril 1937 à Suresnes (Hauts-de-Seine), est une actrice, chanteuse et compositrice française.
A 15 ans elle est choisie pour incarner Polixène dans Hécube par André Cellier au Théâtre Charles de Rochefort. Conservatoire d'art dramatique (classe de Mme Dûssane). Elle étudie la Gymnastique (Sambucy) et le Yoga (Dr Hannish, Babacar Khane)
Dans les années 60 elle chante dans les café-théâtre et les cabarets rive gauche et rive droite.
1960 prix de "l'école des vedettes", jeune espoir.
1962 Grand prix du Disque de l'Académie Charles Cros.
1963 Grand prix du Disque "Révélation" Académie Charles Cros

01 Athée ou a te
02 Bilbao Song
03 Je suis comme je suis
04 Paris 5h du matin
05 Rue Saint Jean
06 Le chant de Barbara
07 Le dernier poème
08 Tu n'en reviendras pas
09 Carrousel de Paris
10 Le garde
11 Et s'il revenait
12 A Recouvrance
13 Comptine
14 La rue Saint Jean
15 Le jardin d'Elvire
16 Les vrais riches

http://ti1ca.com/5y4mf5au-BEAR-BEAR.rar.html

JACQUES DEBRONCKART



Jacques Debronckart est un chanteur français né le 13 janvier 1934 à Chartrettes (Seine-et-Marne) et mort le 25 mars 1983 (à 49 ans).
Au début de sa carrière, il chante d'abord en duo, avec Jacky Scala, avec lequel il écrit ses premières chansons, et avec lequel il débute sur scène, en 1953. Ils restent ensemble jusqu'en 1959. Plus tard, il est accompagnateur de Boby Lapointe et de Maurice Fanon, s'accompagnant sur scène au piano.
Il est aussi auteur-compositeur de comédie musicale telle que Les Aventures de Tom Jones, jouée au Théâtre de Paris. Il chante au Port du Salut, à l'Écluse et à Bobino, le music-hall de la Rive gauche. Il enregistre son premier 45 tours en 1965 et, en 1967, son premier 33 tours.

Jacques Debronckart est connu pour avoir composé des chansons pour Gribouille, Isabelle Aubret et Christian Camerlynck.

Il est inhumé au cimetière des Batignolles, division 25 (Paris).
1969 J'suis heureux
Tracklist
1 J'suis heureux
2 Chambre d'hôtel
3 Ernest, un coup d'blanc
4 Les quatre
5 La liberté
6 J'ai froid
7 Je suis comédien
8 Où sont les hommes ?
9 Mais si, mais si je t'aime
10 Plus que cinq minutes
11 Ailleurs
12 La jeunesse d'aujourd'hui

http://ti1ca.com/lfkpyb5v-JADE-JADE.rar.html

BERNARD LAVILLIERS



Bernard Oulion nait le 7 octobre 1946 à Saint-Étienne. son père, ancien résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, et syndicaliste plus tard, est Directeur des ressources humaines à la manufacture nationale d'armes (MAS) et sa mère est institutrice.
À 15 ans, il fait un séjour en maison de correction. À sa sortie, il commence à travailler et devient à la demande de son père apprenti tourneur sur métaux à la MAS. Il écrit plus tard : « À cette époque de ma vie, je me cherchais : je ne savais pas si je serais gangster, boxeur ou poète… ».

À sa libération de la forteresse de Metz où il fut interné un an pour insoumission, Bernard Oulion commence à chanter dans les cabarets de la rive gauche à Paris : Chez Jacky Scala, rue Lacépède ; on le retrouve aussi à la Cour des miracles à Bordeaux, en compagnie de Gilles Elbaz, Germinal ou Gérard Ansaloni. En 1967, il sort ses premiers 45 tours et obtient le prix de la Rose d'or de la chanson à Montreux avec La Frime.

Son premier album, Chanson pour ma mie, sort en 1967, avec en titre son prénom et un énigmatique « Lavilliers », qui deviendra son nom de scène. Pendant les évènements de mai 1968, il chante dans les usines occupées de la région lyonnaise. Sillonnant alors la France et éprouvant des difficultés à percer dans la musique, il joue quelques mois dans des cabarets de province ; au mois de juin 68, il fait la manche en Bretagne. Il exerce plusieurs petits boulots (restaurateur, gérant de boite de nuit à Marseille, etc.)

Liste des titres

01 Chanson pour ma mie
02 Petit boulot
03 Le Métier
04 Chanson dada
05 Rose-rêve
06 La dernière bouteille
07 La Bossa cancanière
08 Eurasie
09 Le poète crotté
10 Chanson douce
11 Climat
12 Paris-redingote de plomb
13 La frime
14 Quand ma plume

http://ti1ca.com/5z8u9n99-BELA-BELA.rar.html
La période rive gauche de Bernard Lavilliers

ALAIN SOUCHON



Alain Souchon, né Alain Kienast , est un auteur-compositeur-interprète et acteur franco-suisse (il a la double nationalité) né le 27 mai 1944 à Casablanca (Maroc). Figure majeure de la variété française depuis les années 1970, sa carrière est notamment marquée par sa collaboration avec Laurent Voulzy entamée en 1974.
 il est envoyé par sa mère dans un lycée français en Angleterre. Son inscription n'étant pas valide, il reste néanmoins sur place et y vit de petits boulots pendant dix-huit mois. C'est notamment en travaillant dans un pub qu'il développe son goût pour la chanson. Surnommé le Frenchman, certaines de ses rencontres lui donnent l'occasion de faire découvrir la chanson française (Georges Brassens, Guy Béart...) et lui permettent d'écouter du répertoire anglo-saxon. Il évoque ce passage de sa vie dans Londres sur Tamise sur l'album J'ai dix ans et dans la chanson Jamais content. Il rate son baccalauréat par correspondance trois fois.

Rentré en France, il vit encore de petits boulots et tente sa chance dans la chanson en se produisant dans des salles parisiennes. Presque côte à côte, dans des caves, et lancé dans le giron de la Maison Pour Tous : Le Cabaret d'art et d'Essai (1969 à 1973, lancé par Karine et Christian Stalla -ce dernier, du duo Michelle et Christian- ; y passèrent notamment : Coluche, Alain Souchon…)

Tracklist:
01 Je suis un voyageur
02 Restons chez nous
03 Un coin de solitude
04 Qu'est-ce qu'ils ont les hommes
05 Et demain sera un autre jour
06 Leocadia
07 L'amour 1830
08 Avec le coeur
09 T'aurais du venir
10 Le vieux capitaine
11 Partir
12 Londres sur Tamise

http://ti1ca.com/l0wnpqsu-ALSO-ALSO.rar.html
Période Rive Gauche d'Alain Souchon

MARC ET ANDRE



Marc Chevalier (1920-2013) - Interprète, Comédien

Marc Chevalier naît en mai 1920 à Avignon. Il suit des études musicales au Conservatoire de la ville et apprend le violoncelle. En 1940, dans le cadre des Chantiers de Jeunesse, il fait partie en Provence d'une troupe de théâtre mise en place par les Comédiens Routiers de Léon Chancerel. Il est ensuite engagé dans Le Chariot, troupe de décentralisation théâtrale conduite par Jean-Pierre Grenier. Ce dernier lui propose de venir jouer de la guitare. Marc Chevalier y apprend le métier de comédien.

A la fin de la guerre, il rejoint la compagnie Grenier Hussenot qui réunit, entre autres, Yves Robert et les futurs Frères Jacques. Marc Chevalier les accompagne à la guitare dans une pièce d'Yves Robert, Orion le tueur. En 1945, il rencontre André Schlesser dans la pièce musicale Les Gueux au Paradis, montée par Maurice Jacquemont. Pendant la tournée, ils s'amusent à chanter ensemble. A la dissolution de la compagnie Grenier Hussenot, Marc Chevalier chante dans quelques cabarets parisiens.

En 1947, il est en vacances dans sa ville natale. Il y retrouve par hasard André Schlesser qui participe aux côtés de Jean Vilar au premier festival d'Avignon. Ils décident de remonter à Paris et de chanter ensemble. Ils deviennent Marc et André et commencent à se produire dans les cabarets de Montmartre : chez Maître Pierre grâce à Jacques Douai, puis chez Pom, au Lapin Agile... Rive Gauche, ils chantent aux Assassins, au Quod Libet, au Méphisto. Ils rencontrent Brigitte Sabouraud et Léo Noël à la fin des années quarante au Lapin Agile.

Ils fondent avec eux en février 1951 le cabaret l'Ecluse. André Schlesser entre au TNP de Jean Vilar en 1951. Marc Chevalier le rejoint en 1954. Ils deviennent les chanteurs du TNP et interviennent dans plusieurs pièces : L'étourdi, Marie Tudor, Le mariage de Figaro, Les caprices de Marianne...

En tant que duo, Marc et André interprètent des chansons de Léo Ferré ("L'Île Saint-Louis", "Monsieur William", "Le bateau espagnol", "Les poètes"), d'Aristide Bruant ("A Montmertre", "Marida"), de Francis Lemarque ("Mon bateau", "Le chemin des oliviers", "Y'avait un général"), de Stéphane Golmann ("Actualités", "Jean de Honfleur", "La Marie-Joseph"), de Francis Leclerc ("La chanson du pharmacien"), d'Henri Gougaud ("La pendule"), de Marc-Antoine Désaugiers ("Tableau de Paris à cinq heures du matin"), de Jean Ferrat ("Deux enfants au soleil"), de Georges Brassens ("Il n'y a pas d'amour heureux" sur un texte de Louis Aragon), de Raymond Lévesque ("Quand les hommes vivront d'amour"), du folklore...

Marc et André se produisent en Europe, en Algérie, au Maroc, à Madagascar et aux Etats-Unis. Ils reçoivent le Grand Prix du disque de l'académie Charles Cros en 1956 et le prix de l'académie du disque français en 1963 pour leurs Chansons de théâtre. Ils cessent de chanter ensemble à la fermeture de l'Ecluse en 1974. En 1975, Marc Chevalier fonde le CREAR, centre de formation aux métiers d'art et de la communication. Il le dirige jusqu'en 1994.


André Schlesser, surnommé Dadé, est un chanteur, cabaretiste d'origine gitane, qui forme avec Marc Chevalier le duo Marc Et André à partir de 1947. En 1951, avec ses amis Léo Noël et Brigitte Sabouraud, les deux compères fondent le Cabaret L'Écluse, qu'ils dirigeront jusqu'en 1974. Il a été aussi comédien, chanteur de théâtre pour Jean Vilar notamment. Il a été marié à la comédienne Maria Casares.

Les chansons de l'Ecluse
Tracklist:


CD1
http://ti1ca.com/u9f5lqm8-MAAN1-MAAN1.rar.html
CD2
http://ti1ca.com/ohlr2jag-MAAN2-MAAN2.rar.html

SERGE LAMA
Les ballons rouges 1967



SERGE LAMA
Les Ballons Rouges 1967


Serge Lama, de son vrai nom Serge Claude Bernard Chauvier, né le 11 février 1943 à Bordeaux, est un chanteur français. Fort de cinquante années de carrière, il fait partie des plus populaires depuis la fin des années 1960. Ses 22 albums studio et ses 9 albums live totalisent près de 12 millions d'exemplaires vendus.

On lui doit plusieurs tubes, dont Les Ballons rouges, D'aventures en aventures, Je suis malade, Les P'tites femmes de Pigalle ou encore Femme, femme, femme.

En 1964, Serge fait la rencontre de la pianiste Jackie Bayard, qui mettra ses premiers textes en musique.

Après un très bref passage au Petit Conservatoire de la chanson de Mireille, il passe plusieurs auditions et est engagé au cabaret l'Écluse à Paris le 11 février, le jour de ses 21 ans. Barbara est la vedette du spectacle. À l’Écluse, il tombe amoureux de la pianiste de Barbara, Liliane Benelli, un peu plus âgée que lui.En octobre, il passe à Bobino en lever de rideau de Barbara et Georges Brassens, où il est repéré par l'imprésario Eddy Marouani. S'ensuivent ses premiers cabarets et son premier passage à la télévision, dans l'émission Jeunesse oblige le 21 novembre 1964.

En 1965 sort un second Super 45 tours. L’été suivant, il part en tournée, en première partie de Marcel Amont. Le 12 août, il est victime d’un grave accident de voiture près d'Aix-en-Provence. La 404 blanche conduite par Jean-Claude Ghrenassia, le régisseur de la tournée, frère d'Enrico Macias, s’écrase contre un arbre. Liliane Benelli, sa fiancée assise à l'arrière, est tuée sur le coup ; le conducteur ne sortira pas du coma. Serge gravement polytraumatisé, frôle la mort mais survit en passant un an allongé sur un lit en subissant une dizaine d'opérations (Marcel Amont, dont il fait la première partie de la tournée, prévient les médecins qu'il est chanteur et les dissuade de le trachéotomiser, ce qui aurait ruiné sa carrière) . Le 7 décembre, Georges Brassens, Marcel Amont, Régine, Pierre Perret, Barbara, Enrico Macias, Jean-Jacques Debout et Sacha Distel donnent à l'Olympia une soirée de soutien en sa faveur. La recette lui est reversée. La chanson Une petite cantate de Barbara est d'ailleurs dédiée à Liliane Benelli.

Toujours immobilisé, Serge Lama enregistre deux 45 tours en février et juin 1966. Entre les nombreux séjours à l'hôpital, il est hébergé par son ami Marcel Gobineau. En mai, un jeune pianiste, Yves Gilbert lui est envoyé par Régine. Cette rencontre marque le début d'une longue et fructueuse collaboration. Yves Gilbert sera, (avec plus tard Alice Dona), le compositeur attitré du chanteur et l'accompagnera sur scène au piano durant de nombreuses années.

En 1967, il enregistre un autre EP 45 tours avec comme titre phare Les ballons rouges qui au fil du temps devient l'un des classiques de son répertoire. Après quatorze opérations en 2 ans et une longue rééducation, il reprend son métier au cabaret parisien l’Écluse puis à l’Olympia en octobre, en première partie de Nana Mouskouri.

A la sortie de la guerre et des privations, "l'esprit anar" et l'insouciance du lendemain avaient pris le pouvoir dans cette rive gauche, la bien nommée. Francesca Solleville y chantait sans problème Le Condamné à mort, de Jean Genêt. "Aller chanter sur la rive droite, c'était comme se vendre aux Allemands !" dit en souriant Jean Rochefort, qui a vécu intensément cette époque. Car à la différence des caves du Quartier latin, les cabarets de la rive droite étaient alors fréquentés par de riches Parisiens qui venaient y dîner et n'hésitaient pas à demander à l'artiste de chanter moins fort... "Pourtant, moi le premier, tout le monde rêvait d'aller chanter à l'Olympia", confie Serge Lama.

Tracklist:
01 Les ballons rouges
02 Comment t'as fait
03 L'orgue de Barbara
04 Recto-verso
05 Sans toi
06 La guerre a vingt ans
07 Madame Poupon
08 Dis Pedro
09 Avec leurs beaux sourires
10 Y'a pas à dire
11 Dédoublement de personnalité
12 Dans les usines
13 Mon doux agneau ma tendre chatte
14 Les roses de Saint Germain
15 Ils viendront
16 Clara
17 Fais ta valise
18 Le jugement dernier
19 On n'est pas nés pour rien
20 Des plages blanches

http://ti1ca.com/ccmzjli2-SELA-SELA.rar.html
Serge Lama période Rive Gauche

JACQUES BERTIN
Intégrale vol. 1 - Corentin (1967) et Revoilà le soleil (1968)



Jacques Bertin est un chanteur, poète et journaliste français, né à Rennes le 17 octobre 1946. C'est un chanteur à texte qui s'est placé à contre-courant de la variété en plein développement à partir de la seconde moitié des années 1960 et des modes de promotion de cette variété : émissions de télévision, diffusion massive dans les radios, magazines s'adressant aux adolescents, etc.

Né à Rennes en 1946, Jacques Bertin est journaliste de formation, ancien élève de l'École supérieure de journalisme de Lille (41e promotion). Il vient à la chanson dès les années 1960 et son premier album paraît en 1967. Il en a publié une vingtaine depuis.

Chanteur à texte, il est à contre-courant de la variété et des modes et son œuvre n'aura jamais les faveurs des médias ni du grand public. Il a par contre été diffusé dans des émissions plus exigeantes, et s'efforçant de réagir à cette variété envahissant les ondes et jugée mièvre, telle que l'émission Y’a d’la chanson dans l’air de Jean-Louis Foulquier, sur France Inter. Artiste sans compromissions, ses chansons sont partagées entre une inspiration politique et une autre éminemment poétique. Il s'est entouré de musiciens venus du jazz d'avant-garde, Didier Levallet, Siegfried Kessler. Un accompagnement qui reste sobre. Certains critiques, tel Claude Fléouter du Monde, ont estimé que ses textes prenaient trop le pas sur la musique : « sans doute Bertin devrait-il jouer beaucoup plus avec les couleurs de la musique, ne pas se contenter de ses deux musiciens-complices, d'ailleurs excellents, au piano et à la contrebasse, et prendre un groupe pour faire épanouir, éclater sa musique et mieux souligner ses mots. ».

Ce journaliste de formation a également dirigé de 1989 à 2000 les pages culturelles du magazine Politis, y tenant une chronique intitulée « Malin plaisir ». Il a continué de contribuer à cet hebdomadaire Politis jusqu'en 2001, avant de le quitter sur un différend politique.

Il a consacré un livre à Félix Leclerc. Jacques Bertin est attaché au Québec, et il y a chanté à de nombreuses reprises. Ce livre, Félix Leclerc, le roi heureux et un autre de ses ouvrages, Du vent, Gatine !, ont été publiés à Montréal. Il a également consacré un film au poète René Guy Cadou, et un disque de chansons sur des poèmes de Luc Bérimont mis en musique par Reinhardt Wagner. Il est également l'auteur de poèmes.

Jacques Bertin a obtenu deux fois le Grand Prix du Disque de l'Académie Charles-Cros durant sa carrière, la première fois en 1967 pour son premier disque, Corentin, et la deuxième fois en 1983 pour le disque du concert à l'Olympia, Changement de Propriétaire, paru l'année précédente, où il se fait l'interprète de grands noms de la chanson. Ses chansons ont fait l'objet d'une thèse de doctorat, soutenue en décembre 1999 à l'université Paris-XII.

Lui-même est le fondateur du Prix Jacques Douai.

Tracklist:
A01 Corentin BERTIN Jacques
A02 J'ai vu ses Yeux BERTIN Jacques
A03 J'aurai une vache Nouvelle BERTIN Jacques
A04  Amants BERTIN Jacques
A05  Un grand Châle lilas BERTIN Jacques
A06  Les Ponts de Cé ARAGON Louis
A07 On a découvert l'Amérique BERTIN Jacques
A08 Fout-il être fou BERTIN Jacques
A09 Les Chansons du Temps passé BERTIN Jacques
A10 On se croit un peu Poète BERTIN Jacques
A11 File BERTIN Jacques
A12 Compagnons BERTIN Jacques
A13 Revoilà le Soleil BERTIN Jacques
A14 Les Mots et les Couleurs BERTIN Jacques
A15 Un Jour on meurt BERTIN Jacques
A16 Chanter BERTIN Jacques
A17 Hélène BERTIN Jacques
A18 L'Amour BERTIN Jacques
A19 La non Supplique BERTIN Jacques
A20 Le Grenier BERTIN Jacques
A21 Je débarquais BERTIN Jacques
A22 J'avais mon Ame BERTIN Jacques
A23 Le Fou de Dieu BERTIN Jacques
A24 La Mort BERTIN Jacques

http://ti1ca.com/c5rlwjlo-JABE-JABE.rar.html

JACQUES SERIZIER
99 chansons et textes vol 1



" Il naquit à Saïgon mais débarqua à Marseille à l’âge de 6 mois.

28 ans pendant lesquels il alla à l’école, garda les vaches, fut instituteur, pêcheur de morues et... j’en passe.

Mireille ouvrit la porte de son Petit Conservatoire à cet auteur compositeur, original, farfelu et poétique. Il chante ses chansons depuis environ trois ans surtout dans les cabarets de rive gauche. Son ambition? vous rencontrer, face à face, un soir, dans une grande salle. " (anonyme, verso de la pochette du premier 45tours de Serizier, 1964)

" Il prend le nom de sa grand-mère maternelle (Serizier). Il enregistre son premier disque qui paraît chez Barclay en juin 1964 (Poubelle). Francesca Solleville interprète ses chansons (Marie, Entre nous). " (Je chante!, no 25, p. 22.)

Solleville chantera aussi " La chanson " dans les années 60’.Une quarantaine d’années plus tard, Vania Adrien Sens enregistrera " Le joueur de flûte ".

Des années 60’ à sa mort en février 1994, à 57 ans après une longue maladie, Serizier fut chanteur, comédien au théâtre, à la télé et au cinéma, animateur de radio...

Tracklist:
I - CD 1 / LES AMOURS DE PASSAGE...:
1 - Les amours de passage (1983) (1' 53)
2 - Nulle part (1976) (2' 40)
3 - Mimi la couturière 1983) (3' 53)
4 - Peinture (1974) (2' 35)
5 - Françoise et Mamès (1985) (3' 44)
6 - L'instituteur (Avant 1967) (1' 45)
7 - Ballade du temps où l'on était petit (Extrait du one-man-show "Pourquoi-je ?" créé à La Vieille Grille) (1974) (2' 30)
8 - Petits pas (1974) (1' 53)
9 - La Saint-Jean (Avant 1967) (2' 00)
10 - Saint-Cucufa (2ème version) (1976) (2' 02)
11 - Y'a des jours comm' ça (1986) (2' 51)
12 - Au bal des baleines (1963) (2' 21)
13 - Du travail (Texte) (Extrait du one-man-show "Pourquoi-Je ?" créé à La Vieille Grille) (1974) (3' 04)
14 - À présent (1986) (1' 51)
15 - La chasse à courre (1986) (4' 30)
16 - Chanson follette (2ème version) (1' 46)
17 - À la tienne mon vieux (1986) (3' 02)
18 - Le joueur de flûte (1ère version) (1966) (1' 43)
19 - Le pauvre p'tit gosse (Bling Blang) (2ème version) (1976) (1' 59)
20 - Vous (Entre 1983 et 1986) (2' 22)
21 - Des petits êtres bleus et verts (1983) (3' 11)
22 - Dédé déambule (Avant 1967) (2' 11)
23 - Le berger (J'ai pas su garder mes vaches) (Avant 1967) (3' 33)
24 - Madeleine (1963) (2' 07)
25 - Les deux plateaux de la balance (1983) (3' 59)
26 - Ca fait flou flou dans la tête (1979) (3' 53)
27 - Lettres d'amis (1979) (3' 45)

http://ti1ca.com/7177of90-JASE-JASE.rar.html

GILLES ELBAZ
Les mots sont de la musique 1976



Gilles Elbaz, de son vrai nom Gilles Elbazdinouchi, né le 14 juin 1946 à Castres et décédé le 18 juillet 2009 à Lorient d'une longue maladie, est un chanteur, auteur-compositeur-interprète.

Gilles Elbaz a appris le chant choral puis la guitare. En 1963, il découvre le jazz avec des musiciens américains à Évreux. Il compose ses premières chansons.

Lauréat du prix "Fine Fleur de la Chanson Française", organisé par Luc Bérimont, diffusé par l'O.R.T.F. à Bobino, en juin 1970.

On le trouve chantant durant les années 1970 dans l'antre de "La Cour des Miracles", cabaret bordelais qui accueille mêmement Bernard Dimey, Germinal, Bernard Lavilliers, Gérard Ansaloni et Maurice Fanon.

Michel Goubin a écrit :

Gilles Elbaz nous a quitté en juillet dernier. C'était un poète merveilleux et un chanteur profond, toujours curieux et en recherche. Avant-gardiste aussi, toujours en quête de nouveautés musicales, il à travaillé très tôt avec des musiciens d'exception, Vander, Levallet, Pifarelli, Engel…. qui seront quelques années après être "passés chez Elbaz" la fine fleur française du jazz expérimental et créatif. Féru d'histoire et de mots, son bric-à-brac lorientais débordait de partitions, ouvrages en tous genres, documents, gravures qu'il aimait faire découvrir et partager. Tiens, oui, le partage. Très tôt Gilles éprouve le besoin et la nécessité de transmettre et de donner un peu de son savoir et de son art, Aux Ateliers Chansons de Paris tout d'abord où il est au début des années 80 l'un des créateurs avec Christian Dente et Luce Klein, puis plus tard, à Lorient, sa terre d'adoption où il crée Rendez-vous Chansons.

Gilles Elbaz est décédé le 18 juillet 2009, à Lorient où il vivait depuis longtemps.

Tracklist:
1 Les Mots sont de la Musique  
2 La Femme en Bleu d’Henri Matisse
3 Le Vin Gris
4 La Vigie
5 La Marge
6 Les Voyages de Gilles
7 Les Aventures de Max
8 Chant à Chef Joseph
9 L’Aigle et le Bouquetin
10 Hélène
11 Quidam

http://ti1ca.com/j4ibfspi-GIEL-GIEL.rar.html

VALERIE AMBROISE



Qui est Valérie Ambroise ?  « cette interprète méconnue qui passait pourtant dans les cabarets de la rive Gauche à partir de 1962 et comptait de nombreux admirateurs séduits par sa voix et sa sensibilité, parmi lesquels Philippe Soupault (dont un compliment manuscrit figure au verso de la pochette), Luc Bérimont (qui la programmait dans ses émissions de radio), ou encore Mireille ».

« Elle voulait chanter et faire de la musique à huit ans. Valérie Ambroise a accroché sa guitare à son épaule et, depuis près de 50 ans maintenant, entonne comme personne les standards de Georges Brassens.

Avant de faire de la chanson son métier, Valérie Ambroise s'est occupée de mères célibataires en détresse. Et c'est un peu grâce à cela qu'elle commence à chanter en 1961, dans un cabaret destiné aux touristes qui visitaient le "Paris by night". Déjà, elle reprend les mots de Brel, Brassens, Ferré ou Trenet. Mais l'aventure n'est pas facile pour qui n'est pas auteur compositeur interprète... "Mais j'avais une voix très grave" explique-t-elle, cela plaît et elle se lance dans les cabarets rive gauche à Paris.

Valérie commence à composer en 1965. À la fin des années 60, elle taquine la poésie, fait les premières parties des concerts de Mouloudji ou AM Carrière, passe à la télévision, rencontre un parolier, Maurice Bourdet, puis réussit à produire son premier 45 tours avec le soutien d'une bande d'amis, dont Coluche. Elle part alors en tournée en Bretagne.

En 1971, elle chante avec Bobby Lapointe, Maurice Fanon et Colette Magny, puis crée un spectacle, "Places publiques", qui se produit dans toute la France, en Belgique, au Sénégal, à Madagascar ou encore à la Réunion, jusqu'en 1983. Elle sort un 33 tours en 1971, puis un second deux ans plus tard...

Tracklist:
01 Je me souviens de la bohème
02 Chanson tendre
03 Honte à qui peut pleurer
04 Ritournelle éternelle
05 Un homme s'en va
06 Vivrons-nous assez longtemps
07 Celui qui vient de loin
08 Dansez et le reste tant pis
09 Rue Saint Jacques
10 Sous la neige est le grain
11 Sur la mort...
12 La prière
13 Rose blanche
14 Dans ma maison de plein soleil
15 A Chèvreroc
16 Il pleut
17 Marin allume ton fanal
18 Nous venons d'embarquer
19 Chanson pour le vieux
20 L'enfant qui court la nuit - Il y a un banc
21 Les passantes

http://ti1ca.com/bvpjntwx-VAAM-VAAM.rar.html

CLAUDE NOUGARO



Claude Nougaro, né le 9 septembre 1929 à Toulouse et mort le 4 mars 2004 à Paris, est un poète et auteur-compositeur-interprète français. Grand amateur de jazz, de musique latine et africaine, jouant des mots avec la langue française, il s'est appliqué tout au long de sa carrière, dans un insolite mariage des genres, à unir chansons françaises et rythmes. Parallèlement à ses activités littéraires et musicales, il s'est adonné à la peinture et au dessin.
Claude Nougaro envoie des textes à Marguerite Monnot, compositrice d'Édith Piaf, qui les met en musique (Méphisto, Le Sentier de la guerre). Il débute sur scène en 1954 dans le cabaret parisien le Lapin agile, à Montmartre, en déclamant des poèmes dont il est l'auteur. C'est dans ce lieu qu'il décide de chanter ses propres textes pour gagner sa vie en 1957 (premier titre « connu » : Destination Vénus ), poursuivant pendant une dizaine d'années dans plusieurs cabarets, au Liberty's, à La Tête de l'art, au Zèbre. Durant ces années, Nougaro se fait également parolier pour d'autres interprètes, parmi lesquels Jacqueline François, Philippe Clay, Marcel Amont... (voir À la recherche du son qui fait sens).

En octobre 1958, il grave, chez Président, ses premiers enregistrements, un super 45 tours sort, précédant un 33 tours 25 cm Il y avait une ville qui parait l'année suivante. Les chansons sont notamment écrites avec son partenaire Michel Legrand. Le succès ne se manifeste néanmoins qu'en 1962, début des années Philips : Une petite fille et Cécile ma fille (dédiée à sa fille, née en 1962 de sa femme Sylvie, hôtesse rencontrée au Lapin agile ; « Cécile » étant par ailleurs le prénom de sa grand-mère paternelle). Ces chansons le font immédiatement connaître du grand public, bien qu'il ait déjà commencé à percer en participant aux concerts de Dalida. En ce début d'années 1960, il introduit de nouveaux rythmes dans la chanson française et compose de nombreuses chansons, inspirées de thèmes et rythmes de jazz qui séduisent le public : Les Mains d'une femme dans la farine, Les Petits Bruns et les Grands Blonds, Le Cinéma, Chanson pour Marilyn... Il poursuit sa collaboration avec Michel Legrand (Le Cinéma et Les Don Juan) et écrit également avec le compositeur Jacques Datin (Cécile, ma fille et Une petite fille). Ses chansons Je suis sous, ou plus tard Tu verras, font référence à l'alcool.

Tracklist:
1. Il y avait une ville Claude Nougaro Jimmy Walter 2'30
2. Marguerite Claude Nougaro Jimmy Walter 2'20
3. Vachement décontracté Claude Nougaro Michel Legrand 2'58
4. Les Anges Claude Nougaro Henri Salvador 1'47
5. Le Piano de mauvaise vie Claude Nougaro Gerry Mulligan 2'24
6. Maman m'la dit Claude Nougaro Jimmy Walter 2'30
7. Tiens toi bien mon cœur Claude Nougaro Michel Legrand 2'02
8. Serge et Nathalie Claude Nougaro Michel Legrand 3'25
9. Toutes les musiques Claude Nougaro Jimmy Walter 2'45

45 tours:
01 A bout de souffle
02 Sing Sing Song
03 Docteur
04 Blanche-Neige


http://ti1ca.com/j5ivcdye-5759-5759.rar.html

HELENE MARTIN



Hélène Martin (née à Paris en 1928) est un auteur-compositeur-interprète français qui a consacré sa carrière à la mise en musique et à l'interprétation de la poésie.« Je suis de ce pays frontalier entre les mots et la musique » : ainsi se définit parfois Hélène Martin.

Débuts dans les cabarets rive gauche de Paris, notamment à La Colombe. Elle enregistre dès 1956, sa voix chaude d'alto accompagnée de sa guitare.

à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/HELENE-MARTIN-quot-Recital-N-1-quot-td9392.html#a13626

JEAN MAX BRUA



Jean Max Brua (1936-1999)

Auteur-compositeur à sensibilité coco

"L’homme rouge est venu dans la ville
Son bel oiseau posé sur son épaule"

 Jean Max Brua  savait que la vie pouvait être injuste. Il nous en a persuadés un jour de printemps en nous laissant comme deux ronds de disque en plan.

C’est en 1968, qu’il enregistre ses premières chansons  « L’étranger – Plus tard la rose – Bateaux, Compagnies »  sous le label Mouloudji  qui,  avec Colette Magny résume l’homme en dédicace : « Un vrai chant d’homme lucide, blessé, prêt encore à mordre, prêt pour le combat ; le chant d’un homme de la Cité, le chant d’un citoyen de la terre ».

L’auteur est vite recherché par les interprètes qui lisent peu Le Figaro.

Francesca Solleville s’aligne sur un 200 mètres bien maitrisé, célébrant les gants noirs de Mexico 68.

"Ils ont baissé le front, vêtus de noir
Ils ont dressé les poings,  gantés de noir…"

Marc Ogeret, lui, se paie une grille inspirée  du roman de Roger Vaillant, histoire d’un ouvrier qui perd tout en essayant de gagner plus,

"Ça me revient tout ça
Les mots la rage de me dresser
De faire mon cri de chien blessé…"

Jean Max Brua fait alors partie des auteurs rive gauche et proches des Bertin-Vasca-Juvin-Elbaz. Compagnon de route nationale du PC, ses chansons, s’inspirent des réalités politiques, de l’actualité et des  problèmes sociaux.

« Toute chanson devrait être une nécessité et avoir sa justification. C’est ce qui la rend vivante, qui donne la vie à ce qui n’est autrement qu’un produit de fabrication… »

"Mon nom est Muhammad Ali…
Et pour le nègre sans travail,
Et pour le pochard du ruisseau,
Danse Ali danse…"

 Et parmi ces réalités, celle du Chili, s’inscrit comme une permanence dans l’œuvre de Jean Max.

D’abord avec espoir :

"Le jour se lève sur la Cordillère, bonjour soleil…."

Puis avec tristesse et militantisme :
"Camarade Soleil, camarade Chili,
Nous aurons des voix d’hommes et des ventres durcis,
Quand les radios complices installent le silence…."

Deux albums superbes vont marquer l’absence d’une carrière de Jean Max Brua.  Deux albums aux arrangements et jeux de corde magnifiques.

1972 . Dis-moi le feu avec la voix de Charlotte qui vient doubler celle grave et caverneuse de l’artiste. Avec La  rue de la Grange aux belles, Les enfants du roi

Avec Le pierrot, chanson forte

"J’ai des mots… qui parlent pas de ces gosses
Pour pas faire de peine aux braves gens…
J’ai de la terre à Chateaubriand…"

Et sa galerie de personnages,  dont bien sûr son homme de Brive

Il dit : "après le pont  / J’ai manqué perdre mon chemin….."
1976. La trêve de l’aube. Le meilleur de Brua :
"Défile dans la mémoire
L’aube sur le jardin des plantes
Le choc des poubelles
Au bout de la rue, des hommes ont froid…"

 côtoie son engagement politique :

"Le chanteur eut ses mains tranchées
Les balles brûlèrent sa poitrine
Et son chant lui fut arraché
Mais ici on préfère parler de Soljenistyne…"

Il faudrait que « les programmateurs de l’audio-visuel invitent enfin les artistes pour ce qu’ils ont à dire et non parce qu’ils ont un disque à promotionner. Mais à l’heure actuelle c’est la dictature du disque et de l’argent,».

Mais les quarts de siècle passent et rien ne change.

"Le rire brusque entre les dents
Quand l’homme joue à qui perd gagne
On y voit danser la lune et le couteau"

Jean Max Brua nous laisse tous frustrés. Pas difficile de savoir à qui on peut en vouloir.

"L’automne il est là pour longtemps
Le peu de l’homme qui s’enflamme
A déjà connu ces bûchers
La prison de verre se glace…"

Tracklist:
1 Rue de la Grange-aux-belles
Avec Charlotte Brua
2 L'ivrogne, le bossu
3 L'homme de Brive
4 Le Pierrot
Avec Charlotte Brua
5 Thomas la veine
6 Ballade des enfants du Roi (réenr.)
Avec Charlotte Brua
7 Gaspard Misère
8 Au goût du vent
9 L'automne et puis...
10 Chili
Avec Charlotte Brua

http://ti1ca.com/fb1u3ng2-7279-7279.rar.html

BERNARD HAILLANT
Ça fait grincer des dents 1972



Bernard Haillant est un chanteur français né à Nancy le 24 septembre 1944 et mort à Paris le 17 avril 2002.
Novembre 1966 II entre au cabaret de la Contrescarpe dont il ne sortira (de justesse) qu'à la fermeture en avril 1970. II y sera aussi barman.Bernard Haillant fonde le groupe Crëche avec Jo Akepsimas, Mannick, Jean Humenry et Gaëtan de Courrèges en 1969. Il mène parallèlement une carrière d'auteur, compositeur et interprète et enregistre une dizaine d'albums solo. Il reçoit le Grand Prix International du Disque de l'Académie Charles-Cros pour son album Des mots chair, des mots sang en mars 1982 ainsi que le Coup de cœur de cette même Académie pour L'homme en couleur en 2001.

1. Ça fait grincer des dents – octobre 1964
2. J’ai fait du feu – 6 novembre 1966
3. La petite chaise – 10 décembre 1966 - sur un texte libre de Danielle Nicolas de Jussy, 7 ans.
4. Pour l’oiseau – février 1967
5. Quand j’aurai pris de l’âge – 4 novembre 1966
6. Le jour où nous serons vieux – 25 avril 1967
7. Le printemps des fruits et légumes – printemps 1970
8. Pourquoi que les garçons s’en vont – 2 mai 1969
9. J’ai amie – 27 juillet 1967
10. Le gamin – 19 décembre 1967
11. L’oiseau de mon île – mars 1967
12. Mes enfants – janvier 1967

Les textes, paroles et musiques sont de Bernard HAILLANT sauf mention.
http://ti1ca.com/9x2jesuc-GEBH-GEBH.rar.html

PAUL HEBERT
Chante les bouts rimés de Jacques Faizant 1958-1960



Jean Vasca:
"Un autre personnage à qui j'ai eu l'honneur de "filer" ma petite guitare (il s'en contentait,ça le depannait) -il avait dû casser la sienne-ou quelque chose comme ça et comme j'en avais acquis une neuve chez le fameux luthier (Favino),bref,l'adorable Paul Hébert qui chantait des chansons écrites par le dessinateur Jacques Faizant (on le voit avec sa calvitie toujours commençante et son épaisse moustache dans certains épisodes des Brigades du Tigre.)

1958
Face A1 : Dans le bois humide (J. Faizant - P. Hébert - C. Vasori)
Face A2 : Abusive (J. Faizant - P. Hébert - C. Vasori)
Face B1 : La main de ma sœur (Daniel Hortis - Jerry Mengo)
Face B2 : La maison de mes rêves (J. Faizant - P. Hébert - C. Vasori)
Crédits
complémentaires : Orchestre, direction : Claude Vasori

1960
Face A1 : Légende
Face A2 : Jeanneton
Face B1 : Juste valeur
Face B2 : Le petit cancre

http://ti1ca.com/nh7jhxa4-PAHE-PAHE.rar.html

JEHAN JONAS



Jehan Jonas, de son vrai nom Gérard Beziat, né à Paris le 12 août 1944 et mort le 29 avril 1980 dans cette même ville, est un chanteur français francophone, auteur-compositeur-interprète libertaire des années 1960 et 70.
Après un certificat d’études primaires, en 1958, il travaille comme ouvrier à la SNCF, de 1961 à 1963. Il chante en terrasse, puis se produit en cabaret, par exemple, à la Contrescarpe, dès 1964. Il est admis comme « auteur » à la SACEM en 1965, avec déjà 200 chansons, et comme « compositeur » en 1967.
Son premier disque, en 1966, en fait un des espoirs de la chanson française. Parmi ses chansons connues : Comme dirait Zazie, Le manège, La mentalité française. Il se produit dans divers cabarets parisiens, et tourne en province, avec un succès d’estime. Il publie quatre 33T, en 1967, 1968, 1972, 1973.

L'intégrale à prendre ici:

http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/JEHAN-JONAS-quot-Integrale-4CD-quot-td470.html

NICOLE LOUVIER Nicole Louvier chante 1960



Nicole Louvier (née et morte à Paris, 23 juin 1933 - 8 mars 2003) est une auteure-compositrice-interprète, écrivaine, poète et productrice française d'émissions culturelles.
Elle est engagée par Nikos Papatakis et fait ainsi ses débuts au cabaret de La Rose Rouge. Elle passe également à La Colombe et Chez Agnès Capri1. Elle sera la première chanteuse française à s'accompagner à la guitare sur scène. Son répertoire se caractérise par sa poésie, son symbolisme, voire ses prémonitions avec des titres comme File la nuit (1955), J'appelle la Terre (1962) et La Chanson pour la fin du monde (1963).
Les éditions de La Table Ronde publient ses œuvres. La parution de son roman Qui qu’en grogne déclenche un scandale à cause de l'évocation des émois amoureux de jeunes filles entre elles. En 1959, c'est avec son roman Les Marchands qu'elle se met le métier à dos en contant l'histoire d'une jeune chanteuse naïve prise dans les rouages du show-business. Insensiblement, malgré son activité de productrice à Radio France, ses propos dérangeants vont la marginaliser.

Elle part alors en Israël pour vivre dans un kibboutz tout en poursuivant son travail d'écrivain. Elle partagera ensuite son temps entre Israël et la France.

Elle est inhumée à Paris, au cimetière du Montparnasse (30e division).
Elle suscitera la vocation de chanteuses qui, comme Anne Sylvestre, suivront son exemple en interprétant leurs propres compositions, paroles et musique, en jouant de leur propre guitare même si un orchestre vient les accompagner. Productrice à la radio, elle encouragera une Barbara débutante.

Tracklist:
1. Hélène
2. Rien n'arrive par hasard
3. L'important
4. Quel'que part ailleurs
5. Mon p'tit copain perdu
6. Monsieur Victor Hugo
7. Les sabots d'Hélène
8. Miarka
9. Une noix
10. Démons et merveilles
11. La chanson de Tessa
12. Ça fait pleurer les oiseaux
13. Philistins
14. Notre amour

PAUL VILLAZ



"J'ai découvert Paul Villaz par Jean Marie Quiesse qui, après que nous ayions correspondu autour de Paul Barrault, m'a gentiment fait parvenir un enregistrement de la soirée de clôture du cabaret "Le Virgule" de Caen en 1969 : les Trois Huit, Gilles Elbaz, Marie Noelle, Monique Esmer, Michel Lucet, Alan Stivell y cotoyaient ce magnifique personnage qui chantait pour l'occasion, "les lunettes", "ma femme", "la nana chorète", "le poisson Babobu"," le jazzband", "l'opéra"," le mille pattes" et "le mime"... de quoi rêver et s'esclaffer... mais patanksa!

On retrouve des traces du dit personnage dans les cabarets Rive Gauche et notamment "Chez Georges",  auprès de Paul Barrault (que ce monde est petit !)Nathalie Solence le chante dans son CD "Mes amis de la Rive Gauche"(Claude Gaisne, si tu en sais plus !!), et, son nom apparaît dans l'annuaire d' un petit village de l'Aveyron dont je tairai le nom afin que cette commune ne soit immédiatement assaillie par une foule d'admirateurs fanatiques . Car cet homme qui connut ses heures de gloire dans les années 60, mérite un somptueux  détour et je suis tombé raide en découvrant ses chansons pleines d'une poésie frisant l'absurde jusqu'à cette "académie française" décrite par le ramasseur de mégots maison, d'une truculence souveraine."
André Labeur

Tracklist:
01 Lunettes,lunettes
02 L'oiseau qui fait Tchak Tchak
03 Les femmes à barbe
04 Les fleurs à l'envers
05 Le polisseur de verres fumés
06 L'Académie Française
07 Le médaillon d'argent
08 Le Jazz Band
09 Le poisson Babolu
10 La nana-chorète

http://ti1ca.com/3egzsjuh-NLPV-NLPV.rar.html
les 2 en 1

ROGER RIFFARD



Roger Riffard, né le 1er avril 1924 à Villefranche-de-Rouergue et mort le 29 octobre 1981, est un romancier, auteur-compositeur-interprète et comédien français.
Né en 1924 dans l'Aveyron, il est enseignant, puis cheminot, écrit dans Le Monde libertaire, avant de publier deux romans en 1954 et 1956.

Composant également des chansons, il est encouragé par des amis à se produire en public : il chante sur la scène du cabaret Le Cheval d'Or. Contemporain de Boby Lapointe, Anne Sylvestre et Ricet Barrier, il est remarqué par Jacques Canetti qui lui fait enregistrer des disques, le premier en 1959. Il apparaît alors sur de nombreuses scènes parisiennes comme provinciales et fait la première partie des tours de chant de Georges Brassens.

En 1962, il crée la musique d'un court-métrage de Serge Korber dans lequel il interprète un rôle. C'est là le début de sa carrière de comédien, qui le voit se produire dans la cour d'honneur du palais des Papes au festival d'Avignon et jouer dans des films populaires ou bien d'auteur.

Il revient à la chanson en 1979, au café-théâtre de la Vieille Grille.

Il meurt le 29 octobre 1981, deux heures avant son ami Georges Brassens. La disparition de ce dernier éclipse dans les médias celle de Roger Riffard qui n'est que très peu commentée.

Il repose au cimetière de Banhars (Aveyron) où avec sa femme ils possédaient une maisonnette dans laquelle ils passaient quelques jours par an.

1959
Face A1 : Les p’tits trains (R. Riffard)
Face A2 : Mam’zelle Grand Flafla (Riffard)
Face B1 : Mon copain d’Espagne (Riffard)
Face B2 : La margelle (Riffard)
Crédits
complémentaires : avec Franck Aussman (J.M. Defaye) et son ensemble

1960
Face A1 : Ah ! Qu’il est doux (Roger Riffard)
Face A2 : Les pâquerettes (Roger Riffard)
Face B1 : La petite maison (Roger Riffard)
Face B2 : L’inconnue (Roger Riffard)
Crédits
complémentaires : Avec Roger Damin et son ensemble

1962
Face A1 : Timoléon le jardinier (R. Riffard)
Face A2 : La java du solitaire (R. Riffard)
Face B1 : Des Jules et des Étienne (R. Riffard)
Face B2 : Loulou de la vache noire (R. Riffard)
Crédits
complémentaires : A1: orch Pierre Chaub
A2, B1: orch Jean-Michel Defaye

http://ti1ca.com/idfk9c51-CSRR-CSRR.rar.html


BARBARA
L'oeillet blanc 1954-1959



Monique Serf, dite Barbara (ou Barbara Brodi à ses débuts), est une auteur-compositrice-interprète française, née le 9 juin 1930 à Paris 17e et décédée le 24 novembre 1997 à l'hôpital américain de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine).

Sa poésie engagée, la beauté mélodique de ses compositions et la profondeur de l’émotion que dégageait sa voix lui assurèrent un public qui la suivit pendant quarante ans. Nombre de ses chansons sont devenues des classiques de la chanson française, notamment : Dis, quand reviendras-tu ?, Nantes, Göttingen, La Dame brune, L'Aigle noir, Marienbad ou encore Ma plus belle histoire d'amour.
En 1955 Barbara retourne à Paris où elle chante dans de petits cabarets : « La Rose rouge », en 1956, « Chez Moineau », en 1957, puis, en 1958, à « L’Écluse », où elle a déjà chanté pour de courts engagements. En 1958, elle réussit à s’imposer, sous le surnom de « La Chanteuse de minuit », si bien que sa notoriété grandit et lui attire un public de fidèles, en particulier parmi les étudiants du Quartier latin. C’est cependant bien sous le nom de Barbara qu’elle effectue son premier passage à la télévision, le 12 juillet 1958, sur l’unique chaîne de la RTF, dans l’émission Cabaret du Soir, où la présentatrice la compare à Yvette Guilbert et lui assure « qu’elle deviendra certainement une grande vedette ».

À cette époque, elle commence à écrire. Remarquée et engagée par Pathé Marconi, elle enregistre (sous le label « La Voix de son Maître ») son premier disque 45 tours 4 titres, La Chanteuse de minuit, avec deux de ses propres chansons : J’ai troqué et J’ai tué l’amour, et au printemps 1959, son premier 33 tours (Barbara à L’Écluse).
En 1961, elle décroche un tour de chant du 9 au 20 février, en première partie de Félix Marten à Bobino, dans le quartier du Montparnasse. Sa performance est peu appréciée, sa présentation jugée austère, à l’évidence pas encore prête pour les grandes scènes. Loin de se décourager, elle reprend ses récitals à « L’Écluse ».

Deux années plus tard, les mardis de novembre et décembre 1963, au théâtre des Capucines, elle retient et captive l’attention avec un répertoire nouveau comprenant deux de ses chansons : Dis, quand reviendras-tu ? et Nantes. Le succès est tel que la maison Philips lui signe un contrat. Séduit, Georges Brassens lui propose la première partie de son prochain spectacle à Bobino.

1. Mon pote le gitan 2:49          
2. Les boutons dorés 2:58          
3. La femme d'Hector 2:52          
4. Tais-toi Marseille 2:57          
5. Les dames de la Poste 3:22          
6. L'oeillet blanc 3:02          
7. L'homme en habit 3:34          
8. Il nous faut regarder 1:59          
9. D'elle à lui 2:26          
10. Maitresse d'acteur 1:28          
11. Les voyages 2:47          
12. Un monsieur me suit dans la rue 4:38          
13. La Belle Amour 2:29          
14. Menuet pour la Joconde 2:10          
15. Sur la place 3:38          
16. Souris pas, Tony 3:51          
17. Le cri des sirènes 3:03          
18. J'ai troqué 2:19          
19. Les amis de monsieur 2:04          
20. J'ai tue l'amour
Le disque porte le titre : BARBARA L'oeillet blanc paru en janvier 2010 édité par Wagram n°3211982. Ce disque reprend les premiers enregistrements de Barbara de 1954 à 1959. Les 20 titres proviennent des premiers disques enregistrés et de versions commercialisées en 2001 et 2007 datant de 1959 et 1954

http://ti1ca.com/80cm40c7-BAOB-BAOB.rar.html

JACQUES BREL
Jacques Brel et ses chansons 1955



C'est en Belgique, dans la banlieue de Bruxelles à Schaerbeek, que naît le 8 avril 1929, la personnalité la plus volcanique de la chanson francophone, Jacques Romain Georges Brel. Son père, Romain, dirige une usine d'emballage. Avec son frère, Pierre, de 6 ans son aîné, Jacques connaît une éducation austère entre collège catholique et scoutisme. A 16 ans, il crée une troupe de théâtre avec quelques copains et écrit lui-même des pièces.
En 1953, il chante à la Rose Noire à Bruxelles et en février, sort un 78 tours. Jacques Canetti, responsable artistique chez Philips et découvreur de talents, le fait alors venir à Paris contre l'avis de sa famille qui lui coupe les vivres.
Les premiers temps sont durs. Il passe de nombreuses auditions, et décroche quelques engagements dans des cabarets tels que l'Ecluse, l'Echelle de Jacob ou les Trois Baudets, le cabaret de Jacques Canetti. L'accueil du public reste tiède. On se moque de ses allures provinciales.
1955 est l'année de son premier 33 tours 25cm sous le label Philips enregistré en France. Cette année-là, Brel chante pour des organisations chrétiennes ce qui lui vaut de la part de celui qui restera son ami, Georges Brassens, le surnom de "Abbé Brel".
Jacques Brel et ses chansons est le premier album de Jacques Brel, il sort en 1954, après que Jacques Canetti eut fait venir Brel à Paris pour enregistrer.

1. La Haine 1:53
2. Grand Jacques (c'est trop facile) 1:47
3. Il pleut (Les Carreaux) Jacques Brel & Glen Powell 2:33
4. Le Diable (Ça va) 2:24
5. Il peut pleuvoir Jacques Brel & Glen Powell 1:42
6. Il nous faut regarder 2:21
7. Le Fou du roi 1:55
8. C'est comme ça 2:06
9. Sur la place 2:48
    Bonus
10. S'il te faut (extrait EP 1955) 2:04
11. La Bastille (extrait EP 1955) 2:56
12. Prière païenne (extrait EP 1956) 2:33
13. Il y a (1953) 2:19
14. La Foire (1953) Jacques Brel & Lou Logist 3:21
15. Sur la place (version longue 1961) 3:3

http://ti1ca.com/g90c4ir0-JBSC-JBSC.rar.html

RICET BARRIER



Maurice-Pierre Barrier, dit Ricet Barrier, né le 25 août 1932 à Romilly-sur-Seine (Aube) et mort le 20 mai 2011 (à 78 ans) à Sainte-Christine (Puy-de-Dôme), est un chanteur, acteur et fantaisiste français.
 Musicien amateur, il dit avoir reçu la piqûre de la chanson en 1948 en écoutant Le Train du Nord de Félix Leclerc. Il commence à composer et apprend le banjo, l'ukulélé et la guitare. En 1955, il fait la connaissance de Bernard Lelou (né Georges Weil), ils travailleront étroitement tant au niveau des paroles que de la musique jusqu'à la mort de celui-ci en 1990. Barrier participe au Petit Conservatoire de la chanson de Mireille, émission diffusée par la RTF, en 1955 et 1956.

Ricet Barrier se révèle dans la seconde moitié des années 1950, notamment grâce aux Frères Jacques qui durant leur carrière reprendront 21 chansons signées Barrier et Lelou(notamment Rendez-vous (Stanislas), La Marchande de poissons, Les Spermatozoïdes, ou encore l'album La Mythologie, qu'ils interprètent dans son intégralité). Le chanteur se produit à Paris dans les cabarets de la rive gauche. En 1958, l'année de son service militaire, d'où il sort réformé, il rencontre Jacques Canetti et enregistre son premier disque pour le label Philips, La Servante du château, qui reçoit le Grand prix de l'Académie Charles-Cros. Ricet Barrier passe aux Trois Baudets avec Serge Gainsbourg et Bernard Haller, tandis que les vedettes de la seconde partie sont Raymond Devos, Guy Béart et Jacques Brel.

http://ti1ca.com/ldek7ni3-RIBA-RIBA.rar.html

Ricet Barrier et ses interprètes 1958-1961 (Frémeaux & associés)


Proposé par b.bebe ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/Ricet-Barrier-et-ses-interpretes-1958-1961-Fremeaux-amp-associes-td5218.html
Nouveaux liens:
CD1
http://ti1ca.com/vubxhot9-RBI1-RBI1.rar.html

CD2
http://ti1ca.com/lvdprsfm-RBI2-RBI2.rar.html

GEORGES BRASSENS
CD.1: Georges Brassens chante les chansons poétiques (...et souvent gaillardes) de... Georges Brassens (1952) et Georges Brassens interprète ses dernières compositions (1953).



En 1951, Brassens rencontre Jacques Grello, chansonnier et pilier du Caveau de la République qui, après l'avoir écouté, lui offre sa propre guitare et lui conseille, plutôt que du piano, de s’accompagner sur scène avec cet instrument. Ainsi « armé », il l'introduit dans divers cabarets pour qu'il soit auditionné. Alors, il compose d'abord sur piano ses chansons qu'il transcrit pour guitare.

Sur scène, Brassens ne s’impose pas. Intimidé, paralysé par le trac, suant, il est profondément mal à l'aise. Il ne veut pas être chanteur, il préférerait proposer ses chansons à des chanteurs accomplis, voire à des vedettes de la chanson. Il se produit alors dans quelques cinémas parisiens, tel le Batignolles, rue de la Condamine, où, entre les actualités et le film, il interprète trois de ses premiers succès, Le Parapluie, L'Auvergnat et Le Gorille.


Après plusieurs auditions infructueuses, Brassens est découragé. Roger Thérond et Victor Laville, deux copains sétois, journalistes du magazine Paris Match, viennent le soutenir et tentent de l'aider, dans la mesure de leurs moyens. Ils lui obtiennent une audition Chez Patachou, le jeudi 24 janvier 1952, dans le cabaret montmartrois de la chanteuse. Le jour dit, et au bout de quelques chansons, Patachou est conquise. Enhardi, Brassens lui propose ses chansons. Elle ne dit pas non et l'invite même à se produire dans son cabaret dès que possible. Les jours suivants, malgré son trac, Georges Brassens chante effectivement sur la scène du restaurant-cabaret de Patachou. Pour le soutenir, Pierre Nicolas, bassiste dans l'orchestre de la chanteuse, l’accompagne spontanément.
Quand Patachou parle de sa découverte, elle ne manque pas de piquer la curiosité du dirigeant du théâtre des Trois Baudets, Jacques Canetti, également directeur artistique chez Philips. Le 9 mars 1952, il se rend au cabaret Chez Patachou, écouter le protégé de la chanteuse. Emballé, il convainc le président de Philips de lui signer un contrat. Le quotidien France-Soir, du 16-17 mars, titre : « Patachou a découvert un poète ! »

Le 19 mars, l’enregistrement du Gorille et du Mauvais sujet repenti s’effectue au studio de la Salle Pleyel. Certains collaborateurs, offusqués par Le Gorille, s’opposent à ce que ces chansons sortent sous le label de Philips. Une porte de sortie est trouvée par le biais d’une nouvelle marque qui vient d’être acquise : Polydor. D'avril à novembre, neuf chansons sortiront sur disques 78 tours. L'une d'elles, Le Parapluie, est remarquée par le réalisateur Jacques Becker qui l'utilise pour son film Rue de l'Estrapade. Éditée sur disque en même temps que la sortie du film en salle, elle est distinguée par l’Académie Charles-Cros l’année suivante en obtenant le Grand Prix du disque 1954.

Le 6 avril, Brassens fait sa première émission télévisée à la RTF. Il chante La Mauvaise Réputation devant le public de l’Alhambra. Du 28 juillet au 30 août, il fait sa première tournée en France, en Suisse et en Belgique, avec Patachou et Les Frères Jacques..

Il est engagé à partir du mois de septembre au « Trois Baudets » ; le théâtre ne désemplit pas. Dans le public, les chansons comme Hécatombe et Le Gorille scandalisent les uns, ravissent les autres. Ces controverses contribuent à faire fonctionner le bouche à oreille. Dès lors, Georges Brassens gravit les échelons du succès et de la notoriété. En 1953, tous les cabarets le demandent et ses disques commencent à bien se vendre chez les disquaires. Son premier passage à Bobino, sa salle de prédilection, « l'usine » comme il se plaisait à le dire, à « quatre pas de sa maison » se fera en février 1953, avec l'accord des « Trois Baudets » (Jacques Canetti), son second passage en octobre 1953, mais pas encore en « vedette ».

Lui qui longtemps a hésité entre une carrière de poète et celle d’auteur-compositeur est maintenant lancé dans la chanson. Loin de juger la chanson comme une expression poétique mineure, il considère que cet art demande un équilibre parfait entre le texte et la musique et que c’est un don qu’il possède, que de placer un mot sur une note. Extrêmement exigeant, il s’attache à écrire les meilleurs textes possibles. Jamais satisfait, il les remanie maintes fois : il change un mot, peaufine une image, jusqu'à ce qu'il estime avoir atteint son but.

Patachou, qui a mis avec succès plusieurs chansons de son poulain à son répertoire, enregistre neuf titres le 23 décembre 1952, au studio Chopin-Pleyel, pour l’album Patachou… chante Brassens. Pour ce disque, il lui a donné une chanson en exclusivité : Le Bricoleur (boîte à outils) et, de plus, ils chantent en duo Maman, Papa.


Séduit par les chansons qui passent à la radio, l’écrivain René Fallet va l’écouter un soir au « Trois Baudets ». Il en sort ravi et son enthousiasme le pousse à publier un article dithyrambique dans Le Canard enchaîné du 29 avril 1953 : « Allez, Georges Brassens ! »

    « La voix de ce gars est une chose rare et qui perce les coassements de toutes ces grenouilles du disque et d’ailleurs. Une voix en forme de drapeau noir, de robe qui sèche au soleil, de coup de poing sur le képi, une voix qui va aux fraises, à la bagarre et… à la chasse aux papillons. »

Touché, Brassens lui écrit pour le remercier et lui demander de venir le voir aux « Baudets ». Leur rencontre sera le début d’une amitié qui durera le restant de leur vie.

Son premier album, Georges Brassens chante les chansons poétiques (… et souvent gaillardes) de… Georges Brassens, sort chez Polydor en octobre. Devenu vedette, il triomphe en tête d’affiche de Bobino (16 au 29 octobre 1953).

En 1954, c'est au tour de l’Olympia (23 février au 4 mars et du 23 septembre au 12 octobre). Pour cette grande scène, il fait appel à Pierre Nicolas pour l’accompagner à la contrebasse, marquant ainsi le début d’une collaboration qui durera presque trente ans. Le bassiste sera désormais de toutes les scènes et de tous les enregistrements. Bobino (du 25 novembre au 15 décembre) achève cette année qui a vu la publication, en octobre, de La Mauvaise Réputation, recueil où sont réunis des textes en prose et en vers, dont une pièce de théâtre : Les Amoureux qui écrivent sur l’eau.

Tracklist:
La Mauvaise Réputation

1. La Mauvaise Réputation [02:16]
2. Le Parapluie [02:33]
3. Le Petit Cheval [02:22]
4. Le Fossoyeur [02:09]
5. Le Gorille [03:20]
6. Corne D'Auroch [02:53]
7. La Chasse Aux Papillons [02:06]
8. Hécatombe [01:56]

Le Vent


9. Le Vent [01:17]
10. J'ai Rendez-Vous Avec Vous [02:05]
11. Les Amoureux Des Bancs Publics [03:02]
12. Ballade Des Dames Du Temps Jadis [02:07]
13. Comme Hier [01:45]
14. Pauvre Martin [01:40]
15. Brave Margot [03:21]
16. Il Suffit De Passer Le Pont [02:00]
17. La Cane De Jeanne [01:29]
18. La Marine [02:29]
19. Il N'Y A Pas D'Amour Heureux [02:26]

http://ti1ca.com/bdt79bks-GEBR-GEBR.rar.html

GUY BEART
Les années Béart 1957-1958 vol1



Guy Béart, de son vrai nom Guy Béhart-Hasson (orthographié à l'origine Béhar-Hassan), né au Caire (Égypte) le 16 juillet 1930, est un auteur-compositeur-interprète français.
Guy Béart se lance dans la chanson à partir de 1954, dans les cabarets parisiens de la Rive gauche, notamment La Colombe de Michel Valette ou Les Trois Baudets de Jacques Canetti qui le fait signer sur son label de musique Philips4 en 1957. Il y chante le Bal chez Temporel, dont les paroles adaptent le poème Le Tremblay de l'écrivain André Hardellet. Ce premier succès lui apportera, dès 1958, le Grand Prix du disque de l'Académie Charles-Cros. Il sera suivi de nombreux autres, comme L'Eau vive et Qu'on est bien (1958), Les Grands Principes (1965), Le Grand Chambardement (1967), La Vérité (1968), devenus des classiques. Puis il enregistre deux albums de chansons françaises traditionnelles, dont Vive la rose. Il écrit pour de nombreux artistes (Patachou, Zizi Jeanmaire, Juliette Gréco, qui chante Chandernagor et Il n'y a plus d'après).

Tracklist:
01 Qu'on est bien
02 Bal chez Temporel
03 Le quidam
04 Vous
05 Dans regrettable
06 Chandernagor
07 L'âne
08 Grenouille dans l'étang
09 Le chapeau
10 Douce
11 Laura
12 Un enfant écrit
13 Le terrien
14 Il y a plus d'un an
15 L'obélisque
16 Poste restante
17 Moitié toi,moitié moi
18 Sérénade à madame
19 L'agent double
20 Au bout du chemin

http://ti1ca.com/epx7s8qn-GUBE-GUBE.rar.html

JEAN VASCA
Les routes 1964
12 Chansons 1965



Jean Vasca, né le 25 septembre 19401 à Bressuire dans les Deux-Sèvres, est un auteur-compositeur-interprète français.

Il passe son adolescence à Paris et étudie au Lycée Louis Buffon. C'est au début des années 1960 qu'il commence à chanter dans des cabarets ses propres textes ou ceux de chanteurs dont il est l'admirateur ou l'ami, tels que Jean Ferrat, Léo Ferré ou Georges Brassens.
Jean Vasca est "sociétaire" (engagé à l'année) du cabaret "Chez Georges" où l'on chante assis sur une enclume.Le spectacle commence à 22h30 et finit à 2h du matin,à raison de 6 ou 7 artistes par soirée.Chacun dispose d'une demie heure et chante de 5 à 7 chansons

En 1962 et en 1963, Jean Vasca est le producteur d'une émission de poésie intitulée "Présence du verbe". À la même époque, il présente "Poème électronique n° 3" à la Biennale de Paris, où il chante et lit ses textes sur fond de musiques électroniques enregistrées.

En 1964 paraît son premier album. Intitulé Les Routes, il est arrangé par Jacques Malbet et Barthélémy Rosso (guitariste de Léo Ferré et Georges Brassens). En 1967, Jean Vasca devient rédacteur en chef de la revue Guitare et Musique pour quelques numéros. En 1968, il est récompensé par le Prix de l'Académie de la Chanson pour son troisième album L'Ange exterminateur.

En 1974 sort Un chant, cinquième album qui marque les débuts de sa collaboration avec l'arrangeur Michel Devy.

Célébrations, son huitième album paru en 1978, est récompensé par le Grand prix de l'Académie du Disque. L'année suivante c'est l'album De doute et d'envol qui reçoit le Grand prix de l'Académie Charles Cros.

Parallèlement à son activité discographique soutenue, il publie aussi plusieurs recueils de poésies, tels que L'Écarlate et l'Outremer en 1973 et Chansons, Succursales du soleil en 1978.

Il vit aujourd'hui dans le Gard et collabore à certains festivals régionaux.

1964 : Les Routes

    Les Routes
    Cœur féal
    Les Villes
    Le monde nous a tant donné
    Fleuves et forêts
    Si vous avez peur du loup
    Les Chemins à vivre
    Opération à cœur ouvert
    Chanson pour la braconnière
    La Chanson de Pierre Corneille

1965 : Chanson ****

    La Nuit des poètes
    La Dormeuse
    Écolier de mélancolie
    Jeunesse
    Nous gagnons sur la nuit
    Saint-Louis en l'île
    Les Matins mouillés de Novembre
    L'Ennemi
    La Chanson de Clément Marot
    Je voudrais vous crier
    L'Étrange
    Pour un printemps

http://ti1ca.com/ktnuwrl4-JVMB-JVMB.rar.html

ANNE VANDERLOVE
Ballade en Novembre 1967



Anne Vanderlove, de son vrai nom Anne Van der Leeuw1 est une auteur-compositeur-interprète française d'origine néerlandaise, née le 11 décembre 1939 à Scheveningen, La Haye.
Elle commence sa carrière en 1965 en se produisant Chez Georges, un cabaret de la rue des Canettes, à Saint-Germain des Prés.Une anecdote célèbre du lieu:un soir un terrible orage a éclaté alors qu'Anne Vanderlove,assise sur la célèbre enclume de "Chez Georges" entamait sa chanson "Ballade en Novembre":
Il pleut
Sur le jardin, sur le rivage
Et si j'ai de l'eau dans les yeux
C'est qu'il me pleut
Sur le visage.

Le fou-rire s'est emparé de la salle....

Elle acquiert la célébrité en 1967 avec la chanson Ballade en novembre, qui lui vaut un Grand prix du disque et enregistre l'album homonyme la même année.

En 1970, elle participe (voix et chœurs) à l'album noir et mythique de Gérard Manset : La Mort d'Orion.

Tracklist:
    Les Fusils
    Eva
    Ballade en novembre
    Notre maison
    Les Marais
    La Princesse, la Rose et le Tambour
    Les Petits Cafés
    Dites-moi
    Le Temps du givre
    La Châtelaine
    La Rose et le Vent

http://ti1ca.com/f7a68co5-6767-6767.rar.html

GEORGES CHELON
Père prodigue 1965



Georges Chelon est un chanteur, auteur-compositeur-interprète, français, né à Marseille le 4 janvier 1943.
Georges Chelon a fait ses débuts avec Eva et Anne Vanderlove dans le fameux cabaret "Chez Georges" où lui aussi s'est assis sur la célèbre enclume.

" Je n’ai jamais chanté les chansons des autres, je ne les connaissais pas. Je connaissais tellement peu d’accords de guitare que c’était impossible pour moi de chanter autre chose que mes chansons, qui étaient très simples, par la force des choses. A Paris, René Vaneste m’a fait rencontrer une personne qui débutait aussi dans le métier, un musicien qui sortait du Conservatoire : Lucien Lavoute. Lui, moi et un éditeur, Lucien Soulat, on a formé une équipe qui a marché assez rapidement. En fin de compte, on s’aperçoit qu’on ne marche que quand il y a une équipe qui fonctionne bien. Alors, j’ai fait un premier 45 tours avec quatre titres qui ont été bien accueillis (Quinze ans et plus, Gare aux sentimentaux...). Et rapidement, l’idée est venue à Lucien Soulat de faire directement un 33 tours, chose qui ne se faisait pas aussi vite. J’ai été un des premiers chanteurs nouvellement apparus à faire toute de suite un 33 tours. Ce qui a été payant au niveau promotionnel. Et dans cet album, sorti début 65, il y avait Père prodigue. Après, il y eu  une année un peu  flottante, parce qu’il faut quand même le temps que ça prenne. J’ai fait du cabaret, Chez Georges, rue des Canettes, essentiellement. Puis, ça s’est enchaîné. J’ai fait une tournée avec Adamo, avec Alain Barrière, le Gala des Etoiles, etc... C'est vrai, je n’ai pas attendu longtemps. Sur le plan du disque, j’ai fait les choses un peu à l’encontre de ce qui se faisait : j’ai eu la chance de commencer par faire un disque et après de chanter dans un cabaret. Par contre, pour ce qui est de la scène, j’ai suivi la filière habituelle : lever de rideau, vedette anglaise, américaine... C’est pour ça que je suis avant tout un gars qui aime la scène."

 Il reçoit le Prix de l'Académie Charles-Cros du disque français en 1966

Tracklist:
Rendez-Vous Ce Soir
Père Prodigue
Le Chien
Premiers Mots
Parole 2:00
Le Grand Feu
Credo
Retourne A Ton Destin
Comme Elle Et...
Pauvre Monde
Je Me Souviens
La Rose Des Vents
Le chien
Paroles
Pauvre monde

http://ti1ca.com/q497kq5d-GCJB-GCJB.rar.html

ANNE SYLVESTRE
1959-1962



Anne Sylvestre, de son vrai nom Anne-Marie Beugras, née le 20 juin 1934 dans le sixième arrondissement de Lyon, est une chanteuse française, auteur-compositrice-interprète.

Elle commence à chanter à la fin des années 1950 dans des cabarets comme « La Colombe » de Michel Valette, où elle fait ses débuts en 1957, puis au Cheval d'Or, La Contre-Escarpe, Le Port du Salut, Chez Moineau et aux « Trois Baudets » où elle chante jusqu'en 1962. C’est à la radio qu’elle commence à se faire un nom dès 1957. Son premier disque, un 17 cm, sort en 1959, et c’est avec Mon mari est parti qu’elle est véritablement remarquée. Elle enchaîne les disques. On la compare parfois à Brassens en raison de la qualité remarquable de ses textes, et parce qu'elle s'accompagne, comme lui, à la guitare. Elle reçoit le prix de l’Académie de la chanson française en 1960.

En 1962, elle se produit pour la première fois à Bobino en première partie de Jean-Claude Pascal et à l’Olympia en première partie de Gilbert Bécaud, prestations saluées par la presse. La même année, Georges Brassens, qui est dans la même maison de disques qu’elle, écrit un texte élogieux au verso de la pochette de son deuxième 25 cm, où il dit notamment : « On commence à s’apercevoir qu’avant sa venue dans la chanson, il nous manquait quelque chose et quelque chose d’important. » En octobre de cette même année sort un 45 tours avec ses premières chansons pour enfants les Fabulettes.

En 1963, elle sort son premier 33 tours. Elle reçoit pour ses chansons le Grand Prix international du disque de l’Académie Charles-Cros, quatre fois entre 1963 et 1967.



Tracklist:
01 La chanson de toute seule
02 Maryvonne
03 Porteuse d'eau
04 Philomène
05 Jeannette
06 Les cathédrales
07 Tiens-toi droit
08 Madame ma voisine
09 Mon mari est parti
10 Je n'suis pas bête
11 Si la pluie te mouille
12 Grégoire ou Sébastien
13 La femme du vent
14 Bergerade
15 Les punaises
16 Eléonore
17 Histoire ancienne
18 Moire et satin ou petite chanson sans importance
19 Quatre saisons
20 Valse marine

http://ti1ca.com/8d70ocos-ASFM-ASFM.rar.html


LENY ESCUDERO



« On m’a reproché d’avoir un vocabulaire qui ne dépasse pas mille mots. J’ai fait avec ce que j’avais. C’est long de reprendre leurs mots aux riches » – Leny Escudero

Joaquim Leni (dit Leny) Escudero est né (d’un père gitan) le 5 novembre 1932, dans le village navarrais d’Espinal, sur le contrefort des Pyrénées. Ses parents, républicains espagnols et analphabètes, sont contraints de fuir leur pays en 1939. Il conservera toute sa vie l’amère nostalgie du déracinement (évoqué, par exemple, dans « Malenfance »). Il a en effet grandi, dans de rudes conditions, au sein de ce quartier parisien et populaire de Belleville, où la famille d’immigrés s’est installée, alors que le petit garçon n’était âgé que de sept ans. Après avoir obtenu son certificat d’études, il occupe divers petits boulots (d’apprenti métreur à carreleur, en passant par simple manœuvre ou terrassier), mais est également confronté au chômage.


Et la chanson l’emporte dans ses tourbillons, comme un destin à l’antique et un désir irrépressible : il saute le pas en 1957. Il se propose dans tous les cabarets de la rive gauche parisienne .Tous le refusent. Jusqu’à ce qu’un certain Jacques Canetti, grand découvreur de talents devant l’éternel et patron des Trois Baudets, lui propose la scène de son établissement. Il l’occupera trois saisons durant.

Nous avons posté quasi l'intégrale de Leny Escudero sur le forum
Le début est ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/LENY-ESCUDERO-quot-Les-annees-60-5-albums-quot-td10809.html

SERGE KERVAL
 Récital N°1 1963



Serge Kerval est un chanteur breton, né à Brest en 1939 et mort à Nantes le 4 juin 1998, principalement interprète de chansons traditionnelles.

Disciple de Jacques Douai, il chante à partir des années 1960 dans les cabarets Rive gauche, puis dans les Instituts français à l'étranger, ainsi que sur les campus des universités américaines (en particulier en Louisiane) au début des années 1980. Il devient ainsi un représentant à l'étranger de la chanson française traditionnelle à texte.


Tracklist:
01 Dites-moi
02 Conseils pour la saison d'été
03 Chanson de Madeleine
04 Le palais de nos chimères
05 Les baleines
06 Il ne reste de toi
07 Les perdrix
08 Les hommes des villes
09 Si la pluie te mouille
10 Les cathédrales

https://ti1ca.com/u77up2hi-SKMO-SKMO.rar.html

MAURICE FANON
La petite juive 1965
Martine 1966



Maurice Fanon est un auteur-compositeur-interprète français né à Auneau en 1929 et mort à Paris le 30 avril 1991.

 Maurice Fanon est un chanteur atypique, bohème, un idéaliste rêvant d'un monde meilleur, qui a commencé sa vie professionnelle comme professeur d'anglais. Par la suite il écrit des textes qu'il soumet à ses copains pour qu'il les mettent en musique, puis il rencontre Pia Colombo qui chante et enregistre certaines de ses chansons en 1956.

Dans ces années, Fanon côtoie Georges Moustaki et tourne dans quelques cabarets à La Méthode, Chez Patachou, à L'École buissonnière, à La Colombe et au Port du salut où il débute sa carrière de chanteur en 1962 avec un engagement de deux ans.. Il signe un contrat de 3 ans avec les disques Odéon en 1963. Maurice Fanon a pour pianiste Jacques Debronckart qui l'initie à la technique vocale car il en avait grand besoin. Fanon lui rend hommage dans "Le petit bout de rêve" et "Jacques Machin". Leur amitié durera.

 Boycotté par les médias, catalogué "Chanteur Rive Gauche", Maurice Fanon refuse le système du spectacle il le dit dans sa chanson "Avec Fanon". Il assure des premières parties de Jacques Brel, chante à Bobino et écrit une chanson hommage à Léo Ferré "Léo de Hurlevent".

Maurice Fanon affiche ouvertement son antimilitarisme avec des chansons comme "Képicon", "Le général" et son aversion pour la guerre "La petite juive". Il se définit comme un "anar-coco", un libertaire, ce qui l'éloigne encore plus des médias. C'est un homme libre.

Tracklist:
1 La petite juive
2 Amour chiendent (1964)
3 Jean-Marie de Pantin M. Fanon - J. Holmès
4 Avec Fanon
5 L'écharpe
6 Tête de quoi ?
7 A la Jésus (1963)
8 Je rêve, je rêve
9 Paris Cayenne
10 Madame Seguin
11 Jacques Machin (1963) = 01B-04
12 La petite fleur de Marion

Martine 1966

Tracklist:
1 Martine M. Fanon - O. d'Andréa
2 Alleluia
3 La chanson du nord
4 Le cheval gris
5 La fille de Rennes
6 Soir de mai
7 La citoyenne
8 La valse à soldats
9 Elle chante, chantera
10 Le testament

http://ti1ca.com/rfs97o2t-MAFA-MAFA.rar.html

JEAN BERIAC



Catalogué « fantaisiste » ou « humoriste », Jean Bériac passe à l’Olympia en 1960, en complément de programme d’Amalia Rodriguez. Il enregistre ses premiers disques chez Decca au moment de la vague yéyé et trois EP plus tard, il se retrouve chez Bel Air. « À part la chanson Le petit vélo, ces premiers disques n’ont pas marché... » En 1967, il écrit les paroles de Mikélaï, enregistrée par Éva. Et l’année suivante, on le retrouve sur les barricades avec Dominique Grange...
Tout le monde connaît l'expression " avoir un p'tit vélo dans la tête."
Mais sait-on exactement d'où elle vient ?
C'est une invention de l'homme qui est sur cette photo et qui, dans les années 60 connut un énorme succès avec cette chanson qui commençait
justement par ces mots "J'ai un p'tit vélo qui tourne dans la tête..."
Bériac est un peu oublié aujourd'hui mais la formule est restée.
Il a d'ailleurs écrit beaucoup d'autres chansons toutes plus poétiques et "farfelues" les unes que les autres.
Mais, sorte de Pierrot Lunaire, il n'a jamais fait aucun effort pour se faire
connaître du grand public après son premier succès...

1960
Face A1 : Ma puce (Jean Beriac)
Face A2 : Ombrelles et parapluies (Jean Beriac)
Face B1 : Le petit vélo (Jean Beriac)
Face B2 : Je bazarde (Jean Beriac)
 
1961
Face A1 : J’ai le cœur qui ronronne (Jean Bériac)
Face A2 : L’oreiller (Jean Bériac)
Face B1 : Mon petit vide-poches (Jean Bériac)
Face B2 : Violons et violoncelles (Jean Bériac)

1962
Face A1 : Les grenouilles (Jean Beriac)
Face A2 : Les amours de juillet (Jean Beriac)
Face B1 : les barreaux de chaise (Jean Beriac)
Face B2 : Dans ma cervelle (Jean Beriac)
Crédits
complémentaires : Orchestre dirigé par Christian Chevallier

CHRISTIAN MARIN



Toujours dans la catégorie Humoristes:
A la fin des années 50,le cabaret Cheval d'Or accueillera Christian Marin,grand  dégingandé qui dit des poèmes de Jules Renard et chante "je suis professeur de gymnastique tik tik".

Tracklist:
01 Claudius
02 Le professeur de gymnastique
03 Arthur la friture
04 J'ai des ailes dessous les pieds

JACQUES BARTHES



Jacques Barthès, né à Montpellier en 1950. Chanteur, guitariste et compositeur, il s'inspire des paysages méditerranéens de son enfance. Cinq disques ont été publiés: Solitaire Solidaire, Amara, L'envol des ruines, L'heure solaire et La chanson des bons présages.
Il a fait partie des artistes programmés au Pétrin (cabaret associatif réunissant une soixantaine d'artistes, lancé par la Maison PourTous Mouffetard et dirigé par Gilles Naudin et Jack Messy puis Alain Combes ; dans la cave d'une maison en ruine -un immense pétrin au rez-de-chaussée, impossible de le sortir.
Jacques Barthès s'intéresse aussi à la pédagogie musicale en milieu scolaire.. Il publie "La chanson à portée des enfants".
Il vit aujourd'hui à Sète

Tracklist:
01 Un dimanche midi
02 Chanter
03 La croisade des enfants
04 C'est pour vous que je chante
05 J'épouse la crue de ce fleuve
06 Chant pour les pays perdus et retrouvés

Les trois dans le même lien
http://ti1ca.com/nn30u7rg-JBCM-JBCM.rar.html


EVA
Comme les blés 1967



Eva est une chanteuse allemande née à Berlin le 27 mai 1943.Eva CHEMOUNI passe son enfance dans la capitale allemande ravagée et déchirée. Son père est russe et sa maman Lituanienne.
En 1962, elle quitte son pays natal pour se rendre à Paris afin d’étudier le français. Au contact de Brel et de Barbara, elle privilégie la carrière de chanteuse à celle de journaliste.
En 1964, elle passe à Bobino avec Brassens et sort son 1er album.
Elle effectue une série de galas un peu partout en Europe et au Canada.
Elle passe à l’Olympia avec Sardou et à Bobino avec Serge Reggiani qu’elle accompagnera en 1968 dans une grande tournée à travers la France.
Elle fait ses classes dans les cabarets de la Rive Gauche.

Elle a notamment interprété des chansons de Barbara, d’Anne Sylvestre et plus récemment de Marlene Dietrich, partagé la scène de Georges Brassens, de Serge Reggiani et de Michel Sardou. Elle a chanté un peu partout en Europe, en Afrique et au Québec, où elle demeure depuis plusieurs années. Elle donne encore des spectacles intimes à l’occasion, mêlant son répertoire à celui de Marlene Dietrich, à qui elle rendait hommage sur son disque À Marlène.
Eva :  une voix grave et puissante , des chansons magnifiques en français , allemand et anglais.Elle fut un temps interdite à la radio France-Inter pour sa voix trop sensuelle.


Tracklist:
Comme Les Blés
Ni Ophélie, Ni Lorelei
L'homme Blanc Dans L'église Noire
La Neige Est Si Blanche
Les Enchaînés (Unchained Melody)
Barcelone
Weisst Du Wie Das Ist
Où Vont Les Fleurs
Le Mur
Frei
Mikelai

PIA COLOMBO
Heritage - Le Mauvais Larron - Festival (1957-1964)



Pia Colombo est une chanteuse française, d'origine franco-italienne, née Eliane Marie Amélie Pia Colombo le 6 juillet 1934 à Homblières (Aisne), morte à Créteil le 16 avril 1986. Elle fut également comédienne de théâtre et a fait quelques apparitions au cinéma. C'est aussi une artiste engagée qui a clairement exprimé des idées politiques durant sa carrière sur les planches comme sur les scènes où elle s'est produite.
Elle se présente au Collège Inn (cabaret). On la renvoie : « Vos chansons sont mauvaises, vous êtes mauvaise, tout est mauvais. ». Elle se présente au Cabaret L'Écluse, dans la même journée. Léo Noël, un des cofondateurs de ce lieu de culture et de divertissement estampillé rive gauche, l'engage pour un an. « Deux mille vieux francs par soir, puis trois ». C'est au moins le pain assuré pour elle et sa grand-mère. Le pain, mais pas toujours le loyer.

Là, elle prend le nom de scène de Pia Colombo et sera l'interprète notamment de la chanson Julie la Rousse de René-Louis Lafforgue. Pia Colombo choisit d'interpréter aussi des œuvres de Maurice Fanon , l'homme avec qui elle vit. Ils se sépareront après plusieurs années de vie commune autour de 1963.
Sa carrière de chanteuse démarrera vraiment fin 1956 en chantant au cabaret L'Écluse qui se trouvait au 15 du quai des grands Augustins, place Saint-Michel à Paris VI (métro : station Saint-Michel). Elle débutera cette même année sur les planches de cette minuscule scène en compagnie d'autres nouveaux venus non dénués de talent : Jean-Roger Caussimon, François Rauber, Marie-Josée Neuville, Caroline Cler, Raymond Devos, Henri Garcin et Jean Harold. Elle y chante les chansons de Maurice Fanon que l'on retrouvera sur son deuxième 45 tours : « Le Quai Malaquais », « Moi j'ai l'Italie », « Péniche » et « Si Paris Paris pouvait » qui sortira en 1957. Elle côtoie ainsi Barbara qui a aussi débuté à L'Écluse, elles se fréquenteront régulièrement.
Autour de 1958, on retrouve trace de son passage sur la scène du cabaret « Port du Salut.Pia retourne sur la rive gauche dans les cabarets qui l'ont aidé à débuter et se faire un nom. C'est ainsi que l'on retrouvera son nom dans la liste des artistes qui sont passés en représentation sur la scène de différents cabarets comme La Tête de l'Art avant 1957 et ensuite dans les années 1960. Il en va de même pour son passage sur la scène de la pépinière de Jacques Canetti : le cabaret Les Trois Baudets et à la Maison Pour Tous ou autrement appelée Théâtre Mouffetard, ainsi qu'au cabaret La Contrescarpe avec Francesca Solleville et Christine Sèvres. Pia Colombo fait partie aussi de la liste d'artistes ayant débuté ou y ayant été programmé dans les premières années de leurs débuts au cabaret de La Colombe entre 1954 et 1964.

Tracklist:
1. La Fete Est La
2. A Nos Amours
3. Julie La Rousse
4. Isabelle
5. Le Quai Malaquais
6. Péniche
7. Moi J'Ai L'Italie
8. Si Paris Pouvait
9. L'Ecluse
10. La Carmagnole Du Soldat
11. Le Mauvais Larron
12. Ami D'Amour
13. Pleure Pas Marie
14. L'Echarpe

http://ti1ca.com/clzfqlcc-EVPC-EVPC.rar.html
les 2 en 1

CHRISTINE SEVRES



Christine SEVRES  est née le 25 mars 1931 sous le nom de Jacqueline, Christine BOISSONNET rue Saint - Jacques à  PARIS.
 Très jeune elle est attirée vers une carrière de comédienne. Elle apprend assez jeune  le piano et le chant lyrique.
Vers 1947 elle est attirée par Saint Germain des Prés, à cette époque elle ne joue pas la comédie et elle ne chante pas mais elle écrit.
Plus tard dans les années 1950 elle joue des pièces de théâtre et prend des cours de comédie.
Pour élever sa fille, Véronique Estel, elle doit travailler : mannequin ; barmaid, dessinatrice industrielle, secrétaire d’écrivains, …au milieu de ces années 50 elle est employée de bureau pendant deux ans et demi.
 Un jour , en 1955 ou 1956,  elle prend la décision de changer de vie et se jette dans la carrière artistique. Elle débute comme chanteuse au cabaret du Cheval d’Or.

D’abord comédienne, Christine Sèvres dit des poèmes dans les cabarets de la rive gauche et fait deux rencontres décisives en 1956 : Jean Ferrat, son futur mari avec lequel elle interprètera La Matinée (il lui écrira aussi une pure merveille intitulée Tu es venu) et Jean-Pierre Suc, auteur-compositeur-interprète, co-fondateur du cabaret Le Cheval d’Or, où elle va beaucoup chanter dans les années 60. Malgré Bobino avec Brassens (1964) et Serge Reggiani (1969), elle butte sur l’absence de disque et sort malheureusement son premier 30 cm le 10 mai 1968 ! Le second suit deux années plus tard, sans écho suffisant, et en 1972 elle renonce au « métier », se réfugiant dans sa maison d’Ardèche où désormais elle peint.

 Elle est , hors André Claveau, une des premières à chanter les chansons de Jean FERRAT : « l’homme sandwich », « Betty de Manchester ».

Tracklist:
01 Point de vue
02 Oscar et Irma
03 Robert le Diable
04 Béton armé
05 Comme Rimbaud
06 Trois cigarettes
07 En Do Majeur
08 Tu es venu
09 La fête aux copains
10 Ame te souviens-tu
11 Maman j'ai peur
12 Cuba si
13 Le beau cancer
14 Heureusement qu'il y a les toros
15 Les dieux sont dingus
16 Vivre en flèche
BONUS
17 Le clown
18 La matinée (avec Jean Ferrat)

http://ti1ca.com/mvlkf3id-CHSE-CHSE.rar.html

PARIS RIVE GAUCHE


Christine Sèvres a participé en 1961 à une compilation sur la chanson Rive Gauche que vous trouverez ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/PARIS-RIVE-GAUCHE-compilation-td13657.html

FRANCESCA SOLLEVILLE



À partir de 1958, Francesca Solleville délaisse le chant lyrique afin de chanter ses auteurs préférés dans les cabarets Rive-Gauche de Paris. Influencée par Germaine Montero et encouragée par Léo Ferré, elle est orientée par Jacques Douai vers la maison de disques Boîte à musique.

Elle chante dans de nombreux cabarets : à l'Écluse, où elle chante avec Barbara, à La Contrescarpe où Elsa Triolet et Louis Aragon viendront l'entendre chanter, à La Colombe où elle croise Pierre Perret et au Port du Salut où chantent également Christine Sèvres, Jacques Debronckart, Maurice Fanon, Pia Colombo, Pierre Louki, Ricet Barrier. En 1959, elle chante à la Mutualité deux chansons de Louis Aragon (La rose du premier de l'an et Un homme passe sous la fenêtre et chante). Elle enregistre son premier 45 tours Francesca Solleville chante Aragon et Mac Orlan. Toujours en 1959 elle participe à des disques collectifs (chansons enfantines en 45 tours, chansons d'enfants en 33 tours 25 cm).

à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/FRANCESCA-SOLLEVILLE-quot-1er-Recital-quot-td11475.html

JEAN FERRAT
Ma Möme 1959



Jean Tenenbaum, dit Jean Ferrat, né le 26 décembre 1930 à Vaucresson (Seine-et-Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche), est un auteur-compositeur-interprète français.
Auteur de chansons à texte, il alterne durant sa carrière, chansons sentimentales, poétiques et engagées et a souvent maille à partir avec la censure. Reconnu pour son talent de mélodiste, il met en musique et popularise nombre de poèmes de Louis Aragon.

Attiré par la musique, le théâtre et le classique, il entre dans une troupe de comédiens au début des années 1950, compose quelques chansons et joue de la guitare dans un orchestre de jazz. Il passe sans grand succès quelques auditions, fait des apparitions au cabaret sous le nom de Jean Laroche, et, ne se décourageant pas, décide de se consacrer exclusivement à la musique.
En 1957, il chante dans quelques cabarets de la Rive gauche : Milord l'Arsouille, La Colombe, L'Échelle de Jacob, La Rôtisserie de l'Abbaye, en s'accompagnant à la guitare.
Christine Sèvres dit à son mari Jean Ferrat alors devenu une grande vedette : « Tu te souviens, quand on a commencé sur les cabarets ensemble, on se disait que tous les jours on faisait des petits pas. Et moi, j’en suis toujours aux petits pas. »
Les grandes injustices de l'époque,Il y en a beaucoup. De terribles comme Gribouille qui finit par se perdre et mourir d’une overdose de barbituriques à 26 ans. D'autres, comme Marie-Thérèse Orain ou Christine Sèvres, des chanteuses exceptionnelles qui de l’avis de tous ceux qui les ont vu sur scène, aurait mérité la reconnaissance du grand public.

Tracklist
01 Ma môme
02 Regarde-toi Paname
03 Frédérico Garcia Lorca
04 L'éloge du célibat
05 Les mercenaires
06 Ma vie,mais qu'est-ce que c'est
07 Fredo la nature
08 L'homme sandwich

Jean Ferrat époque Rive Gauche

PIERRE VASSILIU
Pierre Vassiliu années 60



Pierre Vassiliu est un auteur-compositeur-interprète français, né le 23 octobre 1937 à Villecresnes, dans ce qui deviendra plus tard le Val-de-Marne,d’un père médecin immigré roumain et d’une mère mélomane ,et mort le 17 août 2014 à l'âge de 76 ans, à Sète dans l'Hérault.
Vassiliu sert durant vingt-neuf mois en tant que photographe des armées au cours de la guerre d'Algérie. Il passe en conseil de guerre pour avoir diffusé, grâce à un camion de l'armée équipé de haut-parleurs, sa chanson La Demande de permission, au texte antimilitariste.Pierre Vassiliu retourne à la vie civile et rejoint le Petit Conservatoire de Mireille. Il se produit dans les cabarets de la rive gauche et chante notamment au cabaret L'Écluse. Armand, son premier 45-tours, est écrit avec son frère Michel. Édité en 1962, ses ventes atteignent les 150 000 exemplaires. Le chanteur se produit en première partie des Beatles à l'Olympia, puis de vedettes françaises comme Claude François et Sylvie Vartan qu'il accompagne en tournée. Au cours des années 1960, il continue de rencontrer le succès avec des titres comme Alice ou La Famille tuyau de poêle.il rencontre meilleur accueil à Paris dans les cabarets de la rive gauche avec la Femme du sergent, rapidement censurée pour cause d’événements d’Algérie.

Tracklist:
01 La Femme Du Sergent
02 Trois Etoiles
03 La Ronde Enfantine
04 Alice
05 J'Ai L'Honneur
06 Armand
07 Charlotte
08 Le Coureur Cycliste
09 Georgette
10 Twist Anti Ye
11 A Marée Haute
BONUS
12 Et ta soeur
13 Eugène
14 La foire aux boudins
15 Les cacahuettes grillées
16 Si j'aurais su
17 Ma cousine

http://ti1ca.com/dsy4g1on-JFPV-JFPV.rar.html
les 2 en 1

GRIBOUILLE
compilation d'enregistrements de 1964 à 1966, réédition 1990



Gribouille est le nom d'artiste de Marie-France Gaite (Lyon, 17 juillet 1941 - Paris, 18 janvier 1968), chanteuse française.

Elle commence à se produire très jeune à Lyon, à seize ans, avant de monter à Paris où elle vit des dessins à la craie, sur le trottoir. Jean Cocteau la croisant dans la rue où elle dessine sur un trottoir, se méprend sur cette "jolie fille pleine de musique qui ressemblait parfois à un joli garçon" et l'aborde. Il la présentera au Bœuf sur le toit, premier maillon pour se lancer dans la chanson. Il dessinera aussi son portrait que - en souvenir de sa méprise - il dédicacera "À mon ami Gribouille". Elle gardera précieusement ce dessin en ajoutant pudiquement un E au mot ami.

 Elle rejoint la rive-gauche où elle chante à « la cabane bambou ». Là, Gribouille est vite repérée par Aimée Mortimer , célèbre productrice et animatrice de télévision. elle la fait passer aussitôt dans ses émissions.Suivront ses prestations sur le célèbre cabaret « le boeuf sur le toit » , « Au don Camillo » et à « l’Ecluse ».

 Des articles dithyrambiques sont publiés la comparant à Barbara et Brel.Sa voix fascinante, juste, puissante donnait des frissons indicibles à son public.Elle enregistre des chansons de Michel Breuzard, puis, collaborant avec des compositeurs comme Charles Dumont, Gérard Bourgeois, Jacques Debronckart, Georges Chelon, elle écrit dans les années 1960 ses textes les plus connus : Mathias, Grenoble, Elle t'attend, On n'a pas le droit, Ostende. Son apparence androgyne et sa voix grave ainsi que ses chansons personnelles et ambiguës lui gagnent le public lesbien.

En 1966, elle chante à Bobino en première partie de François Deguelt. Le jeudi 18 janvier 1968, celle qui chantait Mourir demain meurt d'un excès de barbituriques et d'alcool.  Pas la peine de faire de l’investigation malsaine sur le « s’est-elle suicidée ? »…le constat est-là ! On l’a retrouvée morte dans son appartement d’un matin froid ; le 18 janvier de 1968.

Elle est inhumée au cimetière parisien de Bagneux (92), dans la 96e division 8e allée tombe 37.

Tracklist:
1. Mourir de joie
2. Le temps de Marie
3. Si tu ne rentres pas
4. Mourir demain
5. Pauvre Camille
6. Viens danser Marie
7. Il faudrait
8. J’irai danser quand même
9. Que je t’aime
10. Les amants
11. Mathias
12. Grenoble
13. Les roses barbelées
14. A courte paille
15. Elle t’attend
16. Geule de bois
17. Les rondes
18. Dieu Julie
19. A ta santé Madame

http://ti1ca.com/3mcgmpq8-GJMLB-GJMLB.rar.html

SERGE GAINSBOURG Rive Gauche



A ses débuts, il fut attaqué pour sa laideur. On se moque de son nez, de ses oreilles, de ses yeux mi-clos.Le Milord l’Arsouille , c’est là qu’en particulier Serge Gainsbourg fera ses débuts dans le tour de chant, après avoir été pianiste d’ambiance.  Le Canard enchaîné titre «Quand Gainsbourg est en scène, le public boit du petit laid». Pétrifié durant ses concerts, le chanteur fixe froidement un public qu'il pense hostile, et déclame sa drôle de chanson rive gauche, l'air absent. Aussi cynique qu'il pouvait l'être, il lui était impossible de ne pas être meurtri à vie par les propos, d'une violence inimaginable aujourd'hui, que la presse tenait sur son apparence physique. Et on comprend mieux la jouissance qui dut être la sienne des années plus tard quand il devint un homme couvert de femmes, possédant même la plus belle de toutes, s'offrant une Roll's qu'il était incapable de conduire, et menant la belle vie -
Débuts difficiles, donc: outre les moqueries qu'il doit subir, sa carrière de peintre, tant fantasmée, a dû être stoppée et ses premières chansons ne séduisent guère. Sa place est nulle part. Les premiers tubes, modestes, arrivent lentement. Le Poinçonneur des Lilas et La Javanaise imposent laborieusement son style. Il se cherche.Son premier album, Du chant à la une ! d'où est extrait Le Poinçonneur des Lilas, premier succès en 1958, détonne, mais est un échec commercial. Il sera remarqué par Marcel Aymé, qui dit que ses chansons « ont la dureté d'un constat ».

Tracklist:
Du chant à la une!
01 Le poinconneur des Lilas
02 La recette de l'amour fou
03 Douze belles dans la peau
04 Ce mortel ennui
05 Ronsard
06 La femmes des uns sous le corps des autres
07 L'alcool
08 Du jazz dans le ravin
09 Charleston des déménageurs de pianos
10 La jambe de bois "Friedland"
11 Douze belles dans la peau (En public)
12 La recette de l'amour fou (en public)
13 La femme des uns sous le corps des autres (en public)
14 Le poinçonneur des Lilas (en public)

L'étonnant Serge Gainsbourg
01 La chanson de Prévert
02 En relisant ta lettre
03 Le rock de Nerval
04 Les oubliettes
05 Chanson de Maglia
06 Viva Villa
07 Les amours perdues
08 Les femmes c'est du chinois
09 Personne
10 Le sonnet d'Arvers

N°2
01 Le claqueur de doigts
02 La nuit d'Octobre
03 Adieu créature
04 L'anthracite
05 Mambo miam miam
06 Indifférente
07 Jeunes femmes et vieux messieurs
08 L'amour à la papa

N°4
01 Les goémonds
02 Black trombone
03 Baudelaire
04 Intoxicated Man
05 Quand tu t'y mets
06 Les cigarillos
07 Requiem pour un twisteur
08 Ce grand méchant vous

http://ti1ca.com/azu05tnb-SGRG-SGRG.rar.html

FRANCOIS DEGUELT



François Deguelt de son vrai nom Louis Deghelt est un chanteur, auteur-compositeur-interprète français né à Tarbes le 4 décembre 1932 et mort le 22 janvier 2014 dans le Var.

En 1949, il prépare une licence en philosophie qu'il abandonnera en 1951 pour chanter dans un cabaret montmartrois, Le Tire-Bouchon. Il écrit ses premières chansons, Coquette et Vie quotidienne, en 1952. En 1953, il débute à la radio dans l'émission de Francis Claude, puis il part en tournée avec Jean Nohain pour l'émission Reine d'un jour.

En 1956, il remporte le prix de l'Académie Charles-Cros, puis c'est le service militaire (1958) avec le départ pour l'Algérie.
En 1956 fut créée dans le cadre de la Maison Pour Tous Mouffetard, l'école de la chanson de Solange Demolière. On y trouva : Frida Boccara, Jean Vasca, Bernard Stéphane, Claude Vinci, etc. Les "Samedis de la mouffe" (chanson et poésie) furent organisés une fois par mois, de 1948 à 1975 dans la salle (160 places au moins…) de la MPT.
On put y applaudir (entre autres) : Pia Colombo, Paul Barrault, Joêl Holmès, Catherine Sauvage, Simone Bartel, les 4 Barbus, Colette Chevrot, Beck et Marino, Cyril Dives, Fernand Raynaud, Jacques Brel, Pauline Julien, Georges Brassens, Luce Klein, René-Louis Lafforgue, François Deguelt, Bernard Haller, Anne Sylvestre, Yves Joly, Jean Ferrat, Barbara, Raymond Devos (qui fut un pilier du théâtre Mouffetard à ses débuts), etc. Le poète Maurice Fombeure fit même le présentateur… Il faut ajouter que la MPT était souvent louée pour des spectacles (Jacques Bertin, par exemple…)
 Dès 1960, François Deguelt passe en vedette sur les scènes comme Bobino, l'Olympia, l'A.B.C. et en 1965, c'est le tube de l'été avec Le Ciel, le soleil et la mer.

Tracklist:
1955

Face A1 : Les réverbères (F. Deguelt - A. Romans)
Face A2 : N’embrassez pas ma femme (Camoletti - A. Romans)
Face A3 : Donnez-moi un seul baiser (Jimmy Davis)
Face A4 : Dimanche matin (Kerambrun - Traditionnel breton)
Face B1 : Rue des Morillons (P. Braffort)
Face B2 : Les complexes (F. Deguelt - F. Olivia)
Face B3 : Les étoiles (F. Deguelt - F. Olivia)
Face B4 : La coupable (Le chemin de Pierre) (F. Deguelt)
Crédits
complémentaires : Accompagné au piano par France Olivia

1958
01 Ma prière
02 Marjolaine
03 Moisson
04 Les amours de jeunesse
05 Quand
06 La dernière fois
07 Loin de vous
08 Tels que nous sommes
09 Les saisons de l'amour
10 Je te pardonne

http://ti1ca.com/o57au13c-FDYS-FDYS.rar.html


JEAN-ROGER CAUSSIMON
1970 : Jean-Roger Caussimon chante Jean-Roger Caussimon
Grand Prix du Disque de l’Académie Charles-Cros 1972



Jean-Roger Caussimon est un auteur-compositeur-interprète français, né le 24 juillet 1918 dans le 14e arrondissement de Paris et mort le 20 octobre 1985 dans le 13e arrondissement de Paris. Il est notamment l'auteur de la chanson « Monsieur William », mise en musique et popularisée par son ami Léo Ferré.
C'est au cabaret Le Lapin Agile que Jean-Roger Caussimon rencontre Léo Ferré en 1947, qui met aussitôt en musique le poème « À la Seine », puis « Monsieur William » en 1950. Caussimon devient le parolier contemporain privilégié de Ferré et les deux hommes resteront amis toute leur vie.
C'est toujours au Lapin Agile que Marcel Carné le repère et décide de lui donner un rôle dans son film Juliette ou la clef des songes (1951), avec Gérard Philipe (rôle du châtelain). Mais Caussimon continue d'écrire pour Léo Ferré, et ses interprètes se multiplient : Catherine Sauvage, Maurice Chevalier, Les Frères Jacques, Philippe Clay, Serge Gainsbourg. Plus tard, il y aura également Julien Clerc, Silvain Vanot, Arno, Bernard Lavilliers et Catherine Ringer (voir Liste des interprètes de Léo Ferré, section Caussimon).

Jean-Roger Caussimon aura hanté le Lapin Agile pendant neuf ans, de 1943 à 1952 (avec des arrêts bien sûr), aux côtés de son ami François Billetdoux qui y disait des monologues.
En 1967, Pierre Seghers lui consacre un volume dans la collection Poètes d'aujourd'hui. Ce recueil préfacé par Léo Ferré rassemble quarante-cinq de ses textes.
En 1967, Pierre Barouh, alors jeune créateur du label indépendant Saravah et admirateur de l'oeuvre de Jean-Roger Caussimon, apprend par José Artur que le comédien et parolier a chanté durant sa jeunesse au Lapin Agile. Sur les conseils de José Artur, Barouh rencontre Caussimon en 1967 pour tenter de le convaincre d'enregistrer un disque de ses chansons chez Saravah. Caussimon se montre tout d'abord très réservé (« tu vas perdre de l'argent... », « je ne sais pas chanter... ») mais finit par accepter la proposition, par vaincre son appréhension et prendre goût au métier de chanteur.

Son premier album, enregistré en six jours et publié en 1970, obtient le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros et marque le début de sa collaboration avec le compositeur et arrangeur Éric Robrecht, qui durera une quinzaine d'années. Ensemble, ils créeront une quarantaine de chansons parmi lesquelles « Ma mère », « Il fait soleil », « Le Vieux Cheval », « Mes amis », « Les Milices », « Enfants, vous n'avez plus de rose », « Orly bar », « Le Gauchisme à la mode », « Où irez-vous danser ? », « Les Copains de mai », « Les Cœurs purs », « Batelier mon ami », « Cueille la fleur », « Ubu ».

S'il est arrivé à Jean-Roger Caussimon de mettre ponctuellement en musique certains de ses propres textes, il s'en remet la plupart du temps à des compositeurs plus chevronnés que lui : Éric Robrecht ou Francis Livon et Roger Pouly, mais également Jacques Datin, Jacques Debronckart, Philippe-Gérard, Maurice Jarre, Francis Lai, Pierre Philippe, André Popp, Philippe Sarde, Jean-Marie Sénia, Claude Vence et Gaby Verlor.

La collaboration avec Léo Ferré est différente dans la mesure où Caussimon ne lui demande pas de composer pour lui, mais écrit au départ pour alimenter le répertoire de Ferré. Ce corpus, étalé entre 1946 à 1985, comporte une vingtaine de chansons .
En 1971, Jean-Roger Caussimon enregistre son deuxième album. Jean-Christophe Averty lui consacre alors une émission télévisée entière et Caussimon donne son premier récital au Théâtre du Vieux Colombier pendant une semaine. C'est une vie nouvelle qui commence pour lui. Il chantera dès lors sur scène en tête d'affiche tous les ans, pendant les quinze dernières années de sa vie, sillonnant les routes de France avec sa femme Paulette dans leur caravane.

Tracklist:
01 Les Camions
02 Galilée
03 Batelier, mon ami
04 Les Indifférentes
05 Monsieur William
06 Ma mère
07 Mon camarade
08 Le jour viendra
09 Nous deux
10 Le Temps du tango
11 Comme à Ostende
12 Le Funambule
13 Les Coeurs purs

JEAN CLAUDE DARNAL
Les Années Fontana



Jean-Claude Darnal (né le 24 juin 1929 à Douai et mort le 12 avril 2011 à Ballainvilliers) est un chanteur, compositeur, interprète et écrivain français.

 Il y eut la période « Paris Rive Gauche » et Saint-Germain-des-Prés avec ses auteurs-compositeurs-interprètes où l'on pouvait applaudir, entre autres, Jacques Brel, Philippe Clay, Charles Aznavour, Léo Ferré, Juliette Gréco, Raymond Devos et tant d'autres qui débutaient modestement des carrières prometteuses dans des cabarets enfumés... Parmi eux, Jean-Claude Darnal (1954-1959). A l'époque, ayant interrompu ses études à Paris, il rêvait de devenir écrivain et « globe-trotter ». En attendant, ayant rompu avec sa famille, il lui fallait bien vivre. S'amusant à écrire des textes de chansons, il les interprétait le soir dans les restaurants parisiens, en compagnie de sa guitare. Puis, la notoriété vint rapidement : Eddie Constantine d'abord en mit deux à son répertoire : « le soudard » et « le gaucho ». les Frères Jacques, Edith Piaf, Juliette Gréco, Catherine Sauvage, Pétula Clark ...(liste non exhaustive !) le sollicitèrent également. Excusez du peu ! La rencontre avec Jacques Canetti qui l'embaucha pour des tournées épuisantes dans toute la France (pas d'autoroutes à l'époque !), les encouragements du cinéaste Jacques Tati et, surtout, la rencontre avec Boris Vian contribuèrent à lancer une carrière d'auteur-compositeur-interprète où la poésie de ses textes et sa voix chaude lui permirent d'obtenir de jolis succès (Brigitte Bardot apprécia notamment « Le tour du monde »). Il s'entendit très bien avec Boris Vian, créateur du label « Fontana » chez Philips, avec qui il parlait davantage littérature que chansons ! La disparition prématurée de Boris Vian le 23 juin 1959 lui fit perdre un soutien indispensable dans la continuation de sa carrière discographique (J.-C. Darnal s'apprêtait à quitter Philips pour rejoindre Vogue ). Le début des années 1960 vit l'émergence de la vague « yé-yé », du rock et du « show-business » avec lesquels J.-C. Darnal ne se sentait pas trop en phase. Il fut tenté un moment par le cinéma (avec les réalisateurs Jean Rouch et Jacques Doniol-Valcroze ). Mais il trouva sa voie (sans jeu de mots !) dans la chanson enfantine et la télévision française le remarqua (avec le soutien de Claude Cobast, producteur d'émissions enfantines à l'O.R.T.F.).De 1966 à 1970, il fut présentateur d'émissions pour les enfants à la télévision française aux côtés de Pierre Tchernia.

Tracklist:
1. Le Tour Du Monde
2. La Petite Chanson
3. La Peau De L'Ours
4. Chez Narcissio
5. Le Soudard
6. Loin De Paris
7. Jeanne
8. Le Gaucho
9. Toi Qui Disais Qui Disais
10. Du Soleil  
11. Le Cheval
12. Ils
13. Hop La
14. Du Bleu
15. Le Voilier Blanc
16. Mon Banjo Le Soleil Et Toi
17. Loin De Toi Près De Toi
18. La Sirène A Sonné
19. C'Est Carnaval
20. Les Cloches De Pâques
21. Sur Ma Guitare
22. Papa O Papa
23. Dîtes-moi monsieur (l'oiseau)

http://ti1ca.com/74a99fc0-CADA-CADA.rar.html

LUC ROMANN



Luc Romann, de son vrai nom Roland Froidevaux, est un auteur-compositeur-interprète français, né le 5 décembre 1937 et mort le 6 janvier 2014 à l'âge de 76 ans.
Il connait le succès au début des années 1960. Il a notamment assuré les premières parties de Georges Brassens (Bobino en 1963) ou encore de Juliette Gréco (L'ABC en 1962).

Léo Ferré disait de lui qu'il était de la « famille des grands »
Il écrit plusieurs chansons avec Georges Moustaki dont le morceau De je t'aime en je t'aime (1964).
Il passe dans les cabarets Rive Gauche,notamment "Chez Georges" ou au " Bateau Ivre",avec Jehan Jonas,Paul Barrault et beaucoup d'autres.

En 1972, il décide de quitter le système du show-business et part vivre dans le sud de la France où il continue à chanter.

Il meurt le 6 janvier 2014 (à 76 ans), des suites d'une opération chirurgicale


Tracklist
1961 Chante Luc Romann
1   Le fruit de l'amour  ~
2   Rêve  
3   Quand je suis arrivé dans la vie  
4   Qu'est-ce qu'il y a
5   Les mots  
6   En flânant dans Paris
7   Sais-tu que l'oiseau
8   Qu'est-ce que tu as
9   Ce que l'on a
10   Je te vois



1969 Le voleur
1 Le voleur
2 Pardonnez-moi Madame
3 Amours de mes dix ans (réenr.) (1963)
4 La complainte du roi déchu
5 Celle que j'attendais
6 Le mariage insolite de Marie la Bretonne
7 Quand les villes
8 Le petit cheval et la fleur
9 L'habitude
10 Israël
11 Du temps des cerises aux feuilles mortes
12 Le magistrat
13 L'amour en fleurs

http://ti1ca.com/n99yltph-LURO-LURO.rar.html

HENRI GOUGAUD



Henri Gougaud naît durant l'été 1936 à Villemoustaussou près de Carcassonne. Sa mère est institutrice et son père postier. Après son baccalauréat, il entame des études de lettres modernes à Toulouse. Il commence à écrire des poèmes. En 1959, il est engagé par le cirque Robba. Il présente les numéros et chante chaque soir quatre de ses chansons en s'accompagnant à la guitare.

En 1960, il enregistre à Lyon un premier disque à compte d'auteur avec ses propres compositions ("Les chevaux de bois", "Madame"...) Au début des années 1960, il monte à Paris. Il fait la manche dans les restaurants. Il auditionne dans les cabarets de la rive gauche comme La Colombe et La Méthode. Le premier à l'engager est René-Louis Lafforgue, dans son cabaret L'Ecole buissonnière, qu'il ouvre en mai 1962. Henri Gougaud y est accompagné au piano par Jacques Debronckart.

En 1963, il commence à passer à l'Ecluse, tout d'abord en début de programme puis progressivement en vedette. Il y reste plusieurs années et y croise Barbara, Christine Sèvres, Gribouille, Marc et André... Il chante également à La Colombe et au Port du Salut. En 1963, Mouloudji enregistre "Donnez-nous aujourd'hui" (Henri Gougaud/José Cana) et René-Louis Lafforgue grave "Embrassez-vous" et "Le petit muet" (Henri Gougaud/René-Louis Lafforgue). Henri Gougaud sort trois 45 tours quatre titres en 1964 comprenant "Midi au Moulin", "Les copains", "Elysée", "Vieux Sam", "A Carcassonne", "Paris, ma rose"... En 1965, il publie un nouveau 45 tours avec "Espagne", puis en 1966, deux autres avec "Béton armé" et "L'automne".

Son premier 33 tours intitulé 12 chansons françaises paraît en novembre 1965. Il revient en 1967 avec "Viet-Nam" et en 1969 avec un second album ("La fête", "le mois d'avril", "Ulysse"...). En 1967, Serge Reggiani enregistre "Paris, ma rose" et Les Frères Jacques "Béton armé". Jean Ferrat met en musique quatre de ses textes ("Cuba Si", "Prisunic", "Au point du jour", "La matinée").

Henri Gougaud, de plus en plus chanté par les autres, cesse de se produire afin de se consacrer à l'écriture. En dehors de Jean Ferrat, il est interprété notamment par Christine Sèvres, Pia Colombo, Juliette Gréco, Francesca Solleville, Francis Lemarque. En 1972, il sort l'album Henri Gougaud chante les troubadours, puis en 1974 Lo Pastre de paraulas, chansons en occitan. Son dernier disque, La dérive ("Le jugement dernier", "Moi aussi") paraît en 1976.

Henri Gougaud a depuis entamé une carrière d'écrivain et de conteur.

Tracklist
01 Le Bel Ete
02 Prière Pour Mozart
03 Au cirque
04 Elysée
05 Copains
06 Bohémiens
07 Ensemble
08 Je n'éteins jamais la lumière
09 Espagne
10 Les poètes assassinée
11 Le jugement dernier
12 Le château
13 Moi aussi
14 Paris ma rose
15 Les quatre cavaliers
16 Le berger de paroles
17 Mon père
18 Avoir cent ans
19 Les roses de Mai
20 Madame Solki
21 Marie 1964
22 C'est pas comme nous
23 La dérive
24 Béton armé
25 Je suis la ville
26 Mes voyages
27 Nazim Hikmet
28 Prière du vieux Paris
29 N'oubliez pas
30 Midi au moulin
31 Un soir là-haut

http://ti1ca.com/wnnkvdap-HEGO-HEGO.rar.html

CAROLINE CLER
A fleur de nuit 1962



Le cabaret l'Écluse se trouvait au 15 du quai des grands Augustins à Paris VI (métro Saint Michel).

La salle toute en longueur pouvait contenir jusqu'à soixante dix spectateurs. La scène au fond de la salle mesure 3,50 mètres sur 2 mètres. Une bâche vert vif ornée d'une bouée et d'un filet de pèche couvre le mur du fond . Un piano droit (venant de chez Jeannette Gares) occupe le côté gauche de la scène. Des banquettes de moleskine rouge ourlé de clous de cuivre s'alignent le long des murs face aux tables. Des tabourets servent de sièges d'appoint. Le sol en parquet rend sonore le bruit des pas. Au bar à droite en entrant Jeannette Garès puis André Tosi accueillent les clients, un scaphandrier attend les visiteurs à l'entrée. Voilà le décor planté.

Le café de l'Ecluse ouvre en 1949. René Legueltel (propriétaire par la suite du cabaret Galerie 55, 55 rue de Seine à Paris) dirige le lieu. Alors s'y produisent Léo Ferré, Francis Lemarque, le mime Marceau, Marc et André….

Auparavant ce lieu abrita vers 1900 un marchand de musique. Entre les deux guerres monsieur Dussart y ouvre un bistrot de mariniers. Après la seconde guerre mondiale un spécialiste de livres anciens Jean Marie Brunier s'installe 15 quai des Grands Augustins.

L'aventure du café de l'Ecluse dure quelques mois. Brigitte Sabouraud, Léo Noël, Marc Chevalier et André Schlesser prennent la direction du lieu. Les spectacles débutent le 6 février 1950. Léo Noël assurera l'animation du cabaret jusqu'à sa mort en 1966. Puis Marc Chevalier et André Schlesser prennent le relais. Brigitte Sabouraud se retire en 1970. Les membres de l'équipe auditionnent les candidats chaque premier mercredi du mois de 17 à 20 h. Souvent les artistes, l'équipe des quatre de l'Ecluse se retrouvent au bar tout proche La Boule d'or (4 place St Michel).

Dans la seconde moitié des années 50 L'Écluse est le cabaret en vogue du quartier latin. Il représente l'esprit rive gauche de la chanson française.

Sont proposés des tours de chant, des mimes, des marionnettes, des théâtres d'ombres, des comiques.......

Tous les soirs sauf lundi le spectacle commence à 23 heures et se prolonge jusqu'à 1 heure du matin. Il comprend six attractions avec un temps de passage pour chacune de 10 à 20 minutes. L'artiste confirmé du moment passe en numéro six. Souvent dès 22 heures la salle affiche complet.

Parmi les artistes qui débutèrent ou passèrent à l'Écluse se trouvent Cora Vaucaire, Barbara, Marie Paule Belle, Christine Sèvres, Philippe Noiret, Pierre Richard, Marcel Marceau, Pia Colombo, Yvan Dautin, Jacques Fabbri, les frères ennemis....
Des problèmes financiers arrivent. Tous les anciens pensionnaires de l'Écluse participent pour aider au sauvetage de l'Ecluse. Mais en vain. Un spectacle prévu au théâtre du Châtelet le 7 novembre 1974 sera annulé à cause d'une grève des machinistes. Au début de 1975 l'Écluse ferme définitivement ses portes.

En 1978 un bar à vins ouvre ses portes. Les nouveaux propriétaires transforment légèrement la salle. La salle conserve son atmosphère d'antan. Le comptoir occupe l'emplacement de la scène de jadis. Le bar à vins s'appelle toujours l'Écluse…...
Caroline Cler y fit ses débuts en 1956 avec:
Jean Roger Caussimon François Rauber Marie José Neuville Caroline Cler Raymond Devos Henri Garcin Pia Colombo Jean Harold

Tracklist:

Face A :
        1. Arabella (Raymond Thevenin / Vincent Vial)
        2. Les roses de Chenonceau (Pierre Devaux / Georges van Parys)
        3. Les amoureux du mois d’avril (Paul Villaz / Georges Durban - Paul Villaz)
        4. La chanson du quai de Béthune (Louis Aragon / Henri Jacques Dupuy)
        5. Attente (Marie Noël / Pierre Petit)
Face B :
  1. Tant va la fille (Raymond Thevenin / Vincent Vial)
        2. Enfance (Arthur Rimbaud / Christiane Verger)
        3. L’amour de toi (Louis Aragon / Henri Jacques Dupuy)
        4. Ton ombre (Francis Carco / Vincent Vial)
        5. Dublin blues (Paul Gilson / Henri Jacques Dupuy)
Crédits
complémentaires :
Accompagnée par l’ensemble instrumental dirigé par Pierre Petit (Arrangements de Pierre Petit)

https://ti1ca.com/hbzgou0j-DACC-DACC.rar.html

JACQUES DOUAI
Récital N°2 1955



Jacques Douai (Gaston Tanchon, 1920-2004) compositeur et interprète

Après de solides études musicales, il dirige des chorales, fait du théâtre et de la danse. En 1947, il débute, en s’accompagnant à la guitare, Chez Pomme qui le baptise du nom de sa ville natale. Il restera trois ans dans ce petit cabaret montmartrois et sera l’un des premiers à chanter Les Feuilles mortes que vient d’enregistrer Cora Vaucaire. Il traverse ensuite la Seine et devient l’un des grands artisans de la nouvelle chanson dite “Rive gauche”. Il inaugure l’Échelle de Jacob, se produit au Quod Libet, à la Rose Rouge et, rive droite, Chez Gilles, etc. Francis Claude l’engage à la radio où il chantera chaque semaine en direct pendant trois ans. Entre 1951 et 1954, Jacques Douai s’éloigne de la scène pour raisons de santé. Il signe brillamment son retour en réalisant son premier album “Chansons anciennes et modernes” qui obtient le Prix de l’Académie Charles-Cros. Sa carrière se poursuit : Petit Marigny en 1957. Il obtient le Prix international du Disque en 1962 et, deux ans plus tard, fête ses quinze ans de chansons au Vieux-Colombier et à la Mutualité.    
Jacques Douai, qui s’est produit en France comme à l’étranger, possédait un large répertoire de chansons de toutes époques, chansons choisies pour leurs qualités poétiques (File la laine, une étonnante “chanson ancienne” écrite de nos jours !). Par sa technique vocale et la pureté de sa voix comme par son action en faveur de la poésie mise en musique, il demeure un acteur important de l’histoire de la chanson contemporaine.
Jean Buzelin
© FRÉMEAUX & ASSOCIÉS BIOGRAPHIE (BIO JACQUES DOUAI)

Tracklist:
Face A
1. Le bateau espagnol (Léo Ferré)
2. La complainte d'Auteuil (Jean Wiener - Paul Gilson)
3. Le dormeur du val (Louis Bessières - Arthur Rimbaud)
4. Le fiacre (Claude Arrieu - Pierre Devaux)
5. Il n'y a pas d'amour heureux (Georges Brassens - Aragon)

Face B
1. Nathalie (Claude Arrieu - Agathe mella)
2. Pour mal temps et pour gelée (Thibaut de Champagne)
3. Chanson de Blaisine (Déodat de séverac - Maurice Magre)
4. Ah ! Belle blonde (XViie siècle)
5. Chanson d'amour (Hélène Martin - Rainer Maria Rilke)
6. Le train musical (Folklore - Jean Cocteau)
7. Quand la bergère vient des champs (XVIIe siècle)
8. Douce d'amour (Thérèse Vitaly - Texte égyptien ancien)

accompagnement par l'Ensemble Philippe Gérard
prise de son : André Charlin

CATHERINE SAUVAGE
Heritage - Paris-Canaille (1951-1953)



Catherine Sauvage née Jeanine Marcelle Saunier le 26 mai 1929 à Nancy et morte le 19 mars 1998 à Bry-sur-Marne, Val-de-Marne) est une chanteuse et une comédienne française.
Elle s'installe à Paris à dix-huit ans pour suivre des cours d'art dramatique, et adopte le patronyme de Sauvage, emprunté à une amie d'enfance :

« J'ai fait mon apprentissage chez Jean-Louis Barrault avec Jean Vilar, Roger Blin, Marcel Marceau. [...] Le hasard de la vie m'a permis d'être présentée à Moyses, qui était le directeur du cabaret le Bœuf sur le toit. Je lui ai chanté quelques « trucs » comme ça, je lui ai dit deux ou trois poèmes. Résultat, Moyses m'a engagée dès le lendemain. J'avais un répertoire d'occasion avec notamment des chansons de Marianne Oswald. Je suis restée deux mois au Bœuf sur le toit, après, j'ai chanté au Quod-libet, une boîte au 3 Rue du Pré-aux-Clercs ».
Puis ce fut le cabaret L'Arlequin au 131 bis du boulevard Saint-Germain, puis à L'Écluse au 15 du quai des Grands-Augustins, dans le sixième arrondissement de Paris.

Elle rencontre Léo Ferré, dont beaucoup de chansons sont alors interdites de radio, et qu'elle contribue à faire connaître en les interprétant : elle enregistre « Monsieur William » et « Paris canaille », qui est un grand succès commercial. Son interprétation de « L'Homme » lui vaut en 1954 un grand prix du disque décerné par l'académie Charles-Cros :

« Ça a été la rencontre de ma vie. Comme un bonheur n'arrive jamais seul, dit-on, Jacques Canetti est venu m'écouter un beau soir. Il était toujours à la recherche d'artistes pour la firme de disques dont il était le directeur artistique ainsi que pour les Trois Baudets qu'il avait créé.  »

Jacques Canetti l'engage donc en 1953 et 1954 aux Trois Baudets.

« J'ai donc fréquenté ce cabaret de la rue Coustou pendant deux ans. Dans la foulée, me voilà vedette à l'Olympia, tandis qu'un grand prix du disque m'est attribué pour « L'Homme » de Léo Ferré. »

« Je chante Léo depuis toujours… il représente l'une des grandes rencontres de ma carrière, l'autre étant le pianiste accompagnateur Jacques Loussier, lui aussi je l'ai connu lorsqu'il démarrait dans le métier. En 1949, avec Léo Ferré, nous partagions la même scène au cabaret Aux Trois Mailletz au 56 rue Galande, dans le quartier latin. J'ai enregistré au moins cent de ses chansons. Nous avons eu des succès communs. En 1954, mon interprétation de « L'Homme » m'a valu le Grand Prix du Disque. »
Léo Ferré dit d'elle : « c'est elle qui chante mes chansons avec la plus grande conviction. Je la préfère à toutes les autres. Elle a enregistré près d'une centaine de mes chansons. »

Tracklist:
01 La Fille Aveugle
02 La Belle De La Terre
03 Le Chevalier De Paris
04 Jamais Plus
05 Par Viviane Et Par Merlin
06 Mademoiselle De Cela
07 Monsieur William
08 Grand-Papa Laboureur
09 Il N'Y A Pas D'Amour Heureux
10 L'Ile Saint Louis
11 Complainte Des Infidèles
12 La Fille De Londres
13 Paris Canaille
14 Les Cloches De Notre-Dame
15 Le Soudard
16 Toi Qui Disais
17 Et Des Clous...
18 Barbarie

les 2 en 1
http://ti1ca.com/ndqlgizl-CSJD-CSJD.rar.html

LEO FERRE
Les Années Odéon CD1 1953 1954



Léo Albert Charles Antoine Ferré, né le 24 août 1916 à Monaco et mort le 14 juillet 1993 à Castellina in Chianti (Toscane), est un auteur-compositeur-interprète, pianiste et poète franco-monégasque. Ayant réalisé plus d'une quarantaine d'albums originaux couvrant une période d'activité de 46 ans, Léo Ferré est à ce jour le plus prolifique auteur-compositeur-interprète de la chanson française. D'une culture musicale classique, il dirige à plusieurs reprises des orchestres symphoniques, en public ou à l'occasion d'enregistrements discographiques. Léo Ferré se revendiquait anarchiste ; ce courant de pensée inspire grandement son œuvre.
À la fin de l'été 1946 Léo Ferré s'installe dans la capitale française. Il obtient un engagement de trois mois au cabaret Le Bœuf sur le toit où il s'accompagne au piano. Il se lie d'amitié avec Jean-Roger Caussimon, à qui il demande s'il peut mettre en musique son poème « À la Seine ». Ensemble, régulièrement ils feront plusieurs chansons particulièrement appréciées du public comme « Monsieur William » (1950), « Le Temps du tango » (1958) ou encore « Comme à Ostende » (1960) et « Ne chantez pas la mort » (1972).
Cette période lui est psychologiquement et financièrement difficile. Pendant sept longues années il doit se contenter d’engagements aléatoires et épisodiques dans les caves à chansons de la capitale : Les Assassins, Aux Trois Mailletz, L'Écluse, La Rose rouge, Le Trou, le Quod Libet, ou encore le Milord l'Arsouille, ces trois derniers étant successivement dirigés par son ami Francis Claude, avec lequel il coécrit plusieurs chansons, dont « La Vie d'artiste » (1950), en écho à sa récente séparation d'avec Odette.

Il finit par se faire une petite réputation dans le « métier », parvenant non sans peine à placer quelques titres chez les interprètes de l’époque : Yvette Giraud, Renée Lebas, Édith Piaf, Henri Salvador, Marc & André, puis un peu plus tard Yves Montand et Les Frères Jacques. Mais c'est avec la chanteuse Catherine Sauvage qu'il va trouver sa plus fidèle, passionnée et convaincante ambassadrice.

En avril 1953, Léo Ferré commence les premières séances studio pour la firme Odéon, qui voit paraître le 33 tours 25 cm Paris canaille sur lequel Ferré chante pour la première fois Guillaume Apollinaire, (« Le Pont Mirabeau »). Après avoir été refusé par Yves Montand, Les frères Jacques et Mouloudji, la chanson « Paris canaille » chantée par Catherine Sauvage est un succès. Pour Ferré c'est la fin de la précarité, les interprètes qui l'ignoraient viennent à lui. Il met à profit cette bouffée d’oxygène pour se consacrer à la composition d'un oratorio sur La Chanson du mal-aimé, (il lui consacra plus d'un an de travail, de mars 1952 à avril 1953), vaste poème de Guillaume Apollinaire, dont le recueil Alcools exerce une influence majeure sur sa propre écriture poétique.

En décembre, Léo Ferré chante à « L'Arlequin ». Le Prince Rainier de Monaco est des spectateurs, il lui propose de créer à l'Opéra de Monte-Carlo, La Chanson du mal-aimé.
L'œuvre, pour quatre chanteurs lyriques, est créée sous la baguette du compositeur le 29 avril 1954 à l'Opéra de Monte-Carlo. La Symphonie interrompue, que Léo Ferré compose en trois mois, complète le programme. Une captation radiophonique de cette unique représentation est réalisée et est diffusée par Radio Monte-Carlo le 3 mai. Longtemps on a cru la bande détruite, il n'en était rien. Après plusieurs démarches infructueuses pour faire vivre sur scène son adaptation du poème d'Apollinaire, Ferré verra son opiniâtreté récompensée en enregistrant l'oratorio sur disque en 1957.

Odéon lui alloue plus de moyens ; ainsi à l'automne 1954, pour l'enregistrement de son second 33 tours 25 cm Le Piano du pauvre, dont il signe tous les arrangements, pour la toute première fois, il dispose d'un grand orchestre qu'il dirige lui-même. Pour des raisons inconnues, cette expérience restera sans lendemain jusqu'en 1971.

L'année 1954 est décisive pour la reconnaissance de Ferré, comme auteur, interprète et aussi et surtout comme compositeur. Sa renommée va croître au fil des disques et des succès tels que « Le piano du pauvre », « L'Homme »N 3 (1954), « Le Guinche », ou encore « Pauvre Rutebeuf » (1955).
Cette progression vers la reconnaissance se concrétise par un passage du cabaret au music-hall, avec un récital en vedette à L'Olympia en mars 1955. Cette fois encore le succès est mitigéN 5 et Ferré ne se produit plus dans une grande salle parisienne durant trois ans. Odéon sort le premier 33 tours 30 cm et premier live de l'artiste Récital Léo Ferré à l'Olympia, qui obtient un accueil très confidentiel.

CD 1 (1953 - 1954)

1. Judas 2:44
2. Paris Canaille 3:20
3. Monsieur William Jean-Roger Caussimon 3:41
4. Notre amour 2:48
5. Martha la mule 2:23
6. Les Grandes Vacances 3:27
7. Le Pont Mirabeau Guillaume Apollinaire 2:58
8. Et des clous 2:18
9. Les Cloches de Notre-Dame 2:12
10. Vitrines 4:31
11. La Chambre René Baer 3:00
12. Le Parvenu 3:19
13. Le Piano du pauvre 3:10
14. L'Homme 2:46
15. À la Seine 3:18
16. Mon p'tit voyou 3:32
17. Graine d'ananar 3:12
18. Notre-Dame de la mouise Albert Willemetz, Madeleine Rabereau 3:24
19. Merci mon dieu 2:42

http://ti1ca.com/0q9cko3n-LFMPB-LFMPB.rar.html



L'intégrale Léo Ferré ses interprètes



Collection Frémeaux
CD1
https://ti1ca.com/qqwhizka-LFI1-LFI1.rar.html

CD2
http://ti1ca.com/do942rvs-LFI2-LFI2.rar.html

CD3
http://ti1ca.com/dl2405fv-LFI3-LFI3.rar.html


JACQUELINE DANNO
Les mouettes de Saint Malo 1961



Jacqueline Danno est une actrice et une chanteuse française, née le 27 novembre 1931 au Havre (Seine-Maritime), dans une famille de marins. Son identité bretonne est importante pour elle.
Jacqueline Danno, Jacqueline Aimée Marcelle Danno de son nom complet, a eu une importante carrière théâtrale, interprétant notamment de grands rôles tragiques, Phèdre, Andromaque entre autres, et aussi des personnages des plus divers comme dans Les Oiseaux de lune de Marcel Aymé, lors de sa création en décembre 1955 au Théâtre de l’Atelier, les Noces de sang de Lorca, et L'Opéra de quat'sous de Bertolt Brecht et Kurt Weill.
Égérie rive gauche des années 1960,elle chante tous les soirs à la Souricière à Montmartre, Joseph Kessel et Maurice Druon viennent l'applaudir. La chanson "Il venait d'avoir 18 ans" fut écrite pour elle.

Ancienne élève du Petit Conservatoire de Mireille, elle s'est produite à Bobino en 1960 avec François Deguelt, et en 1962 dans le programme de Georges Brassens. .
Sous le pseudonyme de Vanessa Hachloum, elle a participé à Pour en finir avec le travail (1972), album de chansons détournées par les Situationnistes, produit par Jacques Le Glou.

01 Les mouettes de Saint Malo
02 Dormr près de vous
03 Qu'est ce que ça peut faire
04 Alors
05 Rue des vertus
06 Non
07 J'avais quitté Paris
08 Ce merveilleux silence
09 Le temps perdu

Face A1 : Friedrich (Bernard Dimey - Francis Lai)
Face A2 : La porte bleue (H. Contet - R. Vincent)
Face B1 : Chez Lolita (C. Delécluse - Cl. H. Vic)
Face B2 : Quand les amants (Édith Piaf - Charles Dumont)

Face A1 :       Le manteau gris
Face A2 :       Billy
Face B1 :       Marie Marie
Face B2 :       ne me quitte pas

http://ti1ca.com/b73f2x4d-FBJD-FBJD.rar.html

JEAN SIEGFRIED
Et Voici 1959



Siegfried Meir qui a aujourd’hui plus de 80 ans et vit à Ibiza.Siegfried Meir est un enfant des camps. Malgré son jeune âge, il survivra à l'enfer d'Auschwitz et de Mauthausen. Dans ce chaos, il rencontrera un homme qui lui sera essentiel dans sa vie pour rebondir, traverser les épreuves et se reconstruire de multiples vies, au fil du temps, à chaque fois...A son arrivée dans le camp de Mauthausen, Siegfried a presque 11 ans. Dans son malheur, il a "la chance" d'être confié aux républicains espagnols et de rencontrer un homme qui le prendra sous son aile. Cet homme, Saturnino Navazo, deviendra après la guerre, son père adoptif.
Ce sont deux amis. Juifs tous les deux. L'un grec, et l'autre roumain. Nés à un jour d'intervalle, la même année, en 1934. L'un, c'est Georges Moustaki, que tout le monde connaît : un enfant d'Alexandrie, une ville heureuse de la Méditerrannée, ensoleillée, insouciante, où le mot « intolérance » n'existe pas. L'autre, c'est Siegfried Meir. Né à Francfort, où son père vivait avec sa mère.
Tour à tour, Luis Navazo entrepreneur dans la restauration, puis tailleur dans la mode, et enfin Jean Siegfried chanteur à Paris ami de Georges Moustaki, de Jacques Brel et Boris Vian, Siegfried Meir est avant tout cet enfant de 7 ans, né à Francfort, qui a subi la plus grande des persécutions de l’histoire en étant déporté à Auschwitz avec ses parents. Auschwitz où il perdit de vue son père, où il assista à la mort de sa mère.

Et voici, 1959
01 Les arlequins aux chapeaux bleus
02 Les boutons dorés
03 Pâquerette
04 La flemme de vivre
05 Reviens soleil
06 Bijou,ciné
07 A côté du canal
08 Les innocents
09 Pluie sur Paris
10 Mon ami Pierrot


45 tours



1960
Face A1 : Le chemin des enfants sages
Face A2 : José de Catalogne
Face B1 : Dans ce bal-là
Face B2 : Monika


Face A1 : Terrain vague
Face A2 : On s’aimera d’amour


Face A1 : Milord (M. Monnot -G. Moustaki)
Face B1 : Sur la Moskova (Heyral - Deharbre)



1961
Face A1 : Compagnon de ma misère
Face A2 : T’as du génie
Face B1 : Le grand et le petit
Face B2 : Alors
La complainte de la butte

http://ti1ca.com/w3k8xjt5-JESI-JESI.rar.html

BERNARD DIMEY ET SES PREMIERS INTERPRÉTES
POÉSIE ET CHANSONS 1959-1961
Direction artistique : FRANCIS COUVREUX
Label : FREMEAUX & ASSOCIES
Nombre de CD : 2



Chanté par Gréco, Mouloudji, Salvador, Montand, Ferrat, la poésie de Bernard Dimey a imposé le respect à plusieurs générations d’interprètes de la chanson. Dans la lignée d’un Gaston Couté, le poète maudit aux accents célestes, l écumeur de Montmartre ami des libertés a brûlé sa vie pour en offrir les plus beaux chants. Francis Couvreux offre un hommage à Bernard Dimey en présentant les premiers enregistrements de ses textes chantés par ses amis et ceux qui ont fait connaître, entre 1959 et 1961, ce « poète égaré dans la chanson ».
Benjamin Goldenstein & Patrick Frémeaux


CD1 :
FELIX MARTEN : «LA TAVERNE D’ATTILIO»
• FELIX MARTEN : «L’ENFER»
• CLAUDE GOATY : «À CELUI QUI SAURAIT»
• CLAUDE GOATY : «MON 14 JUILLET»
• CLAUDE GOATY : «LE GUILLEDOU»
• FELIX MARTEN : «LA BELLE AGE»
• PAUL HEBERT : «LES VIEILLARDS»
• CATERINE CAPS : «SURTOUT NE ME DIS PLUS UN MOT»
• MOULOUDJI : «A 17 ANS»
• MOULOUDJI : «IL FAUT AVOIR CONNU»
• MOULOUDJI : «LES FEUX DE L ÉTÉ»
•MOULOUDJI : «MON AMI JULES»
• AZNAVOUR : «L’AMOUR ET LA GUERRE»
• AZNAVOUR : «MONSIEUR EST MORT»
• CLAUDE GOATY : «PREMIER BAL»
• CLAUDE GOATY : «AVEC LE RESTE»
• FELIX MARTEN : «INCOGNITO»
• MOULOUDJI : «NE ME DIS PAS»
• JACQUELINE DANNO : «LES AMOUREUX DU PONT DE SÈVRES»

http://ti1ca.com/q9mpuef9-RLBD-RLBD.rar.html

CD2 :
MOULOUDJI : «ET QUE TOURNENT LES ANNÉES»
• MOULOUDJI : « SI TU CHERCHES TA JEUNESSE »
• MONTAND : « MAIS SI JE N’AI RIEN »
• JULIETTE GRECO : « NOS CHÈRES MAISONS »
• JEAN-CLAUDE PASCAL : « LES IMBÉCILES »
• MICHELINE RAMETTE : « N’OUBLIE JAMAIS »
• MICHELINE RAMETTE : « JE SUIS A VENDRE »
• MICHELINE RAMETTE : « LA FAUCHE »
• MICHELINE RAMETTE : « LES PETITS CARTONS »
• AZNAVOUR : « LE CARILLONNEUR »
• JACQUELINE FRANÇOIS : « JÉSUS PARDONNE A NOS PÉCHÉS »
• JEAN FERRAT : « LA CERVELLE »
• ZIZI JEANMAIRE : « LES P’TITS HÔTELS »
• ZIZI JEANMAIRE : « LE NOUGAT »
• LES FRERES JACQUES : « MADAME LA MARQUISE A DIT »
• ROSALIE DUBOIS : « LAISSE TOMBER »
• BOURVIL-PIERRETTE BRUNO : « PUISQU’ON S’AIME »
• JACQUELINE DANNO : « POUR UN MOT »
• JACQUELINE DANNO : « L’AMOUR ET LA GUERRE »

http://ti1ca.com/u45h8iw9-BDI2-BDI2.rar.html

LES TROIS MENESTRELS
1960 Chansons en ballades



Les Trois Ménestrels sont un groupe créé en 1955 et composé de Maria Sandrini (de son vrai nom Ginette Jenevein, née en 1927), Raymond de Rycker (1929-1995) et Jean-Louis Fenoglio (1924-1976).

Le trio a commencé sa carrière en chantant à Paris pour les touristes et s'est rapidement fait remarquer par Jacques Canetti, qui a pris l'initiative de le présenter sur la scène des Trois Baudets.

les Trois Ménestrels débutent en 1956 et se produisent Chez Pasdoc et aux Trois Baudets.
Les Trois Ménestrels ont eu une grande notoriété dans les années 1960. L'une des particularités essentielles de ce groupe a consisté à ne pas proposer de simples récitals, mais des spectacles témoignant d'une véritable approche théâtrale.
Ils ont sorti plusieurs albums, EP et singles jusqu'en 1973, reprenant parfois un titre de Alain Barrière, Guy Béart, Gilbert Bécaud, Jacques Brel, Jean Ferrat, Léo Ferré ou Pierre Louki.
En 1976, Jean-Louis Fenoglio est assassiné par leur régisseur, son compagnon.

Ils restent une référence dans l'univers de la chanson française.

Tracklist:
01 Zon zon zon
02 La gambille
03 Au milieu d'une ile
04 Cigarettes,whisky et p'tites pépées
05 Quadrille au village
06 Poney mon ami
07 Capitaine d'Aquitaine
08 La danseuse étoile
09 Le mois des maris
10 La guerre de Troie

45 tours


1958
Face A1 : Croquemitoufle (G. Bécaud - P. Delanoë - L. Amade)
Face A2 : Les amours de décembre (G. Bécaud - P. Delanoë - L. Amade)
Face B1 : Le mur (G. Bécaud - M. Vidalin)
Face B2 : La ballade des baladins (G. Bécaud - L. Amade)
Crédits
complémentaires : Orchestre: Alain Goraguer

1962
Face A1 : Les employés de bureau (bureaucratique-tango) (G. Magenta - H. Kubnick)
Face A2 : La jactance (N. Petty - M. Veldi - Ch. Jollet)
Face B1 : L’oculiste (M. Emer - Pierre Louki)
Face B2 : Le temps de la sérénade (Jean Renard)

http://ti1ca.com/yh6ixaip-L3ME-L3ME.rar.html

LES ENFANTS TERRIBLES
C'est la vie 2006 Magic Records



Les Enfants terribles est un groupe de chanteurs créé par Alain Féral en 1966 (né en septembre 1942, mort le 24 décembre 2013). Il est composé de sa femme Luce Féral, des frère et soeur Gilles et France Paumier, ainsi que de Jacques Mouton. Il a enregistré neuf disques 45 tours de 4 titres et deux disques 33 tours. Dans leur premier disque 33 tours, C'est la vie, il crée des titres à forte charge poétique.Ils feront leurs débuts sur la scène de l'Ecluse en 1967. Le groupe a connu plusieurs formes, après le quintette original, Luce et Alain Féral s'étant séparés. Pour le dernier album On l'appelle madame, il est composé d'Alain Féral, d'Edith Becker, de Gilles Paumier et d'Alice Prévost. Après un un bref parcours solo, Alain Féral ouvre une librairie dans le Sud.
Le groupe se sépare en 1975, après On l'appelle Madame. Une compilation de C'est la vie, avec en bonus quelques autres titres des versions 45 tours, sort en 2006 chez Magic Record sur CD.

Avant de se lancer dans la musique, Alain Féral a tenté de faire une carrière d'acteur. Il a ainsi joué le rôle du dauphin François dans La Princesse de Clèves de Jean Delannoy, aux côtés de Jean Marais. C'est vers 1963 qu'il s'oriente vers la musique, en fondant un duo, les Mandragores, avec Jean-Pierre Croset, avant l'aventure Enfants terribles.
Luce Féral passe quelques années par la scène théâtre, et téléfilms, avant de former entre autres les Wriggles, Princesse Erika, Ludivine Sagnier, Holden, etc. Elle crée une école de chanson dans les années 80 à Paris.

Tracklist:
    C'est la vie
    Nativité
    J'ai peur de vivre
    Le Poète et la Rose
    Hissez
    Bonjour le petit jour
    Sur un fil blanc
    Wagner
    Titi
    Quand mon arbre
    Monsieur l'univers
    Quand on en aura marre
    Clic - Clac
    Désolée
    Pas de roses pour Rosa
    Les Fleurs imaginaires
    Le Petit Opéra de "P'tit Bonhomme"
    Qu'est-ce qu'on s'en fout !
    Longtemps
    Anachroniques
    Monsieur L'univers (Version 45 Tours)
    Wagner (Version 45 Tours)
    J'ai peur de vivre (Version 45 Tours)
    Hissez (Version 45 Tours)
    Bonjour le petit jour (Version 45 Tours)
    Nativité (Version 45 Tours)
    Le Poète et la Rose (Version 45 Tours)

http://ti1ca.com/s02sf15i-LENT-LENT.rar.html

CORA VAUCAIRE
Cora Vaucaire 1955



Cora Vaucaire, de son vrai nom Geneviève Collin, née le 22 juillet 1918 à Marseille, et morte le 17 septembre 2011 à Paris, est une chanteuse interprète française, surnommée « La Dame Blanche de Saint-Germain-des-Prés », épouse du parolier Michel Vaucaire (1904-1980).

Longtemps habituée à défendre les textes de Jacques Prévert sur scène (elle est la créatrice des Feuilles mortes), elle s'est peu à peu imposée comme l'une des plus subtiles interprètes de la chanson française, faisant connaître Barbara à l'époque où celle-ci n'osait pas chanter ses propres textes (Dis, quand reviendras-tu ?, Attendez que ma joie revienne), Léo Ferré (Les Forains) ainsi que le québécois Raymond Lévesque (Quand les hommes vivront d'amour).

Défendant un répertoire sans concessions, elle reprend des chansons du Moyen Âge (La Complainte du Roy Renaud, Le roi a fait battre tambour), crée La Complainte de la butte dans le film French Cancan de Jean Renoir en 1955 et interprète Trois petites notes de musique dans le film Une aussi longue absence d'Henri Colpi sur un scénario de Gérard Jarlot et Marguerite Duras (Palme d'or au Festival de Cannes 1961). C'est ce film qui l'oblige à sortir d'une période particulièrement sombre en lui faisant rassembler, en quelques heures, les forces qui lui restaient pour chanter avec réalisme la fameuse complainte alors que le film était déjà « bouclé » avec une autre interprète.

Elle chante des chansons du répertoire du Café-Concert : Fragson (Je ne peux pas), Yvette Guilbert (Quand on vous aime comme ça), et reprend Le Temps des cerises ; elle chante L'Internationale devant des usines en grève.

Tracklist:
A1 Frede
A2 Quand On Vous Aime Comme Ça
A3 Demons Et Merveilles (Du Film Les Visiteurs Du Soir)
A4 Le Tendre Et Dangereux Visage De L'Amour (Du Film - Les Visiteurs Du Soir)
A5 Noms De Rues
B1 Les Jardins De Paris
B2 La Grosse Dame Chante
B3 La Complainte Des Souvenirs
B4 Ernest Eloignez-Vous !
B5 Roses Blanches

Grand prix du disque 1955 de l'académie Charles Cros

http://ti1ca.com/989ru16v-CVMB-CVMB.rar.html

LES GARCONS DE LA RUE



Tels les “Trois Mousquetaires”, ils étaient quatre, en costume rayé noir et blanc. De drôles de zèbres !!

Formé en 1946 puis enrôlé dans la compagnie Jean Nohain, le groupe avait brillamment essuyé les plâtres des “Trois Baudets” et s'était illustré, notamment, à la “Fontaine des Quatre Saisons” alors alimentée en grands crus artistiques par son directeur, Pierre Prévert.

Leur ton humoristique, leur nombre, tout condamnait Les Garçons de la rue à être sans cesse comparés aux AUTRES… : Les Frères Jacques. Pourtant, guidés par l'individualisme, leurs gestes étaient plus libres, leurs expressions plus spontanées, loin en somme de la merveilleuse mécanique de leurs collègues à chapeau claque. En vérité, liés par l'amour de la scène, Les Garçons de la rue étaient aussi des frères. En bons (même très bons) Français, ils faisaient presque chaque année l' “américaine” des spectacles de l'Olympia (Duke Ellington, Gréco, Patachou, Trénet) et chaque fois, un tabac. Chose rare à une époque où le public, pour sa part, faisait fête à sa vedette mais encore plus volontiers leur fête à ceux qui la précédaient.

Dernier détail : les générales de l'Olympia se déroulaient à Versailles… au Cyrano… l'endroit rêvé pour vérifier si Coquatrix avait eu oui ou non du nez… Côté répertoire, Les Garçons de la rue furent les interprètes de Cami qui leur mitonna chansons et sketches dont “La pauvre orpheline” tirée de l'un de ses romans, ils créèrent “La goualante du pauvre Jean” et “Paris canaille”, deux titres promis à un bel avenir, ils déflorèrent surtout cette “Demoiselle sur une balançoire” née en tournée, un soir, et sur la table d'un restaurant de province. Par la fenêtre ouverte, montait le bruit d'une fête qui s'achève. Raymond, le fondateur du groupe, demanda à Jean Nohain de fixer ce moment par des mots. Ce qu'il fit. On alerta Mireille en pleine nuit et le lendemain, elle dictait les notes par téléphone. Les coups de fil sont parfois des coups de Maître !! La “Demoiselle” en question, nos amis la firent triompher jusqu'aux États-Unis. Là, deux mois au “Blue Angel” de New York, trois passages dans l' “Ed Sullivan Show” et des critiques plus qu'élogieuses, confirmèrent l'impact du quatuor sur les Américains.

Passant aussi aisément les frontières que la rampe, Les Garçons de la rue continuèrent longtemps leurs pérégrinations à travers le monde, partout acclamés, réclamés. Et puis, un jour, ils se trouvèrent de la revue et encore de la revue… neuf ans en tout au Moulin Rouge où ils ajoutèrent aux grains de beauté de ces dames, leur grain de folie.

Enfin sortis du Moulin (ils auraient fini par y broyer du noir), ils remontent un tour de chant et inaugurent le théâtre du “Forum des Halles” devenu depuis un temple du septième Art. Dans la foulée, pour la réouverture du Théâtre Saint-Georges, ils se rebaptisent “Les Garçons” (la rue avait entre temps perdu pas mal de sa magie), se mettent au blanc (je parle de leur tenue de scène, bien entendu…).

Après un mois de succès au “Saint-Georges”, on les retrouve à la “Nouvelle Comédie de Paris” dans un spectacle consacré à Boris Vian, une idée de Jacques Canetti. Cette évocation de l'auteur de “L'arrache-cœur” par ses textes et ses chansons, nombreux seront les théâtres et les maisons de la culture qui voudront ensuite en faire partager la ferveur à leur public. Un disque prolongera l'événement. Vous l'avez aujourd'hui entre vos mains, demain vous l'aurez, peut-être, en tête et un jour, qui sait, en double…


1958

01 Comment allez-vous
02 La goualante du pauvre Jean
03 Saltimbanques
04 Le piano du pauvre
05 Saint Ouen's Blues
06 La pauvre orpheline
07 Graine d'ananar
08 Paris canaille

Crédits
complémentaires : Accompagnés par Pierre Arrimi et son orchestre.

1956
Face A1 : Rue de Ramdam
Face A2 : La famille Dupanard
Face B1 : Qu’est-ce qui r’vient
Face B2 : J’ai beau chercher dans ma tête

http://ti1ca.com/ihptr78z-GDLR-GDLR.rar.html

LES MAUVAIS GARCONS
Compilation Rive Gauche 1958



Le thème du mauvais garçon dans la chanson traité par les chanteurs "Rive Gauche"
       
01 Je suis un voyou George Brassens
02 Sir jack l'éventreur Juliette Gréco
03 Ballade des truands Marcel Mouloudji, Andre Popp Et Son Orchestre
04 Moi, j'fais mon rond Philippe Clay, Michel Legrand Et Son Orchestre
05 Java Zizi Jeanmaire, André Popp Et Son Orchestre
06 Celui qui a mal tourné George Brassens, P Nicolas
07 Paris-canaille Catherine Sauvage, Michel Legrand Et Son Orchestre
08 Faut bien qu'on vive Les Frères Jacques, Pierre Philippe
09 Les voyous Philippe Clay, Jean Paul Mengeon Et Son Orchestre
10 Graine d'ananar Catherine Sauvage, Michel Legrand Et Son Orchestre
11 Rue de Lappe Marcel Mouloudji, Michel Villard Et Son Orchestre
12 Le gars de rochechouart Jacqueline François, Jack Elliott Et Son Orchestre
13 Le noyé assassiné Philippe Clay, Michel Legrand Et Son Orchestre
14 La mauvaise herbe George Brassens
15 Mon p'tit voyou Catherine Sauvage, Michel Legrand Et Son Orchestre
16 A perpète Philippe Clay, Jean Paul Mengeon Et Son Orchestre

à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/LES-MAUVAIS-GARCONS-compilation-quot-Rive-Gauche-quot-td13704.html

MORICE BENIN
Peut-être 1972



Morice Benin (de son nom d'origine Maurice Benhaïm) est un chanteur, auteur-compositeur-interprète français, né à Casablanca (Maroc) en 1947. Morice Benin, c'est avant tout une puissante voix de ténor, capable de passer en quelques instants de la colère à la plus douce tendresse.

Il écrit ses premières chansons à l'âge de quatorze ans, mais le choc « originel » remonte à Jacques Brel, découvert au Théâtre municipal de Casablanca en 1962, et qui incarnera sa ferveur à pousser la voix lui aussi, à considérer la chanson comme un art majeur. Vinrent ensuite tous ses autres « pères spirituels » : Georges Brassens, Félix Leclerc, Claude Nougaro, Gilbert Bécaud, et surtout Léo Ferré, lequel accompagnera plus tard toute une partie de sa génération.

En été 1965, il débarque à Marseille, en vacances, et n'utilisera jamais son billet de retour... Il « monte » tenter sa chance à Paris, sans un sou en poche, mais avec beaucoup d'illusions : petits boulots pour survivre et grand blues dans la capitale.

Afin de « frotter » ses premières chansons à quelques oreilles averties, Morice écume les cabarets rive gauche de l'époque : Chez Georges, L'Écluse, La Contrescarpe, Le Port Salut, où il croise Les Enfants Terribles, Jean Vasca, et quelques autres.

Il croise alors la route du parolier-éditeur Jacques Demarny, en 1966. Celui, séduit par la fougue et l'authenticité du personnage, l'introduit chez Barclay, chez qui il enregistre son premier 45 tours, Rage de Dents, en 1967. Jacques Demarny restera jusqu'à aujourd'hui l'ami de cœur, le « parrain » dans la profession.

En 1968, Maurice (il ne s'appelait pas encore Morice...) commence à se sentir trop étriqué dans le rôle de « postulant idole ». Ses idées reçues sur le monde du spectacle et sur la société en général se laminent sous le coup de cette grande prise de conscience. Une vague se profile à l'horizon, qui augure les années 1970, riches en remises en cause, en révoltes radicales..., parfois naïves, quelquefois sommaires, souvent salutaires. Il flirte avec l'écologie (mouvement très embryonnaire à l'époque), dénonce son contrat chez Barclay, et prend acte en fuyant Paris en particulier, et le show-biz en général...

Au début des années 1970, la conviction impatiente d'une force irrésistible tourne à l'évidence : puisqu'il fallait tout rebâtir, tout reprouver... il retournera à la source et ira chanter là où c'est encore possible, là où on ne l'attend pas, c'est-à-dire partout ! Cette détermination joyeuse épouse parfaitement la réalité socioculturelle de l'époque : Les MJC, foyers de jeunes travailleurs, foyers ruraux, mille-clubs, et même certains "villages-vacances" qui, regorgeant d'animateurs "passerelles", permettaient d'écouter ses chansons existentielles et poético-libertaires. Il y avait un public pour ça. Grossissant. Tout un "réseau", pas même souterrain, puisqu'il s'établissait dans chaque quartier, chaque village... et jusque dans des "caves" parisiennes, assez vastes pour contenir des dizaines de spectateurs, tous prévenus par le miraculeux bouche à oreille... La chanson portait témoignage d'une époque plutôt rebelle, où il était plus simple qu'aujourd'hui de déceler "l'ennemi" commun derrière son rideau de fard, ses strates argentées et sa suffisance.

Il se distingue d'abord en chantant en 1973 sur le plateau du Larzac, dans un grandiose amphithéâtre naturel et sous les étoiles, devant des milliers de pacifistes, pour protester contre l'extension d'un camp militaire, puis dans les manifestations écologistes contre la centrale nucléaire de Malville. Il devient un des chantres de la génération contestataire, avec Bernard Lavilliers ou Maxime Le Forestier. Vient alors, un rythme de 150 concerts par an, en France, au Québec, en Allemagne, en Belgique, en Suisse. Son disque Je vis a un succès estimable, sans doute à la suite de l'impact de « Larzac 74 », avec 100 000 exemplaires vendus sans médiatisation : un record pour un disque auto-distribué, quasiment vendu sous le manteau. Les albums Peut-être, Il faudrait toujours pénétrer, C'était en 1976 et Tu vois ce que je veux dire sont de la même veine, témoins d'une formidable période créatrice. Sa poésie incisive mariée à des compositions aux arrangements soignés (flûte, violoncelle, cuivres…), font de sa discographie des années 1970 l'une des plus originales de l'époque, à l'image de Tu vois c'que j'veux dire, où Gérard Prévost, du groupe Triangle, participe.

Tracklist:
1 Peut-être
2 Marées
3 Fugitifs G. Debard - M. Benin
4 Notre civilisation
5 Le désespoir G. Debard - M. Benin
6 Mes amis
7 Matin dans la ville
8 D'une façon originale

45 Tours


1969
1 Rage de dents
2 La vie est belle
3 Laura
4 Les filles de mon enfance

1972
1 Les pays n'existent pas
2 Libéraliste
3 Complainte pour un âne
4 Un ouvrier

MONIQUE MORELLI
Chante Carco 1962
Réédition CD EPM 982672, augmentée de 10 poèmes lus et enregistrés vers 1992.




Monique Morelli, née Monique Dubois à Béthune, le 19 décembre 1923 et morte à Montmartre, le 27 avril 1993, est une chanteuse française, dont le répertoire d'inspiration réaliste à ses débuts est devenu une anthologie de la chanson poétique.
Après l'échec de ses études de pharmacie, elle monte à Paris et commence par faire du théâtre au Vieux-Colombier puis du cirque au Cirque d'hiver, avant d'entamer une carrière de chanteuse. En 1949, elle fait l'ouverture de La Rose Rouge et bientôt le circuit des cabarets de la Butte.

À partir de 1958, Monique Morelli travaille avec le compositeur Lino Léonardi, son mari2. Elle commence alors à chanter les poètes, de Pierre Mac Orlan à Louis Aragon, et prête sa voix la première à L'Affiche rouge3. En 1962, elle ouvre au 23 rue du Chevalier-de-La-Barre à Montmartre son cabaret Chez Ubu, qui accueillera poètes et écrivains, peintres et autres artistes, parmi lesquels Brigitte Fontaine ou encore Colette Magny, jusqu'à sa fermeture en 1969. Cette année-là, elle passe en première partie de Georges Brassens à Bobino. En 1972, elle interprète le rôle de La Carline dans le feuilleton télévisé Mandrin réalisé par Philippe Fourastié sur un scénario et avec des chansons originales d'Albert Vidalie. Puis, elle se laisse un peu oublier. Elle a donné un tour de chant au café-théâtre Le Ruisseau à Saint-Félicien, en 1979.
Monique Morelli a été nommée Officier des Arts et Lettres et plusieurs fois distinguée par l'Académie Charles-Cros (pour son premier album de Chansons d'Aragon, en 1961 et le deuxième Mac Orlan, en 1968) et par l'Académie du disque français (pour l'album Ronsard, en 1978)5.
Le profil type de la chanteuse à texte, à mi-chemin de la tradition montmartroise et de la mouvance rive gauche. Formée à l'école des artistes réalistes et populaires comme Fréhel, elle se constitue cependant un répertoire plus intellectuel, fondé sur des auteurs comme Francis Carco, Pierre Mac Orlan ou Aragon. À la fin des années 50, elle s'associe avec le compositeur Léonardi, qui lui taille des mélodies sur mesure pour ses adaptations des poètes (« Maintenant que la jeunesse », « Un air d'octobre »). Elle tient un cabaret à Montmartre (Chez Ubu), puis à Saint-Germain (Au Temps perdu).

«  Sa voix  nous emportait au bout du monde comme celles de Germaine Montéro et de Colette Magny (…) une voix profonde nourrie de vécu. Qui n’avait pas besoin d’orchestre tonitruant, d’éclairages au laser pour exister.
Gaston Couté

Tracklist:
01 Madrigal
02 L'orgue des amoureux
03 Printemps
04 Il pleut
05 Champ du départ
06 Le doux caboulot
07 L'amitié
08 Chanson tendre
09 Ah ! Je t'aime
10 Nuits d'hiver
11 La plus belle
12 Bohème
13 Cette enfant
14 Rengaine
15 Adieu
16 Au son de l'accordéon
17 Ancres et coeurs
18 Complainte
19 Les âmes
20 Carnaval

http://ti1ca.com/wm861dh3-MMMB-MMMB.rar.html
les 2 en 1

Monique Morelli  chante Louis Aragon

http://ti1ca.com/gtiw44xg-MMCA-MMCA.rar.html

JACQUES HIGELIN
Jacques Higelin chante Vian et Higelin 1965



Jacques Higelin est un auteur-compositeur-interprète et comédien français, né le 18 octobre 1940 à Brou-sur-Chantereine, en Seine-et-Marne (France), de père alsacien et de mère belge. Né avant 1967, il est, avec Pierre Arditi, un cas célèbre de non-transmission de la nationalité belge par la mère.

Il est le père du chanteur Arthur H, du comédien Kên Higelin et de la chanteuse Izïa Higelin. C'est un proche de Brigitte Fontaine, avec qui il collabore depuis le milieu des années 1960.

En 1959, comédien sur le tournage du film d'Henri Fabiani Le bonheur est pour demain , il rencontre le guitariste Henri Crolla, héritier de Jacques Prévert et Paul Grimault, frère de rue de Mouloudji, accompagnateur ami d'Yves Montand. Le musicien invite Jacques Higelin à s'exprimer par la chanson. Jacques Higelin habite plusieurs mois chez les Crolla, devenus sa seconde famille. Crolla lui apprend à bien jouer de la guitare et le conforte dans une certaine idée de la vie et de la générosité. Le film est tourné à Saint-Nazaire où Higelin habite ; il passe beaucoup de temps chez un disquaire local.

Il rencontre Marc'O, Bulle Ogier, Jean-Pierre Kalfon, Georges Moustaki... Il travaille notamment avec Brigitte Fontaine (en duo pour Cet enfant que je t'avais fait, La Grippe, On est là pour ça, sur disque et sur scène), Rufus, Areski Belkacem qu'il présente à Fontaine, puis Elisabeth Wiener avec laquelle il enregistre plusieurs duos. Remarqué par la critique, il apparaît comme un des expérimentateurs de la chanson autour de mai 1968. Avec Brigitte Fontaine et Rufus, à La Vieille-Grille puis au Théâtre des Champs-Élysées, il crée la pièce Maman j'ai peur, qui obtient un succès critique et public si important qu'elle reste plus de deux saisons à l'affiche à Paris et donne lieu à une tournée européenne ; en 1969, avec Fontaine et son copain de régiment Areski Belkacem, il joue sur la scène du Lucernaire Niok, entre théâtre et chanson. Bientôt, Fontaine et Belkacem l'incitent à tenter une carrière solo. Au début des années 1970, il expérimente des micro-spectacles de type théâtre de rue ou happenings.

Il se produit chez Monique Morelli,puis le Troglodyte (théâtre Le Petit Mouffetard, puis  au Troglodyte -coin rue Ortolan, cave voutée du XIIIème- dirigé par Chantal Werner et Henri Gilabert ; parmi les premiers spectacles présentés : Higelin, Fontaine et Areski)

Jacques Canetti le repère.

Tracklist:
01 A Django
02 Isabelle
03 Quand j'improvise sur  mon piano
04 Fleur de pavot
05 On est là pour ça
06 Priez pour Saint Germain des Prés
07 Dans mon lit
08 Je rêve
09 La java des chaussettes à clous
10 L'année à l'envers
11 Huit jours en Italie
12 L'âme slave

https://ti1ca.com/aah3nw1t-JHBA-JHBA.rar.html

BRIGITTE FONTAINE
13 Chansons Décadentes et Fantasmagoriques 1966
Brigitte Fontaine est... 1968



Brigitte Fontaine née le 24 juin 1939 à Morlaix est une auteur-compositeur-interprète, comédienne, dramaturge et écrivaine française.

Fille d'instituteurs, Brigitte Fontaine développe très tôt son goût pour l'écriture et la comédie. Son enfance, qu'elle déclare globalement heureuse, se déroule à Plouyé, une petite commune du Finistère, puis à Morlaix. Son bac littéraire en poche, elle se rend à Paris à 17 ans, pour devenir comédienne. Elle joue notamment au Théâtre de la Huchette dans La Cantatrice chauve d'Eugène Ionesco.
En 1963, elle se tourne vers la chanson et se produit dans plusieurs salles parisiennes en interprétant ses propres textes. On la voit dans les cabarets de la Rive Gauche, puis aux Trois Baudets à Montmartre. A La Grande Séverine, elle joue dans une pièce de Boris Vian. On l'aperçoit même à la télévision dans "Les Mardis de la chanson". Dès 1964, elle fait la première partie de Georges Brassens notamment, à Bobino, dont la vedette américaine est Barbara.

En 1965, puis en 1968, elle fait paraître deux albums de facture jazzy (Chansons décadentes et fantasmagoriques) puis pop (Brigitte Fontaine est… folle !), ainsi que deux 45 tours avec Jacques Higelin, dont le plus célèbre contient Cet enfant que je t'avais fait.

Elle entame en 1969 une longue collaboration avec le musicien Areski Belkacem. Avec ce dernier et Jacques Higelin, elle imagine pour la scène du Lucernaire Niok, un spectacle novateur, entre théâtre et chanson. Bientôt, Brigitte Fontaine écrit une série de textes en vers libres et en prose qui composent le show Comme à la radio, présenté au théâtre du Vieux-Colombier avant de devenir un disque. Enregistré avec l'Art Ensemble of Chicago, cet album marque une franche rupture avec la chanson française traditionnelle, en jetant les premiers ponts de la world-music. Sorti quelques mois avant ce disque, le 45-tours Lettre à monsieur le chef de gare de La Tour de Carol a par ailleurs été le premier titre français diffusé dans le Pop club radiophonique de José Artur, contribuant au succès de l'album - qui reçoit l'année suivante le prix Charles Cros.
Brigitte Fontaine devient alors une figure de l'underground français1. En une demi-douzaine d'albums publiés pour la plupart par le label indépendant Saravah, Brigitte Fontaine explore, sans se soucier des hit-parades, différents mondes poétiques. Renonçant aux rimes, usant parfois du talk-over, elle enregistre, avec très peu de moyens et souvent sur deux pistes, des chansons qui abordent avec humour ou gravité, selon l'humeur, des thèmes aussi divers que la mort ("Dommage que tu sois mort"), la vie ("L'été, l'été"), l'aliénation ("Comme à la radio", "Où vas-tu petit garçon"), la folie ("Ragilia"), l'amour ("Je t'aimerai") ou encore l'injustice sociale ("C'est normal"), l'inégalité des sexes ("Patriarcat"), l'idéologie et le crime ("Le 6 septembre"), le faux engagement politique ("L'Auberge (Révolution)"), le racisme ("Y'a du lard"), voire elle-même et son compagnon ("Brigitte", "La harpe jaune", "Nous avons tant parlé")... Le couple construit une œuvre foisonnante et cohérente à la fois, à l'écart des programmateurs de radio et de télévision, dans une liberté totale - sauf cas de censure, mentionnés par Benoît Mouchart dans sa monographie de Fontaine.

Tracklist:
1. Je suis décadente 02'20
2. C'est pas de ma faute 01'08
3. Hallucinante aventure
4. Le mauvais coton
5. Les Dieux sont dingues
6. Dévaste-moi
7. La Côtelette
8. Quand tu n'es pas là
9. On n'est pas des chiens 02'30
10. Le train
11. La vie sur les bras
12. La vache enragée
13. Le sac

Brigitte Fontaine est... 1968



1. Il pleut Fontaine - Vannier 2'32
2. Le Beau Cancer Fontaine - Bloch-Lainé 1'59
3. Il se passe des choses Fontaine - Bloch-Lainé 3'34
4. Une fois mais pas deux Fontaine - Bloch-Lainé 2'45
5. L'homme objet Fontaine - Bloch-Lainé 1'30
6. Éternelle Fontaine - Alain Clavier 2'23
7. Blanche Neige Fontaine - Bloch-Lainé 3'30
8. Comme Rimbaud Fontaine - Bloch-Lainé 1'53
9. Dommage que tu sois mort Fontaine - Bloch-Lainé 2'25
10. Je suis inadaptée Fontaine - Vannier 2'41
11. Cet enfant que je t'avais fait Fontaine - Higelin 4'25

http://ti1ca.com/ak09bqr1-BRFO-BRFO.rar.html

MAXIME LE FORESTIER
Mon frère 1972 (Version de luxe)



Maxime Le Forestier (nom d'artiste de Bruno Le Forestier), né le 10 février 1949 à Paris, est un auteur-compositeur-interprète français.
Au cours des années 1960, il forme un duo avec Catherine, empruntant quelques chansons à Georges Moustaki, avant même que ce dernier ne les chante lui-même (Le facteur, La ballade de nulle part). Serge Reggiani interprète en 1968 une de ses compositions  : Ballade pour un traître. C'est durant cette période qu'il adopte le prénom de Maxime. Il sort son premier 45 tours en 1969 avec  : Cœur de pierre, face de lune et La Petite Fugue.

En 1969, il fait son service militaire dans les troupes aéroportées, au 13e Régiment de dragons parachutiste de Dieuze. Mais son esprit indiscipliné et son caractère rebelle font qu'il est incapable de s'adapter à l'esprit de corps de son régiment. Il en fait tant à rebours qu'il est d'abord interné à l'infirmerie, avant que le régiment se débarrasse de lui en l'envoyant achever son service dans un bureau à Paris. Ce passage dans les troupes aéroportées lui inspirera la chanson antimilitariste Parachutiste.

En 1972, sort son premier album chez Polydor avec les titres : San Francisco, Mon frère, La Rouille. Le succès est énorme.
Après avoir débuté en duo avec sa soeur Catherine, Maxime Le Forestier se lance dans un carrière solo. Avec ce premier album qui d'emblée le place au-devant de la scène. Grâce à un tout premier tube, souvenir des mois passés dans une communauté hippie en Californie, "San Francisco". Une chanson, entre folk et chanson française, qui est devenue depuis un véritable classique. A l'instar des autres titres, tour à tour contestataires et romantiques, qui livrent déjà tout l'univers du jeune auteur- compositeur. Quand, porteur des idéaux de mai 1968, il signe un vigoureux plaidoyer antimilitariste avec "Parachutiste", repris ultérieurement par Joan Baez. Quand, précoce écologiste, il chante "Comme un arbre". Ou quand, délicat poète des sentiments, il signe "Mon frère", "La Rouille" ou "L'Education sentimentale". Des chansons qui n'ont pas pris une seule ride, et qui ouvrent en beauté le riche parcours d'un de nos plus attachants artistes. --Sylvie Devilette

Tracklist:
01 Mon frère
02 Éducation sentimentale
03 La Rouille
04 Mourir pour une nuit
05 Marie, Pierre et Charlemagne
06 Comme un arbre
07 Fontenay-aux-Roses
08 Parachutiste
09 Je ne sais rien faire
10 San Francisco
11 Ça sert à quoi
12 Coeur de pierre
13 La ville a des princes

CD2
01 L'auto-stoppeur
02 La petite fugue
03 Mauve (live)
04 Parlez-moi de saison
05 Février de cette année-là
06 La ou (Olympia 73)
07 Comme un arbre
08 Dans l'eau de la claire fontaine
09 Allez voir mes voisins
10 La rouille (Musicorama)
11 La souris a peur du chat
12 Education sentimentale

http://ti1ca.com/5kwkvta1-MALF-MALF.rar.html

COLETTE MAGNY
Frappe ton coeur 1964



Colette Magny, née le 31 octobre 1926 à Paris et décédée le 12 juin 1997 à Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), est une chanteuse et auteur-compositeur-interprète française.
Par son allure, son style, ses textes rebelles et ses engagements, Colette Magny est un personnage singulier de la chanson contemporaine. Souvent délaissée par les médias, elle a trouvé la notoriété, dans les années 1960, avec un répertoire souvent inspiré par le blues et surtout grâce à sa chanson à succès, Melocoton (1963).

Appuyant sa voix grave sur des textes d'extrême gauche, elle s'est préoccupée des problèmes de ce monde : album Vietnam 67 d'une période contestataire, Kevork, en 1991, où elle dénonce les injustices, les inhumanités et le péril écologique.

    « Dans la famille coup de poing, Ferré c’est le père, Ribeiro la fille, Lavilliers le fils. Et moi la mère !", disait Colette Magny

Huit titres originaux, tous en français, enregistrés avec le guitariste de blues noir américain Mickey Baker et, pour certains titres, une section rythmique, où Colette Magny confirme sa capacité très personnelle à "blueser" dans notre langue. "Frappe ton cœur" et "Choisis ton opium" - qui sera repris dans Vietnam 67 - sont composés de citations de différents auteurs, auxquelles Colette ajoute son propre grain de sel. Cette technique du collage de textes, déjà rare en soi dans la chanson française, surtout à cette date, sera réutilisée et plus élaborée dans certains disques ultérieurs. Pour l'heure, et puisque ce 25 cm est depuis longtemps épuisé, il sera éclairant de relire les commentaires de la chanteuse au verso de la pochette :
MUSSET : Frappe ton cœur, c'est là qu'est le génie.
JÉSUS-CHRIST : Aime ton prochain comme toi-même.
LÉNINE : L'âme vivante du marxisme,
l'analyse concrète d'une situation concrète...
LAMMENAIS : II n'y a de paix pour l'intelligence
que lorsqu'elle est certaine de posséder la vérité.
EINSTEIN : Dieu est subtil mais pas malicieux.
HERACLITE : Si ton âme est inculte, tes yeux,
tes oreilles sont de mauvais témoins.
TCHÉKHOV : On ne peut rien comprendre en ce monde.
Qu'est-ce que la vie ? Qu'est-ce qu'une carotte ?
Une carotte est une carotte et on ne sait rien d'autre.
Moi quand je vois le printemps,
je désire vraiment que dans l'autre monde il y ait un paradis.
Les thèmes des autres chansons concernent le racisme au quotidien ("Le beurre et la frite"), le danger nucléaire ("4 C..."), l'indifférence sociale ("Le mal de vivre", qui sera repris dans Vietnam 67 sous le titre "Viva Cuba"), l'incompréhension entre les générations ("Je suis majeure") et - bien avant qu'il soit question d'écologie dans l'information courante - les incidences du politique et de l'économique sur la détérioration du climat ("Le temps des oiseaux"). Au total, un disque sans concessions, à l'abri de tout risque de récupération - y compris celle du "recul historique". Car la manière de dire de Colette Magny y est tout entière contenue : chaleureuse et vibrante, mais jamais gentille ni en proie aux bons sentiments.

Tracklist:
01 Frappe ton coeur  
02 Le beurre et la frite  
03 4 C...  
04 Colligeons
05 Le mal de vivre
06 Choisis ton opium  
07 Je suis majeure  
08 Le temps des oiseaux.

45 Tours
1963

Face A1 : Basin’ street blues (Spencer Williams)
Face A2 : Co-opération (Colette Magny)
Face B1 : Mélocoton (Colette Magny)
Face B2 : Nobody knows you when you’re down and out (Ida Cox)
Crédits
complémentaires : Guitare solo : Mickey Baker
Guitare basse : René Duchossoir
Piano, orgue : Georges Arvanitas
Batterie : Christian Garros
Contrebasses : Pierre Michelot, Michel Gaudry
Star fell on Alabama
Struttin with some barbecue
Whispering

http://ti1ca.com/uvnhhh3j-6663-6663.rar.html

JAMES OLLIVIER
Chante les poètes 2000



James Ollivier, de son vrai nom James Gaston Raymond Duchamp, est un chanteur et musicien français, né le 25 mars 1933 à Reims et mort le 23 octobre 1997 à Saint-Lô.

Il avait commencé sa carrière comme comédien, mais se tourna très tôt vers la chanson, en se produisant dans les cabarets de la rive gauche et en participant à l'émission de Luc Bérimont, La Fine Fleur de la chanson française.

Il a mis en musique et interprété les textes de nombreux poètes français (Villon, Ronsard, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud, Hugo, Apollinaire, Cocteau, Aragon, Desnos, Queneau, Supervielle, Prévert, Cadou, Bérimont, etc.) et repris certains poèmes mis en musique par Brassens.

Il avait reçu le Prix de l'Académie du disque français et le Prix de l'Académie Charles-Cros en 1969, ainsi que le titre de chevalier de l'ordre des Palmes académiques en 1992 pour son action d'initiation à la poésie et à la musique auprès des jeunes d'âge scolaire.

Ambassadeur de la chanson francophone auprès de nombreux organismes culturels français à l'étranger.

Tracklist:
Volume 1
01 Marennes-cancale
02 Stances
03 Les amis inconnus
04 Le figuier
05 Chevaux de bois
06 La famille dupanard
07 Si vous revenez
08 Difficile de juger
09 Street
10 Petit matin
11 Chanson populaire de Kingsou
12 Chanson du printemps retourné
13 Les bacs du rhin
14 Adieu nathalie

Volume 2
01 Les images
02 Hommage à la vie
03 Du bleu ?
04 Le cœurs trop grand
05 Framboise
06 Complainte de Vincent
07 Vincent
08 Fils d'étranger
09 Pourquoi n'allez-vous...
10 Automne
11 Rue des tanneries
12 Lorraine
13 Tu as trop oublié
14 Solo de lune
15 Aquarelles
16 Je n'aime pas dormir
17 Signal
18 Parfum exotique

http://ti1ca.com/ttqy60is-JOMA-JOMA.rar.html


MARCEL MOULOUDJI



Lui aussi fait partie de ces chanteurs "Rive Gauche"
Collection Frémeaux
CD1
http://ti1ca.com/6am96xwu-MOU1-MOU1.rar.html

CD2
http://ti1ca.com/qvlt0bwu-MOU2-MOU2.rar.html

MARIE PAULE BELLE



"De l'Échelle de Jacob à l'Écluse, c'est là que j'ai appris le métier."

Marie-Paule Belle est une chanteuse, pianiste et comédienne française, née à Pont-Sainte-Maxence (Oise) le 25 janvier 1946. Elle est principalement connue pour la chanson La Parisienne, qu'elle a créée en 1976, et pour son interprétation de chansons de Barbara depuis 2001.

Ses principaux paroliers sont les écrivains Michel Grisolia, ami d'enfance, Françoise Mallet-Joris, qu'elle rencontre à Nice dans sa jeunesse, ainsi qu'Isabelle Mayereau, Jean-Jacques Thibaud.
Sa carrière commence en 1969 où, après avoir gagné un concours télévisé (l’émission Chapeau de Radio Monte Carlo) auquel elle s'est inscrite à la suite d'un pari avec ses amis de la faculté, elle enregistre un premier 45 tours chez CBS, puis un second chez BAM. Son premier 33 tours (Sonopresse) date de 1973. Sa première apparition télévisée a lieu le samedi 11 mars 1973 sur le plateau de Philippe Bouvard, qui l'autorise à chanter deux chansons (Wolfgang et moi, et Nosferatu) au lieu d'une seule comme il était prévu dans l'émission Samedi soir.

En 1973, elle reçoit le prix de l’académie Charles-Cros et le prix de l'académie du disque. Elle se produit la même année pour la première fois à Bobino. Elle reçoit en 1974, à Spa, le grand prix de la chanson française remis par la Communauté des radios publiques de langue française. En 1975, elle rencontre Serge Lama à l'Écluse, et fait une tournée avec lui dans toute la France.

Sur les pas de Barbara, Jacques Brel, Jean Ferrat, Cora Vaucaire, Léo Ferré, Marie-Paule Belle... Ces artistes " nés " dans de tout petits lieux de la rive gauche qui avaient pour noms l'Ecluse, l'Echelle de jacob, Les Trois Mailletz, Chez Georges, Chez Moineau...
«Comme au cabaret», le nouveau spectacle de Marie-Paule Belle célèbre les cabarets mythiques de la « Rive gauche » qui l'ont vue débuter. Seule au piano, Marie-Paule Belle évoquera son parcours à travers ses chansons ( « La Parisienne », « Wolfgang et moi », « La Biaiseuse »...) et à travers les auteurs et compositeurs du répertoire : Fragson, Guy Béart, Fanon, Berthe Sylva, Mouloudji, Yvette Guilbert, Clément, Barbara, Brel, Prévert... Passant de l'humour à la nostalgie, du clin d'oeil ironique à la gravité, de l'éclat de rire à l'intensité du silence, nous nous promènerons avec elle, d'une émotion à l'autre, en chantant.

Tracklist:
1973
A1 L'Odeur De L'Herbe 2:30
A2 Loin 3:15
A3 L'Ame à La Vague 2:43
A4 Ça M'est Egal 2:25
A5 Trans Europ Express 3:40
B1 Nous Ne Serons Jamais Plus Seuls 3:53
B2 Ma Lèvre A Seigné Ce Matin 2:30
B3 Comme Les Pierres 2:30
B4 Pourqoi Je T'Aime 2:20
B5 Wolfgang Et Moi 3:25

1974

A1 Cafe Renard 4:20
A2 C'est Encombrant L'amour
A3 Un Peu D'angoisse Et De Cafe
A4 A Mi Chemin
A5 Deux Heures Du Matin
B1 Les Petits Dieux De La Maison
B2 Une Abeille
B3 Grappe De Raisins
B4 L'Hiver Des Coeurs
B5 Canevas
B6 Demi Sommeil

http://ti1ca.com/m0w97q9s-MPBE-MPBE.rar.html

FRANCIS LEMARQUE
Heritage - A Paris - Polydor (1949-1955)



Francis Lemarque, de son vrai nom Nathan Korb, est un auteur-compositeur-interprète et poète français, né à Paris le 25 novembre 1917, et mort le 20 avril 2002 à La Varenne-Saint-Hilaire.
Au cours d'une carrière longue et discrète, couronnée par plusieurs Grand Prix du disque de l'académie Charles-Cros, il a écrit et composé près de 400 chansons, dont À Paris, devenue un standard international repris par des dizaines d'interprètes à travers le monde entier, et Quand un soldat, interprétée avec succès par Yves Montand, et dont les paroles engagées lui vaudront les foudres de la censure en 1953.
En 1940, il est mobilisé et affecté comme « lieutenant-guitariste » aux activités musico-théâtrales de l'armée. En 1940 il passe en zone libre et s'installe à Marseille. C'est là qu'il rencontre Jacques Canetti, qui deviendra par la suite son agent artistique. Il fait quelques tournées en Afrique du Nord dont une semaine de récitals avec le guitariste gitan Django Reinhardt. Sa mère déportée en 1943 meurt assassinée à Auschwitz. Fidèle à son idéal communiste, il rejoint le maquis puis s'engage dans le régiment du douzième Dragon.
Après la guerre, Lemarque chante dans des cabarets de Saint-Germain-des-Prés.
1951 : Grand Prix de l'Académie Charles-Cros
Le thème de Paris et son éternel accordéon revient souvent dans les chansons de Lemarque par des descriptions des quartiers populaires, non sans rappeler Aristide Bruant. Sa carrière sera celle d'un auteur et d'un chanteur profondément attaché au Paris populaire et à la chanson française.

Tracklist:
1 A Paris
2 Le Tueur Affamé
3 Cornet De Frites
4 Bal Petit Bal
5 Le Cocher Du Fiacre
6 John Black
7 Bal Musette
8 J'Ai Mis Mes Cliques
09 Rue De Lappe
10 Ma Douce Vallée
11 Bois De Boulogne
12 D'Amour Et D'Eau Fraîche
13 Clown
14 Figaro
15 Toi Tu Ne Ressembles A Personne
16 Le Petit Cordonnier
17 Quand Un Soldat
18 Mon Copain D'Pékin
19 Julot Poil-Dans-La-Main
20 Un Air De Cristal
21 La Grenouille

http://ti1ca.com/buqkyamg-FRLE-FRLE.rar.html

GIANI ESPOSITO
Anthologie



Giani Esposito, né Gianni Sandro Esposito, le 23 août 1930 à Etterbeek (Belgique) et mort le 1er janvier 1974 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), est un auteur-compositeur-interprète, acteur et poète français.
Il naît à Etterbeek, commune de l'agglomération bruxelloise, d'une mère française et d'un père italien.

Il vient à la chanson en 1952 et passe dans des cabarets comme La Rose Rouge et L'Écluse où il interprète des chansons étranges, teintées de mysticisme, comme Souvenirs d'enfance d'un barbare, La Descente en ville. Le succès arrive en 1959 avec un super 45 tours qui contient quatre titres: "Prière pour une rupture", "Le temps des fiançailles", "Avec toute notre pudeur" et surtout "Les clowns" qui deviendra sans doute sa chanson la plus connue et la plus reprise.

à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/GIANI-ESPOSITO-quot-Anthologie-Les-Clowns-quot-td7017.html#a13752

GEORGES MOUSTAKI
Le Métèque 1969



Georges Moustaki, né Giuseppe Mustacchi est un auteur-compositeur-interprète naturalisé français d'origine italo-grecque , né le 3 mai 1934 à Alexandrie et mort le 23 mai 2013 à Nice. Georges Moustaki était aussi artiste-peintre.

Le jeune homme aime la fête mais est plutôt timide. Il écrit volontiers, vivote (barman, pianiste). Il apprend. Auprès de Brassens, premier et seul «maître» revendiqué, au point de lui «emprunter» son prénom. Et dans les cabarets «rive gauche» où, de Trois Baudets en Rose rouge et de Colombe en Echelle de Jacob, il rencontre Vian, Ferré, Trenet, Montand, Mouloudji, Brel et tous les autres. Le jeune Alexandrin ne s’y pousse pas du col, toujours réticent à interpréter ses propres textes, peu sûr d’une voix à l’amplitude limitée c’est presque par hasard qu’il se retrouve en 1969 icône de son époque en tête du hit-parade. C’est parce que Reggiani a décidé de ne pas interpréter le Métèque, d’ailleurs créé sur scène par Pia Colombo, qu’il s’y est collé. Il n’a que 35 ans, mais déjà une figure sans âge, de «juif errant» au cuir tanné, «au soleil de tous les étés» et à la barbe blanchie.

Sur le même disque, un autre titre donne une bonne idée de l’envergure du bonhomme : Gaspard, mise en musique exemplaire du poème de Verlaine, autre portrait de «métèque», version douleur profonde : «Je suis venu, calme orphelin,/ Riche de mes seuls yeux tranquilles,/ Vers les hommes des grandes villes :/ Ils ne m’ont pas trouvé malin […]. Suis-je né trop tôt ou trop tard ?/ Qu’est-ce que je fais en ce monde ? /Ô vous tous, ma peine est profonde : /Priez pour le pauvre Gaspard !»
Sa devise, tirée d'un écrit d'Antoine Blondin est « l'homme descend du songe »

Tracklist:
1 Le Métèque 2:31
2 La Mer M'a Donné 2:40
3 Gaspard 2:47
4 Voyage 2:15
5 Le Facteur 4:02
6 Natalia 1:51
7 Ma Solitude 2:57
8 Il Est Trop Tard 2:38
9 La Carte Du Tendre 3:01
10 Le Temps De Vivre 3:00
11 Joseph 2:27
12 Rue Des Fosses Saint-Jacques 1:25

http://ti1ca.com/8b3orou0-GM69-GM69.rar.html

JACQUELINE DULAC
Pure Laine Compilation EPM



Jacqueline-Rosine-Adrienne Dulac est une chanteuse française née le 27 octobre 1934 à Vichy.
Très tôt, sa vocation était de chanter : « C'est Charles Trenet, dit-elle, qui m'a révélé la chanson ». Cependant, pour répondre à l'opposition de ses parents, elle décide de suivre des cours de dessin et de peinture pendant deux ans, puis prend des leçons de chant à Paris où elle doit faire des petits boulots pour survivre. En 1962, à force d'obstination, Jacqueline Dulac décroche des engagements dans des cabarets parisiens comme Le Cheval d'Or, L'Échelle de Jacob, Le Caveau de la Bolée. Elle sort son premier disque super 45 tours chez Barclay en 1963, Je crois en toi.
Après deux ans de patience et de travail, c'est enfin le Palmarès des chansons, l'émission de Guy Lux qui la révèle au public à l'automne 1965 et qui l'amène sur la scène de Bobino en première partie de son idole Charles Trenet. C'est là qu'Eddy Marnay vient lui proposer sa chanson Ceux de Varsovie pour concourir à la Rose d'Or d'Antibes le 27 juin 1966. Cette chanson lui porte bonheur car elle remporte le palmarès face à Michel Delpech et Michel Polnareff entre autres... Après le succès de Ceux de Varsovie, Michèle Senlis et Claude Delécluse viennent lui présenter leur chanson Lorsqu'on est heureux, dont le grand succès lui permet d'enregistrer son premier album 33 tours Contre Jour (R.C.A.) avec lequel elle gagne le grand prix du disque de l'Académie Charles Cros en 1968.

Pour les besoins de la pochette de son nouveau disque "Le lion" et pour aider un dompteur rejeté par les cirques, au cours d'un gala en Bretagne, le 27 juin 1969, elle accepte d'entrer seule dans une cage avec quatre lions pour y faire une photo. L'un d'entre eux se jette sur elle, suivi rapidement par les trois autres et c'est le carnage ! Son imprésario intervient en entrant, seule, dans la cage, et lui sauve la vie. À la sortie d'une longue et douloureuse période d'hospitalisation, elle entreprend une grande tournée d'un mois en U.R.S.S., suivie par un voyage au Japon où elle présente son récital. À son retour, elle reprend ses tournées au Québec, en Pologne, en Algérie, au Liban, à Dubaï, en Belgique, en Suisse, en Espagne, etc. Puis c'est la rentrée à Bobino (Paris) en 1970, salle où elle se produit régulièrement. Cette année-là, elle est aussi, avec Jacques Dutronc, la covedette du grand cabaret La Tête de l'Art. De 1973 jusqu'aux années 1980, elle fait régulièrement des galas et des tournées qui la tiennent éloignée de Paris. Elle sort plusieurs albums dont C'est merveilleux de vivre (R.C.A.), Mosaïque (C.B.S.), Besoin des autres (Sonopresse), etc.
 Elle sort son premier CD (Disque compact) Pure laine (E.P.M.) en 1990
Tracklist:


http://ti1ca.com/tzgn7swq-JDSD-JDSD.rar.html

Les Frères Jacques -  Un Quatuor de légende [2005]
CD audio (2 mai 2005)
WAGRAM Music



Les Frères Jacques est un quatuor vocal français, actif de 1946 à 1982, composé d'André Bellec, Georges Bellec, François Soubeyran et Paul Tourenne. Le groupe a atteint un sommet dans l'art de combiner le chant et le mime et a notamment interprété des chansons de Prévert et Kosma, de Guy Béart, Serge Gainsbourg (Le Poinçonneur des Lilas) ou de Stéphane Golmann (La Marie-Joseph).
Mêlant comédie, humour et musique, ce quatuor de légende a marqué l'histoire de la chanson française pendant près de 40 ans, non seulement par l'excellence de ses interprétations, mais surtout pour sa célèbre facette scénique.
Leur premier 78 tours sort en 1948. Les engagements abondent, mais c'est quand ils rencontrent l'agent artistique Jacques Canetti qu'ils entrent véritablement dans la lumière. C'est lui qui leur obtient les textes de Jacques Prévert — sceptique au départ — et les musiques de Joseph Kosma, qu'ils enregistrent et que la radio fait connaître au-delà de la sphère parisienne. Avec L'Inventaire, ils obtiennent même le Grand Prix du disque à deux reprises (en 1950 et en 1958). Ils ont également chanté avec Édith Piaf et Brigitte Bardot.
c'est le décorateur Jean-Denis Malclès qui leur confectionne les costumes et accessoires : il les moule dans des collants, des justaucorps et des gants blancs, et complète leur silhouette par des chapeaux et moustaches divers (c'est également lui qui conçoit le décor). Ces éléments varieront peu par la suite

01 La queue du chat
02 La Saint Medard
03 L'entrecote
04 Ballade des places de Paris
05 Petite fable sans morgue (la complainte des petits cabinets)
06 Voila les footballeurs
07 Les halles de Paris
08 Barbara
09 Chanson pour un jour de pluie
10 En ce temps-la
11 Un jour de colere
12 La Marie-Joseph
13 Monsieur William
14 Complainte mecanique
15 Papa peint dans les bois
16 Compagnons des mauvais jours
17 Rue Saint-Vincent
18 En sortant de l'ecole
19 Si tu t'imagines
20 Tournesol

http://ti1ca.com/m1uk3wew-LFJA-LFJA.rar.html

RENE LOUIS LAFFORGUE
Chante les auteurs qu'il aime 1959
Julie la rousse 1956



René-Louis Lafforgue, est un auteur, compositeur et chanteur français d'origine espagnole et d'inspiration libertaire, né le 13 mars 1928 à Saint-Sébastien (Espagne), mort accidentellement le 3 juin 1967 à Albi (Tarn). Il fut également acteur au cinéma, au théâtre et à la télévision.
René-Louis Lafforgue est né dans une famille de militants libertaires du pays basque espagnol. Il subit la guerre d'Espagne, puis l'exil en France, où il participe à la Résistance avec son frère, qui y trouve la mort.
En 1954, il remporte le Grand Prix de la Chanson française de Deauville, ce qui marque le début de sa notoriété.

René-Louis Lafforgue est notamment l'auteur des chansons Julie la Rousse (1956) et du Poseur de rails (1957).

Il crée, en 1962, le cabaret « L'École buissonnière » au 10 rue de l'Arbalète à Paris, où se produisent notamment Guy Bedos, Paul Préboist, Pierre Louki, Boby Lapointe, Maurice Fanon, Christine Sèvres, Léo Campion ou encore Béatrice Arnac. Le cabaret est alors un lieu de rendez-vous des libertaires et pacifistes pour qui il anime de nombreuses fêtes. Après sa mort, le cabaret est dirigé par sa femme, Claudie.
René-Louis Lafforgue s'est tué en voiture sur la route nationale 118, entre Albi et Castres, en juin 1967, à l'âge de 39 ans.

Tracklist
Chante les auteurs qu'il aime 1959
Ici l'on pêche
02 L'accordéon
03 Adieu Venise provençale
04 Va danser
05 Sous les ponts de Paris
06 La Julie jolie
07 Ici l'on rêve
08 La belle amour

Julie la rousse 1956



01 Julie la rousse
02 La fête est là
03 Noël sur la mer
04 Crac!
05 Mon coeur en tourment
06 Le poseur de rails
07 Marguy
08 ça c'est chouette
09 Par le vieux chemin de pierre
10 T'es bath,môme

http://ti1ca.com/ymuezxhr-RLLA-RLLA.rar.html

BOBY LAPOINTE
L'intégrale



Boby Lapointe, de son vrai nom Robert Jean-François Joseph Pascal Lapointe, né le 16 avril 1922 à Pézenas (Hérault) et mort le 29 juin 1972 dans la même ville, est un auteur-interprète français, surtout connu pour ses textes parsemés de calembours, de contrepèteries et de paronymes.

À l'âge de 20 ans, il doit abandonner ses études et est envoyé à Linz, en Autriche, en 1943 au titre du STO (Travail obligatoire en Allemagne durant la 2eme guerre mondiale). Éternel insoumis, il s'évade la même année et rejoint, en mai 1944, sa région natale après sept mois d'errance sous différents noms d'emprunt. Une anecdote veut que parmi eux, il ait utilisé le nom de Robert Foulcan. Sa grande stature et sa force physique lui permettent de devenir scaphandrier au port de La Ciotat, essentiellement pour échapper aux recherches dont il est l'objet par les Allemands et la milice locale.

Son amour des mots et son envie d'écrire le poussent, à partir de ce moment, à composer des chansons dont le style est très marginal, tout en calembours, jeux de mots et contrepèteries : un style trop intellectuel pour qu'on lui donne facilement sa chance. Il rédige également un recueil de poésies et un traité sur les calembours . Il cherche des interprètes pour ses chansons, mais son style rebute : lors d'un gala de la chanson à Juan-les-Pins, les Frères Jacques qu'il y rencontre déclinent sa proposition, un peu effrayés par la complexité des textes truffés de jeux d'esprit.

C'est en 1954 qu'il débute officiellement sa carrière musicale : l'acteur Bourvil et le réalisateur Gilles Grangier choisissent une de ses chansons (Aragon et Castille) pour un passage musical où Bourvil chante, dans le film Poisson d'avril. Étienne Lorin, l'accordéoniste de Bourvil, est en effet devenu l'ami de Lapointe et a suggéré cette chanson à Bourvil. Bien que le film comme la chanson ne connaissent pas de succès, Lapointe est enfin introduit dans le milieu parisien.

Il fait ses grands débuts en tant que chanteur dans un cabaret parisien, Le Cheval d'Or. Il y croise Anne Sylvestre, Raymond Devos, Ricet Barrier et Georges Brassens, avec qui naît une sympathie réciproque. Lapointe est remarqué non seulement pour sa présence physique (sa taille et son aspect athlétiques n'y sont pas étrangers, de même que ses airs faussement bourrus), mais aussi pour son élocution aléatoire et son style de textes tout en jeux de mots. Il devient ainsi l'attraction principale du cabaret et attire l'attention du réalisateur François Truffaut. Ce dernier imagine de lui faire jouer le rôle du chanteur de bar dans son nouveau film Tirez sur le pianiste, avec Charles Aznavour dans le rôle du pianiste2. Les chansons choisies sont Framboise et Marcelle. Lapointe rencontre Philippe Weil sur le tournage. Celui-ci l'engage dans un autre cabaret parisien, Les Trois Baudets. En 1960 et 1961, Lapointe y enregistre deux disques avec notamment les chansons Marcelle, Le Poisson fa, Bobo Léon et Aragon et Castille, qui rencontrent enfin le succès.

Les compositions suivantes ne démentent pas ce succès : L'Hélicon, Ta Katie t'a quitté, Saucisson de cheval, Comprend qui peut, Méli-mélodie, Le Tube de toilette, La Maman des poissons… Boby Lapointe devient un invité récurrent de l'émission Les Raisins verts de Jean-Christophe Averty, pour laquelle il ira jusqu'à interpréter une chanson qui n'est pas à son répertoire habituel, Si j'avais un marteau, en maniant une faucille d'un air entendu.

Atteint d'un cancer du pancréas, Boby Lapointe décède à cinquante ans, en 1972, à Pézenas où il est enterré. Il a enregistré une cinquantaine de chansons.


Disque : 1
1. Aragon et castille
2. Framboise
3. Marcelle
4. Insomnie
5. Le poisson fa
6. Embrouille minet
7. Petit homme qui vit d'espoir
8. Bobo leon
9. Tchita la creole
10. Le beau voyage
11. L'ange
12. Troubadour ou la crue du tage
13. La fleur bleue contondante
14. La fille du pecheur
15. Eh toto
16. L'helicon
17. Lena
18. La peinture a l'huile
19. Eh V'nez les potes
20. J'ai fantaisie
21. Leçon de guitare sommaire
22. Ta katie t'a quitte
23. Je joue du violon tzigane
24. T'as pas t'as pas tout dit
25. Le papa du papa
26. Aubade a lydie en do
27. Lumiere tango
28. From two to two
29. Leçon de guitare sommaire

http://ti1ca.com/y7w3gw7h-BLI1-BLI1.rar.html

Disque : 2
1. Saucisson de cheval no.1
2. Saucisson de cheval no.2
3. L'ami zantrop
4. La banane anana
5. L'ete ou est-il
6. La question ne se pose pas
7. Andrea c'est toi
8. L'idole et l'enfant
9. Comprend qui peut
10. Monsieur l'agent
11. Meli melodie
12. Diba diba
13. Le tube de toilette
14. Madam' mado m'a dit
15. Moi le philosophe et l'esthete
16. La maman des poissons
17. Revanche
18. Sentimental bourreau
19. Ca va ca vient
20. In the desert
21. Mon pere et ses verres
22. Je suis ne au chili
23. Le tigre

http://ti1ca.com/qc9vos20-BLI2-BLI2.rar.html

MICHELE ARNAUD
N°2 1957
La chanson de Prévert 1962



Michèle Arnaud, nom de scène de Micheline Caré, née à Toulon le 18 mars 1919 et morte à Maisons-Laffitte (Yvelines) le 30 mars 1998, est une chanteuse et productrice de télévision française.
Etudiante,elle fréquente avec assiduité des cabarets tels que Le Tabou et La Rose Rouge.
C'est en 1952 qu'elle débute dans la chanson au Milord l'Arsouille en interprétant notamment L'Île Saint-Louis, sur une musique de Léo Ferré et des paroles de Ferré et Francis Claude, ce dernier n'est autre que son mari et le directeur dudit cabaret. Elle obtient ensuite le Grand prix de la chanson française de Deauville avec Tu voulais.
En 1957, elle est devenue la vedette permanente du Milord l'Arsouille. Dans son tour de chant, elle est accompagnée au piano par Jacques Lasry et, à la guitare, par un certain Serge Gainsbourg qui est, le reste du temps, pianiste d'ambiance dans ce cabaret. Elle découvre par hasard et stupéfaite que ce Gainsbourg a déjà écrit plusieurs chansons que personne n'interprète telles que Défense d'afficher et La Recette de l'amour fou. C'est sous son impulsion et celle de Francis Claude que Gainsbourg monte immédiatement sur la scène du Milord pour chanter ses compositions. Elle est également sa première interprète féminine en enregistrant, dès l'année suivante, plusieurs de ses œuvres (La Recette de l'amour fou, Douze belles dans la peau, en janvier et Jeunes femmes et vieux messieurs, La Femme des uns sous le corps des autres, en octobre 1958).

La vocation d'Arnaud est d'interpréter des œuvres d'auteurs comme Ferré ou Vian tout en révélant de nouveaux talents comme Gainsbourg. Peut-être à cause de ses exigences et en dépit de s'être produite dans des music-halls populaires, que ce soit en vedette américaine à l'Olympia en 1959, ou en tête d'affiche à Bobino en 1961, Michèle Arnaud a toujours conservé l'étiquette d'« intellectuelle de la chanson ».

Face A :
1. Une joie fleur dans une peau de vache (Georges Brassens)
2. Les chansons de la nuit (Charles Trénet)
3. Tout l’amour que j’ai (Tamson)
4. La prière (Francis Jammes / Georges Brassens)
5. La marine (Paul Fort / Georges Brassens)
Face B :
1. Un jour tu verras (Georges Van Parys - Mouloudji)
2. L’âne et le gendarme (Charles Trénet)
3. La rue s’allume (André Popp - Ducreux)
4. Avec ce soleil (Philippe-Gérard - Jacques Larue)
5. Le pharmacien - chanson cruelle (Grassi - F. Leclerc)

1962

Face A :
1. Pour une amourette (L. Escudero) - 2’15
2. L’île nue (E. Marnay - Yayashi) - 2’40
3. C’est peut-être l’amour (G. Moustaki) - 2’50
4. La chanson de Prévert (S. Gainsbourg) - 3’10
Face B :
1. Les amours finissent un jour (G. Moustaki) - 2’40
2. Un monsieur (M. Vaucaire - J. Luchesi) - 2’15
3. Les goémons (S. Gainsbourg) - 2’25
4. Deux enfants au soleil (C. Delécluse - J. Ferrat) - 2’20

http://ti1ca.com/qam9pkss-MIAR-MIAR.rar.html

SERGE REGGIANI
Chante Boris Vian 1964
Serge Reggiani 1966



Sergio Reggiani, dit en français, Serge Reggiani, né le 2 mai 1922 à Reggio d'Émilie (Italie)1 et mort le 22 juillet 2004 à Boulogne-Billancourt, est un comédien et un chanteur français d'origine italienne. Venu du théâtre, il tourne au cinéma sous la direction de plusieurs générations de réalisateurs et s'impose comme une figure marquante du cinéma français. Venu tardivement à la chanson (à 46 ans), il est considéré comme l'un des grands interprètes de la chanson française. Exigeant dans le choix des auteurs, il chante aussi bien Baudelaire que Moustaki, ou encore Rimbaud, Dabadie ou Vian.

C'est dans la rue, du côté du faubourg Saint-Denis, que l'exilé italien qu'est Serge Reggiani apprendra son métier d'acteur et de chanteur après avoir été coiffeur. Les variétés, c'est, dit-il, son côté rital et populaire.
Il fallait bien la force de conviction de Jacques Canetti (initiateur de toute une génération de chanteurs francophones, de Brel à Serge Gainsbourg, en passant par Barbara et Félix Leclerc), et le parfum inédit de la découverte d’une œuvre comme celle de Vian, pour convaincre un quadragénaire, néophyte dans l’univers de la chanson, mais vedette de cinéma adulée, comme Serge Reggiani, de sauter le pas, et de franchir, pour la première fois, une porte de studio d’enregistrement.
En 1964, Boris Vian n’a en effet pas encore bénéficié de la réédition (de romans, sous son nom, ou sous le pseudonyme de Vernon Sullivan avec J’Irai Cracher Sur Vos Tombes, de poèmes, ou d’articles de critique musical) en éditions de poche de son œuvre. On a oublié qu’il a composé (avec Henri Salvador, sous le pseudonyme d’Henri Cording), les premiers rocks en français. Et il n’est pas encore l’écrivain salué par une jeunesse séduite par son approche libertaire de la chanson, et les interactions permanentes entre jazz et poésie, qu’on peut retrouver dans ses vers.

Reggiani contribue donc à une authentique relecture d’un univers bouleversant, et original. Dandy désespéré (« Je bois »), pessimiste actif (« Que tu es impatiente, la mort »), maître avéré de la chanson de genre (« Le Régiment des mal-aimés »), ou antimilitariste avéré (l’emblématique « Le Déserteur »), Vian aborde tous ces registres, et Reggiani l’incarne de brillante manière.
Certes, les orchestrations choisies dénotent un goût particulier pour une certaine chanson française de qualité. Mais on peut considérer que le talent de comédien du jeune chanteur, ici mis au service de son galop d’essai, et de maître, se déploie dans le plus pur talent dans « Arthur où t’as mis le corps » : cette chanson de rôles (comme on dit d’un jeu) permet à Reggiani d’incarner tour à tour plusieurs personnages (donc, plusieurs voix), dans un climat très proche des Tontons flingueurs, aux dialogues ciselés deux années auparavant par Michel Audiard. Le résultat, prodigieux, est hilarant, en évocation finalement assez nostalgique d’un temps où les bandits étaient d’honneur, et les policiers susceptibles.

Tracklist
1. Arthur ou t'as mis le corps
2. Le regiment des mal-aimes
3. Valse dingue
4. Je bois
5. Sermonette
6. Sans blague
7. J'ai pas d'regrets
8. Fugue
9. Le deserteur
10. De velours et de soie
11. Derniere valse
12. Que tu es impatiente la mort

Serge Reggiani 1966

1. Les loups sont entrés dans Paris
2. La vie c'est comme une dent
3. Sarah (et prélude de Sarah)
4. Maxim's
5. Ma solitude
6. Fleurs de méninges
7. Le petit garçon
8. Quand j'aurai du vent dans mon crâne (et prélude extrait de "Pater Noster")
9. Ma liberté
10. Paris Ma Rose (Et Prélude Extrait Du Pont Mirabeau)
11. L'Hotel Des Rendez-Moi ça
12. Le Déserteur (Et Prélude "Dormeur Du Val")

http://ti1ca.com/fytrihz7-SERE-SERE.rar.html

MICK MICHEYL
1962



Mick Micheyl, née Paulette Michey le 8 février 1922 à Lyon, est une artiste, chanteuse et sculptrice, française.
Après avoir reçu une formation à l'école des beaux-arts de Lyon et les conseils d'un premier prix de Rome (Hugrel) elle est peintre-décoratrice et se laisse entraîner par son condisciple Roger Forissier dans les activités théâtrales et musicales d'une troupe éphémère1. Elle gagne le concours de l'ABC à Paris en 1949 avec une chanson, Le Marchand de Poésie, dont elle est auteur et compositeur. Mick Micheyl se produit alors dans de nombreux cabarets : L'Échelle de Jacob, l'Arlequin, le Liberty's.
Durant les années 1950, elle est, à force de multiplier les galas sur les scènes les plus importantes de cette époque (Pacra, Alhambra, Moulin Rouge, Gaumont Palace, Bobino) l'une des principales vedettes de la chanson française. L'un de ses titres, Un Gamin de Paris, devient un standard de la chanson française, chanté notamment par Patachou, Mouloudji et Yves Montand en France, ou encore Robert Clary aux États-Unis.

Tracklist:
A1 Ma Petite Serviette
A2 Un Gamin De Paris
A3 L'épouvantail
A4 Rien, Jamais Rien
A5 Corde De Pendu
B1 C'était Pas Vrai
B2 Je Ne Suis Pour Lui
B3 Hava Naguila
B4 Continent Perdu
B5 En Regardant Paris

http://ti1ca.com/vra0osfn-MIMI-MIMI.rar.html

CHARLES AZNAVOUR
Je m'voyais déjà 1960
Bravos du Music-Hall 1957



Charles Aznavour ,né Chahnour Vaghinag Aznavourian le 22 mai 1924 à Paris, est un auteur-compositeur-interprète, acteur, écrivain et diplomate français. Il obtient en décembre 2008 la nationalité arménienne, lors de sa nomination au poste d'ambassadeur d'Arménie.
La carrière d'Aznavour connaît un premier éveil en 1946 lorsqu'il est remarqué par la chanteuse Édith Piaf. Il forme alors le duo Roche et Aznavour avec le pianiste Pierre Roche ; ils accompagnent Piaf et les Compagnons de la chanson dans une tournée en France et aux États-Unis en 1947-1948.
Entre 1950 et 1955, Aznavour écrit plusieurs chansons que Gilbert Bécaud met en musique et interprète. Au début des années 1950, la notoriété arrivant, viennent aussi les premières critiques : après une soirée qui se termine en « bide », Aznavour écrit, lucide :

    « Quels sont mes handicaps ? Ma voix, ma taille, mes gestes, mon manque de culture et d'instruction, ma franchise, mon manque de personnalité. Ma voix ? Impossible de la changer. Les professeurs que j'ai consultés sont catégoriques : ils m'ont déconseillé de chanter. Je chanterai pourtant, quitte à m'en déchirer la glotte. D'une petite dixième, je peux obtenir une étendue de près de trois octaves. Je peux avoir les possibilités d'un chanteur classique, malgré le brouillard qui voile mon timbre »
L’année 1956 marque un premier grand élan dans la vie du chanteur. Pour sa première à l'Olympia, Aznavour écrit Sur ma vie (1956), qui devient son véritable premier succès populaire. De fil en aiguille, les contrats se succèdent, et, après un autre passage de trois mois à l'Olympia, sa carrière prend définitivement son envol à l’Alhambra, avec son interprétation de la chanson Je m’voyais déjà (1960). Écrite quelques mois auparavant dans un bar de Bruxelles, cette chanson non autobiographique fut refusée par Yves Montand.
Lors de cette soirée du 12 décembre 1960, après sept chansons interprétées devant un public froid, l'artiste sort son ultime atout : Je m'voyais déjà, qui raconte l'histoire d'un artiste raté (« À 18 ans, j'ai quitté ma province… »). À la fin de sa prestation, des projecteurs sont braqués sur le public. Aucun applaudissement. En coulisses, Aznavour est prêt à abandonner le métier. Retournant saluer une dernière fois, il voit la salle de l'Alhambra crouler alors sous un tonnerre d'applaudissements. C'est un triomphe. Il a trente-six ans.


1. Je m‘voyais déjà
2. Quand tu m‘embrasses
3. Monsieur est mort
4. L‘ amour et la guerre
Face B :
1. Comme des étrangers
2. Prends le chorus
3. Tu vis ta vie mon coeur
4. L‘ enfant prodigue

http://ti1ca.com/006hmco9-CHAZ-CHAZ.rar.html

Bravos du Music-Hall 1957

    Ay mourir pour toi
    Pour faire une jam
    Il y avait
    À propos de pommier
    Merci mon Dieu
    Sa jeunesse
    L'amour a fait de moi
    Bal du faubourg
    Sur La Table
    J'ai appris alors
    De ville en ville
    Je ne peux pas rentrer...
    Je te donnerai
    Gosse de Paris
    J'en déduis que je t'aime
    Mon amour protège-moi

http://ti1ca.com/6qgli5e6-CAZ2-CAZ2.rar.html

Aznavour,ses premiers interprètes



CD1
http://ti1ca.com/o3nmmvqq-CAI1-CAI1.rar.html

CD2
http://ti1ca.com/r3fk619p-CAI2-CAI2.rar.html


YVES MONTAND
1953 Chante
1954 Ses Dernières Créations



Ivo Livi dit Yves Montand, est un chanteur et acteur français d'origine italienne. Né le 13 octobre 1921 à Monsummano Terme, en Toscane (Italie), mort le 9 novembre 1991 à Senlis (Oise), en France.
En 1944, fraîchement débarqué dans la capitale, épaulé par Harry Max, Montand se produit au théâtre de l'ABC en février. Par la suite il joue à Bobino, aux Folies-Belleville et au célèbre Moulin Rouge, où il passe grâce aux relations d'Emile Audiffred, fin juillet, en première partie d'Édith Piaf. Cette rencontre est décisive pour Montand, désormais soutenu par la déjà célèbre chanteuse et ses conseils avisés sur le métier et la vie d'artiste.
Montand se console de la rupture avec Piaf en multipliant ses prestations sur scène.Prévert lui fait découvrir La Colombe d'Or, une auberge de Saint-Paul-de-Vence. Il y devint un habitué et c'est là qu'il rencontre Simone Signoret le 19 août 1949. C'est un coup de foudre et ils ne se quittent plus.
En mars 1951, le chanteur triomphe avec un tour de chant de vingt-deux chansons, qui marque l'histoire du music-hall et influencera nombre de chanteurs qui s'essayeront au one-man-show.
En 1954, le couple achète une propriété à Autheuil-Authouillet, en Normandie. Cette demeure devint par la suite un haut lieu pour des rencontres artistiques et intellectuelles. Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Serge Reggiani, Pierre Brasseur, Luis Buñuel, Jorge Semprún y séjournent régulièrement. Le couple milite en faveur de ses idées de gauche et est bientôt catalogué « compagnon de route » du Parti communiste français (PCF).

Tracklist
1953 Chante
01 Rue Lepic
02 Amour,mon cher amour
03 Les mômes de mon quartier
04 C'est à l'aube
05 Grands Boulevards
06 Les feuilles mortes
07 Dis-moi Jo
08 Une demoiselle sur une balançoire
09 Actualités
10 Barbara

1954 Ses dernières créations

01 Le dormeur du val
02 Flamenco de Paris
03 Le galérien
04 Saltimbanques
05 Quand un soldat
06 Saint Paul de Vence
07 Rendez-vous avec la liberté
08 Les routiers

http://ti1ca.com/nsu9zsn8-YVMO-YVMO.rar.html

JEAN MARIE VIVIER
Si tous les inconnus...1971
Faut-il tuer tous les oiseaux qui passent ? 1972



Jean-Marie Vivier, né à Coutances en 1942, est un chanteur de la Manche.
Peu connu du grand public, Jean-Marie VIVIER est pourtant un auteur/compositeur/interprète de grand talent.

Il est de la génération des Mouloudji, Jonas, Dimey ou Debronckart, ces chanteurs à texte, très en vogue dans les années 60-70, au verbe bien léché et à la prose engagée.  Adolescent, il fait partie des Cosédias, un groupe qui chante surtout du folklore. Il a chanté dans de nombreux cabarets : La Contrescarpe (Paris), Le Virgule (Caen), Les Baladins (Auray), Les Faux-Nez (Lausanne), Le Caveau des Trinitaires (Metz), Le Grenier de la Table Ronde (Grenoble), Le Fil d’Ariane (Liége), mais surtout Le Bateau Lavoir à Nantes.

A Paris, il s’est produit à L’Olympia en 1974, au Carré Silvia Monfort, au Théâtre du Vieux Colombier ainsi qu’au Theâtre Clavel.  Il a participé à de nombreuses émissions de radio et de télévision tant en France qu’à l’Etranger. Jean-Marie VIVIER a fait de nombreuses tournées en France, au Québec, en Suisse, en Allemagne, en Belgique, en Grèce, etc…
Mais à l’inverse de certains de ses contemporains, il  n’a finalement jamais vraiment percé.Sa voix chaude, des textes simples et des musiques qui collent tellement bien aux paroles de ses chansons, n’auront malheureusement pas suffi à le faire sortir de l’ombre. Mais ses chansons demeurent et elles représentent un apport inestimable pour la belle et grande chanson d’expression française.

Tracklist:
1971
1 Les enzymes
2 Méfiez-vous fillettes Mouloudji
3 Un p'tit soldat qui fête Noël
4 Barbarie Léo Ferré
5 Ce soir c'est Noël... J. Rictus (parlé)
6 J'ai pour toi un lac Gilles Vigneault
7 Vierge Marie
8 Si tous les inconnus...
9 Souviens-toi Marie Jean-Marie Vivier
10 La p'tite école
11 A la vie

1972

1 Faut-il tuer tous les oiseaux qui passent ?
2 Chanson mathématique
3 Les chrysanthèmes P. Bérruer - J.M. Vivier
4 Parlez parlez Claude Léveillée
5 Je suis comédien Jacques Debronckart
6 Chanson malade
7 L'île lointaine P. Le Métayer - J. Ollivier
8 L'aventure
9 Supplique à Georges BrassensR. Sarge - J.M. Vivier (pour qu'il n'entre pas à l'Académie Française)
10 Chez Larry Claude Léveillée
11 Le mort de théâtre (Complainte d’un comédien spécialisé dans les rôles de mort)
12 Quand on aura de l'argent

http://ti1ca.com/42sll3gw-JMVI-JMVI.rar.html

GILBERT LAFAILLE
1977 Le Président et l'Elephant
1978 Nettoyage de printemps



Gilbert Laffaille est un chanteur français né à Paris le 25 avril 1948.
Il commence sa carrière d'auteur-compositeur-interprète en présentant ses premières chansons au cabaret Chez Georges, dans le Quartier latin à Paris. Ces chansons, abandonnées par la suite, ne seront pas enregistrées. Il se fait connaître quelques années plus tard au Centre Américain du Boulevard Raspail à Paris, lors des soirées "Hootenanny", grande scène ouverte de l'époque où débutèrent également Dick Annegarn, Hervé Cristiani, Geneviève Paris, Allan Stivell, Roger Mason, Steve Waring, Eric Kristy, les guitariste Jack Ada et Michel Haumont et de nombreux autres artistes . Il y chante ses premières chansons connues, notamment Le Président et l'éléphant, dont le texte critique de façon plaisante les voyages africains du président français (Valéry Giscard d'Estaing). Cette chanson donnera son titre à son premier album Le Président et l'éléphant, sorti en 1977.

Gilbert Laffaille se produit au Printemps de Bourges en 1978 en première partie de Jean-Roger Caussimon. Son deuxième album reçoit le prix de l'Académie du Disque Français, premier d'une longue série: prix Raoul-Breton décerné par la Sacem, prix international Jeune chanson, prix de la presse internationale, grand prix du festival de Spa en Belgique (1980), et en 1994 grand prix de l'Académie Charles-Cros.Doté d'une grande sensibilité, Gilbert Laffaille écrit souvent des chansons où l'on sent le plaisir de faire rimer et s'entrechoquer les mots (La faute à personne, La ballade des pendules, Toulé poulé, Histoire d'oeil, C.Q.F.D., Hamac et bananiers...). Il prend également plaisir à écrire des textes ironiques ou mordants, avec lesquels il dénonce les situations qui le révoltent (Neuilly Blues, Le président et l'éléphant, Dents d'ivoire et peau d'ébène, Corso fleuri, Interrogations écrites, Trucs et ficelles, Le gros chat du marché...) Enfin, il s'exprime quelques fois dans un registre poétique, intimiste et très personnel Tout m'étonne, Neige, La tête ailleurs, mais aussi dans celui de la fantaisie la plus débridée, flirtant avec l'absurde et le surréalisme: Un petit oiseau bleu, La sole à Filou, La java sans modération, Paris-Guingamp, Folie douce, Le grand glouton, Tango pollué, Monsieur Blanc, Les bigoudis par douze. Quelques rares fois il ose la gravité Le maître d'école, De l'autre côté du mur, Deux minutes fugitives, ou l'étrange La tour d'ivoire, La foire du trône, Les visiteurs d'Andromède, La fille aux yeux rouges.

Tracklist:
1977
A1 Tango Pollué 2:42
A2 Chocolat Et Cerises 2:25
A3 Education Nationale 2:20
A4 Sous Une Ombre Végétale 2:52
A5 Histoire D' Oeil 2:28
A6 Le Dernier Des Mohicans 4:05
B1 Dimanche Après- Midi 3:52
B2 Le Bonjour D' Alfred 3:08
B3 Le Verre D' Eau 2:23
B4 Le Président Et L' Eléphant 2:06
B5 Chanson Rose, Chanson Noire 2:02
B6 La 3e B 4:06

1978

A1 Sac A Dos Pataugas 2:55
A2 Corso Fleuri 3:15
A3 La Femme- Image 3:25
A4 Le Gros Chat Du Marché 1:59
A5 La Petite Fille D' A Coté 3:15
A6 Paris- Guingamp 3:35
B1 Interrogations Ecrites 3:12
B2 Nettoyage De Printemps 2:56
B3 Hamac Et Bananiers 3:05
B4 La Tour D' Ivoire 2:47
B5 Le Grand Glouton 2:50
B6 La Ballade Des Pendules 3:10

http://ti1ca.com/2a23nvew-GILA-GILA.rar.html

YVAN DAUTIN
Le jour se lève 1981
Le coeur cerise 1982



Yvan Dautin, de son vrai nom Yvan Autain, né à Saint-Jean-de-Monts (Vendée) le 6 mai 1945, est un chanteur dont une des chansons les plus connues est Boulevard des Batignolles, coécrite avec Étienne Roda-Gil, ainsi que sa chanson fétiche La méduse.
Yvan monte à Paris en 1967, venu de sa Vendée natale, et il réussit difficilement, après un an de "disette", à enregistrer ses premiers titres. En octobre 1968, il enregistre chez Pathé Marconi son premier disque, un super 45 tours avec quatre chansons de Paul Villaz, et un second en avril 1969, avec ses propres chansons (La comptine du cétacé). La même année, tout en faisant son service militaire, il participe, en 1969, aux Relais de la chanson française, concours organisé par l'Humanité et gagne un prix avec La méduse.
Dans la première moitié des années 1970, Dautin participe à la dernière soirée de l'Écluse, tourne avec Julien Clerc. En 1975, il est engagé par Jacques Bedos et enregistre deux albums aux disques AZ (La malmariée, Kate, La Portugaise).
 Yvan chante des bouts de vie, des histoires courtes d'humains avec leurs travers, avec leurs joies et leurs peines. Un balade  humaniste et profonde dans le coeur de l'être. Il le fait sans artifices,  et ses chansons sont d'un réalisme saisissant  qui parfois nous remuent les tripes ou nous brisent le coeur.

Ce poète humaniste a une écriture raffinée et concise, ses mots sont justes et leur sens est finement pesé. Parfois surréaliste ou bien franchement proche des êtres souffrants, Yvan nous ramène à nos vies qui ne sont pas toujours sereines et même parfois un peu noires.

Tracklist:
1981
01 Longwy
02 Les filles que je n'ai jamais connues nues
03 Le jour se lève du pied gauche
04 T'as pas cent balles
055 Les fraises
06 Monsieur,monsieur

1982

01 Comme un feu de paille
02 La scie
03 Va t' en je t 'oublierai
04 Katé
05 Monsieur,monsieur
06 Le jardinier
07 Si tu m'aimais
08 Entre chien et loup
09 L'oiseau de malheur
10 Le clown est mort
11 Léa
12 Marie Charlotte
13 Boul'vard des Batignolles
14 La plume au coeur

http://ti1ca.com/tammcug7-YVDA-YVDA.rar.html

PHILIPPE CLAY
Dans la légion 1960
45 tours 1957/1958



Philippe Clay, de son vrai nom Philippe Mathevet, est un chanteur et acteur français, né dans le 14e arrondissement de Paris le 7 mars 1927 et décédé à Issy-les-Moulineaux le 13 décembre 2007 d'une crise cardiaque.
Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il entre au Conservatoire national d'art dramatique. C'est là qu'il apprend à placer sa voix et acquiert l'art du mime. À cette époque, on le cantonne dans des rôles de grand dégingandé.
Philippe Clay gagne un concours amateur dans un bar « À la colonne de la Bastille ». Il part pour l'Afrique avec, sous le bras, des chansons signées par Charles Aznavour, alors peu connu. Après avoir rodé son répertoire pendant un an, il rentre à Paris et se produit aux Trois baudets et à la Fontaine des quatre saisons.
Il fréquente alors les caves de Saint-Germain-des-Prés et devient l'ami de Jacques Prévert, Boris Vian et Serge Gainsbourg. En 1957, il passe à l'Olympia. De 1957 à 1962, il passe à quatre reprises en vedette à l'Olympia, fait de nombreuses tournées à l'étranger et connaît ses plus grands succès : Les Voyous, Festival d'Aubervilliers, Le Danseur de charleston.
Au cinéma, il est Casimir le Serpentin (rôle rappelant Valentin le Désossé) dans le film French Cancan de Jean Renoir et Clopin, le chef de la Cour des miracles, dans le Notre-Dame de Paris de Jean Delannoy.Il fera, en 1964, quelques duos avec Serge Gainsbourg.C'est aussi à lui que l'on doit l'interprétation de La Complainte des apaches, générique de la série Les Brigades du Tigre, orchestré par Claude Bolling.
Philippe Clay appartenait au cercle très fermé des comédiens-interprètes de grand talent aux côtés de Serge Reggiani, Mouloudji ou Yves Montand. Son visage anguleux, son allure filiforme qui soulignait sa grande taille (1,90 m), sa façon d'arpenter la scène à grandes enjambées, son art du mime, sa voix puissante et gouailleuse et son sens du comique en faisaient un interprète hors pair.

Tracklist:
01 Dans la légion
02 Regarde-toi Paname
03 Le danseur de charleston
04 Cet air-là
05 La gamberge
06 Bleu blanc rouge
07 Il y avait une ville
08 Les clochards
09 L'homme de l'Equateur
10 Joseph

45 tours

1957
Face A1 : Un fil sous les pattes (Hubert Giraud - Jacques Datin)
Face A2 : Je n’peux pas m’empêcher (Boris Vian - Hal Berg)
Face B1 : Quatorze juillet (Michel Emer - P. Jacob)
Face B2 : La rue (Léo Ferré)

1958
Face A1 : Les Stances de Ronsard (Poème de Ronsard - Léo Ferré)
Face A2 : Gauguin (J. Audry - M. Kouzan)
Face B1 : Entre Pigalle et Blanche (R. Valade - J. Datin)
Face B2 : Cet air là (P. Delnaoë - F. Gérald - K. Jacobson)

http://ti1ca.com/2dmoaxwb-PHCL-PHCL.rar.html

CATHERINE DERAIN
Etre Femme En Son Temps 1977



Catherine DERAIN Auteur compositeur interprète.Elle aussi tente sa chance dans les cabarets de la Rive Gauche parisienne. Elle passe à L'Écluse.Elle aurait mérité une bien meilleure "exposition médiatique" à mon humble avis...

Tracklist:
A1 Je Tangue
A2 Etre Femme En Son Temps
A3 Sois Beau Et Tais-Toi
A4 Le Furet Du Bois Des Dames
A5 Je Ne Veux Plus Aller Aux Champs
A6 Quotidien
B1 La Fête
B2 La Quinte D'As
B3 En Plein Coeur Du Mois D'Aout
B4 La Mère
B5 Le Temps S'En Va
B6 Les Crocodiles

à  prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/CATHERINE-DERAIN-Etre-Femme-En-Son-Temps-td13830.html

MYRIAM ANISSIMOV
Albertine Sarrazin– Chansons Et Poèmes 1969



Myriam Anissimov, née en 1943 à Sierre, Valais, Suisse, est d'abord comédienne et chanteuse française avant de devenir journaliste et écrivain de renom.
Anissimov est née en 1943 à Sierre (Valais) de parents juifs polonais réfugiés en Suisse suite aux rafles qui les menaçaient à Lyon où ils étaient établis.
En 1969, elle enregistre des poèmes d’Albertine Sarrazin écrits en prison pour lesquels elle reçoit le grand prix du disque de l'Académie Charles-Cros. Elle sort ensuite un disque avec un texte de Patrick Modiano mais ne poursuit pas sa carrière de chanteuse.

A1 Bien Après Minuit
A2 Le Juge Était Parti Manger
A3 Tu Ne Nageras Jamais Plus Loin
A4 It's A Long Way
A5 Les Photographes
A6 Il Y A Des Mois Que J'écoute
A7 Si J'ai Blessé
A8 Dormir
A9 Je Suis En Partance (Évasion)
A10 Je Rêve Vers Celui Dont On M'a Éloignée
B1 Sourire Sans Raison Amer
B2 On S'en Va Courir La Nuit
B3 Que Nous Faisait Cette Vie (Poème)
B4 Le Merle
B5 Quand S'éteignent Les Champagnes
B6 Nous N'avons Pas Su En Mourir
B7 Sois Sage Et Sois Sans Indulgence (Poème)
B8 La Belle Gabrielle
B9 Si Neuve
B10 Ton Pied Bute Et Rôde

Rip de vinyle,légers crachottis..

PIERRE TISSERAND
 CD ULM "Chanson française" 157 471-2



Chanteur atypique, Pierre Tisserand a connu un bref succès avec Dis madame s'il vous plaît, ainsi qu'écrit, composé et chanté La femme au miroir. Il a également composé et chanté L'Homme fossile, qui sera reprise avec succès par Serge Reggiani.

Il a également écrit et composé la chanson du générique du film Avoir vingt ans dans les Aurès, intitulée Nous aussi, nous marchions.

Tracklist:
1. La belle âge
2. L'homme fossile
3. Le bal du village
4. Aux aguets de toi
5. Chanson précieuse
6. David
7. Le mutant
8. Comme une biche aux abois
9. Heureusement qu'il y a les toros
10. Dis madame s'il vous plaît
11. Les yeux de chien battu
12. Moi qui ne rêve
13. Carthage
14. Nous aussi nous marchions
15. Même
16. L'indien
17. C'est bien fait
18. L'amour manqué
19. Prince charmant

les 2 en 1
http://ti1ca.com/59jbpxrj-MAPT-MAPT.rar.html

ELIANE LUBIN
Chante ses chansons 1958 1959



Encore une chanteuse inconnue (de moi)qui semble avoir disparu.
Lors de son passage au cabaret La Colombe:
"Eliane Lubin une jeune fille très émouvante dans un premier tour d’auteure-compositrice fraîche et naïve. Elle devait par la suite se sophistiquer  sans pour autant perdre sa fraîcheur vocale. "
Michel Valette

01 Fraises des bois
02 Affluence
03 Ciel de banlieue
04 J'ai cherché partout
05 Les amants du lundi
06 Marthe chantait
07 La maison sous le lierre
08 Mon ami mon amour
09 Chats de gouttière
10 Dans ce bois

http://ti1ca.com/n6pjc7aq-ELLU-ELLU.rar.html


PIERRE PERRET
1958 Moi j'attends Adèle
1960 Joséphine



Pierre Perret, né le 9 juillet 1934 à Castelsarrasin, est un auteur-compositeur-interprète français. Il réside dans la commune de Nangis (Seine-et-Marne).

Auteur jouant sur les mots et la musicalité de la langue française, Pierre Perret ne dénigre pas pour autant l’argot, qu'il emploie à dessein dans de nombreux textes (il a réécrit les fables de La Fontaine). L'interprète dans un style apparemment naïf, voire enfantin, avec candeur et humanisme pose nombre de questions pertinentes qu'il déclame avec un sourire malicieux. Chanteur populaire et auteur reconnu, Pierre Perret s'illustre par un répertoire hétéroclite composé tour à tour de chansons enfantines, comiques, grivoises, légères ou engagées, qui naviguent entre humour et tendresse.
Ayant fait la connaissance de Georges Brassens – à qui il est souvent comparé à ses débuts –, qui l’encourage à écrire et composer, il fréquente de plus en plus le milieu de la chanson parisienne. En 1956, on le retrouve en train d’accompagner à la guitare la jeune chanteuse Françoise Marin (née Sophie Makhno) dans le cabaret La Colombe. Un soir, les clients partis, il montre ses premières chansons à Michel Valette, le patron du lieu. Il lui chante alors Adèle, Qu’elle était jolie, etc. Mais, trop timide, il refuse la proposition de celui-ci de l’engager pour chanter. Malgré cela, le lendemain, après le tour de chant de Françoise Marin, Michel Valette lui force la main en l’annonçant par surprise aux clients de La Colombe et, après s’être fait prier dans une ambiance bon enfant, il finit par accepter. Il remporte un vif succès, qui le met en confiance et l’incite à accepter son premier engagement de chanteur.

En 1957, il habite avec Françoise Marin, devenue Françoise Lô, qui joue aux Trois Baudets. Perret l’accompagne à la guitare. Un soir, il chante quelques-unes de ses propres chansons et est remarqué par Boris Vian, Jacques Canetti et surtout par l’agent Émile Hebey. Celui-ci le présente à Eddie Barclay, avec lequel il signe un contrat d’enregistrement pour une durée de six années. Son premier 45 tours, Moi j’attends Adèle, sort cette année-là. La même année, dans les bureaux des disques Barclay, il fait la connaissance de Simone Mazaltarim qu'il épouse en 1962 et qu’il rebaptise, des années plus tard, Rébecca. Leurs jumeaux Alain et Anne naissent aussi cette année-là.

En 1958, Pierre Perret continue la tournée des cabarets parisiens et sillonne les routes de France et d’Afrique en première partie du groupe américain les Platters. En novembre, une pleurésie l’oblige à séjourner presque deux ans dans un sanatorium. Il reçoit alors le soutien financier du métier.


Face A :
1. Qu’elle était jolie, qu’elle était belle (Pierre Perret - R. Corazza) - 2’09
2. Le prince (Pierre Perret - R. Corazza) - 1’52
3. Le poulet (Pierre Perret - R. Corazza) - 1’27
4. Le moulin à café (Pierre Perret - R. Corazza) - 1’47
5. Moi j’attends Adèle (Pierre Perret - R. Corazza) - 1’43
Face B :
1. Si je t’envoie des fraises (Pierre Perret - R. Corazza) - 2’19
2. Si j’étais veuf (Pierre Perret - R. Corazza) - 2’17
3. C’est mon cœur (Pierre Perret - R. Corazza) - 2’09
4. La gamme (Pierre Perret - R. Corazza) - 1’52
Crédits
complémentaires :
Paroles et musique de Pierre Perret
Accompagné par François Charpin et son trio

1960 Joséphine

Face A :
1. Joséphine (Pierre Perret) - 2’08’’
2. La fée (Pierre Perret) - 2’44’’
3. La Julie à Charlie (Pierre Perret) - 2’03’’
4. Je suis zou zou zou (Pierre Perret) - 2’24’’
Face B :
1. Le bonheur conjugal (Pierre Perret) - 2’23’’
2. Ma gosse (Pierre Perret) - 3’00’’
3. Don Quichotte et Sancho Pança (Pierre Perret) - 2’41’’
4. C‘était pas de sa faute (Pierre Perret) - 2’26’’
Crédits
complémentaires :

FRANCOISE MARIN (Sophie Makhno)
Quand la java tourne 1957



Sophie Makhno, née en 1935, connue aussi sous le pseudonyme de Françoise Marin et Françoise Lo est une artiste, parolière, interprète.
A ses débuts,elle chante dans les cabarets rive gauche les chansons de Pierre Perret accompagnée par lui à la guitare

01 Quand la java tourne (Pierre Perret)
02 La jeunette (Pierre Perret)
03 La langue au chat (Pierre Perret)
04 Si j'ai volé du pain (Pierre Perret

Les 2 en 1
http://ti1ca.com/7pr6t9at-PPFM-PPFM.rar.html

HENRI TACHAN
Intégrale Volume 1 1965-1969



Henri Tachdjian dit Henri Tachan, né le 2 septembre 1939 à Moulins, est un auteur-compositeur-interprète français.

Il fera ses armes Chez Georges (rue des Canettes) où passèrent Jean Vasca, Hélène Martin, Marc Ogeret, Anne Vanderlove, Jehan Jonas ...

Tachan, c'était d'abord la scène. Qu'il a décidé d'arrêter, après 35 ans de tournées. Henri Tachan, ou le charisme des chanteurs à l'ancienne, ceux qui donnaient tout, à la Brel, simplement accompagnés d'un piano et d'une contrebasse. Jacques Brel disait d'ailleurs de Tachan : « Le lion est lâché ! Ecoutez-le rugir... Celui-là rugit fort et rugira longtemps... »

 Henri Tachan est né en 1939. Il part au Québec en 1962 où il fait la connaissance de Jacques Brel alors en tournée. Brel l'incite à se lancer dans la chanson.

Il sort en 1965 un premier album chez Barclay, album qui obtient le grand prix de l'Académie du disque. Il assure la première partie de Juliette Gréco à l'Olympia, puis en 1968 celle d'Isabelle Aubret et de Félix Leclerc à Bobino, en 1970 celle de Pierre Perret. En 1975 il chante deux semaines au Théâtre de la Ville, un soir à l'Olympia. En 1978 il assure une semaine à l'Olympia et en 1999 six semaines au Théâtre de Dix Heures à Paris.

« J'aime Tachan, insolent, triomphant. Il cogne, il mord, il ravage, il saccage, il taille en pièces, il poignarde en plein cœur… Il aime, je l'aime. » (Serge Reggiani)



Tracklist:
1.  Les mauvais coups
2.  Les P.D.
3.  Les femmes
4.  L'alliance
5.  Salle des pas perdus
6.  Du pain et des jeux
7.  A la mort de Juju
8.  Dans les wagons de la première classe
9.  Les cent mille dimanches
10.  Dancing
11.  Les chiens qui suivent les enterrements
12.  Josy
13.  La censure
14.  Les lettres d'amour
15.  Quand l'été reviendra
16.  En théorie et en pratique
17.  Marianne
18.  Les "dix sur vingt"

http://ti1ca.com/mh4zu13q-HTI1-HTI1.rar.html



CD2
19.  Bosco
20.  Marguerite au rouet
21.  Les enfants
22.  Dans les grands magasins
23.  Je t'aime pour ça
24.  Les pousse-au-crime
25.  Ma bonne auberge
26.  Le sixième sens
27.  La godasse
28.  Qui trop embrasse, mal étreint
29.  On boit pour se souvenir
30.  Après les drapeaux
31.  " Chez François "
32.  Lorsque je serai vieux
33.  Quelque part à Paris
34.  C'est drôle, un mort…
35.  Tabacs
36.  La table habituelle

http://ti1ca.com/agvq487o-HTI2-HTI2.rar.html

ISABELLE AUBRET




Tracklist
1 Hourra ! 2:20
2 C'Est Toujours La Première Fois 2:18
3 J'Aurais Seulement Voulu 3:08
4 Ta Chanson 3:25
5 Je Ne Chante Pas Pour Passer Le Temps 2:08
6 Parle-Moi De Nous 4:53
7 Nuit Et Brouillard 3:42
8 Mourir Au Soleil 2:32
9 Camarade 2:24
10 On Ne Voit Pas Le Temps Passer 2:33
11 L'Embellie 4:18
12 J'Ai Froid 2:27
13 La Montagne 3:03
14 Excusez-Moi 3:30
15 Berceuse 3:25
16 Ce Qu'On Est Bien Mon Amour 2:37

http://ti1ca.com/oebecd78-IACF-IACF.rar.html

FRANCOIS BERANGER
Une ville 1969
Ça doit être bien 1971



François Béranger, né le 28 août 1937 à Amilly (Loiret) et mort le 14 octobre 2003 à Sauve (Gard) est un chanteur libertaire, qui connaît une forte notoriété dans les années 1970. Il meurt des suites d'un cancer à son domicile, à 66 ans.
François Béranger interrompt des études classiques à 16 ans, en 1953, et entre aux usines Renault à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), qu'il quitte pour s'engager dans une troupe de théâtre amateur itinérante, la Roulotte.
Il se fait connaître au début des années 1970 lors du renouveau de la chanson française, imprégnée de folk, portée par des thèmes contestataires, aux côtés notamment de Dick Annegarn, Catherine Ribeiro, Mama Béa, de l'occitan Joan-Pau Verdier.

Béranger avant tout c'est la colère et la tendresse. Colère contre l'ordre établi, "Canal 19", "Joue pas avec mes nerfs", "Je ne veux pas le savoir", contre les conventions, "Le disque dort", contre une certaine forme de société basée sur le fric, "Combien ça coûte", le racisme et le colonialisme "Mamadou m'a dit". Mais aussi cette tendresse, "Pour ma grand-mère", "Natacha", "Départementale 26". Il a également repris des chansons d'Aristide Bruant comme "A la Goutte d'Or", et de Félix Leclerc, "Présence".

Tracklist:
1969
- Une ville
- Y'a dix ans
- A la goutte d'or
- Le téléphone
- Tranche de vie
- Natacha
- Dis-moi oui
- Chanson bleue
- Brésils
- Plus je me pose de questions

1971

- Ça doit être bien
- Le monument aux oiseaux
- L'amour minéral
- Chanson d'amour
- Ma fleur
- La tite toune
- L'ancien chemin de fer
- La fête du temps
- Madrigal
- Choral
- Nao
- Je pourrais dire

http://ti1ca.com/l49q1yq7-FRBE-FRBE.rar.html

CLAUDE VINCI
40 ans de chanson




Claude Vinci, né le 27 mai 1932 à Frédille (Indre) et décédé le 7 mars 2012, est un chanteur et parolier français.

Orchestré par François Rauber, réalisé par Claude Dejacques, « Claude Vinci chante Paul Éluard » fait connaître ce jeune interprète né en 1932 qui a longtemps hésité entre la scène et le… football ! On y trouve Liberté, bien sûr, écrit pendant la guerre et diffusé clandestinement, le poème le plus connu de Paul Éluard (« Sur mes cahiers d’écolier…  »), et treize autres devenus chansons sous les doigts mélodieux d’Yvonne Schmitt, M. Philippe-Gérard, Éliane Lubin, Joël Holmès, Jean Wiener, Lucien Merer et Hélène Martin…
Cet album sort en mai 1963, en pleine vogue yéyé. Chez Philips, où l’on privilégie désormais la « nouvelle vague », la chanson à texte, poétique ou engagée, est néanmoins défendue par des directeurs artistiques comme Claude Dejacques à qui l’on doit notamment les premiers disques de Jean Arnulf, Jacques Debronckart, Luc Romann, Michel Legrand, Barbara, Éva, ainsi que de nombreux enregistrements d’Anne Sylvestre, Boby Lapointe, Ricet-Barrier… Réaction au yéyé envahissant, au début des années 60, la poésie mise en musique connaît ses grandes heures… et des ventes conséquentes. Brassens consacre un disque à Paul Fort, les Frères Jacques à Prévert, Léo Ferré met en musique les poèmes d’Aragon, Jean Ferrat commence à faire de même de son côté…

Aux yeux de Luc Bérimont, Claude Vinci « ajoute un charme d’ombre aux textes les plus ensoleillés, il éclaire aussi les plus sombres. (…) Je ne pense pas que, depuis Yves Montand, il y ait eu “nature“ plus authentique parmi les interprètes soucieux de qualité. »


CD1
01 Liberté
02 Au nom du front parfait profond
03 Un feu sans tâche
04 On ne peut me connaître
05 Air vif
06 L'amoureuse
07 Tout dire
08 Les poètes que j'ai connus
09 Je ne suis pas seul
10 Notre mouvemen
11 La halte des heures
12 Dans varsovie
13 Jardin perdu
14 Etre unis
15 Les amours de l'eté
16 Le chant des partisans
17 Ca fera vingt ans
18 Nuit et brouillard
19 Un accordéon pour paris
20 Rendez-vous avec la liberté
21 L'affiche rouge
22 Le chant des marais
23 Vous reviendrez
24 Près d'Amoucha
25 La butte rouge
26 Le dernier poème
27 Octobre

CD2
01 Ma route
02 Chante une femme
03 Pour toujours
04 La grande patience
05 Amour d'automne
06 L'ouvrier licencié
07 Le raté
08 Mon enfance m'a quitté
09 L'enragé (mai 1968)
10 Pour
11 Provence
12 Autoportrait
13 Moi je revendique
14 Toi
15 J'ai vu Verdun
16 Mon coeur
17 Mes amis
18 Faire le point
19 Il faudrait enfin
20 Celle que je n'aurais pas voulu faire
21 La cadence
22 La forêt et l'arbre
23 Faire l'amour sans amour
24 Allons les gars
       
http://ti1ca.com/x2apvgd8-CLVI-CLVI.rar.html

LUCETTE RAILLAT



Lucette Raillat, née à Lyon le 1er janvier 1929, est une actrice et une chanteuse française.
Lucette Jeanne Raillat a connu le succès comme chanteuse, en 1954, en interprétant notamment La Môme aux boutons. Les paroles sont de Pierre Louki, la musique de Jacques Lacôme.


Tracklist:

01 La môme aux boutons
02 Le petit bistrot de papa
03 Qui qui casque
04 Au niveau des pâquerettes
05 La petite polka
06 Les éléphants
07 La morte saison
08 Pension Beauséjour
09 Mon dimanche à moi
10 Les Boudin et les Bouton

PATACHOU



Patachou, de son vrai nom Henriette Ragon, née le 10 juin 1918, dans le 12e arrondissement de Paris et morte le 30 avril 2015 à Paris, est une chanteuse et actrice française.
Elle grandit dans la capitale et débute comme dactylo puis comme employée d'usine, marchande de chaussures et antiquaire. En 1948, elle prend la direction d'un cabaret-restaurant à Montmartre nommé Patachou, et débute dans la chanson. Ce sont les journalistes parisiens qui la rebaptisent du nom de son cabaret. Brassens débutera dans son cabaret et chantera en duo avec elle le titre Maman, papa. Elle fut la première à interpréter ses chansons (Le Bricoleur, La Chasse aux papillons, etc.). Le soir où elle les chanta pour la première fois, elle proposa à son public de rester à la fin du spectacle afin de découvrir l'auteur de ces chansons. Georges Brassens monta alors sur la scène du cabaret et chanta, entre autres, Le Gorille et P... de toi, que Patachou estimait ne pas pouvoir interpréter elle-même.

Tracklist:
01 La prière
02 Les amoureux des bancs publics
03 Brave Margot
04 J'ai rendez-vous avec vous
05 Maman papa
06 La chasse aux papillons
07 Le bricoleur
08 Les croquants
09 La légende de la nonne

http://ti1ca.com/msxz1bie-LRPA-LRPA.rar.html
Les deux dans le même lien

GILLES SERVAT
La Blanche Hermine 1971



Gilles Servat, né le 1er février 1945, à Tarbes, est un auteur-compositeur-interprète français, ardent défenseur de la culture bretonne armoricaine et d'expression bretonne, française, et autre langue celtique. C'est aussi un poète, dont le début de carrière a été marqué par la chanson La Blanche Hermine qui est devenue un symbole dans la Bretagne armoricaine. Auteur d'une discographie importante, il a fait partie des artistes qui ont participé à l'Héritage des Celtes de Dan Ar Braz. C'est aussi un romancier qui sait faire revivre l'épopée celte et la réalité de la Bretagne armoricaine.

 Il est bercé par Georges Brassens puis Léo Ferré, qui, plus que pour l'écriture, l'influencent dans sa manière de penser et de réagir façe aux événements.Sa rencontre déterminante avec la Bretagne date de 1969, lors d'un séjour à l'île de Groix, hébergé chez un restaurateur, invité à s'y produire tout l'été. Il découvre une société populaire, lit le livre Ar en deulin de Yann-Ber Kalloc'h, comprend quelles sont ses racines et décide de les chanter. C'est « chez Pouzoulic », le café de l'île dans lequel il chante, qu'il rencontre Glenmor pour la première fois ; le grand barde lui propose de le rejoindre sur scène pour quelques chansons et proclame au micro après le passage de Servat « Qui a dit que le bardisme était mort ? »5. À l'approche de l'automne, « Gilles de Groix » rentre à Paris pour y travailler. Il se produit alors très régulièrement dans le quartier de Montparnasse, à La ville de Guingamp par exemple. Yvon Ollitraut, patron du célèbre « café national breton »6 Ti-Jos, le découvre et l'invite à s'y produire.

Pendant plus de deux ans il fait la manche en se produisant tous les soirs au restaurant Ti Jos, lieu de rencontre des Bretons de Paris7. C'est dans ce lieu qu'il chante La Blanche Hermine pour la première fois, en 19702. La vie à Paris nourrit sa « bretonnitude »8 et lui inspire Montparnasse blues. Il commence d'ailleurs à apprendre le breton à l'association Kêr Vreizh. Abandonnant un emploi de fonctionnaire aux PTT, il se lance dans l’aventure musicale, entraîné dans cette voie également par la découverte d'Alan Stivell. Gilles Servat est également membre de la Gorsedd de Bretagne9. En 1972, il s'installe à Nantes.

Tracklist:

    Koc'h ki gwen ha koc'h ki du
    La Blanche Hermine
    An Alarc'h
    Les Bretons typiques
    L'Institutrice de Quimperlé
    Gwerz marv Pontkallek
    Les Prolétaires
    Kalondour
    Me zo gannet
    Montparnasse blues

http://ti1ca.com/wul0jmnf-GISE-GISE.rar.html

JACQUES ESTEREL
Artisan en chansons 1959



Jacques Esterel (5 juin 1917 à Bourg-Argental (Loire) - 14 avril 1974 à Saint-Cloud ) est un couturier français. De son vrai nom Charles Martin.
Élève de l'École Nationale Supérieure des Arts et Métiers de Paris il en sort avec un diplôme d'ingénieur puis ouvre une société dans le secteur des machines-outils à Paris. Parallèlement, il est auteur-compositeur et se produit au Tabou, à L’Échelle de Jacob, au Lapin Agile, à Bobino. Il enregistre quelques disques entre 1955 et 1960 (la garde, les peintres, pour des prunes, le brave) et obtient l'Oscar de la Chanson Française en 1956. De nombreux artistes, tels que les Frères Jacques l'inscriront à leur répertoire. Il écrit des pièces de théâtre, dont Le mauvais œil qui fut grand prix de Paris Télévision et une opérette Flon-Flon. Francis Blanche lui donne la réplique.

En 1953 il s'investit dans la haute-couture et ouvre une boutique de mode rue Pierre-Charron . Il présente ses collections dans le cadre d'une formule où sont associés mode, poésie et spectacles. Le succès aidant, des personnalités du cinéma ou de la chanson viennent honorer le lieu de leur présence telles Michèle Morgan, Catherine Deneuve, Jean Seberg, Claudia Cardinale et Édith Piaf.

En 1956, Jacques ESTEREL, styliste, mais aussi chanteur, compositeur de talents, se produisait dans différents cabarets parisiens, comme d'autres tels que BREL, BRASSENS, Les compagnons de la chanson.

Face A :
1. Le brave - au son du canon (J. Estérel)
2. Cœur contre cœur - Un p’tit chez soi (J. Estérel)
3. Prends ton cœur (J. Estérel)
4. Le mille-patte - au temps de la reine Margot (J. Estérel)
5. Ballade du temps perdu (J. Estérel - L. Grau)
Face B :
1. Prends tes jambes - Cueille-des donc (J. Estérel)
2. Dame pelote de laine (J. Estérel - R. Marbot)
3. La java des croupions (J. Estérel)
4. Lui et moi (J. Estérel)
5. Trousse la fille (J. Estérel)
Crédits
complémentaires :
Avec Mario Fontana et son orchestre (et chœurs A1, A3, A4, B1, B5)
sauf B2 et B3 : avec Antoine Duhamel et son orchestre

45 Tours

1955
Face A1 : La garde
Face A2 : 88, Faubourg Saint-Honoré
Face B1 : L’affreux Jojo
Face B2 : Trois vieux canons
 

1956
Face A1 : Les peintres
Face A2 : Métro de Grenelle
Face B1 : Le printemps musardait
Face B2 : Les jambes

1957
Face A1 : Pour des prunes
Face A2 : Le mois des maris
Face B1 : Mon ami le ventriloque
Face B2 : Qui s’en vont, qui s’envolent
Crédits
complémentaires : Accompagnement : Jacques Lasry et son orchestre

Face A1 : Marie-France
Face A2 : Des souris et des chats
Face B1 : Le petit trottin
Face B2 : Ce soir on ira

http://ti1ca.com/6xaek75o-JAES-JAES.rar.html

MANNICK
Paroles de femme 1976



Mannick, de son vrai nom Marie-Annick Rétif, née à Angers le 9 octobre 1944, est une auteure-compositrice-interprète française.C'est encore adolescente que Mannick débute en 1960 avec le groupe Les Collégiennes de la chanson qui tourne aussi à l'étranger (Canada). À partir de 1970, elle est la voix féminine du groupe Crëche composé de Bernard Haillant, Jo Akepsimas, Gaëtan de Courrèges et Jean Humenry. Mannick quitte le groupe Crëche en 1977.Depuis cette époque elle continue une carrière en solo et le plus souvent en duo avec Jo Akepsimas. Son album Paroles de femme est certifié Disque d'Or en 1977.A propose de son passage "à la Mouffe",Michel Valette parle de la voix cristalline de Mannick.
(En 1969, il crée à la Mouffe le SDA (Service de Diffusion Artistique) de la Maison pour tous et l'anime pendant quatre ans et demi, en même temps qu'il assure l'administration du vieux Théâtre Mouffetard.)

A1 Je Viens De Mon Enfance 2:18
A2 Je T'aime 3:13
A3 Quand J'étais Petite Fille 3:16
A4 Goûte-Moi Ce Soleil 2:40
A5 Berceuse Pour Un Petit Enfant à Naître 3:16
B1 Je M'en Vais 3:48
B2 De Quel Bleu 2:30
B3 Toi Ou Moi 2:41
B4 Ai-je Vraiement Le Mal De Toi 3:24
B5 Je T'ai Guetté Mon Corps

http://ti1ca.com/1eqguldf-MAPF-MAPF.rar.html

PIERRE DUDAN
Harcourt m. de la culture france 1950/1960



Pierre Dudan, né à Moscou le 1er février 1916 et mort le 4 février 1984, est un acteur, chanteur, compositeur, parolier, chansonnier, écrivain,  et musicien vaudois.fait ses débuts comme pianiste de bar au Bœuf sur le Toit et au Lapin agile. Sa chanson et premier succès Parti sans laisser d'adresse est chantée par Lucienne Boyer.

En 1977, il obtient le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros pour son disque Ballades de tous les temps.La même année, il reçoit le Premier Prix de la chanson poétique de l'Académie de Montmartre pour l'ensemble de son œuvre.
Pendant sa carrière, il écrit 1700 chansons, dont plusieurs d'entre elles deviennent des succès, à savoir, Mélancolie, Ciel de Paris, On prend l'café au lait au lit, à laquelle Maurice Chevalier, à qui il l'avait proposée, prédisait un flop en tant que « tyrolienne olé olé », et Clopin-clopant, sur une musique de Bruno Coquatrix, qui fut reprise par de nombreux autres chanteurs (Barbra Streisand, Frank Sinatra, Juliette Greco, etc.)


Tracklist:
01 On prend l'cafe au lait au lit
02 Les mollets a la winkelried
03 Les dimanches Robinson
04 La chanson du grand pont
05 Fich'toi d'ca et vois grand
06 Quand c'est fini ca recommence
07 La valse a oin oin
08 Un monsieur qui parle tout seul
09 Sur la place Saint Francois
10 En baissant mon journal
11 Jimmy de harlem
12 Parti sans laisser d'adresse
13 La polka des mandibules
14 Comme la lune
15 Fifi jaune d'oeuf
16 Fumee parfumee
17 Clopin clopant
18 Les etoiles s'en foutent
19 Samba samba
20 Melancolie
21 Tomates
22 Dans les rochers
23 Buffalo Bill
24 Faut il y croire encore une fois

http://ti1ca.com/mxzdxpfc-PIDU-PIDU.rar.html

PAULINE JULIEN
Les Grands Succes De Pauline Julien 1973



Pauline Julien (Trois-Rivières, 23 mai 1928 - Montréal, 1er octobre 1998) est une chanteuse, auteure, compositrice et actrice québécoise.
Elle suit des cours de théâtre au Québec puis fait un séjour de six ans à Paris, de 1951 à 1957. Elle y fait du théâtre et entame une carrière de chanteuse dans les cabarets de la rive gauche. Elle y interprète alors des chansons (entre autres) de Léo Ferré, de Boris Vian et de Bertolt Brecht.
 Elle commence à écrire les textes de quelques-unes de ses chansons en 1968.Dans les années 1980, elle développera une grande complicité avec l'auteur-compositrice et interprète française Anne Sylvestre, dont Pauline a fréquemment interprété certaines chansons, notamment Tu n'as pas de nom et Une sorcière comme les autres. Les deux artistes montent un spectacle en collaboration avec la poétesse Denise Boucher qui sera présenté au Québec et en Europe pendant plus de deux ans, sous le titre Gémeaux croisées.
Elle fut une éminente figure féministe et nationaliste. D'ailleurs, elle est victime des arrestations arbitraires pendant la crise d’octobre 1970.elle est arrêtée et emprisonnée 8 jours pour avoir pris publiquement position pour le Québec indépendant.
Atteinte d'aphasie dégénérative et ne pouvant plus chanter, elle se suicide le 1er octobre 1998.

Tracklist:
01 Le Manic
02 Lettres De Mon Moulin
03 Suzanne
04 Urba
05 Comme Je Crie, Comme Je Chante
06 La Chanson Difficile
07 Les Chinois
08 Dans La Tête Des Hommes
09 Le Temps Des Vivants
10 Bozo-Les-Culottes
11 Bilbao Song
12 Ah Que L'hiver
13 Le Temps Passe
14 Blouson Noir
15 Reine Du Strip-Tease
16 La Solitude Encore
17 Le Suicide
18 Les Bûcherons
19 Les Trous De La Ceinture
20 Exil
21 Les Chasseurs De Pucelles
22 Les Lésions Dangereuses
23 Les Gens De Mon Pays

http://ti1ca.com/im7mx7xh-PAJU-PAJU.rar.html

MARC OGERET



Marc Ogeret, né en 1932 à Paris, est un chanteur français.
En 1950, il entre au Centre dramatique de la rue Blanche. Il y reste trois ans tout en faisant la manche avec sa guitare aux terrasses des cafés. Il interprète Léo Ferré, Félix Leclerc et Jacques Douai. Pierre Prévert le remarque et lui donne sa chance. Il le fait passer en 1956 dans son cabaret La Fontaine des Quatre Saisons, dans le programme de Philippe Clay. En 1957, Marc Ogeret chante chez Agnès Capri. Il devient l’un des interprètes majeurs de la chanson poétique. Il consacre ses premiers enregistrements à partir de 1960 aux poètes Marc Alyn, Pierre Seghers, Louis Aragon, Luc Bérimont, André Salmon, Paul Gilson… En 1962, il reçoit Le Grand Prix de l’Académie Charles Cros. En 1965, il chante à Bobino en première partie de Georges Brassens.

http://ti1ca.com/rse3qmxx-MAOG-MAOG.rar.html

MICHELE BERNARD
Paroles et Musique N°14 1980



Michèle Bernard est une auteur-compositrice-interprète française née le 26 octobre 1947 à Lyon.

Elle commence sa carrière au théâtre avant de se lancer dans la chanson. Elle sort son premier album (Le kiosque) en 1978 et est révélée la même année au Printemps de Bourges. Elle s'accompagne à l'accordéon et au piano.
Elle débute sa carrière dans un style réaliste des années 1930, puis évolue vers une écriture généreuse, parfois intimiste, parfois politique.

J’ai démarré à une époque particulière, l’après 68, militante et politisée. La chanson servait à protester, changer la société. Aujourd’hui l’artistique a peut-être une autre fonction, celle de mise en lien. Le désir de changer la société reste d’actualité, mais c’est un désir plein de désillusion. La dure réalité est retombée sur l’art protestataire. Je ressens désormais le lien au public comme plus chaleureux, plus émotionnel... mais ce doit être lié à moi, en vieillissant je deviens sentimentale! Je veux que ce spectacle soit joyeux, créer un instant lumineux, aller à contresens de l’ambiance morose sociale

L’accordéon a symbolisé ma libération du carcan familial: je quittais le piano du salon pour aller où je voulais. Il me met en lien avec une histoire de la chanson: il m’a permis d’aborder le folk, la chanson rive gauche, de me connecter avec un patrimoine. C’est un instrument international, qui a trouvé sa place au-delà des musiques populaires et du cliché de la chanson française dépressive!


Tracklist:
1         Petit bout de femme
2         Ma grand-mère Olympe
3         Chanson sous la pluie M. Bernard - P. Delorme
4         Périf
5         Hiver R. Melik - M. Bernard
6         Folkrock
7         Bernadette
8         La dame du Savoy
9         V.Maïakovski, poète
10        Le fils père Georgius - P. Chagnon
11        Sur ces routes grises

à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/MICHELE-BERNARD-quot-Paroles-et-Musique-N-14-quot-td1503.html

MICHEL BUHLER
Immigré 1976



«J’appartiens à une génération marquée par la pop anglo-saxonne des années 1960», explique-t-il avant de hausser les épaules, une moue fine sur les lèvres. Bob Dylan, les Rolling Stones et les Beatles étaient adulés? Ses idoles à lui étaient, et demeurent, Georges Brassens, Jacques Brel, Jean Villard Gilles et Jean Ferrat.
Quels sont les artistes qui vous ont influencé au début de votre carrière, et maintenant?
Au départ Brel, Brassens et Ferré. En 1969, la rencontre avec le chanteur québécois Gilles Vigneault fut décisive, une forme de «cousinage»… Toujours actuelle sous forme de concert et de rencontre.
Depuis longtemps, j’aime le quartier de Montparnasse, à Paris, où j’ai un pied-à-terre.
 Il se souvient que c’est en 1969 qu’il a débarqué à Paris.Parce que, au tournant des années 1970, la Ville Lumière était toujours en pleine effervescence. «On était sûrs qu’on allait changer le monde. Si on m’avait dit à ce moment-là où on en serait aujourd’hui, j’aurais ri. Ou plutôt pleuré… Maintenant, je cherche les pistes pour comprendre.»
A cette époque, le rideau tombe doucement sur les cabarets de la Rive gauche. Michel Bühler en fréquente un ou deux.

Tracklist:
01 Sala
02 Personnages
03 Les immigrés
04 Messieurs les militaires
05 Les p'tits les gros
06 Rue de la Roquette
07 Mon père
08 Hôtel Baltimore
09 Marie-Claire
10 Rue Sainte-Catherine
11 Première chanson

http://ti1ca.com/ktnuwrl4-JVMB-JVMB.rar.html

Rosalie Dubois
Laissez-moi passer 1961



Rosalie Dubois, née Jeanine Rolleau en 1932, est une chanteuse française.
À la fin des années 1950, Rosalie Dubois est étudiante en droit à Paris. Elle veut devenir avocate et paye ses études en travaillant comme poissonnière rue des Abbesses. Elle rencontre Mac Orlan et Bernard Dimey.
Elle se présente en 1959 au concours des « N°1 de demain » organisé par Europe 1 qu'elle remporte en interprétant Julie la Rousse de René-Louis Lafforgue. En 1960, elle remporte le « Coq d'or de la chanson française » avec Parce qu'un air d'accordéon. Elle devient populaire avec Cherbourg avait raison.
En 1962, elle passe à l'Olympia en vedette américaine.

Elle est victime d'un grave accident, puis d'une longue dépression et de l'abus d'alcool. Elle ne revient sur scène qu'en 1968 à L'Échelle de Jacob, soutenue par la directrice Suzy Lebrun.

En 1970, elle passe à Bobino, en première partie de Fernand Raynaud.

Après sa rencontre avec Eugène Guillevic, parait un 33 tours incluant 12 de ses textes.
En 1978, pour rester indépendante, elle crée avec son mari Bernard Berger le label ABR qui produit entre autres 5 albums de chansons révolutionnaires.

Elle fait plusieurs concerts à la Fête de l'Humanité entre 1978 et 1981 puis décide d'arrêter ses passages devant le public en 1992

Tracklist:
Face A :
1. Laissez-moi passer « Un vendredi saint en Palestine » (A. Popp - C. Canaille)
2. Étire ton zinzin (M. Legrand - J. Dréjac)
3. On s’aimera d’amour (du film « Le terrain vague ») (M. Legrand - F. Lemarque / F. Lemarque)
4. Fleur de souris (A. Lutereau - H. Contet)
Face B :
1. T’as pedu de vue (F. Lirola - H. Pon)
2. La belle aventure (R. Valentino - M. Veldi)
3. Faudrait qu’tu m’aimes (Y. Alain - E. Marnay)
4. Allez roulez (N. Maine - G. Liferman)
Crédits
complémentaires : Orchestre : Robert Valentino



45 Tours
1960
Face A1 : Parce qu’un air d’accordéon (Guy Magenta - J. Larue)
Face A2 : A la Bastille (E. Stern - E. Marnay)
Face B1 : La romance "Avec la gueule que j’ai" (F. Lirola - B. Dimey)
Face B2 : Si je tenais le gars (A. Lutereau - H. Ithier)


Face A1 : La souris de la rue d’Paradis (Ch. Verger - F. Loris)
Face A2 : La petite java (F. Lirola - C. Aubry)
Face B1 : Gosse de Paris (Ch. Aznavour - M. Vidalin)
Face B2 : Sacré destin (J. Ledru - R. Varnay)


1961
Face A1 : Cherbourg avait raison (G.Magenta / Jacques Larue / Eddy Marnay)
Face A2 : Mon soleil et mon printemps (Marcel Azzola / Francis Lemarque)
Face B1 : Laisse tomber (Francis Lai / Bernard Dimey)
Face B2 : Les choses à leur place (F.Lirola / Manouchka)
Crédits
complémentaires : Orchestre: Robert Valentino

1962
Face A1 : Dieu soit loué "Belijdenis" (W. Ferdy - Al Rimont - F. Verbeek)
Face A2 : Y’avait y’avait (J. Bertille - M. Saint Martin)
Face B1 : Toi, mon habitude (J. Bertille - M. Capez)
Face B2 : Ça va-ty durer (J. Bertille - M. Vaucaire)

Face A1 : On s’aimera
Face A2 : Coeur gros brisé
Face B1 : La chanson d’amour
Face B2 : Maladie de jeunesse

http://ti1ca.com/b7hxh7ix-RODU-RODU.rar.html

JACQUES MARCHAIS



Jacques Marchais: un grand interprète de chansons poétiques

Il ne m’a été facile de retrouver la trace du musicien, compositeur et interprète qu’a été Jacques Marchais. Malheureusement, sa voix grave et chaude et quelques gravures de ses chansons, sont les seuls vestiges qu’il nous reste de cet homme qui a pourtant apporté beaucoup à la chanson française.

Né le 1er août 1935 à Tours, Jacques Marchais, est comédien, poète, musicien, chanteur. Il a commencé à chanter à La Colombe comme tant d’autres (Guy Béart, Raymond Lévesque, Pia Colombo etc…). Il obtiendra à plusieurs reprises le grand prix du disque de l’Académie Charles Cros et il fera de nombreuses tournées en Europe et aux Etats-Unis. Il fut, sans contredit, une figure marquante de Saint Germain-des- Prés au cours des années 60 et l’un des piliers du cabaret « La Contrescarpe ».  En 1973, Jacques Marchais enregistrera même un disque de treize chansons du poète de Natashquam, Gilles Vigneault.

Jacques Marchais est mort en 2006 et nul n’a malheureusement, repris ou réédité, son imposante discographie. L’entendre chanter « Sortilèges » de Bernard Dimey est donc pour nous, en quelque sorte,  un devoir de mémoire.

Récital N°1
01 La sirène
02 Les 3 empereurs
03 La chose aurait pu
04 Plaisirs d'échecs
05 L'orgue
06 S'ils t'avaient demandé
07 Si je mourais là-bas
08 La dame à vapeurs
09 Retour à Marie
10 Le vélo
11 Comptine du Quai aux Fleurs
12 Les copains de la Neuille

Récital N°2

A1 Le Plaisir Dieu
A2 Sonnet
A3 Le Printemps
A4 Rue Du Chateau
A5 Sortileges
A6 Elsa
B1 Paris 42
B2 Le Mirage
B3 Les Tristes Noces
B4 Marguerite, Marie Et Madeleine
B5 Ode N°XLII (Au Plaisir)
B6 Chanson Pour La Nommer

http://ti1ca.com/at47acfn-JAMA-JAMA.rar.html

LES QUATRE BARBUS
A la Mouff'Vol 1 1957
A la Mouff' Vol 2 1961



Les Quatre Barbus était un groupe vocal français de quatre chanteurs portant la barbe (éventuellement fausse), fondé en 1938, qui connut son plus grand succès dans les cabarets parisiens des années 1950 puis, par le disque, dans les années 1960. Le groupe a fait ses adieux en 1969.
A partir de 1947 se succèdent les saisons dans les meilleurs cabarets et les tournées internationales. Ils enregistrent chez Polydor puis Philips .Pour ses premiers enregistrements d'après-guerre, le groupe a pris pour nom « Les Quatre Barbus de la radio », mais il le simplifie rapidement pour s'appeler simplement, à partir de 1949, « Les Quatre Barbus ».

C'est à cette époque que se fixe leur style scénique : une tenue simple avec un blouson sur un maillot de marin, un chapeau (de style varié selon les spectacles et les années) et surtout une barbe (parfois vraie mais souvent fausse). La mise en scène est des plus simples, l'accent étant surtout porté sur l'interprétation musicale. Leur style les rapproche des Frères Jacques.
A leur succès dans les cabarets parisiens, on doit également un large choix d'enregistrements dans le style de la « chanson rive gauche ».

Au cours des vingt ans qui suivront, ils enregistreront une trentaine d'albums et autant de 45 tours. Leur répertoire est d'un grand éclectisme : chansons pour enfants, chansons populaires, chansons dans la veine des cabarets des années 1950 (Jean Villard, Brassens, Boris Vian, Pierre Dac et Francis Blanche), chansons paillardes (très édulcorées dans les versions enregistrées) et même un album de chansons anarchistes en 1969.
Par delà les années, leur renommée reste attachée aux enregistrements parodiques d'airs classiques fameux sur lesquels Pierre Dac et Francis Blanche ont plaqué des paroles saugrenues. On rappellera entre autres :

    « La pince à linge » (paroles : Pierre Dac et Francis Blanche ; musique : Beethoven, Cinquième symphonie) ;
    « Chant d'allégresse » (paroles : Pierre Dac ; musique : Chopin, Étude op. 10, no 3 Tristesse) ;
    Ouverture du « Barbier de Séville » (paroles : Francis Blanche ; musique : Rossini, Le Barbier de Séville) ;
    « L'alcool » (paroles : Francis Blanche et Michel Emer ; musique : Liszt, Rhapsodie hongroise no 2).



Maison pour tous Mouffetard, qui tenait tant, en ce quartier alors populaire, du centre social que de la MJC (c’en est une, et même la plus ancienne de France). Née en 1906, elle fut d’abord le siège de la Maison des syndicats et d’une Université populaire dont Charles Péguy était le secrétaire, où vinrent discourir Jaurès, Lénine et Trotsky qui, pour être bien sûrs de remplir la salle, faisaient chanter Montéhus en « première partie ». Une Maison pour tous  qui, sans rien abdiquer de ses missions sociales, fut la plaque tournante de tout ce qui vivait, bougeait, pensait, inventait, osait, innovait, cherchait et trouvait dans le milieu artistique français, chanson et théâtre confondus. La liste des artistes qui, à un titre ou à un autre, ont fait « Mouffetard » est hallucinante : Pablo Picasso, Salvador Dali, François Truffaut, Henri-Georges Clouzot, Jean Vilar, Gérard Philipe, Chris Marker, Marguerite Duras, Raymond Rouleau, Pierre Dux, Jacques Brel, Léo Ferré, Georges Brassens, Fernand Raynaud, Anne Sylvestre, Barbara, Pia Colombo, Julos Beaucarne, les Quatre Barbus… Des centaines d’artistes à se succéder en un même lieu.La Maison gérait trois salles de théâtre : le Théâtre Mouffetard, le Petit Mouffetard (inauguré par Higelin, Areski et Fontaine) et le Théâtre de l’Épée de bois. Tout fonctionnait ensemble, en harmonie. Même quand les rites amoureux des chats du quartier couvraient les silences de Marguerite Duras sur scène, même quand des spectacles s’interféraient, à cause de cloisons par trop poreuses. C’est là que Mnouchkine réalisa sa première mise en scène, qu’Arrabal créa ses premières pièces. C’est aussi là où Devos est devenu Devos, même s’il lui a fallu, auparavant, construire, de briques et de mortier, la salle qui l’a fait accéder au succès.

Pas de chauffage en ces lieux, les gens savaient qu’on s’y grelottait mais venaient quand même… avec leurs couvertures. Car on vit ici des choses étonnantes. La Mouffe est salle d’art et d’essai, définition à prendre, pour le coup, au pied de la lettre. Évocation de ces temps héroïques par Georges Bilbille, l’étonnant directeur de cet équipement socioculturel: « Les jeunes chanteurs ou metteurs en scène pouvaient y faire leurs expériences ; jamais on leur a refusé de le faire, même s’ils se trompaient. Parfois, il arrivait que ça ne fonctionne pas bien. On leur disait : “C’est pas mal, t’as vu pourquoi le public a répondu ainsi, tu vas en tirer les conséquences et tu reviens dès que tu te sentiras prêt.” Un chanteur pouvait recommencer six, sept fois, à la condition qu’il ait progressé, qu’il ait travaillé entre-temps. On avait une école de la chanson et des gens capables de dire “Maintenant tu peux y aller.” Nos poulains passaient en première partie d’artistes confirmés. Et pas les moindres : ça pouvait être Brel, Brassens, Devos… n’importe qui de cette pointure-là. Dans la salle, il y avait toujours des débutants : des Frida Boccara, des Henri Dès, des Bernard Lavilliers, des Jean Vasca… C’était comme ça. » Et tout ça, précise-t-il spontanément, « sans subvention.
Avant l’arrivée de Bilbille, en 1948, il n’y avait pas de café-théâtre à Mouffetard. Sauf Chez Solange où se produisait Jacques Douai. C’est peu dire si le travail de la Mouffe a fécondé le quartier. L’Écluse, le Cheval d’or, la Vieille Grille, le Port du Salut, la Méthode, Chez Arlette, place de la Contrescarpe… les cabarets d’art et d’essai fleurissent entre les pavés du quartier Latin. La Mouffe elle-même est comme une petite entreprise à succursales multiples. À la maison-mère de deux cent cinquante places (avec parfois le double de spectateurs) où Souchon et Coluche feront leurs premières armes, s’adjoignent le Théâtre de l’Épée de bois, construit sur le terrain d’aventures et le Petit Mouffetard, qui deviendra bientôt le Troglodyte.

Tracklist:
01 Gai gai o chevalier
02 Le petit atome
03 La Marie-Jésus
04 Tyrolienne haineuse
05 Le mot de billet
06 Boite à sardines
07 Matilda
08 La fanfare de Breganzona
09 C'est l'histoire d'une sirène
10 Le Mannerchor de Steffisburg

A la Mouff' Vol 2 1961

Tracklist:
01 Honneur aux barbus
02 Chanson des cours
03 Le cheval de corbillard
04 L'amour n'est pas
05 Chant d'allégresse
06 Dans la marine suisse
07 Actualité
08 Le Duc de Bordeaux
09 La pince à linge

http://ti1ca.com/seljo6mx-L4BA-L4BA.rar.html

JULOS BEAUCARNE
Julos chante Julos 1967



Julos Beaucarne, né le 27 juin 1936 à Écaussinnes (Province de Hainaut), est un artiste (conteur, poète, comédien, écrivain, chanteur, sculpteur) belge, chantant en français et en wallon. Il vit à Tourinnes-la-Grosse, en Brabant wallon (Belgique).En 1964, il enregistre son premier 45T, et son premier 33T Julos chante Julos sort en 1967. Il produit depuis environ un album tous les un à deux ans.
Contrairement à d'autres chanteurs dits « à textes », la musique n'est pas dépréciée : deux albums instrumentaux regroupant certaines de ses mélodies sont parus (L'univers musical en 1981 et 1989). Il refuse le vedettariat, a sa propre maison d'édition de disques et de livres (les Éditions Louise-Hélène France), échappant ainsi aux obligations des majors de la publication. Il continue d'habiter dans son village de Tourinnes-la-Grosse en Wallonie et intervient lui-même tout simplement sur le forum de son site internet.

 « Anarchiste, je le suis jusque dans la moelle de mes os ! Anarchiste, selon moi ça veut dire proposer des pistes que les autres n’ont pas encore explorées et enfoncer des portes qui n’ont pas été encore ouvertes. C’est ce que je fais depuis cinquante ans maintenant. »

Tracklist:

1. Tout doux
2. Le serrurier magique
3. Souvenir vague et les parenthèses
4. Ses yeux
5. Toute dame et damoiselle
6. Après chacune des chansons
7. Les bourgeois
8. Christophe Colomb
9. Conflit confiture
10. Y a plus d'histoires d'amour
11. La rose avec l'épine
12. Chanson de quête  

http://ti1ca.com/3ztac4hz-JUBE-JUBE.rar.html

PIERRE SELOS



Pierre Selos, né le 1er février 1940, à Toulouse (Haute-Garonne), est un chanteur français.Il fait partie de la grande tradition des "chanteurs à texte".

"Je suis né le 1er février 1940, à Toulouse, ma mère ayant anticipé l’exode. Vu mon jeune âge, j’ai échappé au choix collaboration/résistance. Je n’ai donc pas eu le temps d’interpréter “Maréchal, nous voilà ! “ ni le "Chant des Partisans". À la fin de mon adolescence, j’ai fait une crise de “foi” et comme j’avais la rime et la guitare facile, je me suis mis à la chanter. Mes premiers disques chez UNIDISC en témoignent ( c’est le cas de le dire ). J’ai fait un tabac dans la sphère catholique. J’avais pris de l’avance sur Vatican II et la gauche chrétienne s’y retrouvait bien.

J’ai fréquenté l’Eglise des pauvres et l’autre. J’ai chanté pour les mouvements de jeunesses ouvrières, agricoles et étudiantes où j’ai beaucoup appris sur le quotidien des gens. Mais j’ai découvert aussi qu’on pouvait exercer facilement un pouvoir sur les autres. Ajouter à cela des études approfondies sur le phénomène religieux et la fréquentation de la hiérarchie écclésiale, il n’en fallait pas plus pour que je me retrouve depuis dans la peau d’un athée convaincu.

Trois années chez PHILIPS et un petit tour chez MEYS et j’en savais suffisamment sur le “showbiz”pour m’en passer. Le reste de ma carrière, je l’ai vécu en autoproduction chez OISEAU BLEU / Roger Auffrand. ( de 1965 à 1980 ).
         
Voilà pour ma saga d’auteur-compositeur-interprète. Le reste ne concerne que moi et comme je vous ressemble, vous savez tout.
.......................................Pierre SELOS

à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/PIERRE-SELOS-quot-3-albums-quot-td8955.html#a14016

RAYMOND LEVESQUE
Après 20 ans 1967
45 Tours



Raymond Lévesque (7 octobre 1928 à Montréal, Québec - ) est auteur-compositeur-interprète, poète, romancier et dramaturge québécois.
De 1954 à 1959, Raymond Lévesque séjourne en France où il enregistre chez Barclay. Plusieurs vedettes de l'époque interprètent les chansons de Raymond Lévesque: Bourvil, Jean Sablon, Cora Vaucaire, Eddie Constantine, etc. Raymond Lévesque se produit également sur les scènes de music-hall et dans des petits cabarets parisiens; notamment, Le Port du Salut et La Colombe. C'est pendant cette période que Raymond Lévesque compose la chanson Quand les hommes vivront d'amour qui exprime son chagrin à propos de la guerre d'Algérie; d'abord enregistrée sur disque par Eddie Constantine, cette chanson est ensuite interprétée par plusieurs chanteurs québécois et français, dont Geneviève Bujold.

En 1956, Raymond Lévesque crée une chanson en hommage à Honoré de Balzac qu'il interprète avec Bourvil.

Après 20 ans 1967

Tracklist

A1 Paulin
A2 Bozo-Les-Culottes
A3 Au Temps Qui Ne Revient Plus
A4 Ma Grand'Ville
A5 Poètes Inconnus
A6 A Nos Morts
B1 La Vie De Bohème
B2 La Folle Jeunesse
B3 L'Auberge Fameuse
B4 Les Gars De Mon Pays
B5 L'Héritage Humain

45 Tours

1956
Face A1 : Quand les hommes vivront d’amour (R. Lévesque)
Face A2 : Les deux orphelines (R. Lévesque - Jean Narrache)
Face B1 : Les trous de la ceinture (R. Lévesque)
Face B2 : La Vénus à Mimil (R. Lévesque)
Crédits
complémentaires : avec le trio Emil Stern.

1957
Face A1 : Notre-Dame de Paris
Face A2 : La vie, la chance et l’amour
Face B1 : Monsieur Balzac
Face B2 : Petit chien, petit chat

1958
01 Auprès d'elle
02 Les gens des grandes villes
03 Les trottoirs
04 Les vieilles chansons

http://ti1ca.com/vsz7lmel-RALE-RALE.rar.html

GREAME ALLWRIGHT
Greame Allwright 1966
Le Jour De Clarté 1968



Graeme Allwright, né le 7 novembre 1926 à Wellington, est un auteur-compositeur et interprète de chansons néo-zélandais. Il a également adapté en français et interprété des chansons du folklore américain (de Woody Guthrie et Pete Seeger notamment), ainsi que de nombreuses chansons de son ami Leonard Cohen.
Encouragé par ses amis stéphanois amateurs de blues et qu'il charme depuis des années par ses ballades anglaises, il monte à Paris au début des années soixante et chante dans des cabarets (notamment à La Contrescarpe). Les conditions sont dures, mais il rode souvent ses chansons chez des amis peintres ou sculpteurs à La Ruche (Montparnasse). Il est alors fidèlement accompagné par le guitariste stéphanois Genny Detto. Au centre américain de la rue Raspail, il retrouve bientôt deux musiciens de folk traditionnel, et le talent de Graeme finit par séduire Mouloudji qui le pousse à enregistrer un premier disque resté confidentiel : Le Trimardeur, en 1965. Premier contrat avec Philips, nouvel album en 1966, qui marche nettement mieux.

Graeme Allwright est parmi les premiers introducteurs en France du folk américain, dans sa veine protest-song. Il contribue également largement, par ses adaptations très fidèles de Leonard Cohen, à faire découvrir ce dernier au public français. Dans le sens inverse, il interprète en 1985 des adaptations en anglais de chansons de Georges Brassens faites en collaboration avec Andrew Kelly. Allwright se revendique chanteur, il écrit assez peu, préférant « se glisser dans les mots d'un autre » quand il ressent que le message est commun.


1966
Tracklist:
Joue,Joue,Joue 2:45
Johnny 3:55
Emmène-moi "Take Me Home" 3:05
Henrik 3:10
La Mer Est Immense "The Water Is Wide" 3:10
Qui A Tué Davy Moore ? "Who Killed Davy Moore" 2:35
Petites Boites "Little Boxes" 1:50
Il Faut Que Je M'en Aille 3:45
La Plage 2:50
Ça Je Ne L'ai Jamais Vu 2:20
Deux Jeunes Frères "Two Brothers" 2:30
Dommage 3:50

1968

Tracklist:
Jusqu'à La Ceinture
Suzanne
Le Jour De Clarté
Viendras-tu Avec Moi ?
Je Perds Ou Bien Je Gagne
Ne Laisse Pas Partir Ta Chance
Garde Le Souvenir
Sacrée Bouteille
Qu'as Tu Appris à L'école
La Ligne Holworth
Petit Garçon (Old Toy Trains)
L'étranger (Stranger Song)

http://ti1ca.com/dipjh61s-GRAL-GRAL.rar.html

ALAIN AURENCHE



De 1963 à 1970 Alain Aurenche suit des cours d'art dramatique et donne des représentations théâtrales. Il devient assistant de J. Schmidt de 70 à 78 et participe au film "Comme les anges déchus de la planète Saint Michel" qui sort en 1979 et qui traite de l'exclusion, puis il rencontre le compositeur Philippe Sissmann et donne son premier récital. C'est en 1982 qui sort son premier album "L'Enfant Mutant", passe à Bobino en 1983 pour Radio Libertaire et tourne en avec Léo ferré et Maurice Fanon.

 Alain Aurenche, "Graine d'ananar"

Ce n'est pas un effet du hasard si ce qualificatif traîne aux basques d'Alain, ni si les médias n'ont pas le courage de diffuser ses chansons. Alain était l'ami de Léo Ferré depuis 1967, liés qu'ils étaient par l'amitié, la chanson et la liberté. Il faut croire que les derniers vers de la chanson "Graine d'ananar" Léo les avait écrits pour lui :
"Mais auparavant
J'aurai comme le vent
Semé quelque part
Ma graine d'ananar"

 Mais la graine a germé et c'est un auteur-compositeur aux magnifiques textes poétiques, un révolté qui ne mâche pas ses mots, sans compromission, qui parle avec son cœur de la liberté, brandissant l'étendard libertaire avec force et une conviction non feinte, le verbe cru avec tendresse et gouaille. Alain Aurenche se fiche des modes, il a envie de chanter ses révoltes et ses passions et il le fait en dehors des modes et du temps. Il déclare d'ailleurs au sujet de ses études chez les frères maristes : "Là, j'ai compris que c'est à chacun de se faire sa culture, pour se donner des armes contre ce qu'on lui impose, contre l'ordre établi". Au sujet de la chanson engagée, Alain nous dit : "L'économie libérale limite la créativité et l'imagination. On fait désormais appel à l'instinct, jamais à l'intellect. Il suffit de voir la publicité, on incite à la régression, à l'infantilisation. Le rôle de l'artiste est de révéler les concepts refoulés chez le spectateur".

 "Il touche par excès de sensibilité, par abus de désirs impossibles, par quelque chose d'adolescent qui refuse de plier. Il écrit bien, il a la voix "vraie"", Le Monde de la Musique

"Alain Aurenche est violent comme tous ceux qui ont quelque chose à dire; il est tendre comme tous ceux qui ont envie d'être écoutés. Pas de doute : "Un poète est passé"", Le Courrier de Lyon

"Alain Aurenche ressemble à la tempête, il chante comme elle, en force et tourbillons, catapultant ses mots sur les récifs de l'indifférence... Loin du ronron des hit-parades, il chante comme on prendrait la Bastille avec des mots d'aujourd'hui", Le Canard Enchaîné


"Il gueule, vocifère des mots taillés à coup de rasoir", L'Humanité

en public au Théâtre Jean Vilar (1996)
Tracklist:
01 Le delta du fleuve
02 Gare du Nord
03 Mon amour de pleine rue
04 Baiser de sang
05 Le va-nu-coeur
06 Les copains d'comptoir
07 Le coeur flou
08 Monsieur Aschenbach
09 L'amour sauvage
10 Mère nature
11 O!fille fille
12 Quand un copain s'en va
13 Sao Paulo
14 Torquemada
15 Si tu viens dans ma nuit

http://ti1ca.com/2xwxjhyj-ALAU-ALAU.rar.html

Proposé fort gentiment par Eustache ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/Alain-Aurenche-en-public-au-Theatre-Jean-Vilar-1996-td13875.html

GUY BONTEMPELLI
Le meilleur de



Guy Alfred Bontempelli, né le 25 mars 1940 à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) et mort le 16 décembre 2014 à Marseille, est un auteur-compositeur-interprète et acteur français.Il a été marié à l'actrice Christine Delaroche.

Auteur-compositeur-interprète aux chansons de grandes qualités, Guy Bontempelli connut le succès grâce à l’interprétation par Françoise Hardy de Ma jeunesse fout le camp. Portrait d’un homme qui parallèlement à sa propre carrière a écrit pour les plus grands interprètes de la chanson française : Gréco, Dalida, Nicoletta, Bardot, etc.

En 1965, son premier disque, qui comprend Vos yeux cachou, La Seine et Rouen et Madrid, obtient le grand prix de l’Académie Charles-Cros. Cependant, avant la sortie de ce disque, Guy Bontempelli avait déjà écrit des chansons pour

    Michèle Arnaud (La Seine et Rouen, La Grammaire et l’amour, Concarneau)
    Catherine Sauvage (Que reste-t-il ?)
    Patachou (Le Mariage d’Angèle)
    Jean-Claude Pascal.

Plusieurs de ces chansons seront reprises par leur auteur.

Malgré le succès relatif de ses disques (sa chanson très remarquée Quand je vois passer un bateau, coécrite avec Gérard Bourgeois en 1966), l’auteur-compositeur-interprète tarde à monter sur scène ; il est paralysé par le trac. Il finit tout de même par faire l’Olympia en 1969. Parallèlement, il anime diverses émissions de télévision, notamment sur Antenne 2 (Paroles et musiques).

Tout en continuant à enregistrer sporadiquement quelques chansons, Guy Bontempelli délaisse sa carrière de chanteur pour se consacrer à d’autres artistes.

Ce disque contient tous les titres enregistrés par Guy Bontempelli chez Pathé de 1966 à 1970.
 
Tracklist:
CD1
01 La Seine Et Rouen
02 Le Mariage D'Angele
03 Les Oies Du Pensionnat
04 Madrid
05 De La Langue Francaise
06 L'inventaire Les Yeux De Toi
07 Comment Dire
08 Son Rendez Vous
09 Les Soldats Et Les Chiens
10 Ceux Qui Recommencent
11 Vos Yeux Cachous (Chanson Pour Juliette)
12 Monsieur Rimbaud
13 La Femme
14 Le Divan D'indienne
15 Prendre La Mer (Chanson Pour Jacques)
16 Le Coeur A Fleur De Peau
17 La Valse
18 Comme Dans Tes Chemins
19 J'oublie Ton Nom
20 Alice

CD2
01 Pam Ba Da Di Dam
02 La dernière
03 Madame est au lit
04 Quand la pluie tombe
05 Ma jeunesse fout l'camp
06 Dors
07 Mozart
08 Notre Dame
09 L'anglaise
10 Concarneau
11 La trentaine
12 Rouvrez-les
13 La frileuse
14 Faites les premiers pas
15 Le voyage
16 Parie le diable le bon dieu
17 Mercurochrome
18 Merveilleuse gauche française
19 La chambre d'amour
20 Gens de ma rue
21 Un matin
22 BONUS Quand je vois passer un bateau

http://ti1ca.com/b4smxjiz-GUBO-GUBO.rar.html

FELIX LECLERC
Jean Buzelin collection BD Chanson (Livret inclus)



Félix Leclerc (2 août 1914, La Tuque, Québec – 8 août 1988, Saint-Pierre-de-l'Île-d'Orléans, Québec) est un auteur-compositeur-interprète, un poète, un écrivain, un acteur québécois et un homme engagé pour la souveraineté du Québec et pour la défense de la langue française.

En 1950, l’imprésario parisien Jacques Canetti, de passage au Québec, entend un enregistrement du fantaisiste montréalais Jacques Normand de la chanson « Le train du nord2 ». Vivement impressionné, Jacques Canetti fait enregistrer à Félix Leclerc une douzaine de chansons aux studios de la station radiophonique montréalaise de CKVL, et l'invite à chanter en France, où il obtient beaucoup de succès. Il se produit au théâtre l'A.B.C. à Paris. Il signe ensuite un contrat d'enregistrement de disques de cinq ans avec la marque Polydor. Il revient au Québec en 1953. Le chétif dont on se moquait gentiment hier vient de conquérir le monde sans rien changer à son allure, à ses textes ou à sa parlure comme il se plaisait à le dire lui-même. D’un coup, la chanson québécoise vient de gagner ses lettres de noblesse.

Félix Leclerc enregistre en 1951 un premier album contenant notamment Moi, mes souliers, Le petit train du nord, Bozo et Le petit bonheur3. Félix Leclerc remporte le grand prix de l’Académie Charles-Cros en 1958 pour son second album Le train du nord.


Livre : la vie de Félix Leclerc en bandes dessinées par Jean Buzelin, textes et scenario Jean Buzelin.
50 chansons de et par Félix Leclerc sur les CD.



Tracklist:
CD1 : 1950-1951
Le petit bonheur
Notre sentier
Le bal
Le roi heureux
Le train du nord
La gigue
Mac Pherson
La complainte du pêcheur
Hymne au printemps
La Mer n'est pas la mer
Bozo
La danse la moins jolie
Moi mes souliers
Le p'tit bonheur
Complainte du pêcheur
Demain si la mer
Le petit bonheur
Moi mes souliers
Epousailles
Chanson de nuit
Echo
Présence
Elle n'est pas jolie
Contumace
Francis

http://ti1ca.com/vuck2xxe-FLE1-FLE1.rar.html

CD 2 : 1951-1957
Le petit ours
Le boîteux amoureux
L'homme au vélo
Tu allumes ma nuit
Prière bohémienne
Le galérien
Pour la mort d'un chien
Lettre de mon frère
Hymne au printemps
Bozo
Théâtre de village
Le p'tit bonheur (1)
Théâtre de village
Le p'tit bonheur (2)
Comme Abraham
Attends-moi ti-gars
La Drave
Le roi et le laboureur
Un petit soulier rose
J'ai deux montagnes
A Pierrot
Le Québecois
Dialogue d'amoureux
Le roi viendra demain
Chanson des colons
Les perdrix
Ce matin-là

http://ti1ca.com/3x5n4tpl-FLE2-FLE2.rar.html

Livre paru le 10 novembre 2008

CLAUDE LEVEILLEE
Mes années 60



Claude Léveillée (Montréal, 16 octobre 1932 – Saint-Benoit-de-Mirabel, 9 juin 2011) était un acteur, un pianiste et un auteur-compositeur-interprète québécois, qui marque sa génération. Il lègue plus de 400 chansons, de nombreuses musiques instrumentales et quelques comédies musicales.

Claude Léveillée est cofondateur du regroupement Les Bozos, en 1959, l'année où il rencontre Édith Piaf. Pour elle, il aura composé quelques chansons (dont Les Vieux pianos, Ouragan, Boulevard du crime).
Il se produit en France et en Union soviétique (URSS), ainsi qu'en Belgique, en Suisse et jusqu'au Japon.À la suite à son expérience en France, Claude Léveillée remporte le Grand Prix du disque canadien de la radio de CKAC en 1962. Le 23 avril 1963, il cofonde le Théâtre de Quat'Sous.
Pianiste autodidacte, compositeur lyrique, comédien, son talent se mariait à une fêlure intérieure touchante que sa voix souvent éraillée rendait avec encore plus d’émotions. À l’aube de la Révolution tranquille, Claude Léveillée aura créé aux côtés de Vigneault, une « espérance » en chansons qui aura duré au moins deux décennies.

« A mon retour de Paris, en 1962. J’étais à Montréal, c’était l’été, il faisait très chaud. J’étais allé chez un disquaire qui avait la particularité de louer des pianos, pour vingt-cinq sous de l’heure. J’avais envie de pianoter, j’ai donné vingt-cinq sous, et j’ai commencé à improviser, comme j’ai l’habitude de faire. A la fin de l’heure, j’avais terminé Frédéric. J’ai appelé la Columbia avec laquelle j’étais en contrat en leur disant : « Je viens de terminer un truc, là, je crois qu’on pourrait la mettre sur le prochain disque. » Finalement, ce n’est pas parti en flèche et contrairement à ce que l’on croit, c’est la Belgique qui a découvert Frédéric, pas la France. »

« Quand je suis venu m’installer à Paris en 63 (je faisais beaucoup d’allers-retours), j’étais aux éditions Michel Legrand, et c’est là que j’ai rencontré Georges Hélian, un homme féru de chansons. Il est allé voir Marcelle Legrand avec mon enregistrement de Frédéric et lui a dit : « Tu sais, ça marche bien en Belgique, on devrait faire un effort là-dessus. » Ils l’ont poussée un peu, et c’est là qu’elle a vraiment démarré. Taxi a aussi remporté un certain succès. Tous les chauffeurs de taxis téléphonaient aux radios pour qu’ils la passent ! «

« Je suis ensuite parti à Bruxelles pour chanter aux Anciennes Belgique, avec Freddy Balta à l’accordéon, et là, les journaux titraient « Bienvenue chez nous, Frédéric ! » Tout le monde m’appelait Frédéric. »

« Frédéric, c’est ce que j’ai vécu chez moi, le dimanche, autour de la table… Pour raconter ces sentiments et ces souvenirs, j’ai imaginé une rencontre avec mon frère que j’ai nommé Frédéric, et puis c’est tout. »

Tracklist:
1 Les Vieux Pianos 3:42
2 La Scène 2:17
3 Emmène-Moi Au Bout Du Monde 3:20
4 Les Rendez-Vous 3:32
5 Avec Nos Yeux, Avec Nos Mains 3:13
6 Ne Dis Rien 3:06
7 Soir D'Hiver 4:06
8 Pour Quelques Arpents De Neige 2:23
9 Le Petit Cheval De Bois 2:34
10 Les Années Folles 2:36
11 Taxi 2:15
12 La Légende Du Cheval Blanc 1:52
13 Mon Pays 3:56
14 Frédéric 3:07
15 Le Temps D'une Chanson

http://ti1ca.com/brbelgq5-CLLE-CLLE.rar.html

MARC ROBINE
Les années EPM



Marc Robine est un journaliste, chanteur et musicien français, né le 14 octobre 1950 à Casablanca (Maroc) et mort le 26 août 2003 à Nîmes.

Auteur d'ouvrages de référence sur l'histoire de la chanson française, il publie également plusieurs biographies de chanteurs (notamment de Jacques Brel, Georges Brassens, Francis Cabrel ou Julien Clerc).
C'est en 1964 qu'il découvre à Paris Jacques Brel, Georges Brassens, Edith Piaf, Leny Escudéro et Bob Dylan. Il séjourne au Danemark en 1966 et vit le printemps de 1968 comme lycéen.Il forme en 1975 le groupe "Bière Brune & Misère Noire", puis en Bretagne en 1977 le groupe "Marc Robine, Bouzouki & Compagnie". C'est en 1979 qu'il met en musique des poèmes de Gaston Couté et devient professeur au Conservatoire Municipal de Concarneau.

 La voix de Marc Robine est saisissante de réalisme et de tendresse, aux accents un peu rugueux ce qui ajoute une émotion qui ne laisse pas indifférent. Dommage que cet auteur-compositeur ne nous livre pas plus de ses propres chansons comme "Un gamin dans le Nord", sûrement autobiographique, ou bien "L'exil" et encore "Alerte", "Manchester".

Marc Robine a interprèté des chansons de Michel Bühler ("Les immigrés"), de Jacques Brel, Georges Brassens, Léo Ferré, Félix Leclerc, Serge Gainsbourg, Charles Aznavour, Monthéus, Guy Béart, et a mis en musique des textes de Gaston Couté et Louis Aragon.
Contrairement aux « imbéciles heureux qui sont nés quelque part », comme le chante Brassens, Marc Robine se sentait partout chez lui auprès de ses « frères humains » dont parle Villon. Nomade dans l’âme (natif de Casablanca  le 14 octobre 1950, il vécut sa petite enfance au Kenya) et doué d’une culture générale encyclopédique, il n’en avait pas moins une prédilection, presque une addiction, pour la chanson et la poésie françaises, et le besoin de les offrir en partage ; le souci, également, d’en assurer la préservation.

Tracklist:
CD 1 L’Errance
1 Les aventuriers  3’23’’
Marc Robine / Marc Robine
 
2 Mac dodo 5’17’’
Marc Robine / Marc Robine
 
3 Gare du Nord 2’56’’
Marc Robine / Marc Robine
 
4 Les aciéries 3’25’’
Marc Robine / Marc Robine
 
5 La peur et la fatigue 4’02’’
Marc Robine / Claude Lefèbvre
 
6 Kevin 3’59’’
Marc Robine / Marc Robine
 
7 Station de nuit 4’06’’
Marc Robine / Marc Robine
 
8 Dans le temps 3’40’’
Marc Robine / Marc Robine
 
9 S.O.S. Alexandre 3’17’’
Marc Robine / Marc Robine
 
10 Funambule  4’11’’
Marc Robine / Marc Robine
 
11 Lucienne 3’04’’
Marc Robine / Marc Robine
 
12 L’errance 3’53’’
Marc Robine / Marc Robine

http://ti1ca.com/soiwzhdq-JRMR-JRMR.rar.html
 
CD 2 L’Exil
1 L’exil 4’46’’
Marc Robine / Marc Robine
 
2 Un gamin dans le nord 5’43’’
Marc Robine / Marc Robine
 
3 L’accordéon naufrageur 4’12’’
Etienne Roda-Gil / Mort Shuman
 
4 Si l’on gardait 5’05’’
Charles Vildrac / Marc Robine
 
5 L’homme en noir 5’56’’
Marc Robine / Laurent Audemard
 
6 Le destin 4’46’’
Marc Robine / Marc Robine
 
7 Alerte  3’47’’
Marc Robine / Marc Robine
 
8 Les demoiselles du temps passé
Marc Robine / Marc Robine
 
9 Lettre-Océan 4’14’’
Marc Robine / Marc Robine
 
10 Carré d’as  5’21’’
Marc Robine / Marc Robine
 
11 Je vous reviens  3’12’’
Marc Robine / Marc Robine
 
12 Je t’aimais avant de t’aimer  3’20’’
Marc Robine / Marc Robine
 
13 Enfer-les-Mines 4’41’’
Louis Aragon / Marc Robine
 
14 Les immigrés 3’43’’
Michel Bühler / Michel Bühler
 
15 Manchester  4'07’’
Marc Robine / Marc Robine
 
16 Le paradis des musiciens 5’45’’
Belton Richard / Belton Richard

http://ti1ca.com/5p3zgyp0-MR02-MR02.rar.html

CD 3 Du “Temps des chevaux” au “Temps des cerises”
1 Le temps des chevaux 4’22’’
Luc Romann / Luc Romann
 
2 Dans la ville d’Anvers 4’43’’
David McNeil / David McNeil
 
3 Quand je vois passer un bateau 3’44’’
Guy Bontempelli / Guy Bontempelli
 
4 Marine arine 4’00’’
Marc Robine / Marc Robine
 
5 Amour et printemps 2’56’’
Emile Waldteufel (instrumental)
 
6 Les oiseaux de passage  3’24’’
Jean Richepin / Georges Brassens
 
7 Barney “La Main droite” 6’02’’
Marc Robine / Marc Robine
 
8 Les Terre-Neuvas 3’06’’
Gaston Couté / Marc Robine
 
9 Lucienne  3’20’’
Marc Robine / Marc Robine
 
10 Les rues de Paris (Streets of London) 4’17’’
 Ralph  McTell  / Marc Robine
 
11 Le pieu (L’estaque) 4’03’’
Lluis  Llach / Marc Robine
 
12 Les iles sous le vent 4’55’’
Marc Robine / Marc Robine
 
13 Avant Tahïti 2’34’’
Patrice Lacaud (instrumental)
 
14 Marie-Toulouse 6’22’’
Marc Robine / Marc Robine
 
15 Le temps des cerises 4’27’’
Jean-Baptiste Clément / Antoine Renard

http://ti1ca.com/80hdqglm-MR03-MR03.rar.html


LUC BERIMONT
Poètes et Chansons



LUC BERIMONT (1915 - 1983)
 
Bien que, depuis ses plus lointaines origines, la poésie ait toujours été associée à la chanson, certains puristes répugnent à l’idée que l’on puisse mettre en musique des poèmes ayant été publiés comme tels. La querelle ne date pas d’hier, puisque Ronsard lui-même crut bon de préciser sa position en la matière : “ La poésie sans les instruments ou sans la grâce d’une ou plusieurs voix n’est nullement agréable… ”. Plus près de nous, des compositeurs tels que Gabriel Fauré, César Franck, Henri Duparc, Gounod, Debussy ou Reynaldo Hahn consacrèrent quelques unes de leurs plus belles pages aux poèmes de Verlaine, Baudelaire, Hugo, Leconte de Lisle, Sully Prudhomme, etc. Sans parler, bien sûr, dans un genre plus populaire, des évidentes réussites contemporaines dues à Georges Brassens, Léo Ferré, Jean Ferrat, Joseph Kosma, Victorien Marceau, et bien d’autres…
Or, s’il est bien un poète qui jamais ne considéra la chanson comme un abâtardissement de la poésie pure, mais comme un genre à part entière, avec ses lettres de noblesse et son émotion propre, c’est bien Luc Bérimont. Quitte, d’ailleurs, à s’exposer aux foudres de ses pairs. Ainsi, Jean Rousselot, dans son Dictionnaire de la poésie française contemporaine : “ Bérimont a cédé aux sortilèges et aux facilités de la chanson… ”
Jugement abrupt, malgré l’estime que se portaient les deux hommes, mais qui, disons le tout net, n’a absolument rien de péjoratif à nos yeux. Bien au contraire ! Le travail considérable accompli par Luc Bérimont pour réconcilier poésie et chanson dans l’esprit du public étant tout à l’honneur d’un homme à la curiosité inlassable, qui resta jusqu’aux dernières années de sa vie un grand accoucheur de talents, attentif à la beauté comme un gardien de phare aux prémices des tempêtes.
Un travail de longue haleine, mené simultanément sur deux fronts. Celui de la création pure, bien sûr, car Bérimont fut d’abord un poète fécond et inspiré - ayant participé, dans sa jeunesse, aux travaux de l’Ecole de Rochefort - ainsi qu’un brillant romancier. Ami tout à la fois de Blaise Cendrars et de René Guy Cadou, son inspiration poétique cherchera souvent son équilibre entre ces deux points extrêmes que sont la modernité trépidante du premier (il est beaucoup question de trains, de gares et de voyages, dans les vers de Bérimont) et la mélancolie vaguement panthéiste du second.
La diffusion massive et la vulgarisation, ensuite, par le truchement des émissions de radio qu’il produisait : ses fameuses Jam-sessions chanson-poésie animées par Marc Ogeret, Hélène Martin, Anne Sylvestre, Michel Aubert, Nicole Louvier et Jacques Doyen ; puis La fine fleur de la chanson française, sorte de tremplin destiné à révéler de nouveaux talents en matière de chanson poétique. Emission bientôt suivie par une collection de disques du même nom, où enregistreront - entre autres - Jacques Douai, James Ollivier et Jacques Bertin.
S’il fallait résumer d’un mot le constant combat de Luc Bérimont en faveur de la poésie et de la chanson, rien ne serait sans doute plus juste que la formule d’Aragon évoquant “ la pédagogie de l’enthousiasme ”.
Marc ROBINE

Tracklist:
1 - Je t'attends aux grilles des routes
(Luc Bérimont  - Reinhardt Wagner)
Jacques Bertin

2 - La nuit et le visage            
(Luc Bérimont  - Reinhardt Wagner)
Jacques Bertin

3 - Noël                    
(Luc Bérimont - Léo Ferré)
Marc Ogeret

4 - Stances                
(Luc Bérimont - James Ollivier)
James Ollivier

5 - Chanson de l'été                                
(Luc Bérimont - Michel Aubert)              
James Ollivier

6 - Vie ma vie                          
(Luc Bérimont  - Reinhardt Wagner)
Jacques Bertin

7 - Le cheval                              
(Luc Bérimont  - Reinhardt Wagner)
Jacques Bertin

8 - Je parle de la mer                      
(Luc Bérimont - Jacques Douai)
Marc Robine

9 - La chanson du romarin
(Luc Bérimont - Lise Medini)
Claude Vinci

10 - Solo de lune
(Luc Bérimont - Nicolas Vaillant)
James Ollivier

11 - Je dirai                        
(Luc Bérimont - James Ollivier)
James Ollivier

12 - Un colis d'ancolie
(Luc Bérimont - Jacques Douai)
Jacques Douai

13 - Nous reconnaître
(Luc Bérimont  - Reinhardt Wagner)
Jacques Bertin

14 - Buffet de gare        
(Luc Bérimont  - Reinhardt Wagner)
Jacques Bertin

15 - La ballade du petit jour français  
(Luc Bérimont - James Ollivier)
James Ollivier

16 - Rémouleur                                    
(Luc Bérimont - James Ollivier)
James Ollivier

17 - La nuit                              
(Luc Bérimont - Marc Robine)
Marc Robine

18 - Chanson de route                            
(Luc Bérimont - Lino Leonardi)
Monique Morelli

19 - Le voyageur
(Luc Bérimont  - Reinhardt Wagner)
Jacques Bertin

20 - Retour à Poigny            
(Luc Bérimont  - Reinhardt Wagner)
Jacques Bertin

21 - Et je crois à la loi              
(Luc Bérimont  - Reinhardt Wagner)
Jacques Bertin

http://ti1ca.com/txa9uj9l-LUBE-LUBE.rar.html


ANNE GACOIN



"Anne Gacoin, 1 m 54, 46 kilos, venue au tour de chant il y a un peu moins d'un an.
Cette petite bonne femme qui vous couperait les champignons en quatre, vous allez la juger sur pièce."
Dans la foulée de ce premier disque elle enregistre trois autres 45 tours pour DECCA. A la fin des années 60 elle enregistre pour la maison de disques DEESSE ses propres compositions et celles de son mari Jean-Claude Massoulier sous la direction d' André Popp et sous le nom de : ANNE."

Tracklist:
01 Gontran
02 Si demain dans Paris
03 Les tambours
04 Emilia
05 L'éternel cantique
06 Accordéon
07 Véro Véronique
08 Rue de Vaugirard
09 Les amours finissent un jour
10 L'oiseau,l'éléphant et le soleil
11 Comme à Ostende
12 La femme du diable
13 La grande Olga

https://ti1ca.com/pwwk30ss-ANGA-ANGA.rar.html

LES TROIS HORACES



Ce nom de groupe fait référence à de fougueux frères, bretteurs mobiles et efficaces, immortalisés par Corneille. Pourtant, Jean-Claude Sergent, Michel Orphelin et François Parrot ne sont pas frères, et ils ont sans doute adopté cette parenté nominative pour l’efficacité qu’elle suggère, et qu’ils acquièrent sous la direction de scène d’Alexandre Jodorowsky.

Leur costume noir, rehaussé de discrets rappels de couleurs vives, et leur maquillage, inspiré de Marcel Marceau, affichaient les intentions de leur personnalité scénique : elle était basée sur les jeux de mains et de visages, sur les déplacements et sur la symétrie que leur trio permettait ; elle était renforcée par la manipulation à trois d’accessoires aussi originaux qu’inattendus, nouveaux à chaque chanson. Leurs voix individuellement belles et de tessitures différentes se fondaient en un ensemble harmonieux. Leur numéro faisait forte impression : il alliait rigueur et beauté, poésie et fantaisie et se situait à un haut niveau de qualité et d’émotion.
Leurs deux premiers 45 tours EP Philips (432.104 et 432.116) datent de 1955. Ils sont réalisés sous la houlette de Jacques Canetti qui les programme aux “Trois Baudets”...ils sont les premiers à enregistrer La Java Martienne de Boris Vian.
S’il faut croire le dos des pochettes, l’interruption qui a suivi aurait été due à leur service militaire... On était en pleine guerre d’Algérie, et il durait 28 mois ! On les retrouve au début des années soixante avec deux nouveaux 45 tours EP chez Polydor (20 896 et 20 919). Dans le premier se trouvent des chansons d'auteurs connus : J'aime (Les Fleurs) de Ricet Barrier ou Les 400 Coups de Léo Ferré .Leur trace se perd dans le courant des années soixante...

45 tours
1956
Face A1 : L’alchimiste
Face A2 : La petite bête (Guiliguili)
Face B1 : Terre Adélie
Face B2 : L’échafaud

Face A1 : Ballade des truands
Face A2 : Les vagabonds
Face B1 : La java martienne
Face B2 : Les comédiens



1959
Face A1 : Les 400 coups (Léo Ferré)
Face A2 : La misère noire (Imbert)
Face B1 : J’aime (les fleurs) (Lelou - Ricet-Barrier)
Face B2 : L’univers des enfants (Imbert)
Crédits
complémentaires : Avec Armand Migiani et son orchestre

1961
Face A1 : Commedia (M.J. Neuville)
Face A2 : Le tango militaire (B. Vian - A. Popp)
Face B1 : Les Iroquois (P. Louki - A. Popp)
Face B2 : La marche des souliers vernis (Bernard Lelou - Ricet-Barrier)
Crédits
complémentaires : Orch: Jacques Lacome

Face A1 :       Fêtes aux villages
Face A2 :       La guerre des baleiniers
Face B1 :       Espèce de comptine
Face B2 :       Vous Mélanie

http://ti1ca.com/56ihxrba-L3HO-L3HO.rar.html

JEAN DREJAC



Jean Dréjac, nom de plume de Jean André Jacques Brun, né à Grenoble le 3 juin 1921 et mort à Paris le 11 août 2003 (à 82 ans), est un parolier, et parfois compositeur et interprète de chansons françaises.

Il est notamment le parolier de Ah ! Le petit vin blanc, Sous le ciel de Paris et La Chansonnette (pour Yves Montand), d'adaptations françaises comme L'Homme à la moto pour Édith Piaf ou Bleu, blanc, blond pour Marcel Amont, ainsi que de nombreuses chansons pour Serge Reggiani (avec Michel Legrand comme compositeur).
à l'orée des années 1950, Jean Dréjac confirme sa renommée grâce à une autre chanson mythique. Remarqué par le scénariste Henri Jeanson au cours de l'émission Télé-Paris, durant laquelle il interprète La Chanson de Paris, Jean Dréjac est alors convoqué avec le compositeur Hubert Giraud par le réalisateur Julien Duvivier qui recherche la chanson-thème pour son film en cours, Sous le ciel de Paris. Dans les jours qui suivent, ils lui apportent au Jardin des Tuileries — où Duvivier est en plein tournage — leur chanson Sous le ciel de Paris, qui est immédiatement acceptée par le réalisateur.

Créée dans le film par Jean Bretonnière, puis reprise par Anny Gould, la romance devient internationale grâce à des interprètes prestigieux qui la portent sur les scènes du monde entier : Les Compagnons de la chanson, Jacqueline François, Juliette Gréco, Yves Montand et Édith Piaf. Le style « Dréjac » est né : des rimes poétiques dotées d’une veine populaire. Il va s'imposer grâce à une multitude d'interprètes les plus divers durant les décennies à venir.

Sous le ciel de Paris est adapté en anglais sous le titre Under Paris Skies. Notamment interprétée par Andy Williams et Paul Anka, la chanson remporte un grand succès aux États-Unis. De nombreux jazzmen comme Duke Ellington, Toots Thielemans et Coleman Hawkins enregistrent la version instrumentale.

Jean Dréjac poursuit sa collaboration avec Hubert Giraud, ils écrivent La Dame en gris pour Jean Sablon, Une petite île et Le Petit Remorqueur pour le trio Do ré mi, et, pour Jacques Hélian et son orchestre, Musique en tête, L'amour vient de naître, L'amour se joue, Tambour battant et Dites-nous monsieur Jacques.

Pour Édith Piaf, il écrit Le Chemin des forains sur une musique de Henri Sauguet et les adaptations françaises de deux chansons américaines, L'Homme à la moto et Soudain une vallée4.

Avec Jean Constantin, il écrit Fleur de Papillon pour Annie Cordy et Ma petite rime interprété par le compositeur lui-même.
Pour Yves Montand, il écrit avec le compositeur Philippe-Gérard, La Chansonnette, Rengaine ta rengaine et La Musique.

Pour Marcel Amont, il écrit Le Bal de ma banlieue, Il a le maillot jaune, Flamenco Rock et Bleu, blanc, blond, un grand succès de 1960.

Pour Dalida, il écrit avec Hubert Giraud L'Arlequin de Tolède.

Il signe les paroles et la musique de La Cuisine pour Juliette Gréco, de Ma muse pour Jean-Claude Pascal et Faut pas gamberger pour Patachou.

45 tours
1959
Face A1 : Lorsque papa était à Paris en occupation (Jean Dréjac)
Face A2 : Ma muse (Jean Dréjac)
Face B1 : Y’en avait pas beaucoup (Jean Dréjac)
Face B2 : Les tristes banlieues (Jean Dréjac)

1960
Face A1 : Les poils du nez
Face A2 : Faut pas gamberger
Face B1 : Étire ton zinzin
Face B2 : Quand on est amoureux

Papa est un poète
Chanson pour Margot
Il y a
La cuisine
A l'enterrement d'mes illusions
Juke-Box troubadour
Le soleil de Pigalle
Ma petite symphonie
Ali Baba Cha Cha

http://ti1ca.com/dlv790nt-JEDR-JEDR.rar.html

SIMONE ALMA



Pseudonyme de Simone Nollez-Rose née à Raon l'Étape (Vosges), le 21 décembre 1922 ,décédée à Fréjus (Var), le 19 novembre 2000.
La voix "jazzy" de la chanson française de l'époque.Que l'on soit simple amateur ou authentique féru, Simone ALMA fut la chanteuse la plus moderne de sa génération, avec un timbre de voix hors du commun et un phrasé parfaitement comparable à celui des meilleures vocalistes de variétés d'outre-Atlantique. Par sa rigueur, son refus des concessions commerciales et son trop grand professionnalisme, elle est aujourd'hui injustement méconnue du grand public.
Elle est souvent accompagnée par Alain Goraguer à Saint Germain des Prés.
45 tours
1956
Face A1 : Por favor (Sherman - P. Delanoë)
Face A2 : Vise la poupée (Claude Nougaro - J. Constantin)
Face B1 : La chouette java (H. Simon - C.H. Vic)
Face B2 : Le Bar Blues (H. Simon - Claude Bolling)
Crédits
complémentaires : orchestre: Claude Stieremans

1958
Face A : Irma la douce (A. Breffort - M. Monnot)
Face B1 : Il y a plus d’un an (Guy Béart)
Face B2 : Mon manège à moi (Jean Constantin - N. Glanzberg)

Face A1 : Star dust (Mitchell Parrish - Hoagy Carmichael)
Face A2 : Miss Annabelle Lee (Sidney Clare - Lew Pollack - Harry Richmann - Hélène Simon)
Face B1 : Mon âme pleure (Saint Louis blues) (W.-C. Handy - Hélène Simon)
Face B2 : Tentation (Temptation) (Arthur Freed - Hélène Simon - Nacio Herb Brown)
Crédits
complémentaires : Arrangements, orchestre : Jean Brachet

J'suis venue nue
L'accroche coeur
La dernière fois
Marjolaine
Le petit âne de l'Estoril
Piano-piano
Shah-Shah persan
Tango tango
Un p'tit bock

http://ti1ca.com/p55zgkaa-SIAL-SIAL.rar.html

GILBERT BECAUD
Bécaulogie



« Les chansons ont connu d’autres modes.
Et s’il y a toujours Maurice Chevalier,
Édith Piaf, Tino Rossi et Charles Trenet
Il y a aussi et Dieu merci,
Patachou, Brassens, Léo Ferré.
Moi, j’aime le music-hall
C’est le refuge des chanteurs poètes
Ceux qui se montent pas du col
Et qui restent pour ça de grandes gentilles vedettes
Moi j’aime Juliette Gréco
Mouloudji, Ulmer, les Frère Jacques
J’aime à tous les échos
Charles Aznavour, Gilbert Bécaud
J’aime les boulevards de Paris
Quand Yves Montand qui sourit
Les chante et ça m’enchante
J’adore aussi ces grands garçons
De la chanson,
Les Compagnons
Ding, ding, dong
Ça c’est du music-hall
On dira tout c’qu’on peut en dire
Mais ça restera toujours toujours l’école
Où l’on apprend à mieux voir,
Entendre, applaudir, à s’émouvoir
En s’fendant de larmes ou de rire.
Voilà pourquoi, la, do, mi, sol,
J’aim’rai toujours le music-hall ... »

Déjà, dans son hommage au music-hall datant de 1955, Charles Trenet ne manquait pas de saluer Bécaud, nouvel arrivant au firmament de la chanson française.
Le 17 février 1955, ce ne fut pas la même chanson si j’ose dire ! À l’Olympia où il se produit pour la première fois en vedette, Bécaud, martyrisant son piano, déchaîne l’enthousiasme de milliers de jeunes qui, emportés par son incroyable énergie, cassent quelques fauteuils. Il gagne ce jour-là le surnom de Monsieur 100 000 volts qui lui collera à la peau même si, au crépuscule de sa carrière, il n’électrisait plus trop son public.
En tout cas, la vraie première idole des jeunes, c’est Gilbert Bécaud. Il émerge d’une époque où des orchestres tels celui de Jacques Hélian, sont à la mode, intégrant le bebop et le jazz West Coast. D’ailleurs, Charles Aznavour qui vient de se séparer de son partenaire de duo Pierre Roche, se nourrit aux mêmes sources.
A ses débuts, sa voix, pas encore altérée par la cigarette et le whisky, était claire, gaie et ensoleillée ou émouvante voire tragique selon l’atmosphère des chansons.

Bécaud appartient au cercle très fermé de compositeurs français qui se sont exportés à travers le monde.
Chanteur, compositeur, pianiste et acteur, il reste l’un des plus grands de la scène française.
Il n’a pas construit de statue médiatique de son vivant, hors son moyen d’expression, ne commentant jamais l’actualité de l’écume des jours ou si peu.
Brassens, Ferré et Brel ont une image de réfractaire.
Trenet de fou chantant.
Béart de ciseleur de mots et de notes.
Ferrat de copain d’usine.
Barbara de diva de la rive gauche.
Souchou de rêveur génial.
Bécaud, lui, est inclassable. A gauche, on dit qu’il était de droite mais la droite ne parle jamais de lui.

J'ai pensé qu'il avait toute sa place ici.
à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/GILBERT-BECAUD-quot-Becaulogie-quot-td161.html


CLAUDE GOATY
Les Années Cabaret



Après des études au lycée Saint-Philippe, Francis Lai court les cabarets et casinos de Nice à Marseille. « Ma rencontre avec Claude Goaty, une chanteuse populaire des années cinquante, a été déterminante. »

La jeune femme, interprète de la Petite fleur de Sidney Bechet, fait découvrir Paris et Montmartre au Niçois. Il décide de s'y installer.
Claude Goaty fut parmi les premiers artistes de cette époque à interpréter les textes de Bernard Dimey.



Tracklist:
01 Que Sera Sera
02 Le petit môme
03 Julie la Rousse
04 Les marchés de Provence
05 Le bateau espagnol
06 L'air de Paris
07 Petite fleur
08 Marjolaine
09 Premier bal
10 Mon légionnaire
11 Si tu vois ma mère
12 Mon manège à moi
13 Le tour du monde
14 Amour perdu
15 Le guilledou
16 Si je n'avais plus
17 Frédé
18 Fais pas l'malin
19 La grande coco
20 Sur le canal Saint-Martin
21 Personne au monde
22 Madre Mia
23 Connaissez-vous mon village ?
24 Mimi fleur bleue

http://ti1ca.com/4jn0g2u5-CLGO-CLGO.rar.html

GEORGIE VIENNET



Georgie Viennet est une chanteuse proche des milieux libertaires, et interprète notamment de chansons de Léo Ferré et de Jean Ferrat.Elle milita activement pour l'abolition de la peine de mortet fut présidente de l'Association Française contre la Peine de Mort.
Léo Ferré a présenté ainsi Georgie Viennet, dans la préface d'un de ses disques :

"Je connais une belle jeune femme qui porte la chanson comme il faut porter les robes chez Dior...Elle serait depuis longtemps au Hit Parade dans Bambino ou autre salade mais son coeur est sévère,sa sensibilité féroce et son intelligence ne lui passe rien.
C'est pourquoi elle a choisi la pitance des poètes..La chanson!
J'aime voir entrer sur scène Georgie Viennet qui met des étoiles sur mes tuniques de bure.La chanson tourne comme le vent, la chance aussi,qui parait enfin être de son côté.Le public ,lui, depuis longtemps l'a reconnue."
Léo Ferré

Tracklist:
01 Le temps du tango
02 L'homme
03 La vie moderne
04 Merci mon Dieu
05 Les bonnes
06 La fiancée du capitaine
07 L'inconnue de Londres
08 Paris-Canaille
09 Les mirettes
10 Le chemin des Forains
11 C'est de la musique
12 La belle mecanique
13 Si
14 Rue de Seine
15 Le gosse
16 Coeur d'occasion

http://ti1ca.com/7fndzrll-GEVI-GEVI.rar.html

GEORGES ULMER
Un monsieur attendait



Georges Ulmer de son vrai nom Jørgen Frederik Ulmer, né le 16 février 1919 à Copenhague (Danemark) et mort le 29 septembre 1989 à Marseille (Bouches-du-Rhône), est un auteur-compositeur-interprète et acteur d’origine danoise naturalisé français.
Par un hasard de la vie, le jeune Jørgen grandit en Espagne où il commence à travailler en jouant, écrivant et composant pour le cinéma. Mais c’est en France qu’il trouvera très tôt la consécration avec son immortel cliché touristique parisien, Pigalle, dont il coécrit en 1944 les paroles avec Géo Koger et compose la musique avec Guy Luypaerts. À sa sortie en 1946, la chanson fait scandale et est interdite de diffusion à la radio. Outre sa propre interprétation, la chanson sera notamment reprise par Colette Renard, Jean Sablon, Les Compagnons de la chanson, Charles Dumont, Éric Bouvelle, Jacques Ferchit, Maurice Larcange, Franck Pourcel, Paul Anka, Michel Pruvot, André Verchuren et le groupe Pigalle.
Ce joli garçon, l’un des plus doué de sa génération sur scène a peut-être manqué d’ambition pour arriver comme Montand, son concurrent de l’époque au plus haut niveau. Et pourtant, cet auteur est parvenu sans forcer son talent à cet état poétique dont parlait Cocteau : plus vrai que le vrai.

En 2005, le terre-plein central du boulevard de Clichy prend le nom de Promenade Georges-Ulmer en son hommage.

Tracklist:
Pigalle
C'est loin tout ça
Un monsieur attendait  
Catherine  
Fête foraine  
Casablanca  
Vel' d'Hiv'  
Trois musiciens  
Il n'y a que vous pour faire ça  
La rue mouillée  
Je pense à Paris  
Comme une rose de mai  
Tell'ment blasée  
Tout de suite
Caroline chérie  
A quoi servent les heures ?  
Schmile  
Ma petite ville  
S'il vous plait  
Squares de Paris

http://ti1ca.com/30x11k9b-GEUL-GEUL.rar.html

FRIDA BOCCARA
Ses premiers succès (Disques Yvon Chateignier 1999)



Frida Boccara, née Danielle Frida Hélène Boccara le 29 octobre 1940 à Casablanca et décédée le 1er août 1996 à Paris, est une chanteuse française.
Sa famille, originaire de Livourne en Toscane (Italie), s'installe en Tunisie puis au Maroc, Frida naît à Casablanca.
Elle quitte Casablanca et s'installe à Paris avec son frère (Jean-Michel Braque) et sa sœur (Lina Boccara). Elle s'inscrit à l'Auditorium des jeunes artistes puis au Petit Conservatoire de la chanson de Mireille.
la qualité d’un interprète repose essentiellement sur deux critères : ses qualités intrinsèques (i.e. sa voix, son phrasé, les émotions qu’il fait passer) et le choix de son répertoire. La voix de Frida Boccara, cristalline est reconnaissable entre mille;récompense suprême, la prestigieuse Académie Charles Cros lui remit son Grand Prix pour son 33 tours «Un jour, un enfant ».
Elle aussi fit ses classes dans les cabarets de la rive gauche.

Tracklist:
Cherbourg avait raison
Johnny guitare
Les trois mots
D’abord je n’ai vu
Comme un feu
Un jour
Verte campagne
Moi je n’avais pas compris
Les bohémiens
Jenny
Le ciel du port
Donna
Je ne peux plus attendre
Chaud dans mon coeur
Aux portes de l’amour
On les as attendus
Tous les enfants
Aujourd’hui

http://ti1ca.com/xg2sz5wp-FBDL-FBDL.rar.html


BEATRICE MOULIN



Béatrice Moulin, née à Lausanne le 23 novembre 1926 et morte le 7 décembre 2006, est une chanteuse, artiste de cabaret et journaliste vaudoise.
Jacques Canetti, célèbre imprésario parisien engage la troupe des Faux-Nez pour une saison à Paris. Béatrice Moulin décide de rester et elle se produit dans de nombreux cabarets de la Rive Gauche. Elle épouse Maurice Alezra, directeur de la Vieille Grille, dont elle a un fils, Boris. Jacques Canetti puis Boris Vian lui font enregistrer plusieurs disques 45 tours. Après la mort de Boris Vian, Béatrice Moulin grave sur un disque quatorze chansons dont certaines inédites de Boris Vian.

Tracklist:

1956
Face A1 : Sacré président (Jean-Pierre Moulin)
Face A2 : Jojo de ma banlieue (J.P. Moulin)
Face B1 : Un homme, c’est ça (J.P. Moulin)
Face B2 : La vieille qui n’voulait pas (J.P. Moulin)
Crédits
complémentaires : Orch: André Popp

Face A1 : Mambo du chèque (Jean-Paul Moulin)
Face A2 : Les sauterelles (Jean-Paul Moulin)
Face B1 : Quand on s’est connu (Jean-Paul Moulin)
Face B2 : La mante religieuse (Jean-Paul Moulin)

MARC ET ODILE



Je pense qu'un beau jour dans notre moyen âge insolite,les pont-levis s'ouvriront sous les pas des jeunes trouvères.
Allez,mes petits "copains d'la neuille",vous qui n'écumez pas encore les boites à vedettes,vous qui ne voulez pas savoir les "combinazioni" du music-hall et de la radio,accrochez bien en poupe la seule guitare de votre talent...et que le vent souffle!
Léo Ferré
Odile Ezdra chantait dans le duo Marc et Odile des chansons de Ferré. Le duo se sépara et ce n’est qu’après l’arrêt des attractions qu’Odile monta un numéro seule avec talent .


1958
Face A1 : La zizique
Face A2 : Java partout
Face B1 : T’en as
Face B2 : La faim
Crédits
complémentaires : Texte de présentation : Léo Ferré

Face A1 : Le diable (ça va)
Face A2 : Il suffit de passer le pont
Face A3 : Moloch
Face B1 : Ne crois pas
Face B2 : Adam et Ève
Face B3 : Combien

Les deux dans le même lien
http://ti1ca.com/en4owgbk-BMMO-BMMO.rar.html

ROSE MANIA



Découverte par Jacques Canetti sur Radio-Cité dans l'émission "Music-hall des Jeunes" (1936-1939), Rose Mania chante pour la première fois au Théâtre des Trois Baudets dans le spectacle Ici l'on rit en mai 1948. Elle est également à l'affiche la même année de Ca va... Ca va pas.

Elle se spécialise dans la chanson exotique, interprétant des sambas et autres airs sud américains : "Ecoutez la samba", "Cavaquino" (1949), "Quinquina" (1950) ou encore "Grain de café" (1948) dont la musique est composée par son mari Henri Leca. Il l'accompagne d'ailleurs sur disque avec "son ensemble typique".

Rose Mania a aussi interprété Boris Vian ("C'est le be-bop", 1954), Jean Constantin ("Mets deux thunes dans l'bastringue", 1955), Léo Ferré ("Le piano du pauvre", 1955) ou encore Charles Trenet ("De la fenêtre d'en haut"). En 1949, elle joue avec son mari dans le film Les Branquignols de Robert Dhéry.

Tracklist:
1955
Face A1 : Mets deux thunes dans l’bastringue (J. Constantin)
Face A2 : Le piano du pauvre (L. Ferré)
Face B1 : L’homme au piano (J.C. Darnal - Henning)
Face B2 : Luxembourg-polka (Reisdoff - Bonifay)
Crédits
complémentaires : orch: Henry Leca

1958
Face A1 : Le jazz band
Face A2 : En avant
Face B1 : Faut pas te tracasser pour ça
Face B2 : Toi, mon petit coeur

1959
Face A1 : Mon coeur danse avec la chance "Baby Lover" (W. Merrell - J. Broussolle)
Face A2 : Ce vieux Jack (Rolf Marbot - A. Salvet)
Face B1 : Oh ! qu’il fait bon (D. Hortis - Lionel Bart - M. Pratt - Tommy Steele)
Face B2 : Les pépées de Papeete (A. Hornez - Henri Betti)
Crédits
complémentaires : Orch: Henry Leca

Face A1 : Cha-cha-cha des thons
Face A2 :       Oh Chaucoun
Grain de café
C'est le be-bop

LE TRIO DO-RE-MI
Hubert Giraud (compositeur)



Hubert Giraud, né le 28 février 1920 à Marseille, est un parolier et compositeur français.
Hubert Giraud perd son père lorsqu'il a cinq ans et ce douloureux événement le rend asthmatique. Dans un but thérapeutique, le médecin lui conseille la pratique d’un instrument à vent et le jeune Hubert opte pour l’harmonica.

C'est donc en tant qu'harmoniciste qu'il est engagé pour jouer avec le Quintette du Hot Club de France de Django Reinhardt vers la fin des années 1930.

En 1941, il entre dans l’orchestre de Ray Ventura qui lui demande d'apprendre à jouer d'un second instrument. Giraud choisit la guitare. L'orchestre part pour plusieurs années en Amérique du Sud et Giraud va s’imprégner de rythmes exotiques qu’il saura retranscrire plus tard dans beaucoup de ses œuvres. À son retour, six ans plus tard, il est engagé dans l’orchestre de Jacques Hélian. Il crée ensuite son propre groupe, le trio Do Ré Mi, mais c’est surtout la composition qui l’attire, ce à quoi il va se consacrer et donner le meilleur de lui-même.

en 1950, il s’allie avec Jean Dréjac qui va se révéler être l’un des plus talentueux auteurs de son époque. Ils écrivent la chanson-thème du film de Julien Duvivier Sous le ciel de Paris (1951). La chanson au titre éponyme est créée dans le film par Jean Bretonnière avant d’être reprise par Anny Gould. Mais cette œuvre va prendre sa dimension internationale et devenir une image emblématique de Paris et de la France grâce à des chanteurs qui vont la promener sur les scènes du monde entier : Les Compagnons de la chanson, Jacqueline François, Juliette Gréco, Yves Montand et Édith Piaf.

Des années 1950 aux années 1980, Giraud va enchaîner succès sur succès pour les interprètes les plus populaires et en particulier Nicoletta, Il est mort le soleil, paroles de Pierre Delanoë - Immense succès devenu un standard international grâce à l'adaptation anglaise interprétée par Ray Charles et Tom Jones sous le titre The Sun Died.Récidive avec 1971
Hubert Giraud décoche sa plume d'auteur et écrit Mamy Blue (également décliné par la suite sous le titre Mammy Blue) qui connaît un succès planétaire

Nicoletta la reprend avec le texte français Hubert Giraud, et sa version contribue grandement au succès de cette chanson qui devient d'ailleurs un titre incontournable de son répertoire gospel. Reprise en français notamment par Céline Dion.
Nicole Croisille: Il ne pense qu’à toi (Parlez-moi de lui), paroles de Jean-Pierre Lang, musique coécrite avec Jean-Pierre Lang.
Claude Nougaro écrit les paroles de :

    Regarde-moi
    Sensuel.
    La Marche arrière.
    Parler aux femmes.
    Les Petits bruns et les grands blonds.

Tracklist:
01 Copains-copains,amis-amis
02 Le petit cireur noir
03 Le rossignol cubain
04 Les trois forgerons
05 Voyage à Cuba
06 Coco d'Acapulco
07 La petite ile
08 Line
09 La Mucura

http://ti1ca.com/pqtzr05k-RMTD-RMTD.rar.html

COLETTE RENARD
L'Opéra de Quat'Sous
Chansons



Colette Renard, née Colette Raget le 1er novembre 1924 à Ermont (Seine-et-Oise aujourd'hui Val-d'Oise) et décédée le 6 octobre 2010 à Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines) est une chanteuse et comédienne française.
Après des études de violoncelle, elle devient secrétaire, puis chanteuse dans l'orchestre de Raymond Legrand, qu'elle épouse en 1960. En 1956, elle crée le personnage d'Irma, dans la comédie musicale Irma la douce, de Marguerite Monnot, qu'elle joue jusqu'en 1967. Elle passe plusieurs fois à l'Olympia, et à Bobino où elle partage la scène avec Georges Brassens en 1976. En 1982, elle décroche deux disques d'or. Ses chansons ont eu de nombreux succès populaires. Colette Renard reste sans doute la dernière chanteuse inspirée par les réalistes d'après-guerre. Sa voix très expressive, son interprétation et sa diction la rendent reconnaissable au premier couplet. Elle enregistre aussi plusieurs albums de chansons érotiques, paillardes ou grivoises.
Grand prix de l'Académie Charles-Cros pour L'arbre et l'Homme

Tracklist:
01 Ah dis-donc dis donc
02 Y'a qu'à Paris pour ça
03 En douce
04 Irma la douce
05 Mon homme
06 Menilmontant
07 Paris canaille
08 La Seine
09 La taxi-girl
10 Les feuilles mortes
11 Je m'appelle Daysie
12 4,95
13 Rue du Croissant
14 Sous les ponts de Paris
15 Croquemitoufle
16 Pigalle

1959 L'Opéra de Quat'Sous

01 Le chant des canons
02 La fiancée du pirate
03 La complainte de Machie
04 La chanson de Barbara

http://ti1ca.com/452saz66-CORE-CORE.rar.html

GILLES DREU
Les chansons de mes vingt ans



Gilles Dreu, Jean-Paul Chapuisat de son vrai nom, est un chanteur français, né le 31 juillet 1934 à Dreux en Eure-et-Loir. Il fut très populaire dans les années 1960 - 1970.

Après 30 mois passés en Algérie sous les drapeaux,il commence à fréquenter les Cabarets Montmartrois. C'est ainsi qu'à la suite d'un pari, à la fin d'une soirée bien arrosée, il tente sa chance au « Tire Bouchon » en interprétant « Quand on a que l'amour » de Jacques Brel... Conséquence imprévue, Valbert, le maître des lieux, lui propose de venir chanter trois chansons dès le lendemain. Il doit se choisir un nom de scène : ce sera DREU, le nom de sa ville natale, dont il supprime le X qu'il trouve « esthétiquement rébarbatif» sic... L'argent gagné tous les soirs  « en s'amusant » lui semble si facilement acquis qu'il devient bientôt professionnel..., sans vraiment l'avoir décidé.

 Il écume alors les cabarets parisiens : l'Écluse, l'Échelle de Jacob, le Port du Salut, la Villa d'Este... Époque insouciante  des « Trente Glorieuses »où il fréquente Bernard Dimey, Monique Morelli, François Deguelt, mais aussi des débutants qui deviendront célèbres : Pierre Richard, Victor Lanoux, Daniel Prévost ainsi qu'un jeune chanteur au talent prometteur, un certain Serge Lama...

 1962 : Léo Missir l'engage chez « Riviéra ». Trois super 45 tours très « rive gauche » obtiennent un succès mitigé.

1966 :Hugues Auffray, qui vient de créer son label « la Compagnie », le remarque et lui conseille de changer de style. C'est d'abord « Emilano Zapatta » puis, en 1968 « Alouette, alouette » qui rencontre un succès considérable.

Tracklist:
01 Un Violon, Un Jambon
02 Et Bailler, et dormir
03 Le P'tit bonheur
04 La ballade irlandaise
05 Mon Pote le Gitan
06 La Folle Complainte
07 Cigarette, Wisky et petites pépées
08 Viva Villa
09 Je reviens chez nous
10 Le soudard
11 La mégère Apprivoisée
12 Actualités
13 Alouette,Alouette
14 Descendez l'escalier

JEAN BERTOLA
Dernières Chansons De Brassens 1982



Jean Bertola (Jean-Claude Bertola), né le 5 juin 1922 à La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie) et mort le 9 septembre 1989 dans le 19e arrondissement de Paris, est un auteur-compositeur-interprète, pianiste, arrangeur musical et directeur artistique français.
Pianiste, il chante à la radio de Lyon en mettant en musique les textes envoyés par les auditeurs.
Accompagnateur de Charles Aznavour à ses débuts, il est poussé par Francis Lopez vers une carrière d'interprète. Il crée la version française de Sixteen Tons. Il obtient un prix du disque en 1957. Doté d'une voix suave et mélodieuse comparable à celle de Jean-Claude Pascal, il abandonne la scène pour devenir directeur artistique chez Polydor.
connu notamment pour avoir interprété des textes non enregistrés par Georges Brassens, dont il était proche et secrétaire artistique.
Il sort un premier album, Dernières chansons (1982), d'après des textes et musiques en chantiers de Brassens, puis un deuxième en 1985, Le Patrimoine de Brassens, dont il a écrit et joué au piano les musiques manquantes.

Tracklist:
1 Quand Les Cons Sont Braves
2 Méchante Avec De Jolis Seins
3 Dieu S'Il Existe
4 Le Vieux Normand
5 Le Passéiste
6 Ceux Qui Ne Pensent Pas Comme Nous
7 La Visite
8 La Nymphomane
9 Clairette Et La Fourmi
10 Entre La Rue Didot Et La Rue De Vanves
11 L'Andropause
12 Entre L'Espagne Et L'Italie
13 La Maîtresse D'École
14 Ce N'Est Pas Tout D'Être Mon Père
15 Le Sceptique
16 Retouches À Un Roman D'Amour De Quatre Sous
17 Le Pêcheur

les 2 en 1
http://ti1ca.com/0u3pfwce-GDJB-GDJB.rar.html

JACQUES VERIERES
Les trésors oubliés de la chanson



Jacques Auguste René Podevin dit Jacques Vérières, né le 7 novembre 1924 à Verrières-le-Buisson (Essonne) et mort le 17 juillet 2009 à Clamart (Hauts-de-Seine), est un acteur et un auteur-compositeur-interprète français,
Ses premiers interprètes sont Yves Montand et Patachou. Il passe dans de nombreux cabarets tel que Chez Gilles, L'Échelle de Jacob, La Tête de l'Art, Chez Moineau, La Villa d'Este, L'Échanson ou encore La Grinotière.

En 1953, à la mort de Django Reinhardt, il écrit une chanson, sur une musique de Marc Heyral, intitulée Mon pote le gitan…, et qui sera interprétée par Yves Montand, Barbara, Mouloudji, et connaîtra une dizaine d'enregistrements en l'espace d'une année.
En 1954, un soir où il se produit au Caveau de la Huchette, il est appelé au téléphone par Édith Piaf qui l'invite chez elle et son mari Jacques Pills. Elle le fait engager dans son spectacle à Bobino et il passe, grâce à elle, quatre fois à l'Olympia en trois ans. Cinq ans durant, il est accompagné par Joseph Reinhardt, le frère de Django, et il forme un groupe de rock Glenn Jack et les Glenners avec le fils de Django Reinhardt, Babick Reinhardt.

Tracklist:
1. Une voix d'homme
2. Le tueur du temps
3. Mon pote le gitan
4. Premier pas 'les p'tits gas, les p'tites filles du Dimanche'
5. Paris-Circus
6. Pour la romance
7. Le jazz
8. Tu passes
9. Prière à Sarah
10. Eva
11. Alors fillette
12. L'étranger
13. Paris, Paris pour moi
14. Tu es myope,mon voisin
15. Oui, mon Capitaine
16. Alors quoi, Marika
17. Si tu m'aimes
18. Colombe, Colombine
19. Ah! Merde...
20. Les maussades
21. Mathusalem
22. Benjamin Lafleur
23. Le soleil et l'amour
24. Si l'un de nous
25. L'homme de Cornouailles.

http://ti1ca.com/9yq9fgof-JAVE-JAVE.rar.html

DENISE BENOIT
Du Music Hall aux Années 60



Denise Benoit, née le 10 septembre 1919 au 15e arrondissement de Paris et décédée le 29 mai 1973 au 20e arrondissement de Paris, est une chanteuse française de la seconde moitié du XXe siècle.
Ses talents font d'elle notamment la plus fine et le plus profonde des fantaisistes.Elle fit quelques belles soirées à l'Ecluse.
 1958 Denise Benoit chante Ricet Barrier, disque Fontana
Avril 1959 Grand Prix du Disque de l'Académie Charles Cros pour "La Servante du château"

Tracklist:
 
01 La servante du château
02 La dame de Ris-Orangis
03 Au jardin du Luxembourg
04 Les clochards
05 Le corps de garde
06 Le chat de la voisine
07 Le carrosse
08 Le gros pâtissier
09 Les mots du vocabulaire
10 La tendresse
11 La dame patronnesse
12 L'air de la bêtise
13 Tant pis pour la rime
14 Et pourtant, moi je l'ai vu
15 La folle complainte
16 Sur le fil
17 L'éloge des vieux
18 Les trois gendarmes
19 Je m'embrouille
20 Les regrets d'une fille de joie

http://ti1ca.com/2kdrn8y6-DEBE-DEBE.rar.html

JEAN CLAUDE PASCAL
Chansons françaises à textes



Jean-Claude Villeminot, dit Jean-Claude Pascal, né le 24 octobre 1927, à Paris et mort le 5 mai 1992, à Clichy, est un acteur, chanteur et écrivain français.
Après avoir été un temps styliste de mode, il fait ses débuts en 1949 dans le cinéma, où il incarne des rôles de séducteur.Lassé du cinéma  Jean-Claude Pascal se reconvertit dans la chanson, en 1955, avec la chanson Je voudrais, écrite par Charles Aznavour. Il donne son premier récital en 1961, à Bobino, avec des chansons signées par de jeunes auteurs comme Jean Ferrat, Serge Gainsbourg et Bernard Dimey.Le public découvre alors une voix chaude, caressante et un interprète exigeant, amoureux des beaux textes.  Il remporte le Concours Eurovision de la chanson pour le Luxembourg, en 1961, grâce à la chanson Nous les amoureux.En 1962, il reçoit le prix de l'Académie Charles-Cros.
Il meurt, presque oublié, à l'âge de 64 ans, d'un cancer de l'estomac.



Tracklist:
01 Nous les amoureux
02 La recette de l'amour fou
03 Croquemitoufle
04 Les feuilles mortes
05 En relisant ta lettre
06 Ma muse
07 L'absent
08 C'était moi
09 Gosse de Paris
10 On n'oublie rien
11 L'amour c'est comme un jour
12 Paris au mois de septembre
13 Verte campagne
14 Satan m'a dit
15 Le poinçonneur des lilas
16 Ma jeunesse fout l'camp
17 Tête de bois
18 Les imbéciles
19 Les amants
20 Les gens heureux
21 Ma romance
22 Papa est un poète
23 Le bateau blanc
24 Un jour vous comprendrez
25 Les pas réunis
26 Soirée de prince

http://ti1ca.com/swatkk27-JCPA-JCPA.rar.html

JACQUES YVART



Jacques Yvart est un chanteur originaire du nord de la France. Il réside actuellement à Dunkerque. Il chante depuis les années 1960 des chansons à texte dont il est la plupart du temps l'auteur et souvent le compositeur. Il est élève de Georges Brassens et travaille régulièrement avec Gérald Ryckoeboer et jusqu'à son décès avec Katrien Delavier.
Il a animé pendant l'été 1966 ou 1967 une émission "La taverne de l'Olonnois" sur France Inter où il alternait histoires et chansons de marin.
 Un être humain qui, contre vents et marées, a réussi à trouver son chemin et s’y tient scrupuleusement en « labourant son sillon » avec constance et talent. Et qui aime partager tout ça… C’est le cas de Jacques Yvart. Sans doute plus connu aux Etats-Unis que dans son propre pays, la France, ce dunkerquois d’origine a assuré là-bas une vingtaine de tournées avec sa seule guitare et son amour de la chanson française. Au passage, deux universités réputées se sont assurées ses services pour un cours sur 2000 ans de chansons françaises qui est devenu une référence absolue. Anecdote révélatrice : il a rempli Carnegie Hall à New-York, là où une flopée de chanteurs français se sont cassés les dents.

Ses premières aventures musicales l’ont emmené sur la rive gauche, à Paris. La grande époque des cabarets des années 60 qui ont vu l’émergence des plus grands auteurs-compositeurs de langue française…

Jacques Yvart est peu passé à la télévision : un peu dans les années 1970, avec des chansons comme "Monsieur". De temps en temps, on l'a entendu dans l'émission Pollen, de Jean-Louis Foulquier.

Les chansons suivantes font partie de son répertoire : "Monsieur", "Le Jeune Homme et la Mer", "Mes filles de fortune", Chanson de la mer blanche, "Les Oiseaux migrateurs"…

Il est espérantiste et donc participe à de nombreux rassemblements dont le dernier à Boulogne-sur-Mer en 2005 où il a interprété des chansons de Georges Brassens traduites en espéranto et publiées par Vinilkosmo, un label indépendant.

Tracklist:
1. Je reviens
2. Le fils du capitaine Achab
3. Vogue la galere
4. Cent matelots
5. La geole de reading
6. On joue a l'homme
7. Jehan l'advenu
8. Le cabaret des minteux
9. Roule ta biere
10. Quand j'étais dieu
11. Invitation au carnage
12. Fils de Caïn
13. Blues
14. White power bleu
15. La fleur
16. Final
17. La fille de vraie joie
18. Un arbre
19. Ravage
20. Monsieur vas-tu ouvrir les yeux

http://ti1ca.com/aaffvgss-JAYV-JAYV.rar.html

ODETTE LAURE



Odette Laure, de son vrai nom Odette Dhommée, née le 28 février 1917 et morte le 10 juin 2004 à Paris, est une chanteuse et comédienne de théâtre et de cinéma. Elle est inhumée à Bagnolet (Seine-Saint-Denis), dans la 4e Division du cimetière Pasteur.Réputée pour sa verve coquine et son parler traînant mi-figue mi-raisin,
elle avait commencé sa carrière en chantant dans les cabarets et music-halls les plus sélects de Paris jusqu'en 1959.
Elle y créa quelques succès comme "Le tango immobile", "Mon manège à moi", "Allo ! Mon coeur !", "Moi j'tricote, j'suis idiote", "Ca tourne pas rond dans ma p'tite tête" qui lui a valu un Grand prix du disque de l'Académie Charles Cros en 1954.
À l’âge de 40 ans, Odette décida de se consacrer pleinement au théâtre et au cinéma. Devant la vague déferlante du yéyé, elle ne trouvait plus sa place sur la scène principale des débuts de sa carrière, celle des cabarets et de la chanson.
Odette Laure a ensuite mené pendant près de cinquante ans une carrière de comédienne, surtout au théâtre mais aussi au cinéma, en jouant et tournant aux côtés des plus grands: Jean Gabin, Michel Serrault, Dirk Bogarde, Gina Lollobrigida, Michèle Morgan ou Jane Birkin.
« Odette est une fantaisiste qui sait faire jaillir des trésors d’émotions une funambule qui n’ignore rien des lois de la gravité la vraie gravité celle qui vient du cœur une mélodiste qui est une virtuose des dérapages et des dissonances. Elle jouait quelqu’un de perpétuellement désaccordé par rapport à la partition que jouaient Jane Birkin et Dirk Bogarde. En bonne musicienne et en fine mouche elle sut faire son miel de tous ces dérapages et en tirer des effets hilarants, tendres ou bouleversants. Toujours justes et perçants. Sans apitoiement ».
Bertrand Tavernier.

Albums
1955
01 Le petit officier
02 Je suis nerveuse
03 Tout ça parc'qu'au bois de Chaville
04 Le tango immobile
05 Je suis folle
06 La chocola
07 La petite fleur bleue
08 Je voudrais qu'un homme

1960

01 Quand il se trimballe
02 Encre de Chine
03 L'ouvreuse
04 A Passy
05 A l'enterrement d'mes illusions
06 Dimanche
07 ça me fait penser
08 Je n'irai plus au cinéma
09 Le ticket de quai
10 Mon ile

http://ti1ca.com/y4ebh4hq-ODLA-ODLA.rar.html

45 tours

1954
Face A1 : Le tango immobile
Face A2 : La femme du fakir
Face B1 : Le petit officier de marine
Face B2 : La Léopolda

1955
Face A1 : Moi, j’tricote (La belle famille) (Michel Emer)
Face A2 : Surprise-party chez Lily (Roger Pierre - Jean-Marc Thibault - J. Pruvost)
Face B1 : Ça tourne pas rond (Francis Blanche - Henri Leca)
Face B2 : La dame du dessus (André Hornez - Guy Lafarge)

1956
Face A1 : Je n’sais pas danser
Face A2 : Nous, on ny peut rien
Face B1 : Police-tango
Face B2 : Oh ! Je biche

1957
Face A1 : Allo ! Mon cœur !
Face A2 : La mariée du jeu de massacre
Face B1 : T’as pas d’excuse
Face B2 : Ah ! Ah ! L’amour

1959
Face A1 : Mon dada c’est la java
Face A2 : Zizi la torpille
Face B1 : Qu’est-ce que tu dis
Face B2 : La java chinoise

Le pain et l'amour
Si je te suis fidèle
Ma mie
Rose blanche

http://ti1ca.com/03bydjxi-OL02-OL02.rar.html

FELIX MARTEN
Mes vacances 1958



Félix Marten né Félix Paul Gabriel Marten est un acteur, réalisateur et chanteur français, né le 29 octobre 1919 à Remagen (Allemagne) et décédé le 20 novembre 1992 à Saint-Cloud (France) d'une embolie pulmonaire.
En 1955. Félix rentre à Paris où personne ne le connaît. Lentement mais sûrement, il va s’affirmer, aidé en cela par Edith Piaf. La dame à la petite robe noire voit arriver ce “beau gosse” qui plaît aux filles. Très grand (il mesurait 1 m94 !) et un peu trop sûr de lui, il est pourtant encore un peu gauche et Edith ne le rate pas: "T’es empoté …bouge, vis …". Mais ce qu’elle ne sait pas encore, c’est qu’en voulant faire de lui un chanteur, elle va en faire un acteur !

Il se produit alors aux Deux ânes et le public commence à le réclamer et à l’applaudir. Il chantera ensuite dans les grands-music hall parisiens que sont Bobino et l’Olympia, devenant une très grande vedette dont on appréciera particulièrement, l’élégance, la décontraction sympathique sans être mièvre, et l’humour. Ses succès, on les connaît: «La Marie vison», «Fais moi un chèque», «Le briquet» l’amusant «T’es moche» .


Tracklist:
01 Mes vacances
02 C'est d'la musique
03 La p'tite Yvonne
04 Bal de Vienne
05 Pense à ta femme
06 Pour ton mariage
07 T'es une graine de lit
08 La belle âge
09 La pépée sur la plage
10 Eux
11 Le briquet
12 Les enfants de Paris
13 La Marie Vison

http://ti1ca.com/8d70ocos-ASFM-ASFM.rar.html


CATHERINE LE FORESTIER
Itinéraires 1969/1981



Catherine Le Forestier est une chanteuse française née le 9 mai 1946. Elle est la sœur aînée de Maxime Le Forestier.
Née d'un père britannique d’origine normande et d'une mère française et musicienne, Catherine Le Forestier commence à chanter en 1965, en duo avec son frère cadet Maxime qui l'accompagne à la guitare. Ils enregistrent entre autres la Petite Fugue en 1969 dont la musique est inspirée par un morceau de Jean-Sébastien Bach (Prélude et fugue N° 11 en F Maj BWV 856). Elle fait la rencontre de Georges Moustaki, dont le tandem Cat & Maxim interprètent plusieurs titres.

Tandis que son frère est sous les drapeaux, en 1969, elle sort son premier album solo, L'Amour avec lui. Dans la même veine de libération sexuelle qu'avaient déclenchée les événements de 1968, elle compose et chante Au pays de ton corps, chanson avec laquelle elle remporte le Grand prix du festival de Spa en Belgique et obtient un grand succès.

Elle accompagne Maxime dans un grand voyage qui les amène à partager la vie d'une communauté à San Francisco. Cet épisode inspirera à Maxime son premier grand succès, San Francisco.

Malgré un très bon accueil de son talent par le public, Catherine a choisi de mettre sa carrière au second plan.

En 2009, on la redécouvre dans la mise en chansons de textes d'Aimé Césaire.

Tracklist:
1. Le pays de ton corps
2. San Diego
3. La petite fugue
4. Parachutiste
5. Le gardien du square
6. Mr james
7. Allez voir mes voisins
8. Mr week end
9. La chambre rouge
10. Rencontre
11. L'amour avec lui
12. Sophie
13. S o s
14. Normal
15. Corne muzz
16. Medium medi
17. Monsieur du mouchoir

MICHEL AUBERT



Michel Aubert,un rock'n'roll entre poésie et humour.

"J'aime bien Michel Aubert
Il est l'un de ces auteurs-compositeurs qui m'ont fait dresser l'oreille à leurs premiers débuts.Avant tout parce que c'est un sincère.Pour lui pas besoin d'artifices,sa voix sonne clair,son regard est franc.Que l'on se rassurre,il n'apporte pas de "message"et n'est en aucun cas un chanteur "intellectuel".Le fait d'être intelligent lui suffit.
Le public le reconnait à sa pureté,à sa jeunesse,et à son rythme.Ce rythme qui est la pulsation de son enthousiasme pour la vie.Ce rythme qui est un équilibre entre la poésie et l'humour.
Est-ce un hasard si ce garçon-là a rencontré le sympathique Luc Bérimont,poètes des joies et des douceurs terriennes,et le poète humoriste Jean L'Anselme?
Il est normal qu'ils se promènent sur cette même route de campagne où Michel Aubert vous convie.Empruntez-la.Elle nous change agréablement de ces autoroutes encombrées par tant de vedettes stéréotypées à carrière éphèmère."
Michel Valette
Directeur de La Colombe

Pour son premier disque Michel Aubert reçoit le Grand Prix du disque de l'Académie Charles Cros.


1964
Face A1 : Songe, douce Hélène (Michel Aubert - M. Baile)
Face A2 : Le pêcheur, les perles et l’oxygène (Jean l’Anselme - Michel Aubert)
Face B1 : Cha cha bouloum (Luc Bérimont - P. Chevalier - Michel Aubert)
Face B2 : Chanson de l’été (Luc Bérimont - Michel Aubert)

1964
Face A1 : Il criait au charron (Luc Bérimont - Michel Aubert)
Face A2 : Parce qu’un jour une fille (Michel Aubert)
Face B1 : Co-cocorico rock (Jean L’anselme - Michel Aubert)
Face B2 : Chanson pour la nommer (Luc Bérimont - Michel Aubert)
Crédits
complémentaires : Textes de présentation :
Recto : Jean Hamon
Verso : Michel Valette

les 2 en 1
http://ti1ca.com/1bejsp26-CALF-CALF.rar.html

YVES SANDRIER
Vous êtes formidable! 1957



Yves Sandrier (de son nom de famille Yves Dominique Altmann de Regeldorf) est un poète et chanteur suisse, né le 28 août 1938 à Budapest, et mort le 24 septembre 1958 à Genève.
Yves Sandrier a emprunté son nom au personnage de Serge Sandrier qu'il avait incarné, à l'âge de quatorze ans, dans la création de la pièce de Henry de Montherlant La Ville dont le prince est un enfant, jouée en 1952 par la troupe amateur des Belles-Lettres à Genève. Henry de Montherlant, apprenant à cette occasion qu'Yves était malade et condamné, et ému par l'exceptionnelle interprétation de ce comédien en herbe, autorisa alors celui-ci à adopter désormais pour pseudonyme le nom de son personnage - "Serge Sandrier" -, et décréta en outre que de son vivant plus jamais personne ne jouerait cette pièce après lui. Afin que ce nom n'appartienne qu'à Yves, Montherlant transforma le nom du personnage de sa pièce, qui dans les éditions suivantes devint "Serge Souplier". En 1967, la mère d'Yves et Montherlant décidèrent d'un commun accord de rendre cette pièce au public, et de la faire rejouer.

 En 1953, Yves Sandrier eut la brutale révélation de sa terrible maladie, que sa mère s'était jusqu'alors ingéniée à lui cacher : une forme particulière de leucémie, la lymphogranulomatose maligne ou maladie de Hodgkin. Sa mère lui offre une guitare afin d'alléger son désespoir. Il suit des leçons chez José de Aspiazu et compose ses premières chansons. Son maître prend en dictée les mélodies qu'Yves lui chante, car il ne connaît pas assez le solfège.
Il chante à Paris, aux Trois Baudets, il se produit en Suisse et en Belgique. Philips édite un premier microsillon. Europe 1 lui consacre une grande émission, "Vous êtes formidable !", destinée à faire vendre ce premier disque pour recueillir des fonds et aider la mère d'Yves à payer les soins et la recherche sur sa maladie. Dix mille disques sont vendus, des propositions de contrats pleuvent. Pour lui, les journaux forcent l'adjectif. Jacques Canetti lui signe un contrat pour Les Trois Baudets à Paris, ainsi qu'un contrat d'enregistrement, que la maladie ne lui laissera pas le temps d'honorer. Il meurt en effet en septembre 1958.

De son vivant, deux disques 45t ont été édités par Philips. Mais il laisse d'autres œuvres : de nombreux poèmes et écrits encore inédits, des chansons qu'il a enregistrées dans les studios de Radio-Genève (dont la plupart, grâce au travail de sa mère et de quelques amis, ont fait l'objet d'un disque posthume édité chez Philips), et d'une ébauche d'Histoire de l'Art, inédite.

La Radio suisse romande a créé un Prix Yves Sandrier de la chanson française.

Tracklist:
01 Les Hommes des villes
02 Si j'avais une amie
03 La chanson de Madeleine
04 Rondin Picotin
05 Guillaume le mal venu
06 Paul Gaucher fonctionnaire
07 Chante vigne chante vin - Gérard Pierron (chanson d'Yves Sandrier)

http://ti1ca.com/o57au13c-FDYS-FDYS.rar.html


JUDITH MAGRE



Judith Magre, de son vrai nom Simone Dupuis, est une actrice française née le 20 novembre 1926 à Montier-en-Der (Haute-Marne).

http://ti1ca.com/jjju6yf8-JMRP-JMRP.rar.html


JEANNE MOREAU
Jeanne Moreau chante Bassiak



http://ti1ca.com/wmkuvl2q-JEMO-JEMO.rar.html

JACQUES PREVERT
Jacques Prévert - Inventaire



http://ti1ca.com/i8tn0oc2-JAPI-JAPI.rar.html


PHILIPPE LEOTARD
A L'amour Comme À La Guerre 1990
Je rêve que je dors 1996



Philippe Léotard, né le 28 août 1940 à Nice et mort le 25 août 2001 à Paris XIe, est un acteur, poète et chanteur français. Il a tourné dans plus de 70 films.

 Philippe Léotard est difficilement classable. Cet écorché vif est venu tardivement à la chanson et est aussi indescriptible car il est rare d'entendre un chanteur avec une voix aussi peu technique vous balançant tant de souffrance en pleine gueule, que l'on en reste un peu pantois avec des accents dans la voix comme des couteaux tranchants aux éclats de cristal.

En fait Léotard nous emmène dans son monde imaginaire, entre rêves, cauchemars et réalités, dans un grand tourbillon de délires poétiques. Certains l'ont comparé à Gainsbourg, espèce de chanteurs provocateurs à la sensibilité extrême qui ne peuvent dire sans détruire et se détruire. On connaît le penchant de cet artiste pour les substances euphorisantes qu'ont utilisées beaucoup de créateurs fragile remplis de souffrance.

Philippe Léotard s'autoproclame "Ministre de la défonce" au Printemps de Bourges, non sans provoquer quelques réactions dans le monde politique, son frère étant à ce moment ministre de la défense. Avec une morgue légendaire, Léotard aborde les différents thèmes chers aux chanteurs de conviction : l'amour, la vie, la mort avec ce brin de dérision et de lucidité qui lui est particulière. Toujours en équilibre instable entre espoir et désespoir, il oscille la vie et le cri.
1990 : Grand Prix de l'Académie Charles-Cros pour A l'amour comme à la guerre
1994 : Grand Prix de l'Académie Charles-Cros pour Léo chante Ferré

Tracklist:
1 Larvatus Prodeo
2 A L'Amour Comme À La Guerre
3 Drôle De Caroline
4 Ch'te Play Plus
5 Cinéma
6 Jeune Fille Interdite
7 Parfaitement, Parce Que
8 Suave Mari Magno
9 Demi-Mots Amers
10 Un Requin Drôle
11 Mon Coeur Et Le Monde Bougent
12 Autoroute Zéro

http://ti1ca.com/oqajomud-PHLE-PHLE.rar.html

Je rêve que je dors 1996

1. Lonesome piéton Art Mengo & Jean-Pierre Mader 4:05
2. Magazines Art Mengo & Jean-Pierre Mader 3:24
3. Danse du grand Wanapi Art Mengo & Jean-Pierre Mader 3:13
4. Rhétorique encéphalée Art Mengo & Jean-Pierre Mader 5:05
5. Des enfants qui s'aiment Art Mengo & Jean-Pierre Mader 3:25
6. Un blues Philippe Léotard 3:25
7. Basse altitude Philippe Servain 3:56
8. On ne s'en va pas Clara Banchereau 1:25
9. Penguin song Art Mengo & Jean-Pierre Mader 3:16
10. Don Juan parle Art Mengo, Jean-Pierre Mader & Michel Vergine 4:14
11. Oï tzigané Traditionnel 4:14
12. Je rêve que je dors Art Mengo & Jean-Pierre Mader 3:09

http://ti1ca.com/qbwo5k58-PHL2-PHL2.rar.html

Bien qu'il soit apparu dans l'univers de la chanson à texte après la fin des cabarets Rive Gauche,je pense qu'il a sa place parmi tous ces talents....

JACQUES CANETTI
Mes 50 ans de Chansons 2008
Compilation 4 CD



Jacques Canetti, de son vrai nom Nissim Jacques Canetti, né le 30 mai 1909 à Roustchouk en Bulgarie et mort le 7 juin 1997 à Suresnes, est un directeur artistique et producteur musical chez Polydor et Philips.

Il consacre sa vie à la chanson française et, en particulier, aux auteurs–compositeurs-interprètes. Conjuguant courage et obstination à son instinct, Jacques Canetti a imposé des artistes auxquels personne ne croyait à leurs débuts. De Polydor à Philips, en passant par Radio Cité et le théâtre des trois Baudets, jusqu'aux Productions Jacques Canetti, il est un personnage central de la chanson française du milieu du XXe siècle : Édith Piaf, Charles Trenet, Les Frères Jacques, Juliette Gréco, Félix Leclerc, Charles Aznavour, Georges Brassens, Jacques Brel, Serge Gainsbourg, Guy Béart, Les Trois Ménestrels, Claude Nougaro, Serge Reggiani, Jeanne Moreau, Raymond Devos, Brigitte Fontaine et Jacques Higelin ont notamment bénéficié de son soutien. La plupart de ces artistes lui doivent leurs premiers pas.

Il est le frère d'Elias Canetti (1905-1994), écrivain d'expression allemande et prix Nobel de littérature en 1981, et de Georges Canetti (1911-1971), chercheur et professeur à l’Institut Pasteur spécialiste de la tuberculose.

Jacques Canetti, directeur artistique de légende, créateur des Trois baudets, qui nous a quitté en 1997 et dont l’aura de découvreur de talents résonne avec force en ces temps de crise du disque.
Un découvreur, un passeur, un intuitif, un résistant, un homme qui n’a jamais aimé être poussé par le vent des modes ou des tendances. Qu’il eut été malheureux à l’heure où l’on se construit à coup d’enquêtes d’opinions et de buzz permanent. Canetti c’était l’homme des défis, des premières fois, et des commencements.

En 1968, alors que Serge Reggiani est au plus bas, que sa carrière de comédien vacille, il rencontre Jacques Canetti qui lui propose de chanter des textes de Boris Vian. Premier album et un échec commercial. Canetti s’entête. Reggiani retourne en studio avec les chansons de Gainsbourg, Moustaki, ou les mots de Jean-Loup Dabadie. Il débute une carrière de chanteur à 40 ans et une chanson va marquer à jamais la mémoire collective.


Nous sommes en 1967. Quatre ans auparavant, Jacques Canetti avait pris le maquis en créant son propre label, parce que la firme Philips pour laquelle il travaillait le sommait de mettre tous les efforts financiers sur sa nouvelle signature : Johnny Hallyday. L’homme qui avait signé Brassens ou Brel était peu flexible.

L’éclaireur de la chanson, loin des yéyés et du rock, voulait croire à une nouvelle vague dans la chanson comme au cinéma. Est-ce un hasard si juste après avoir fait enregistrer Simone Signoret, il convainc l’égérie de François Truffaut de devenir une vraie voix de la chanson ?Jeanne Moreau y réussit.
Canetti, qui fut l’ami de Boris Vian, avait surtout une passion pour les mots, les plumitifs au longs cours, les excentrés qui faisait de la chanson un art de combat, de dérision et d’innovation. Avec "12 chansons avant le déluge", Canetti montre aussi que le rock ce n’est pas forcément « faire du bruit ».

à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/JACQUES-CANETTI-Mes-50-ans-de-Chansons-td14170.html

Le meilleur du label




http://ti1ca.com/9lphbumi-JC03-JC03.rar.html


AU LAPIN AGILE : le doyen des cabarets de Montmartre
Un siècle de veillées d'hier à aujourd'hui



Le Lapin Agile est un cabaret de Paris situé sur la butte Montmartre au 22 de la rue des Saules dans le XVIIIe arrondissement. Établi dans la seconde moitié du XIXe siècle, racheté par Aristide Bruant en 1913, il fut l'un des lieux de rencontre privilégiés de la bohème artistique du début du XXe siècle, de Max Jacob à Pablo Picasso en passant par Roland Dorgelès, Francis Carco, Blaise Cendrars ou Pierre Mac Orlan. Il est encore aujourd'hui en activité.
Le bâtiment qui abrite le Lapin Agile fut construit en 1795 dans ce qui était alors le village perché de Montmartre, autrement dit la campagne par rapport au centre de Paris. C’était une auberge de rouliers, une sorte de taverne, peut-être pas très bien fréquentée puisqu’elle s’appelait, vers 1860, Au Rendez-vous des Voleurs.

Ce site est desservi par la station de métro Lamarck - Caulaincourt.
Le Lapin Agile poursuit tant bien que mal ses activités pendant l'Occupation, et redevient après 1945 un lieu de rencontre et un tremplin pour les artistes : c'est là qu'en 1947 le guitariste Alexandre Lagoya fait la connaissance de Léo Ferré, et qu'en 1955 Claude Nougaro fait ses premières apparitions sur scène, en tant que poète d'abord, puis comme chanteur.

En 1972, Paulo Gérard cède la gestion du cabaret à son beau-fils Yves Mathieu qui en est toujours le propriétaire : des « veillées » y sont encore organisées, au cours desquelles se produisent chanteurs et humoristes.

"Au cours d’une veillée d’automne de l’an 2000, Jean Buzelin et Marc Monneraye, qui se trouvaient dans la salle m’ont, entre deux chansons, parlé d’un projet qui leur tenait à cœur, celui de réaliser une compilation de 78 tours d’artistes qui avaient chanté au Lapin Agile depuis les années 20, en incluant également le coffret de six disques, « Les Veillées du Lapin Agile », paru chez Pathé-Marconi et Grand Prix du Disque 1951. Cette anthologie comprendrait deux CD et serait produite par François Dacla chez EPM.
L’idée me parut bonne, mais toujours méfiant quand il s’agit de prendre une décision qui met en cause l’histoire du Lapin, j’ai dû leur paraître au premier abord peu enthousiaste. Or, depuis longtemps, j’avais en tête l’idée de mettre en forme tous les documents sonores que je possédais depuis de nombreuses années et que j’avais moi-même enregistrés au cours de différentes veillées. Si ces documents, tous inédits, n’avaient peut-être pas la qualité du son obtenu en studio, ils avaient, bien sûr, l’avantage du témoignage pris en direct, reflétant exactement l’ambiance et l’atmosphère d’une veillée vécue par le public présent.
À cela il fallait ajouter le fruit de la recherche entreprise auprès de la Radio Suisse Romande, à Lausanne, par Raphaël, le fils de mon cousin germain Jean-Roger Caussimon alors pensionnaire du Lapin et qui, en 1948, avait animé une série de 12 émissions radiophoniques, « Le Livre d’Or du Lapin Agile », réunissant tous les grands noms qui ont fait l’histoire du lieu. Par bonheur, ces émissions avaient toutes été conservées intactes.
La graine que m’apportait Buzelin et Monneraye me permettait de doubler la récolte et de réaliser un coffret, non plus de 2 mais de 4 CD. Il fallait convaincre EPM de sortir ces quatre disques ; ma rencontre avec François Dacla fut enrichissante, et comme nous parlions le même langage, le projet devint réalisable..."
  Yves Mathieu


CD 1 :CD 1 : une veillée au cabaret (1950) & les chanteurs du cabaret (1929-52)

01 Nini peau d'chien / Paulo.
02 Le bleu des bleuets/ Yvonne Darle
03 Absence / Yvonne Darle.
04 Les moines de St Bernardin / André Mondé.
05 La complainte des 30 brigands / Marcel Nobla
06 Les 80 chasseurs / Marcel Nobla.
07 Paris à 5h du matin / Renée Jan
08 Marida / Renée Jan.
09 Rose blanche /Paulo
10 Amoureux / Paulo.
11 Chanson à manger /André Monde
12 L'alleluia du chemineau / André Mondé.
13 Barbarie, Barbara /Jean Roger Caussimon
14 Y'avait dix marins / Jean-Roger Caussimon / Renée Jan.
15 Le vieux voilier / André Pasdoc.
16 Le clocher d'amour / Rina Ketty.
17 Au bal de l'hôtel de ville / Stello.
18 Chanson d'automne / Louis Bory.
19 Mon amour était mort / Yvonne Darle.
20 Le pendu / Stello.
21 Le petit bleu / Adrienne Gallon.
22 Le chant de la pluie / Jean Clément.
23 Chanson des heures / Clément Duhour.
24 Les Inquiets / Jack Mirois.
25 Non, tu n'auras pas ma peau, Pierre / Pierre Dudan.
26 Le chat noir /Stello.


CD 2 :e livre d'or du Lapin Agile (1948) avec ses débutants devenus célèbres

01 Les petits joyeux/ Jean-Roger Caussimon.
02 A la Bastoche / Paulo.
03 Parle de Bruant / Pierre Mac Orlan.
04 Nelly / Frédéric Thomas.
05 Le doux caboulot / Jacqueline Valois.
06 L'heure du poète - Carnaval/ Francis Carco
07 Chanson tendre / Francis Carco.
08 Raconte / Roland Dorgelès.
09 Envoi de fleurs / Jean Clément.
10 Parle de Dullin / Roland Dorgelès.
11 L'avare /Charles Dullin
12 Parle /Charles Dullin
13 Pauvre Gaspard / Charles Dullin.
14 Incrédule / Yvonne Darle.
15 Parle de sa jeunesse /Pierre Brasseur
16 Marie Kerloch / Pierre Brasseur
17 Le patois de chez nous / Jack Mirois
18 Les petites baraques / Jehan Rictus.
19 Dialogue avec Caussimon Julien Carette
20 Crêve coeur Julien Carette.
21 Le paradis du rêve / Paulo / Yvonne Darle.
22 Le 31 du mois d'août / Stello.
23 Raconte / Marcel Aymé.
24 Frédé / Cora Vaucaire.
25 Parle de Frédé et récite / Paul Fort.
26 Si tous les gars du monde / Les Choeurs du Lapin.

les 2 en 1
http://ti1ca.com/mdeq9628-LA01-LA01.rar.html

CD 3 : Au Lapin dans les années 50/80

01 Chanson des comédiens / Jean Roger Caussimon
02 Le temps du tango / Jean Roger Caussimon
03 Minuit boulevard du crime /Jean Roger Caussimon
04 Nous deux / Jean-Roger Caussimon.
05 Eloge de l'eau / Patrick Minard.
06 J'ai choisi le lapin /Claude Nougaro
07 Le plus vieux des vagabonds / Claude Nougaro.
08 La Garonne / Yves Mathieu.
09 Le chardon /Jacqueline Valois
10 Le petit objet / Jacqueline Valois.
11 C'est facile à dire /Henri Decker
12 Rue amour / Henri Decker.
13 L'orgue des amoureux / Ysolde.
14 Bernard Dimey /Jacques Debronckart
15 Nous / Jacques Debronckart
16 Blason du tétin /Michel de Maulne
17 A l'amitié / Michel de Maulne.
18 Le roi a fait battre tambour / Gérard Delord.
19 Faut pas prendre les paysans pour des cons / Luc Berthommier.
20 Pauvre Rutebeuf / Marc et André
21 Berceuse à Vincent / Yves Mathieu.
22 Aux marches du palais / Maria Saint-Paul.
23 Thème et variations / Alexandre Lagoya.
24 Brave Margot / Gérard Cailleux.
25 Le temps des cerises / Anne-Marie Bélime.

CD 4 : Une veillée d'aujourd'hui

01 Tel qu'il est / Zouzou.
02 Ah ! Si vous connaissiez ma poule /Gérard Cailleux
03 Quitte moi pendant la coupe du monde / Gérard Cailleux.
04 La chambre /Frédéric Thomas
05 Le Pont Mirabeau / Frédéric Thomas.
06 Ma grand-mère /Michèle Patrick
07 La leçon de couture / Michèle Patrick.
08 Ne prenez point femme /Frédéric Santalla
09 L'enterrement / Frédéric Santalla.
10 A Batignolles / Yves Mathieu.
11 Le roi des cons / Maxime Barthélémy.
12 J'suis snob / Chantal Pillac.
13 Tour de France / Les Choeurs du Lapin.
14 Roso /Maria Thomas
15 Partir c'est mourir un peu / Maria Thomas.
16 Je roule pour vous /Eric Robrecht
17 Les coeurs purs / Eric Robrecht.
18 Bordeaux / Michel Bergame.
19 Mes amis / Arlette Denis.
20 Accent aigu, accent grave / Vincent de Chassey.
21 Au lapin agile / Cassita.
22 Les petites annonces / Patrice / Oona.
23 Démons et merveilles / Patrick Minard.
24 Le Christ de Wasley / Yves Mathieu

les 2 en 1
http://ti1ca.com/kdphocyo-LA02-LA02.rar.html


à prendre ici:

http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/AU-LAPIN-AGILE-Le-doyen-des-cabarets-de-Montmartre-4CD-td14337.html

NATHALIE SOLENCE
Mes amis de la Rive Gauche



Avec bienveillance pour ce patrimoine de la chanson d'auteurs issu de la période Rive Gauche, Nathalie SOLENCE chante ici son compagnon Jacques SERIZIER, ainsi que Patrick DENY, Jean MOIZARD, Hélène MARTIN, Jean-François GAËL, Pierre LOUKI, Georges BRASSENS, Jehan JONAS, Bernard HAILLANT, Paul BARRAULT, Yves SANDRIER, Paul HÉBERT, Paul VILLAZ, Armand BABEL, Roger RIFFARD, Martine MERRI, Jean ARNULF, Christian DENTE. Des artistes à la forte personnalité qui à tour de rôle ont apporté leur pierre à l'édifice de la chanson Rive Gauche. La voix de Nathalie SOLENCE mêlée aux notes délicates de la guitare de Claude GAISNE nous transporte à l'époque où la chanson importait avant tout pour la pertinence, l'originalité de ses textes bien avant qu'intervienne l'industrie mercantile qui a dévasté depuis la création pour favoriser uniquement le profit. Une époque pas si éloignée de nous que quelques artistes défendent encore avec une conviction qui force le respect. Nathalie SOLENCE fait partie de ceux-là.
à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/NATHALIE-SOLENCE-Mes-amis-de-la-Rive-Gauche-td13630.html

Si vous avez des propositions sur ce thème,comme toujours elles seront très bienvenues!



Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

jop2poj
Ce message a été mis à jour le .
CONTENU SUPPRIMÉ
L'auteur a supprimé ce message.
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

farfie
Ce message a été mis à jour le .
Ben je dois dire que je ne les connaissais pas non plus.....

PATRICK DENY



Patrick Deny, né le 13 juin 1948 à Saint-Germain-en-Laye, décédé le 29 avril 1991, est un poète, auteur, compositeur et interprète.
Encouragé dans sa pratique de l'écriture par son professeur de français le poète Jacques Charpentreau, il chante dès la fin des années soixante et jusqu'aux années quatre-vingt. À Paris d'abord, où il débute dans les cabarets de la Rive-gauche, ceux notamment du quartier Mouffetard : Le Pétrin, Le Cabaret d'Art et d'Essai, Le Bateau Ivre..., avant de se produire dans toute la France et à l'étranger : Maroc, Belgique, Suisse, Algérie, Québec...

Patrick Deny devient secrétaire de l'acteur et écrivain Lionel Rocheman, fondateur et animateur en 1967 des Hootenannies du Centre américain de Paris.

Patrick Deny s'engage ensuite lui-même dans l'organisation et la production de spectacles au sein de diverses structures : Action Chanson, Travail et Culture, ainsi qu'au Centre Georges Brassens, à la Maison Pour Tous de la rue Mouffetard dont il devient l'un des responsables au côté de son directeur Georges Bilbille, et surtout à l'Atelier 13 qu'il ouvre en 1972 dans le 13e arrondissement de Paris, 26 rue Charles Fourier.

En 1989, deux ans après la parution de son premier et unique album 30 cm, Patrick Deny quitte Paris pour se fixer dans le Jura. À la demande d'Isabelle Aubret, il écrit trois textes de chansons qu'elle enregistre : Eau (musique de Roger Candy et Serge Sentis), Roumania (musique de Roger Candy et Stéphane Delettrez) et Quand la ville s'endort (musique de Roger Candy et Stéphane Delettrez), dont deux qu'elle chante à l'Olympia en 1990.
Disparu le 29 avril 1991 à l’âge de quarante-trois ans, Patrick Deny a écrit quelque cent cinquante chansons, à la fois âpres et tendres, et de très nombreux poèmes .

Tracklist:
01 Jehan
02 Jurassienne
03 Passe l'amour
04 Sourire aux larmes
05 Eau - Isabelle Aubret
06 Les poupées russes- Nathalie Solence
07 Quand la vie s'endort - Isabelle Aubret
08 Roumania - Isabelle Aubret

Je continue ici,car nabble trouve que le post principal est trop long

LEO FERRE


Les 2 en 1
http://ti1ca.com/76clyemv-PDLF-PDLF.rar.html

ROBERT NYEL



Robert Nyel, nom de plume de Robert Niel, né le 18 avril 1930 à Grasse (Alpes-Maritimes), est un auteur-compositeur-interprète français.Il fit ses premières armes de chanteur dans les cabarets de la Rive Gauche,en particulier au Port du Salut. Tenu par Jacques Massebeuf,en compagnie des Enfants terribles, les Frères Jolivet, Ferrat, Fanon, Yvan Labéjof, Pierre Doris..

Si on a oublié Robert Nyel chanteur, en revanche, on se souvient du parolier qui, associé à la compositrice Gaby Verlor (1921-2005), s'inscrit dans la mémoire collective francophone avec au moins deux chansons : C'était bien (Le P'tit Bal perdu) interprétée par Bourvil et Juliette Gréco en 1961 et Déshabillez-moi, un titre incontournable du répertoire de Juliette Gréco (1967).
Robert Nyel a, depuis longtemps, abandonné la chanson pour se consacrer à la peinture à Grasse, sa ville natale.
Durant sa carrière, Gaby Verlor composa également pour Jean-Roger Caussimon, Nino Ferrer, Les Frères Jacques, Georges Guétary, Boby Lapointe, Mouloudji, Line Renaud .Elle fut pendant de nombreuses années la pianiste du Caveau de la République à Paris.

1962 Magali
Tracklist:
Face A1 : Magali
Face A2 : Qu’est-ce qu’on a pu s’aimer
Face A3 : C’est à toi que je pense
Face A4 : Tu ne m’as pas laissé le temps
Face B1 : Ma belle histoire
Face B2 : La chanson de Vincent (L’homme au chapeau de paille)
Face B3 : Rue des vertus
Face B4 : Tu aimais tant la mer
Crédits
complémentaires : A3, B4 : avec Jean-Michel Defaye et son orchestre
A4, B2 : avec François Rauber et son orchestre

LES INTERPRETES DE ROBERT NYEL

01 Deshabillez-moi - Juliette Greco
02 Magali - Robert Ripa
03 C'était bien (le petit bal perdu) - André Bourvil
04 Le secret des soeurs Machin-Chose - Les Frères Jacques
05 Le droit d'aimer - Edith Piaf
06 Je me battrai toujours - Juliette Gréco
07 Le petit bal perdu - Isabelle Aubret
08 Magali - Gloria Lasso
09 Mon frère d'Angleterre - André Bourvil
10 La Place aux Ormeaux - Juliette Gréco
11 Entre Rhône et Durance - Robert Ripa
12 Marions les - Juliette Gréco
13 Ma p'tite chanson - André Bourvil
14 C'était bien - Juliette Gréco
15 Magali - Maria de Rossi
16 Le secret des soeurs Machin-Chose - Juliette Gréco

Les deux dans le même lien
http://ti1ca.com/kynyfhrn-RONY-RONY.rar.html

JEAN LOUIS CAILLAT
Victor Hugo Poètes et Chansons



Jean-Louis Caillat, mort en novembre 1995, est un auteur-compositeur-interprète français.
 Jean-Louis Caillat était né le 13mars 1953 à Paris, de parents artistes (son père, Jean "Caya", était chansonnier, sa mère, Cora Fubiani, chanteuse et pianiste). Il a dix ans lorsque sa famille s'installe à Nice. Vers la fin des années 60, il est remarqué (tout comme Marie-Paule Belle) dans l'émission Chapeau !, radio-crochet télévisé sponsorisé par le déodorant Printil. Il passe à Télé-Monte-Carlo plusieurs semaines consécutives et finit par gagner le Grand Prix de la Chanson de Vichy. Retourné à Paris au début des années 70, Jean-Louis chante dans les cabarets et participe à de nombreux galas avec Mouloudji, Escudero, Tachan, Lama, Mitchell...  En 1975, après trois 45 tours, il publie son premier 30 cm, « Au futur », avec Teddy Lasry, bientôt suivi d'un second, « N° 2 », avec Didier Renouvin, tous deux chez Alvarès. Un troisième et un quatrième albums voient le jour en 1979 et 1980, « Court-circuit », arrangé par François Rauber (Harmonia Mundi) et « Les chiens », avec le groupe Carpe Diem, chez Lyrion. Pour son cinquième album, « Face à face », paru en 1983, il retrouve François Rauber.

Jean-Louis Caillat enregistrera également un album consacré à Victor Hugo (Unidisc), un autre aux poèmes d'Alfred de Musset (livre-cassette Cigales Productions).?En 1989, il écrit et joue La grande aventure du citoyen Gramont, spectacle de textes et de chansons sur la Révolution française (disques Zeta-EPM).?Deux ans plus tard, il crée un spectacle sur Arthur Rimbaud (disques A.C.M). Son dixième album, le dernier, sera à nouveau consacré à Victor Hugo : treize nouveaux enregistrements, arrangés par Georges Ferrero, qui paraissent sur disques A.C.M.

Et puis, il tombe malade...

C'est au début des années 1970 que Jean-Louis Caillat enregistre ses premiers disques en se spécialisant dans un registre littéraire et libertaire.

En 1981, en s’inspirant du fonctionnement du Centre régional de la Chanson de Bourges, Jean-Louis Caillat crée l’association Action Chanson Méditerranée dans le but d’instituer un tremplin alternatif à celui des majors pour les nouveaux talents afin de promouvoir une chanson poétique et populaire bien éloignée de la variété française. Dès lors, ses albums s'inscrivent dans une mouvance poétique, de Pablo Neruda à Victor Hugo (son album le plus connu). C’est d’ailleurs avec ce dispositif qu’il présentera, en 1985, son spectacle Jean-Louis Caillat chante Victor Hugo dans le cadre des célébrations du centenaire de la mort de Victor Hugo.
En 1993, il fait ses débuts au cinéma dans de petits rôles (Hélas pour moi de Jean-Luc Godard et Profil bas de Claude Zidi), mais sa carrière d'acteur est interrompue par sa subite disparition (sortie posthume en 1995 de Muriel fait le désespoir de ses parents de Philippe Faucon).

Tracklist:
1 Je ne songeais pas à Rose (Julos Beaucarne)
2 Beaux jours (Jean-Louis Caillat)
3 Nouvelle chanson (Jean-Louis Caillat)
4 Chanson du proscrit (Jean-Louis Caillat)
5 Océan (Marc Robine)
6 Demain dès l'aube (Marc Robine)
7 Jeanne ((Jean-Louis Caillat)
8 Les Hirondelles (Jean-Louis Caillat)
9 Danse en rond (Jean-Louis Caillat)
10 La Légende de la nonne (James Ollivier)
11 Gastibeltza (James Ollivier)
12 Jean qui guette (Jean-Louis Caillat)
12 Chanson du condamné (Jean-Louis Caillat)
13 L'Ogre (Julos Beaucarne)
14 Une chanson de Gavroche (Jean-Louis Caillat)
15 Dpeuis six mille ans la guerre... (Marc Robine)
17 Au fil de l'eau (Jean-Louis Caillat)
18 Minuit (Jean-Louis Caillat)
19 La Chanson du spectre (Jean-Louis Caillat)
20 Chanson (Marc Robine)

http://ti1ca.com/ec8o2q0d-VHLG-VHLG.rar.html

PAUL LOUKA



Paul Louka, de son vrai nom Vital-Paul Delporte, né à Marcinelle en 17 août 1936, mort à Mont-sur-Marchienne le 23 juillet 2011, est un auteur, compositeur, interprète, comédien, écrivain, peintre, et saltimbanque belge.Poète, acteur, chantre de la liberté.

En 1959, après une rencontre avec Jacques Brel, il « descend » trois ans à Paris pour se produire de cabaret en cabaret (Chez Moineau, La Bolée, Ma cousine, La Colombe, Le Cheval d'Or, Le Port du salut, L'Échelle de Jacob, La Tête de l'art, Les Trois Baudets, etc.). Il rencontre des artistes tels que Raymond Devos ou les Frères Jacques et entame à partir de 1962 une grande amitié avec Georges Brassens, dont il assurera la première partie à Bobino.

Tracklist:
01 Je dis qu'il faut laisser
02 Ma guitare n'est plus espagnole
03 Tante Sarah
04 Ce n'est pas la faute aux poètes
05 Le veinard et le Roi
06 Les Pom'pommes
07 Mon aventure
08 Un deux trois
09 Je suis un enfant
10 Les amis de nos amis
11 Dis papa
12 Cerise
13 Je suis venu
14 Le Bidule
15 Un enfant perdu
16 Quelqu'un d'important
17 Linda

https://ti1ca.com/qativv7o-PLRG-PLRG.rar.html


QUELQUES ELEVES DU PETIT CONSERVATOIRE DE LA CHANSON
Catégorie humoristes

MICHELE ET CHRISTIAN



La première apparition discographique du duo date de 1963, sur le 25 cm de la finale des relais de la chanson française. Ils sont seconds dans la catégorie auteur-interprètes avec L'Enterrement Du Twist, derrière la pétillante Annie Colette et son désopilant Shéhérazade. Sur ce disque en public, ils côtoient aussi Erick Montry, Gilles Olivier et Christian Dente.
1964,(Cette année-là, c'étaient Les Trompettes De La Renommée, le dernier 25 cm de l'incontournable moustachu, Les Bourgeois, le premier 30 cm Barclay d'un Brel en gros plan glacé, Elaeudanla Téïtéïa, le premier 30 cm de Gainsbourg si confidentiel que promis au pilon pour mévente, et quelques autres ; ceci pour situer cette époque où la vague de jeunes préfabriqués s'enfla en un tsunami de 45 tours balayant les petites fleurs de chansons qui éclosaient régulièrement dans les cabarets. Seuls certains de ceux qui avaient déjà un petit arbre porteur de fruits en forme de 33 tours purent résister un peu en s'accrochant aux branches !) .L'Enterrement Du Twist parodie ce moment.
Christian Stalla raconte l'histoire du "Cabaret d'Art et d'Essai" rue Mouffetard, aventure d'un petit théâtre magique, riche en jeunes talents, qu'il créa avec sa compagne Karine en 1969. Des effluves lacrymogènes flottaient alors encore dans le Quartier latin tandis que s'essoufflait un vent de fraternité et de liberté...
C’était dans les années 60, Christian chantait à l’Ecluse aux côtés de Barbara, puis rue Mouffetard où il croisait la route de la plupart de ceux qui allaient occuper les scènes de la chanson française et des cabarets. Né à Paris le 2 août 1936, journée nationale de la Paix, il fut élève de l'École Nationale Supérieure des Arts décoratifs et du petit Conservatoire de la Chanson de Mireille. Auteur, compositeur, interprète, il débuta en 1959 dans les cabarets de la Rive gauche avec sa partenaire Michèle.

Aujourd’hui Christian a remisé sa guitare qu’il a changée en pinceaux et en tubes de couleurs. Christian est devenu peintre.

Tracklist:
01 C'est l'automne à Paris
02 Les petites demoiselles
03 Quand on est deux
04 Amor,amor,télévision
05 France Inter
06 A l'enterrement du twist
07 La belle et son caddie
08 La fille à la moto
09 1936
10 C'est une chanson
11 La ouature -Les Quatre Barbus

Peinture de Christian Stalla:Brassens


DANIEL PREVOST



Daniel Prévost, de son vrai nom Denis Forestier, est un comédien et humoriste français, né le 20 octobre 1939 à Garches (Seine-et-Oise, aujourd'hui Hauts-de-Seine).
Dans les années 60,il tente sa chance dans les cabarets de la Rive Gauche,et l'un des directeurs l'envoie en apprentissage au Petit Conservatoire de Mireille.Il enregistre deux 45 tours ,de chansons de Roger Riffard,puis de chansons de sa composition dans le registre humoristique.
Il passera à l'Ecluse en 1967,ainsi qu'au Cheval d'Or,en compagnie de Daniel Beretta et Richard de Bordeaux,autres "pensionnaires" du Petit Conservatoire de Mireille.
1966
Face A1 : Hélène
Face A2 : Madame Irma
Face B1 : Mon bateau
Face B2 : Tu m’as plu

01 Les jobs
02 Autobus et curé
03 Tu es pour moi
04 La ronde des métiers

MESSIEURS RICHARD DE BORDEAUX ET DANIEL BERETTA



Daniel Beretta, né le 24 décembre 1946 à Audincourt (Doubs), est un comédien français, également auteur-compositeur-interprète. Actif notamment dans le doublage, il prête sa voix à Arnold Schwarzenegger dans la version française de tous ses films depuis 1987.
Daniel Beretta apprend le solfège puis le piano dès l'âge de 3 ans. À 13 ans il monte son premier orchestre de bal. Il prend des cours de théâtre scolaire à Montbéliard. Henri Tisot le remarque lors d'un spectacle à Montbéliard, le fait «monter» à Paris et le présente à Mireille. Il suivra trois ans de cours assidus au Petit Conservatoire de la Chanson (64, 65, 66). Là, il rencontre Richard de Bordeaux, et le duo part en flèche (cabarets, disques, télévisions, concerts, 2 « Olympia », tournées, etc.).

Après avoir fréquenté l'école des Beaux-Arts,Richard Rigamonti (alias Richard de Bordeaux) travaille comme architecte d'intérieur.
Après une audition à Bordeaux,il quitte son job et rejoint le conservatoire de Mireille à Paris.
Après avoir chanté seul ou en compagnie de Daniel Beretta,il se spécialise depuis 84 dans la composition de génériques de dessins animés:Babar,
Mimi Cracra,Foofur,SOS polluards….

Tracklist:
01 L'enzyme glouton
02 La patineuse
03 Les parents d'Hortense
04 Les magiciennes
05 La cousine d'Angers
06 Lucien
07 La drogue
08 C'est trop bête
09 London's Bar
10 Psychose
11 Je m'ennuie
12 My love
13 Un Amico - Daniel Beretta
14 Babyroller - Richard de Bordeaux

Les trois dans le même lien
http://ti1ca.com/ya4lxkew-CAHU-CAHU.rar.html

HUGUES AUFRAY



Hugues Aufray, né Hugues Jean Marie Auffray le 18 août 1929 à Neuilly-sur-Seine, est un auteur-compositeur-interprète et guitariste français. Souvent poétiques, ses chansons évoquent les voyages, l'amitié, la fraternité, le respect.
En 1945, Hugues rejoint son père à Madrid et il y reste trois ans avant de regagner la France et de commencer à chanter en espagnol. Puis très vite, il interprète les chansons de Félix Leclerc, Georges Brassens, Serge Gainsbourg et d'autres chanteurs. Finissant 2e du concours Les Numéros 1 de Demain, il est remarqué par Eddie Barclay qui lui fait enregistrer son premier disque en 1959.Il passe dans les cabarets de la Rive Gauche,en particulier chez Patachou et à L'Echelle de Jacob
Le succès viendra rapidement.Il adaptera Bob Dylan en français.
Hugues Aufray se définit lui-même « entre rive droite et rive gauche"

45 tours
1958 Bob Aubert et son Typic brésilien
Chanteur:Hugues Aufray

Face A1 : Cabeça inchada (H. Cordovil)
Face A2 : Dança da moda (Luis Gonzague)
Face B1 : Peguei un ila no morte (Dorival Caymmi)
Face B2 : Chergou villa Babel (Traditionnel)
Face B3 :   Saudade meu bem saudade

1959

Face A1 : Le poinçonneur des Lilas (Serge Gainsbourg)
Face A2 : Mes petites odalisques (Serge Gainsbourg)
Face B1 : Y’avait Fanny (C. Delecluse - M. Senlis)
Face B2 : Nous avions vingt ans (B. Vian - A. Goraguer)
Crédits
complémentaires : Accompagnement : Jean Bouchéty et son orchestre


Face A1 : La complainte de Mackie
Face A2 : Le jugement dernier
Face B1 : La flotte américaine
Face B2 : Nuit d’hiver

1961

Face A1 : Nuit et jour (Screwball - R. Bauer - Bernard Dimey)
Face A2 : Trois hommes (H. Hefer - Eddy Marnay - Y. Zaraï)
Face B1 : San Miguel (Maurice Vaucaire - D. Bowers)
Face B2 : Madeleine (G. de Monet)


Face A1 : Tucumcari (Jacques Plante - B. Olofson - Mac Intyre)
Face A2 : Ses baisers me grisaient (Boris Vian - J. Newman)
Face B1 : La femme du Libéria (Jacques Plante - Rodgers - Whiting)
Face B2 : Monsieur le soleil (Hugues Aufray)
Crédits
complémentaires : Accompagné par Jean Bouchéty

1963 1er LP
Face A :
  1. Dès que le printemps revient (J. Plante - H. Aufray)
        2. Oui, tu verras (H. Aufray)
        3. C’est pas la peine (H. Aufray)
        4. Allez, allez mon troupeau "Ally, ally oxen free" (Vline Buggy - R. Mc Kuen - S. Yates)
Face B :
  1. Je reviens (H. Aufray)
        2. Tout le long du chemin "Singing the blues" (H. Aufray - Endsley)
        3. Là-haut (H. Aufray)
        4. Santiano (J. Plante - D. Fischer)

Le tout dans le même lien
http://ti1ca.com/tm21kcvy-HUAU-HUAU.rar.html

ERIC ROBRECHT
Eric Robrecht et ses interprètes



Eric Robrecht (1932-2006) est un musicien, auteur-compositeur-interprète, arrangeur musical belge.
Il décroche un premier prix de solfège et d'harmonie au Conservatoire de Bruxelles. Il se fait représentant en cirage pour survivre, mais vit surtout de la musique, comme pianiste de bar et d'orchestre sous le nom d'artiste Eric Channe. Il écrit sous ce nom avec Tany Galon en 1962 la chanson « Ton nom » qui représenta la Belgique au Concours Eurovision de la chanson de 1962. Elle était interprétée par Fud Leclerc. Il enregistre ensuite un premier 45T chez La Voix de son Maître avec « Ton nom » et trois autres titres (« Ferme les yeux », « Toi la femme » et « C'est un secret »).

En 1966, il décide de « monter » à Paris avec femme et enfant pour y présenter ses chansons, notamment à Yves Montand qui enregistre dès 1967 deux de ses titres dans l'album Montand 7 : « C'était » (sur un texte de Fernande Kaise) et « Le Port ». Peu après, il séduit Jacques Canetti, parti de chez Philips et devenu son propre producteur. Ce dernier édite un premier album intitulé Et remettez-nous ça. C'est le premier enregistrement d'Eric Robrecht sous son propre nom. La chanson éponyme de cet album, écrite avec le poète Bernard Dimey, est par la suite enregistrée par le grand accordéoniste belge André Verchuren. Ce titre ne reflète pas vraiment le ton revendicatif voire révolutionnaire de cet album enregistré juste avant les événements de mai 1968, que l'on retrouve sur des titres tels que « Push button », « À trente ans » ou « N'importe quoi ».

À la même époque il commence à collaborer avec Zizi Jeanmaire qui enregistre plusieurs titres et l'invite à chanter plusieurs chansons lors de son spectacle de l'Olympia. Elle y chante elle-même deux titres de Robrecht (« Avec toi c'est autre chose », sur un texte de Barbara, et « Hell is a city », sur un poème de Louis Aragon).

Cette même année 1968, il enregistre son second album chez Jacques Canetti, lequel contient trois nouveaux titres issus de sa collaboration avec Bernard Dimey, ainsi qu'un titre sur un texte d'Emmanuelle Riva.
1970 marque un tournant important de sa carrière par le début de sa collaboration avec Jean-Roger Caussimon1, à l'occasion de l'enregistrement du premier 30 cm de Jean-Roger Caussimon. Eric Robrecht devient alors le collaborateur privilégié de Caussimon, composant et arrangeant pour lui durant une quinzaine d'années. Ils créent ensemble une quarantaine de chansons (parmi lesquelles « Ma mère », un des chefs-d'œuvre de Caussimon, « Il fait soleil », « Le Vieux Cheval », « Mes amis », « Les Milices », « Enfants », « Vous n'avez plus de rose », « Orly bar », « Le Gauchisme à la mode », « Où irez-vous danser ? », « Les Copains de mai », « Les Cœurs purs », « Batelier mon ami », « Cueille la fleur », « Ubu »...)2.

Il remporte le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros en 1972 avec « Les filles qui font pleurer ». Ce titre figure sur un 45T édité la même année avec le titre « Trans-Pacific-Express ».

En 1978, Claude Nougaro enregistre le titre « E pericoloso sporgersi » sur l'album Tu verras. Ce titre révèle le sens du jazz d'Eric Robrecht, admirateur d'Erroll Garner.

Dès les années 1970, et quasiment jusqu'à sa mort, il se produit presque chaque soir au célèbre cabaret de Montmartre Le Lapin Agile. Il y chante ses chansons, notamment celles qu'il signe avec Jean-Roger Caussimon, mais y accompagne aussi au piano de nombreux artistes.

Bernard Dimey a décrit Eric Robrecht ainsi :
«Il n'est pas caressant. Tendre sans doute, mais tellement pudique, insolent mais avec élégance, passionné mais glacial, chaleureux mais ravi d'être parfois intimidant ... Sa voix fait corps avec l'ensemble, on écoute et l'on tend l'oreille. Cette voix plane entre la glace et le brasier, le ciel et la terre, la pierre et le verre, voix de trouvère en transhumance entre Sarcelles et Chambord.»

Tracklist:
01 Et remettez nous ça - Eric Robrecht
02 Hell is a city - Eric Robrecht
03 N'importe quoi - Eric Robrecht
04 Et toi,l'pianiste - Eric Robrecht
05 L'oiseleur - Eric Robrecht
06 Je roule pour vous - Eric Robrecht
07 Les coeurs purs - Eric Robrecht
08 Ton nom - Eric Channe pseudo de Eric Robrecht (première chanson)
Les interprètes
01 Les fill's qui font pleurer - Jean Roger Caussimon
02 Minuit boulevard du crime - Jean Roger Caussimon
03 Batelier mon ami - Jean Roger Caussimon
04 E pericoloso sporgersi - Claude Nougaro
05 Où irez-vous danser - Jean Roger Caussimon
06 Ma mère - Jean Roger Caussimon
07 Ubu - Jean Roger Caussimon
08 A tu et à toi - Emmanuelle Riva
09 Le gauchisme à la mode - Jean Roger Caussimon
10 Le port - Yves Montand
11 Des filles comm'ça - Jean Roger Caussimon
12 Enfants vous n'avez plus - Jean Roger Caussimon
13 Les coeurs purs - Jean Roger Caussimon
14 Trois mots - Jean Roger Caussimon
15 Avec toi c'est autre chose - Zizi Jeanmaire
16 Le vieux cheval - Jean Roger Caussimon
17 Les milices - Jean Roger Caussimon
18 Sur un voeu de Paul Eluard - Jean Roger Caussimon
19 Les copains de mai - Jean Roger Caussimon
20 Les marins pêcheurs - Jean Roger Caussimon
21 Orly Bar - Jean Roger Caussimon
22 La ville est un enfer - Zizi Jeanmaire
23 Mes amis - Jean Roger Caussimon
24 Ton nom - Fud Leclerc

CD1
http://ti1ca.com/ztgsmbcr-ERRO-ERRO.rar.html

CD2
http://ti1ca.com/v9zwa34q-ERO2-ERO2.rar.html

MARTINE BAUJOUD



Martine Baujoud, alias Martine Projoud, de son vrai nom Martine Braujou, née le 13 février 1949 à Menton et morte le 27 juillet 1990 à Montpellier chanteuse française ,méconnue, des années 60...  Elle a fait partie du même télé-crochet que Mireille Mathieu, aussi célèbre en son temps que la "Star Ac" où "La nouvelle star". "Le jeu de la chance" se passait en direct dans l'émission de sport de Raymond Marcillac "Télé-Dimanche", animée le plus souvent par Roger Lanzac et quelques fois par Guy Lux. Martine Baujoud avait une superbe voix aussi, sa carrière aurait été sans aucun doute autre, si elle n'avait été, comme le disait le métier, la seconde "Mireille" de Johnny Stark impressario célèbre.
Elle entre alors dans l'écurie de Johnny STARK qui lui impose, à son habitude et par contrat, un célibat de 10 ans.
Làs, fin des années soixante, elle rencontre Henri DAGUERRE, le bassiste d'Enrico MACIAS, qui sera le père de son fils Yannick.
Son impressario la relègue derrière la sage Mireille Mathieu.Tombée dans l'oubli au milieu des années 70, elle décèdera prématurément au milieu des années 90.
Parmi les auteurs-compositeurs qui ont offert leurs oeuvres à Martine Baujoud,
le grand Jacques Brel mais aussi Vladimir Cosma, Charles Dumont, Michel Fugain , Pierre Delanoe, Henri Tachan , Pierre Barouh et Francis Lai...
Elle laissa une image forte dans la mémoire de BREL si l'on en croit Paul-Robert THOMAS, à l'époque médecin à Papeete et ami de Jacques BREL et chez qui BREL logea durant plusieurs semaines en 76-77. Dans son livre "Jacques Brel : j'attends la nuit", il évoque Martine BAUJOUD :


Tracklist:
01 Hé M'man
02 Ma cour des miracles
03 Heureusement y'a l'amour
04 Dis mon amour
05 Pas maintenant
06 Un dimanche après la fin du monde
07 A quoi ça sert d'aimer
08 Monsieur Charlie Chaplin
09 De face et de profil
10 Avec des mots
11 Hier et aujourd'hui (Live)
12 Laissez tourner les manèges

http://ti1ca.com/ldq70dza-MABA-MABA.rar.html

JACQUELINE FRANCOIS



Jacqueline François est une chanteuse française, née Jacqueline Guillemautot le 30 janvier 1922 à Neuilly-sur-Seine, morte à Courbevoie le 7 mars 2009.
Pendant les années sombres de l'occupation, elle fait de la figuration au cinéma. Elle chante aussi, mais uniquement dans le cadre familial. Ce n'est qu'après la Libération qu'elle décide de se lancer dans la chanson. Le climat de l'époque s'y prête, les Parisiens ont envie de se distraire après toutes les privations de la guerre. Si bien que Jacqueline, qui a choisi « François » comme nom de scène, ne connait guère le chômage. Les maisons de disques mettent pourtant du temps avant de s'intéresser à elle.

« La rencontre de Jacqueline François et du microphone est une date dans l'histoire du disque, ils étaient fait l'un pour l'autre comme deux amants qui se cherchaient et de cette rencontre, de ces amants, naissent les plus jolies phrases qui aient jamais caressé une chanson. » Charles Trenet

C'est une des grandes interprètes de la chanson française, tant au disque qu'à la scène, une personnalité forte, passionnée.
 En 1948, Henri Contet et Paul Durand lui écrivent une chanson à partir du contre-chant de Bal de nuit. Ce sera Mademoiselle de Paris. Le succès est mondial, et Jacqueline François sera toute sa vie associée à ce titre.
Jacques Canetti était à la recherche d'une voix anglo-saxonne, qu'il trouve avec Jacqueline François. En 1950, elle fait son premier voyage aux États-Unis. Mademoiselle de Paris, La Seine et Les Feuilles mortes ont été remarqués là-bas. Elle part chanter ces trois titres en direct sur ABC, accompagnée par Percy Faith. Ce sera le premier de ses nombreux voyages aux États-Unis. Trois disques 33 tours 25 cm Vox Records sont pressés là-bas dès 1950.Aux États-Unis, où elle chante pour la première fois en 1950, elle publiera douze 33-tours, ce qui constitue un record pour une chanteuse française. Elle est également très populaire au Brésil, où ses disques l'ont précédée. Très vite la jeune femme a une carrière de dimension internationale.
En 1955, elle obtient son deuxième Grand prix du disque pour Les lavandières du Portugal.
Lors d'une tournée, elle fait la connaissance du chanteur Henri Decker, qui allait devenir son mari et le père de son unique enfant, François.

Tracklist:
01 Le temps de la flemme
02 Les boutons dorés
03 Solitaires
04 Voyage en Judée
05 Le gars de Rochechouart
06 Le piano de mauvaise vie
07 Java mondaine
08 Bilbao song
09 La Seine
10 Mon faible coeur
11 Mes jeunes années
12 La mer
13 Le piano de la plage
14 Les feuilles mortes
15 Les lavandières du Portugal
16 L'âme des poètes
17 la Marie-Vison
18 Le mur
19 Sous le ciel de Paris
20 La fille d'Ipanéma
21 Les comédiens
22 Mademoiselle de Paris
23 Verlaine

http://ti1ca.com/rbzkh5m9-JAFR-JAFR.rar.html

NICOLE CROISILLE



Nicole Croisille est une chanteuse et actrice française, née le 9 octobre 1936 à Neuilly-sur-Seine.
Très jeune, elle montre des dispositions pour la danse et le chant.Elle chante dans les caves de Saint-Germain-des-Prés ou de New York.Ses débuts discographiques ont lieu entre 61 et 63, où elle enregistre cinq super 45 tours et un album.  Amatrice de musiques noires, son premier disque, Halleluya, I Love Her So, est une reprise de Ray Charles et présente une jolie version de Nous les amoureux que Jean-Claude Pascal interprétait pour la victoire au concours eurovision de la chanson. Elle fait la première partie de Jacques Brel à l'Olympia mais son talent passe à l'époque inaperçu,la vogue est aux chanteurs yéyés et Nicole Croisille ne trouve pas encore la place qu’elle mérite auprès du public..Elle rencontre le cinéaste Claude Lelouch et le compositeur Francis Lai qui lui offriront un succès planétaire avec la chanson du film Un homme et une femme qu'elle interprète avec Pierre Barouh en 1966.En 1968, elle signe un autre tube mais en adoptant un pseudonyme pour les besoins de la chanson du film "Les jeunes loups" de Marcel Carné."I’ll never leave you" est en effet le seul succès d’une artiste éphémère, Tuesday Jackson, qui reprend vite son identité pour la suite de sa carrière.


45 tours
1961
Face A1 : Ça tourne rond "African Waltz" (Galt MacDermot - J. Datin - M. Vidalin)
Face A2 : Un peu plus de chansons (J. Bernard - P. Saka)
Face B1 : Tu t’fais du cinéma (Ch. Chevallier - D. Hortis)
Face B2 : J’oublie tout "Hey, Love" (Paul J. Vance - Lee Pockriss - F. Gérald)
Crédits
complémentaires : orch: Jerry Van Roöyen

Face A1 : Dieu merci, il m’aime aussi "Hallelujah I Love Her So" (Ray Charles - J.C. Massoulier - Mimi Guérin)
Face A2 : Nous les amoureux (J. Datin - M. Vidalin)
Face B1 : C’est peut-être l’amour "Almost Like Being In Love" (du musical "Brigadoon") (Frederick Loewe - Henri Lemarchand)
Face B2 : Pour être un jour aimée de toi (de l’opérette "L’auberge du Cheval Blanc") (Ralph Benatzky - Lucien Besnard - René Dorin)
Crédits
complémentaires : orch: Jerry Van Roöyen

Face A1 : Tout ça dépend du gars ! "This Little Girl Of Mine" (Ray Charles - Pierre Saka)
Face A2 : Mon Paris par coeur "Billy Boy" (J.J. Tilché - Jerry van Roöyen - Gérard La Viny)
Face B1 : Laisse entrer le ciel "Let The Sunshine In" (Bill Barberis - Bobby Weinstein - Teddy Randazzo - J. Plante)
Face B2 : Toi "So" (Rudi Révil - Boris Vian)
Crédits
complémentaires : Orchestre: Jerry van Rooyen

1962
Face A1 : Leçon de twist (Giuseppe Mengozzi - Lucien Morisse - Danyel Gérard)
Face A2 : Pourquoi donc vouloir (Love and understanding) (Larry Douglas - W. Bishop - Michel Jourdan - Gérard Bourgeois)
Face B1 : Allons-y gaiement (I’m gonna go fishin) (D. Ellington - Peggy Lee - Claude Nougaro)
Face B2 : Moi je t’aime (A girl for everyday) (C. Westlake - J. Fishman - Jacques Datin - Maurice Vidalin)

1966
Un homme et une femme
Deux enfants au soleil
Le jazz et la java
1970
Moïse (avec Julien Clerc)
Vivre pour vivre
I'll never leave you (sous le nom Tuesday Jackson)

http://ti1ca.com/gqwwiv5s-NICR-NICR.rar.html

SIMONE LANGLOIS
Chante Jacques Brel 1958



Simone Langlois est une auteur et chanteuse française née à Paris le 22 novembre 1932.
Issue d'un milieu modeste, dès l'âge de quatre ans elle chante dans les rues avec sa mère, dans les cafés à l'âge de six ans. Elle enregistre ses premières chansons à l'âge de treize ans. En 1942, elle chante Toute seule au monde, paroles de Jean Guigo, musique de Fred Freed. En 1957, elle rencontre Jacques Brel, alors débutant, et enregistre quatre de ses chansons (dont Sur la place, chantée en duo avec Brel lui-même). Elle est aussi l'interprète d'une chanson de Boris Vian, Il faut me jurer de m'aimer.

Grand Prix du disque de l'académie Charles-Cros 1958, Grand Prix du festival de Sopot en 1963 avec la chanson Toi et ton sourire.
Elle fut parmi les premières à mettre à son répertoire des chansons de Jacques Brel et Charles Aznavour quand ils étaient débutants.

1958

Tracklist:
Face A1 : Il nous faut regarder (Jacques Brel)
Face A2 : Sur la place - avec Jacques Brel - (Jacques Brel)
Face B1 : Heureux (Jacques Brel)
Face B2 : Je ne sais pas (Jacques Brel)
Crédits
complémentaires : Avec François Rauber et son orchestre

Face A1 : Au printemps
Face A2 : Gloria
Face B1 : La foule (A. Cabral - Michel Rivgauche)
Face B2 : Une enfant (Charles Aznavour - R. Chauvigny)

Face A1 : Sarah (Charles Aznavour - Jacques Plante)
Face A2 : De profundis (Charles Aznavour - Jeff Davis)
Face B1 : Ton beau visage (Charles Aznavour - Jean Patrick)
Face B2 : J’entends ta voix (Charles Aznavour)



1960
Les amants de Paris
Le tourbillon
Bal chez Temporel
Comme un p'tit coquelicot
Le bistrot du port
L'homme à la moto
Ne me quitte pas

http://ti1ca.com/myulayr8-SILA-SILA.rar.html

PATRICK ABRIAL
Chanson pour Marie 1969



Patrick Abrial est un chanteur, auteur, compositeur français, né le 29 septembre 1946 à Paris.
À ses débuts, en 1966, il propose surtout des ballades folk, dont les titres Chanson pour Marie et Fétiche en 1969 connurent un beau succès. Progressivement il évoluera vers la chanson Rock.
Il passa dans les cabarets Rive Gauche en particulier chez Les Frondeurs (rue du Roi-de-Sicile) avec Henri Tachan, Maurice Fanon, Colette Magny ...

Tracklist:
01 Chanson pour Marie
02 Ecoute petit
03 Nanar, l'anar
04 Fétiche
05 Ballade de l'insoumis
06 Le grand ordinateur
07 L'amour fou
08 Ma femme, ma guitare et mon chien
09 La soif de vivre
10 La vamp rachitique
11 J'ai retrouvé mon sourire

http://ti1ca.com/3q9xkh9h-PCPA-PCPA.rar.html

ANNE ET GILLES
1973 Métro



Anne et Gilles est un duo composé de Anne Dubray,auteur des textes et Gilles Méchin compositeur des musiques.A deux, pendant dix ans, plus de cinq cents chansons composées et deux Grands Prix du Disque de l’Académie Charles Cros.Un disque pour enfants : Chantefables, Chantefleurs (Desnos, Tardieu) et un sur le poète chilien Pablo Neruda.
Puis Gilles se met à écrire ses textes. Plusieurs disques à son actif : Il y a, Tant je suis fou de vous,  Chansons SOS.
Actuellement, il interprète plusieurs poètes dont Louis Aragon, Jules Supervielle et  Jean Sénac.

Textes de Anne Dubray. Musique de Gilles Méchin.
Préface de Monique Morelli.

Chansons interprétées par Anne et Gilles.

Grand Prix du disque de l'Académie Charles Cros.

Tracklist:
01 Métro
02 Nomade
03 Juillet
04 Les autres
05 Le plancton
06 Para-machin
07 Vincent
08 Sargasses
09 Quang-tri
10 Cette façon...
11 Le vieux
12 C'était un temps
13 Le Pérou

Pour les amateurs,j'ai posté leur 2ème album,également Grand Prix de l'Académie Charles Cros ici:


Tracklist:
01 Un jour voyageur
02 A Païta
03 La United Fruit C°
04 Le navire est parti
05 A la haine,
06 Valparaiso,
07 Le paresseux,
08 Moi chanteur,
09 J’exige un châtiment,
10 Cela est certain,
11 Mon amour si je meurs.
12 A Hora y siempre

les 2 en 1
NOUVEAU LIEN
https://ti1ca.com/mw1htx3t-ANEG-ANEG.rar.html

http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/ANNE-ET-GILLES-quot-Pablo-Neruda-Moi-Chanteur-quot-td14665.html

HENRI DECKER
Dans la catégorie "Chanteurs d'orchestres"



Pseudo : " Unico Multi ". Né au Havre le 19 février 1920. Mort le 3 novembre 2002.
Henri Decker étudie le chant et la guitare, avant de débarquer à Paris après la guerre dans l'espoir de mener une carrière dans la chanson. Il débute sa vie artistique dans différentes salles parisiennes en se produisant comme chanteur dans un orchestre.
     Dès 1946, il interprète de nombreux refrains célèbres, dont " Tico-Tico" et " Le gros Bill ". Possédant une capacité d'intégration musicale étonnante, Herni Decker est demandé par plusieurs chefs d'orchestres.
     Parallèlement, il rencontre une certaine Jacqueline François, chanteuse, avec laquelle il partage amour et chansons.
En quelque sorte,Henri Decker fut un "chanteur d'orchestre",qui resta dans l'ombre de sa femme,Jacqueline François.

1960

Tracklist:
Face A :

1. Le marchand de bonheur
2. Le temps du muguet
3. Oui, oui, oui, oui
4. Sophie
5. Tom Dooley

Face B :
       
1. Petite fleur
2. Va, mon ami
3. La vigne bleue
4. Les cloches de Lisbonne
5. Gigi
Crédits
complémentaires : Avec André Popp et son orchestre

Fado
Le gondolier
Comme un p'tit coquelicot
http://ti1ca.com/xspkqvvc-HEDE-HEDE.rar.html

JEAN MARC LE BIHAN
Pas à pas 1995


       
Jean-Marc Le Bihan est chanteur de rue, depuis plus de vingt ans, à Lyon, Avignon, Bourges, en Belgique. C'est un chanteur à l'écriture populaire proche des gens. Il n'écrit que sur ce qui le touche sans souci de plaire ou d'aller dans le sens du poil. Il parle « des vieux qui s'aiment », de la terre qu'on pourrit, des gens sans importance.

Sa surprenante production discographique en est le témoignage.

Il renoue avec des traditions de chansons populaires diverses comme la rue, le concert, les anniversaires et aussi les veillées : veillées-appartement,

veillées-quartiers, avec chaque fois un public désireux de « participer », c'est à dire écouter, discuter, débattre, chanter. Un rien suffit pour l'inspirer (des voisins de restaurant se disputant un héritage lui fit écrire les paroles de "la vieille" à même la nappe en quelques minutes).

- Naissance en 1953, d'un père breton et d'une mère lyonnaise, scolarité jusqu'à 14-15 ans avant d'aller à l'usine et de faire de multiple métiers, notamment dans un labo de photo, ceci lui a-t-il apporté un certain sens de l'image ?
         
Ecrivant déjà depuis longtemps (il publie son premier recueil de poésie dès 1973), sa rencontre avec Dominique Pardo vers 1973 sera déterminante et ils s'orienteront vers le spectacle et la chanson de rue.
Ils créeront ainsi le Café-Théâtre de la rue de la Ré à Lyon, chantant dans les rues à l'époque de la création des rues piétonnes. Bien sûr la marée-de-chaussée se fait un malin plaisir d'embarquer régulièrement tous ces trublions musiciens. Les rues piétonnes doivent être propres braves gens !!!
Leur groupe, acoustique, avec contrebasse, accordéon (Dédé PERRAS), percussions (Didier BIFFI), guitare (Dominique PARDO), sera accusé de faire du bruit.
La Fête des Gueux, le Temps des Cerises seront parmi les manifestations qu'ils organiseront en invitant les saltinbanques à se manifester artistiquement.
Ils chanteront à Lyon à la Mutualité, à la salle Rameau, en Belgique au Forest National devant des publics de 3000 personnes.
Des enregistrements phonographiques ponctueront sa carrière. Jean-Marc sera même "chanté" par plusieurs chanteurs et poètes.

Au début des années 80, les musiciens allant chacun leur chemin, Jean-Marc Le Bihan continuera tout seul sur les routes, dans les salles, sur les places de France et de Navarre.

Tracklist:
1. Que faut-il te dire ?
Jean-Marc le Bihan / André Perras, Dominique Pardo
2. J'ai
Jean-Marc le Bihan / André Perras
3. Plaisanterie
Jean-Marc le Bihan / André Perras, Dominique Pardo
4. Le pavillon des suicidés
Jean-Marc le Bihan / André Perras, Dominique Pardo
5. Jusqu'au bout
Jean-Marc le Bihan / Dominique Pardo
6. Le souvenir d'Hélène
Jean-Marc le Bihan / Dominique Pardo
7. La misère et la mort
Jean-Marc le Bihan / Dominique Pardo
8. Angoisse de vivre
Jean-Marc le Bihan / André Perras, Dominique Pardo
9. Deux vieux qui s'aiment encore
Jean-Marc le Bihan / Michel Rampillon
10. Les rues du désert
Jean-Marc le Bihan / Dominique Pardo
11. Willi chantait
Jean-Marc le Bihan / Jean Marie Sanchez
12. Regarde-toi
Jean-Marc le Bihan / André Perras, Dominique Pardo
13. Silence
Jean-Marc le Bihan / Dominique Pardo, Philippe Allano
14. Chanson surréaliste
Jean-Marc le Bihan / Dominique Pardo
15. Ecoute le coeur des gens
Jean-Marc le Bihan / Michel Rampillon, Bernard Giguet

http://ti1ca.com/gech26uv-JMLB-JMLB.rar.html

Un animateur de la Rive Gauche.....de la Saône.Le troubadour lyonnais.

UN SOIR A L'ECLUSE



Une petite soirée au cabaret,à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/UN-SOIR-A-L-ECLUSE-td14682.html

JEAN JACQUES DEBOUT



Jean-Jacques Debout, né le 9 mars 1940 dans le XIIe arrondissement de Paris, est un auteur-compositeur-interprète français.
Le jeune garçon se passionne alors pour la musique et chante dans une chorale. Sa grand-mère, collaboratrice à L'Humanité, l'inscrit à un concours de chant organisé sur la Place du Tertre. Il interprète un classique de Charles Trenet qui y assiste en personne et félicite le jeune homme pour sa prestation. Trenet le recommande à Patachou pour l'engager comme artiste dans son cabaret. Vers 17 ans, Jean-Jacques occupe un emploi de coursier au sein des Éditions musicales Raoul Breton. En 1957, il se produit au Théâtre des Capucines avec Micheline Dax et Nicole Croisille dans Cocktail sexy ou folie furieuse. Maurice Vidalin et Jacques Datin le persuadent d'enregistrer Les Boutons dorés qu'ils viennent d'écrire à son intention, chanson inspirée par son histoire de pensionnaire parmi les orphelins de la guerre. Nous sommes en 1959 et c'est un succès qui installe le chanteur, pour qui Charles Aznavour écrit quelques chansons.
Il fait ses débuts chez Patachou avec Maurice Fanon, Frida Boccara, Hugues Aufray...Le service militaire l'éloigne un temps des studios et interrompt sa carrière prometteuse. À son retour, les donnes du métier ont changé, le phénomène yé-yé prend de l'ampleur. Jean-Jacques écrit pour Sylvie Vartan et Johnny Hallyday respectivement les chansons Tous mes copains et Pour moi la vie va commencer.
Il fait également la connaissance de Chantal Goya, jeune vedette du film de Jean-Luc Godard Masculin féminin à qui il dédie Nos doigts se sont croisés, titre avec lequel sa carrière reprend véritablement. Il remporte, en 1964, la première Rose d'Or d'Antibes.

1960
Face A :
        1. L’été
        2. Notre-Dame de la cambriole
        3. Le Musée de l’Armée
        4. La belle au bois
        5. Gosse de Paris
Face B :
  1. Les boutons dorés
        2. Le marchand d’eau
        3. Marie la bleue
        4. Le vieux manège
        5. La corde
Crédits
complémentaires : Accompagné par Jean Leccia et son orchestre (A3, A5, B1, B3) - Hubert Degex et son orchestre (B4, B5)

Bonus:
La lanterne rouge
Le ballon bleu

JOHNY RECH

Johny Rech



Guitariste, chanteur, compositeur
Au début de sa carrière, Johny RECH a chanté ses chansons:

- chez "PATACHOU" avec Hugues AUFRAY
- au  "GOLF DROUOT" avec Johnny HALLYDAY et Eddie MITCHELL
- à  "l'OLYMPIA" en première partie avec les BEACH BOYS
- chez "MOINEAU" avec Jean FERRAT
- à la "GALERIE 55" avec Jean YANN
- à la "ROTISSERIE DE L'ABBAYE"  avec Pierre PERRET
- à "MILORD L'ARSOUILLE" avec Serge GAINSBOURG
- chez "GEORGES" avec Georges MOUSTAKI
- à la "POLKA DES MANDIBULES" avec Pierre RICHARD et Victor LANOUX.
Il a écrit pour:

Juliette GRECO, Francoise HARDY, DALIDA, Marie LAFORET, Serge REGGIANI, Michelle TORR, Eric CHARDEN, STONE, Johnny HALLYDAY, Georghe ZAMFIR, Georges JOUVIN, etc...

Johny Rech, débarqué dans la chanson en 1961, est plutôt bien considéré. Le numéro 2 de Hello (15 janvier 1963), prenant acte de « l’enterrement du twist », prédit un « retour offensif de la chanson traditionnelle grâce notamment à de jeunes débutants de qualité, Claude Nougaro, Leny Escudero, Johny Rech […] ». Rien à dire, le petit dernier, dont la presse a tendance à mal orthographier le prénom – chassez le n(aturel), il revient au galop d’un cheval de Camargue que l’autre Johnny se plaisait à monter – , est en bonne compagnie. Avec d’autres chanteurs « poétiques » comme Jean-Claude Annoux ou Gribouille, ils chantent pour les mêmes « jeunes » qui applaudissent Sylvie Vartan ou Jacky Moulière. Car il y avait, sur les gradins œcuméniques d’Age tendre et tête de bois (la petite messe cathodique animée par Albert Raisner), un temps pour taper du pied et un autre pour se prendre la tête dans les mains. N’en déplaise à ceux qui, l’ayant vécu pourtant, s’obstinent à le nier. Une preuve de plus ? Les quatre premières entrées du « Trombinoscope des copains », en page 7 du numéro 36 de Salut les copains, sont les suivantes : Boy (Danny), le leader des Pénitents ; Brassens (Georges), « […] un poète remarquable [qui] a effrayé à ses débuts plus d’un bourgeois » ; Brel (Jacques), qui « s’efforce d’écrire des textes sensés auxquels il donne plus d’importance qu’à la musique » ; Brent (Gérard), qui « a fait ses débuts avec une formation baptisée les B.T.M. (Boogie-Twist-Madison) ».
Alors, de la Villa d’Este au Golf Drouot, de l’Echelle de Jacob à l’Olympia (en première partie des Beach Boys)… il s’est frotté à tous les publics et a connu son petit succès, Johny Rech, mais n’a pas accroché.
René Troin

45 tours
1961
Face A1 : Le nain
Face A2 : Moi je donne mes chansons
Face B1 : Mon ami Christophe
Face B2 : C’est bizarre…


1962
Face A1 : Je t’offre (M Lanièce - J. Rech)
Face A2 : Michèle (Rech)
Face B1 : Y’a longtemps (Rech)
Face B2 : Les arbres de ma rue (Rech)

Face A1 : Sur un air de ballade (Johny Rech - Alain Tanguy / Johny Rech)
Face A2 : Le printemps m’a donné (Johny Rech - Alain Tanguy / Johny Rech)
Face B1 : Ça pirouette dans ma tête (Johny Rech - Alain Tanguy / Johny Rech)
Face B2 : Je n’ai qu’une guitare (Johny Rech)

les 2 en 1
http://ti1ca.com/ca1grkcm-JDJR-JDJR.rar.html

CHANSONS D'AUTEURS 1961
33 Tours - 30 cm - Collection " Philips Réalités"



La collection "de luxe" des disques Philips dans les années 60.
à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/CHANSONS-D-AUTEURS-quot-Collection-Philips-Realites-quot-td14709.html

OLIVIER JEANES



Fils de la pianiste Dominique "Domino" Jeanès. A aussi enregistré en 1961 sous l’alias Les Moines de Saint-Roch avec Jean-Claude Annoux et Ida Sperone.
Il a représenté la France en 1959 au Festival de la chanson de Knokke (Knokke-festival), aussi appelé Coupe d'Europe du tour de chant. Cefut un festival musical qui se tint entre 1959 et 1973 au casino de Knokke-Heist et où plusieurs pays s'affrontaient par équipes.

Il fut créé en 1959 pour rivaliser avec le Festival de San Remo et le Concours Eurovision de la chanson.
L'équipe française était composée en 1959 de Jean-Paul Vignon; Gelou; Olivier Jeanès; Robert Jeantal; Jean-Yves Gran.
Il eut un petit succès avec la chanson Au Voleur,qui rappelle un peu la chanson Fever.
Pas de renseignement sur ce chanteur,qui fit une fois l'Olympia.

45 tours
1956
Face A1 : Je vous présente Claire (Noël Guyves)
Face A2 : Lune de miel à Paris
Face B1 : Le temps des noisettes
Face B2 : Tu n’peux pas faire ça, Claire

Face A1 : Avec les anges
Face A2 : Le tueur de temps
Face B1 : Le singe et moi
Face B2 : Un p’tit coup de musique

1957
Face A1 : Paris Bohème
Face A2 : Les deux tourterelles
Face B1 : Festival d’Aubervilliers
Face B2 : Ah ! Dis donc, dis donc

Face A1 : Qu’on est bien
Face A2 : Mangos
Face B1 : Sérénade à une parisienne
Face B2 : La dernière fois

1959 Le Coq de la Chanson Française
Face A1 : Je te tendrai les bras
Face A2 : Sophie
Face B1 : Pour ton mariage
Face B2 : Au voleur

1962
Face A1 : Le temps des innocents
Face A2 : Viens danser, la mariée
Face B1 : Les tambours
Face B2 : En attendant ce jour

http://ti1ca.com/bvg197hi-OLJE-OLJE.rar.html

JEAN CLAUDE ANNOUX



Jean-Claude Annoux est un auteur-compositeur-interprète français, né Jean-Claude Bournizien le 15 mai 1939 à Beauvais, et décédé le 2 octobre 2004 à Martigues, .

Il est l'auteur des chansons Aux jeunes loups en 1965 et des Touristes.
Après avoir écrit des chansons pour Marcel Amont, Philippe Clay et Richard Anthony, il enregistre lui-même ses propres compositions dès 1963.

Une année plus tard, c'est la consécration avec son titre le plus célèbre Aux jeunes loups. Grâce à cette chanson, il remporte le Grand Prix de l'Académie Charles-Cros en 1965. D'autres succès suivent, dont Vive la mariée, Trois roses rouges ou bien encore Plus heureux que le roi.

Jean-Claude Annoux est victime d'un accident de voiture et ses projets musicaux sont suspendus. En 1993, après avoir écrit un livre au titre évocateur Gare au Show Biz, il compose et écrit une chanson du même titre qui deviendra un clip vidéo. Avec son épouse Nicole, il quitte sa chère butte Montmartre, et s'installe en vicomté de Turenne en Corrèze... Il collabore à Radio Vicomté, dirigée par Daniel Fender, où il anime une chronique hebdomadaire, caustique et indépendante. Au centre culturel de Brive la Gaillarde, il crée un atelier de chansons ouvert aux jeunes talents.

Tracklist:
01 Aux Jeunes Loups 3:25
02 La Chemise 2:30
03 Vive La Mariée 2:30
04 Prière Pour Aujourd'hui 2:30
05 Les Rentiers De L'amour 2:50
06 Trois Roses Rouges 2:50
07 Plus Heureux Que Le Roi 2:05
08 Nous Autres 2:10
09 Ma Rose De Chair 2:50
10 Je Ne Sais Pas Chanter Les Chansons D'amour 2:40
11 Le Tiercé 3:15
12 Les Touristes
13 A la première Sophie
14 Le concerto
15 C'est formidable
16 Celles qu'on épouse
17 Le coeur de la Maria
18 Les amants
19 Une chanson
20 La vie
21 Le jour de notre amour

http://ti1ca.com/38osxue9-JCAN-JCAN.rar.html

ANNIE FRATELLINI



Annie Violette Fratellini est une artiste française, clown, multi-instrumentiste, actrice, chanteuse, née à Alger le 14 novembre 1932 et morte à Neuilly-sur-Seine le 1er juillet 1997.
Née à Alger où son père, clown et trapéziste, était en engagement, elle a commencé sa carrière au cirque Medrano en 1948 où ses oncles lui apprennent la musique et l'acrobatie. Elle prit d'abord le chemin de la chanson, du jazz et du cinéma. Elle épousa en premières noces Pierre Granier-Deferre dont elle eut une fille, puis Pierre Étaix en 1969. Ce dernier, amoureux fou du cirque, lui permit de renouer avec son milieu d'origine.

Dotée d'une voix chaude et musicale, elle avait une élégance vocale naturelle et une netteté du phrasé. Après s'être produit comme chanteuse de l'orchestre du trompettiste Philippe Brun, dans des boites de jazz et des cabarets, en France et en Suisse, elle présente à l’Olympia, mêlant cirque et music-hall un tour de chant. Ainsi en entrée, elle reprend sa fameuse boule bleue tout en chantant une chanson un vaguement autobiographique "L’enfant de la balle". Puis après avoir affirmé sa technique vocale elle enregistre un premier disque chez Ducretet-Thomson, dans lequel elle reprend quelques standards américains de jazz en français. Ne rencontrant en France qu'un succès d’estime elle part en 1965 en Roumanie où elle fait avec un pur tour de chant, sans aucun élément de cirque à part un concertina, un énorme un tabac.

Rentrant en France elle décide de monter un orchestre de dixieland et passe avec succès à Bobino, puis entame des tournées dans les cabarets, boites de jazz… et enregistre chez Decca ou chez Ducretet-Thomson de nombreux disques où on peut entendre des standards indémodables comme: "J'ai ta main" (immortalisée par Trénet), "Vous qui passez sans me voir", "It had to be you", un des succès de Sinatra, une chanson d'Aznavour "Mon amour", mais aussi des titres moins connus, comme "Le gars de Rochechouart", écrit par Boris Vian, sur une musique d'Henri Salvador…
Elle poursuit cette carrière de chanteuse et de musicienne, mais un jour rencontre Pierre Etaix, l’épouse en 1969 et revient à la piste et crée avec lui une école de cirque mais cela est une autre histoire…
Elle est un clown inoubliable, avec son visage rond comme une lune blanche, et une des rares joueuses au monde de concertina, ce petit accordéon des clowns. Passeuse de savoir infatigable et généreuse, elle rend possible l'accès des jeunes à la profession et accueille les gens du cirque en quête d'un lieu de répétition et de spectacle. Elle fonde aussi le Lycée professionnel privé Fratellini, établissement unique qui forme ses élèves aux métiers techniques du cirque (montage de chapiteau, de matériel d'artiste - trapèze, fil, agrès - éclairage, sonorisation, menuiserie, métallerie) tout en les initiant aux disciplines artistiques.

L'école Fratellini lui survit, sa fille, Valérie Fratellini, trapéziste et écuyère, ayant décidé de reprendre le flambeau. L'une des patries historiques du cirque, Moscou, lui a rendu hommage au printemps 1998.

1958 1er LP

A1 Celui Que J'Aime "The Man I Love"
A2 C'est Merveilleux L'amour
A3 Quand Tu Viens Chez Moi Mon Coeur
A4 It Had To Be You
A5 Paris Souvenirs
B1 J'Ai Ta Main
B2 Le Gars De Rochechouart
B3 J'aimerais Tellement Ça
B4 Why Do I Love You De L'opérette "Show Boat"
B5 Ça C'est L'amour Du Film "Les Girls"

BEN ZIMET
Yiddish Folk Songs Vol. 1



Ben Zimet est un chanteur et conteur yiddish, « de nationalité canadienne, d'ascendance juive polonaise, qui a longtemps habité en France ». Il vit maintenant (en 2010) entre Paris et Dakar au Sénégal.
Il naît dans une famille juive réfugiée en Belgique le 3 février 1935. Sa mère est originaire de Nuremberg en Allemagne, son père vient de Pologne. À l'invasion allemande, sa famille part vers la France, dans le midi puis après l'invasion de la zone libre, en Corrèze. Pour protéger leurs trois enfants, ses parents sont contraints de les confier à différentes familles chez qui ils vivent jusqu'à la fin de la guerre comme des enfants cachés. Il y sera enfant de choeur. Après la Libération, la famille se reconstitue et vit à Paris jusqu'en 1948 quand ils vont rejoindre d'autres membres de leur famille au Canada.
Après avoir vécu en Amérique, Ben Zimet s'est installé à Paris, où il a débuté avec Eddy Schaff en 1973, au café-théâtre parisien La Vieille Grille tenu par Maurice Alezra avec Jacques Higelin, Daniel Lalou, contant en français et chantant en yiddish le monde des Juifs d'Europe orientale .Au fond de lui subsiste un vieux désir de chanter, de redonner vie à la culture yiddish, sans oublier le blues, ce chant du peuple noir dont l'asservissement l'émeut tant. D'abord chanteur de rue, Ben Zimet gravite dans les petits cabarets rive gauche avant de connaître enfin le succès. Son spectacle Chants et contes de Yiddish land" présenté sur des grandes scènes parisiennes, tourne dans toute l'Europe et jusqu'en Australie.



Ben Zimet s'est produit à maintes reprises sur scène, notamment au Théâtre de la Ville et aux Bouffes du Nord à Paris.

Il a enregistré une douzaine de disques de chants yiddish et de musique, seul ou avec la chanteuse yiddish Talila, qui a été sa compagne. Il a joué dans plusieurs films, comme Swing de Tony Gatlif qui rend hommage à la musique tzigane.

Tracklist
1 Lomir Zich Iberbetn
2 Papir Iz Doch Vaiss
3 Klein Yidele
4 Bulbes
5 Vi Bist Di Gevezen
6 Freilachs
7 Pogrom
8 Drei Techterel
9 A Soudeniou
10 In A Kleine Chtibele
11 Der Filosof
12 Hooter Tooter
13 Az Der Rebbe Zingt
14 Yankele

les 2 en 1
http://ti1ca.com/wx0bwyep-AFBZ-AFBZ.rar.html

GELOU



Gélou, née Geneviève Cognet à Lille le 10 août 1938, et morte le 23 novembre 2014 au Chesnay, est une chanteuse de rock 'n' roll et actrice française.
Après avoir passé son bac, elle entre au conservatoire d'art dramatique de Lille et obtient le 1er prix de comédie. Elle se rend à Paris et s'inscrit au Cours Simon. À la suite d'un pari avec ses amis, elle s’inscrit aux « Numéros 1 de demain », un concours de chant sur Europe 1, qu'elle gagne. Elle entre chez Barclay et y enregistre deux disques (1957). Le choix des chansons ne lui plaisant pas, un conflit éclate avec son éditeur, qu'elle quitte pour rejoindre les disques BAM en 1961.

Elle monte alors le groupe de rock, Gélou et le Machiavel Rock. Elle participe en 1961 au festival de rock du cabaret Le Tabarin et devient la première chanteuse de rock 'n' roll en France, pour le public et pour tous les médias. Tout s’enchaîne : tournées avec Gilbert Bécaud, Sacha Distel, Vince Taylor, l'Olympia avec les Pirates, concerts et télés à l'étranger. Elle enregistre plusieurs disques dont Salomé, qui obtient un petit succès.

Également comédienne, Gélou joue au théâtre pendant un an la pièce Deux pieds dans la tombe (1961), et Pas d'usufruit pour tante Caroline, avec Pierre Dac et Paul Préboist (1962). Parallèlement, elle mène une carrière d'actrice au cinéma dans Les Livreurs, de Jean Girault (1961), C'est pas moi, c'est l'autre, de Jean Boyer (1962), Le quatrième sexe, de Alphonse Gimeno (1963).


45 tours
1957
Face A1 : Oeil de verre, jambe de bois
Face A2 : Mon bon vieux phono
Face B1 : Ah ! Dis-donc, dis-donc
Face B2 : Dixieland bastringue
Crédits
complémentaires : Accompagné par Onésime Grosbois et son orchestre

Face A1 : Java partout
Face A2 : Mon vieux marin
Face B1 : Y’avait
Face B2 : La java des gaulois

1961
Voir : GELOU (Geneviève COGNET)
Face A1 : Donne, donne, donne… (Boris Vian / Henri Salvador)
Face A2 : Tant qu’il y aura (Jean Renard)
Face B1 : Gan Eden (David Reich / David Reich - Claude Delon)
Face B2 : C’est un fou (Guy Bertret - Christian Jollet / Royce Swain)

Face A1 : Salomé (Bataille - Henri et Louis Lemarchand - Robert Stolz)
Face A2 : Les millions d’Arlequin (Bertal - Mauban - Richard Drigo)
Face B1 : Arrête-toi où l’on danse (Pierre Saka - Cry Jones)
Face B2 : Crie mon coeur (Claude Carrère - Ralph Bernet)

1962
Face A1 : Viens twister !
Face A2 : Dieu m’a faite pour toi
Face B1 : C’est toi qui m’a appris l’amour
Face B2 : Ils croient à leur danse

Face A1 : Délivre-moi (Unchain my heart) (Pierre Delanoë / Agnès Jones - Freddy James)
Face A2 : Le 3ème homme (Harry Lime theme) (Anton Karas / Louis Hennevé - Palex)
Face B1 : Baby, it’s you (G. Bertret - R. Desbois / David - Williams - Bacharac (sic))
Face B2 : Loréla (Hey, lawdy lawdy) (D. Gérard - Charles Singleton)

http://ti1ca.com/ol2gpzhg-GELO-GELO.rar.html

JEAN PAUL VIGNON



J’ai passé mon enfance à Djibouti. A l’époque, c’était une colonie française mais le franc de Djibouti étant en parité avec le dollar américain, presque tous nos produits étaient américains, en particulier les films qui ont fortement influencé le petit garçon que j'étais. Dès l'âge de 5 ans je voulais voir ces grands espaces des films western !
En France, j'ai fait mes études à Avignon et une année de médecine à Marseille. La médecine ne m'a pas plu, alors je suis monté à Paris où j'ai rencontré le fameux éditeur Raoul Breton et sa femme, qui m'ont donné de bons contacts. Tout est arrivé très vite. J'ai fait deux films en vedette à 20 ans. Mais c'était la guerre d'Algérie et j'ai dû partir à l'armée pour 28 mois. Dans le show business, c’est très long. Quand je suis revenu, on m’avait oublié…
J’ai décroché un contrat pour chanter à bord du paquebot Liberté. C’était son dernier voyage, avant l’arrivée du France, entre la France et New York. Pendant le voyage, j’ai sympathisé avec un couple d’Américains qui m’ont dit qu’ils me présenteraient à des gens pour débuter à NY.
Les Beatles sont arrivés et le rock n’roll a pris toute la place. Il n’y avait plus de show de variétés ou de cabarets. C'est alors que j'ai eu la chance d'être engagé dans un film "THE DEVIL'S BRIGADE" avec William Holden. Je suis donc allé à Hollywood et petit à petit je suis devenu plus acteur que chanteur.

Il a représenté la France en 1959 au Festival de la chanson de Knokke (Knokke-festival) en compagnie de Olivier Jeanès et Jean Yves Gran.
Il a chanté en duo avec Farrah Fawcett.

45 tours
1957
Face A1 : Madame la Lune (J.-P. Vignon - A. Lasry)
Face A2 : Les étoiles s’amusent (J.-P. Vignon - A. Lasry)
Face B1 : Mon amour (Ch. Aznavour)
Face B2 : Le chant des moissons (P. Saka - H. Decker)

Face A1 : Djibouti (Pelletier - Vignon)
Face A2 : La pluie (Pelletier - Vignon)
Face B1 : J’ai un ticket (Pelletier - Vignon)
Face B2 : Mademoiselle Catherine (Lasry - Vignon)

1960
Face A1 : Si vous permettez, Mam’zelle (E. Barclay - J.P. Vignon)
Face A2 : Misty (Errol Garner - J. Datin - M. Vidalin)
Face B1 : Cha cha du coeur (F. Gérard - J. Constantin)
Face B2 : Pour vous Madame (Vignon - J.C. Pelletier)

1961
Face A1 : Hi ha hi ha ho
Face A2 : Tout est nouveau
Face B1 : Sans chemise
Face B2 : Quand le soleil se lèvera

1962
Face A1 : Coeur gros brisé (D. Gérard - L. Morisse - B. Hilliard)
Face A2 : L’an dernier (J.-P. Vignon)
Face B1 : La belle que voilà (J.-P. Vignon - G. Lévecque)
Face B2 : Hou ! Ha ! Hé ! (le coeur) (J.-P. Vignon - G. Lévecque)
Face B1 : Excusez-moi si j’ai vingt ans
Face B2 : Un tout petit miracle

http://ti1ca.com/sw043h47-JPVI-JPVI.rar.html

JEAN YVES GRAN



Fils d’un chef d’orchestre de jazz lyonnais, enfant, Jean Yves Gran, se faisait bercer au son des musiques de Louis Armstrong et de Duke Ellington. Il étudie la guitare à 14 ans et la clarinette à 17 ans. Après le service militaire, armé de sa guitare et de son vibraphone, il devient jazzman en Algérie. Il écrit des chansons et quelques années plus tard, il s’envole pour Paris. Il gagne le 2e prix du concours Numéro 1 de demain pour Europe 1 en 1958.
En 1959 il représente la France au Festival de la chanson de Knokke (Knokke-festival) .

L’année suivante, il présente une nouvelle chanson au Coq d'or de la chanson française intitulée Pour ton mariage. Gagnante du troisième prix, cette chanson est enregistrée par Félix Marten, qui la chante au mariage du roi Beaudouin de Belgique en 1960. La suite fera de Jean Yves un chanteur connu pour ses talents de compositeur-interprète et … pour son charme. Il signe un contrat avec Eddie Barclay, grand patron des disques Barclay, et chante ensuite à Bobino et à l’Olympia en première partie de vedettes américaines de renom comme Nancy Holloway et Gene Vincent.
Il participe en Belgique, en 1963, à la Coupe d'Europe de Tour de Chant parrainé par Édith Piaf et remporte le premier prix dans la catégorie chanteur de rythme.  

Il s'expatrie au Québec en 1980.et se met au service des jeunes talents. Il a formé une pléiade de jeunes artistes de la région avec lesquels il a fondé une compagnie artistique et donné une série de spectacles au Québec et en Ontario.                                              

45 tours
1958
Face A1 : Marchand de fruits (Jean-Yves Gran)
Face A2 : Cette étoile c’est toi (Jean-Yves Gran)
Face B1 : O toi qui vas (Jean-Yves Gran)
Face B2 : Emmène-moi au bout du monde (Jean-Yves Gran)


1960
Face A1 : À coeur battant
Face A2 : L’amour s’accroche à toi
Face B1 : Un tonnerre de joie
Face B2 : Quand nous reviendrons

1962
Face A1 : Tu l’aimeras toujours (A. Pascal - J.Y. Gran)
Face A2 : Grain de café (J.Y. Gran)
Face B1 : Ça commence (P. Delanoë - J.Y. Gran)
Face B2 : Myriam (Régent - J.Y. Gran)

Reviens,je ne veux que toi
On ne peut pas s'en empêcher
Le Grand Cerdan


LES GUARANIS
El Humahuaqueno 1962



Les premiers enregistrements Barclay des "Guaranis" sont ceux de la première formation qui arrive en France en 1951 avec les Ballets de l'Amérique Latine de Joaquin Perez Fernandez: Cristóbal Cáceres (1917-1995), Angel Sanabria (-1982), Gerardo Servin (harpe; 1921-2011) et Francisco Marin (1919-2008). Leur histoire commune avait commencé à Buenos Aires en 1947 quand ils avaient intégré l'orchestre de Felix Pérez Cardozo. C'est Mauricio Cardozo Ocampo qui propose leurs noms à Joaquin Perez Fernandez qui cherchait des musiciens pour accompagner ses ballets en Europe. En France,les "Trovadores Guaranies" remplissent leur contrat puis deviennent "les 4 Guaranis" pour enregistrer chez BAM. Ils passent rapidement à 5 avec la danseuse Florence, épouse de Francisco Marin. Ils vont ensuite enregistrer chez Barclay sous le simple nom "Les Guaranis". En 1955, les membres du groupe se séparent et chacun créera sa formation.
 Francisco Marin, resté seul avec son épouse Florence et le danseur Paco Sanchez, va appeler son groupe "Les Guaranis de Francisco Marin" à la demande de Barclay, pour éviter toute confusion avec les autres Guaranis. La composition du groupe changera ensuite à plusieurs reprises (Lorenzo Leguizamon, Armando Rivero, Nenequita Caceres, Pedro Leguizamon, Ignacio Alderete, Virgilio Rojas, Romano Zanotti, Milton A. Zapata. Ramon Romero,...). Pour la discographie, la confusion demeure sur la composition du groupe correspondant à chaque disque : les membres photographiés sur les pochettes ne sont pas forcément ceux qui chantent et le même disque peut contenir des morceaux de différentes formations. On retrouve ainsi des morceaux des 4 Guaranis d'origine dans des disques ultérieurs.
Les Guaranis se produisaient sur la Rive Gauche dans leur cabaret Le Rancho Guarani.

Les Guaranis de Francisco Marin / Barclay / 86054

    Face A :
    El humahuaqueno
    Recuerdo de Ypacarai
    El jinete
    Cascada
    Me he de comer esa tuna
    Face B :
    La bamba
    Paloma bianca
    La palomita
    Cabure'i
    Pajaro Campana

les 2 en 1
http://ti1ca.com/oj8tmnww-LGYG-LGYG.rar.html

DUPONT ET PONDU



Dupont et Pondu est un duo d’humoristes et chanteurs français, populaire dans les années 1960. Il était composé de Jean-Louis Walmond et Olivier Chasseloup.
"Que se passait-il quand on était jeune comédien et qu'on ne connaissait personne? Ben on faisait du cabaret.Le cabaret Rive Gauche était la première marche d'escalier dans la vie d'un comédien "
Bernard Haller
Tracklist:
1962
01 Eve a bien raison
02 Barcarolle pour un plombier
03 Tanguina
04 Les rois du dimanche matin

1970
01 Pour ton petit Noël
02 A la fenêtre
03 Alleluia
04 La troisième
05 Les séducteurs
06 Viens sur ma péniche
07 Le téléphon
08 les belles étrangères

PIERRE ET MARC JOLIVET



Pierre Jolivet, né le 9 octobre 1952 à Saint-Mandé en France, est un réalisateur, acteur et scénariste français.
Issu d'une fratrie de quatre enfants, il est notamment le frère de l'acteur, réalisateur, scénariste et humoriste Marc Jolivet,né le 17 Juin 1950. Dès 1973, les deux frères forment un duo .Durant les événements de mai 1968, il monte avec Marc des spectacles dans les usines en grève. Après avoir été animateurs au Club Med durant 4 ans, les deux frères montent un duo comique, « Recho et Frigo » sur TF1, qui va devenir très populaire dans le milieu des années 1970.
Ils passaient au  Port du Salut (rue St Jacques)
Le duo se sépare en 1980 après le tournage du film Alors... Heureux ?

Tracklist:
01 Présentation
02 Le fils d'Hitler
03 Le martien rose
04 Je veux je veux je veux mais je peux pas
05 Merci
06 La boxe
07 Les vampires
08 Donnez-nous de l'amour

Les deux dans le même lien
http://ti1ca.com/9zd0v5vz-DPFJ-DPFJ.rar.html

LES SNOBS
Par quelques uns des leurs 1955



01 Le fan Christian Duvaleix
02 Les Ghislaine Mathilde Casadesus
03 La vie passe  Claire Leclerc
04 La femme du monde Jacqueline Maillan
05 Rendez-vous au Pam Pam Christian Duvaleix
06 Vernissage Pierre Latour
07 J'suis venue nue Simone Alma
08 Sciences Po Francis Claude
09 Un p'tit bock Simone Alma
10 À propos de style Pierre Latour
11 L'enfant de la femme de ménage  Fabien Loris
12 Il faut passer le temps  Agnès Capri
13 Surprise-party chez Lily Christian Duvaleix
14 BONUS J'suis snob - Boris Vian

à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/LES-SNOBS-quot-Par-quelques-uns-des-leurs-quot-td14763.html

ALAIN BARRIERE
45 tours 1961/1963



Alain Barrière, né Alain Bellec, le 18 novembre 1935 à La Trinité-sur-Mer (Morbihan), est un auteur-compositeur-interprète français. Il a connu plusieurs succès, dont Elle était si jolie, Ma vie et Tu t'en vas.
En 1961, il adopte son pseudonyme et participe au concours du Coq d’or de la chanson française dont la finale se déroule à l'Olympia. Il parvient en finale avec sa chanson Cathy et se classe 11e sur 12. Mais pendant ce concours Bruno Coquatrix le remarque et Alain Barrière signe un contrat avec la maison de disques RCA.

En février 1962 il passe à l'Olympia dans le programme de Colette Renard où il interprète 5 chansons.

Il vit alors de quelques cachets dans les petites salles parisiennes en particulier au Milord l'Arsouille avant de se faire un nom, en 1963, avec le succès du titre Elle était si jolie, sélectionné pour représenter la France au Concours Eurovision de la chanson où il finit 5e. Le pianiste et chef d'orchestre André Livernaux assure les arrangements de ses premières chansons.C'est en 1964 qu'il obtient son plus grand succès avec Ma vie et qu'il se produit en vedette à l'Olympia.
Ma vie deviendra un tube exceptionnel en Amérique du Sud (8e au Chili, 9e au Pérou, 1er en Argentine, 1er au Brésil, 3e en Bolivie, 2e en Uruguay)

Tracklist:
1961
Face A1 : Cathy (Alain Barrière)
Face A2 : S’il fallait que sur terre (Alain Barrière)
Face B1 : On m’a battu (Alain Barrière)
Face B2 : Mon vieux Joe (Alain Barrière)

1962
Face A1 : Les gens qui vont
Face A2 : Une fille pleurait
Face B1 : Lisbonne
Face B2 : Juste en passant

Face A1 : Je reviendrai d’Al Cantara (Alain Barrière)
Face A2 : Mon cerisier (Alain Barrière)
Face B1 : La ballade des amours (Alain Barrière)
Face B2 : J’ai perdu (Alain Barrière)

1963
Face A1 : Elle était si jolie (Alain Barrière)
Face A2 : Le temps d’une valse (Alain Barrière)
Face B1 : Plus je t’entends (Alain Barrière)
Face B2 : La route (Alain Barrière)

Face A1 : La Marie Joconde (Alain Barrière)
Face A2 : J’aurais voulu (Alain Barrière)
Face B1 : Je ne sais pas trop pourquoi (Alain Barrière)
Face B2 : Longtemps (Alain Barrière)

1964
Ma vie

http://ti1ca.com/j5o6ae0l-ALBA-ALBA.rar.html

JACQUES DOYEN
Doyen Lasry 1958
Poèmes dits par Jacques Doyen,Musique de Jacques Lasry



Dans les cabarets de la Rive Gauche,on aimait la poésie.Jacques Doyen passait dans plusieurs d'entre eux.
Il passe au Cabaret Le Petit Pont, avec Hélène Martin Rue du Petit Pont (4ème) ou sur la scène de la Contrescarpe .Il passe aussi à La Colombe:
En 1954, Michel Valette achète, pour en faire un cabaret, un vieux café d'un immeuble ancien de l'Ile de la Cité (rue de la Colombe , 4ème).
Il anime les soirées de La Colombe, faisant chanter ses convives, parmi lesquels un jeune ingénieur, Guy Béart, qu'il engage.
Colette Chevrot y chanta les textes les plus "féroces" de Boris Vian et de Jean Yanne .
La Colombe devient vite un endroit à la mode, où l'on découvre Hélène Martin, Jacques Doyen, Anne Sylvestre, Paul Villaz, Bernard Haller, Pauline Julien, Monique Morelli, Jean Ferrat, Marc Ogeret, Pia Colombo, Maurice Fanon, Francesca Solleville, Romain Bouteille, Virginie Vitry , Pierre Perret, Roger Riffard, Luce Klein, Christine Sèvres...
Jacques Doyen fut aussi engagé au Bateau Ivre. Tenu par Pol Serge, en compagnie de David et Dominique, Didier Kaminka, Jacques Bertin, Jo Schmelzer, Jean Vasca, Francisco Montaner

Tracklist:
01 La ballade des pendus - François Villon
02 Annabel Lee - Edgar Poe
03 Batterie - Jean Cocteu
04 La femme infidèle - Federico Garcia Lorca
05 Nonoche - Colette
06 Gui chante pour Lou - Guillaume Apollinaire
07 Chant De La Grand' Route - Walt Whitman
08 Je sais - Pierre Emmanuel
09 Un feu vivant - Luc Bérimont
10 Visite - Charles Vidrac
11 Farendol - Renè Barjavel
12 Le dit de la force de L'amour - Paul Eluard
13 Le Rachdingue - Henri-François Rey

http://ti1ca.com/i18njv8f-DOLA-DOLA.rar.html

MARIE LAFORET
Premiers 45 tours,et premier album 1963/1964



Marie Laforêt, de son vrai nom Maïtena Marie Brigitte Douménach, née le 5 octobre 1939 à Soulac-sur-Mer (Gironde), est une chanteuse et actrice française. Depuis 1978, elle vit à Genève et possède aussi la nationalité suisse.
Sa carrière commence après qu'elle eut remporté le concours « Naissance d'une étoile », organisé par Europe no 1 en 1959. Elle y aurait remplacé sa sœur au pied levé... Elle y décroche un rôle dans un film de Louis Malle, Liberté. Remarquée par Raymond Rouleau, elle fréquente les cours de théâtre de celui-ci. Le projet de film de Louis Malle est en fin de compte abandonné et c'est avec Alain Delon et Maurice Ronet dans Plein Soleil de René Clément qu'elle fait sa première apparition remarquée au cinéma.

Les rôles se suivent, en 1961 elle épouse le réalisateur Jean-Gabriel Albicocco (1936-2001), qui la fait tourner dans deux de ses films : la Fille aux yeux d'or d'après le roman d'Honoré de Balzac et Le Rat d'Amérique d'après celui de Jacques Lanzmann, avec un autre chanteur comédien, Charles Aznavour. En février 1963 sort son deuxième 45 tours (après la BO du film de Marcel Moussy Saint-Tropez Blues en 1960, qu'elle enregistre avec son ami d'enfance Jacques Higelin), qui marquera sa carrière pour toujours. C'est l'avènement des Vendanges de l'amour, énorme succès, écrit par Danyel Gérard.

Elle aussi eut un passage dans les cabarets,en particulier Chez Gilles / La Tete de l'Art (avenue de l'Opéra)
A la Tête de l'art on put applaudir : Jacques Brel, Pia Colombo, Marie Laforêt, Jacques Dutronc, Dalida, Nana Mouskouri, Pierre Perret, Charles Trenet, Juliette Gréco, Fernand Reynaud, Raymond Devos, Mick Micheyl, Mathé Althéry, Jean Pierre Ferland, Théo Sarapo, Léo Ferré, Alain Barrière, Mouloudji, Pierre Perret, Anne Sylvestre...



1963
01 Saint Tropez Blues
02 Tumbleweed

Face A1 : Tu fais semblant (Michel Jourdan - Danyel Gérard)
Face A2 : Les vendanges de l’amour (Michel Jourdan - Danyel Gérard)
Face B1 : Mary Ann (E. Marnay - Harlan Howard)
Face B2 : Les jeunes filles (Michel Aubert)

Face A1 : Blowin’ in the wind (Bob Dylan) - 2’47
Face A2 : Flora (Lili of the west) (Stookey - Travers - Mezzetti) - 3’20
Face B1 : House of the rising sun (Traditionnel, arrangement Alan Price) - 2’32
Face B2 : Banks of the Ohio (Traditionnel) - 3’00
Crédits
complémentaires : Accompagnement : Jacques Igelin (sic)
Orchestre direction : André Popp


Face A1 : Qu’est-ce qui fait pleurer les filles (What makes little girls cry) (Eddy Marnay - B. Crewe - B. Gaudio)
Face A2 : Mais si loin de moi (He’s so near) (Bernard Michel - Jean & Don Thomas)
Face B1 : Au coeur de l’automne (Michel Jourdan - Armand Canfora)
Face B2 : L’amour en fleurs (Michel Jourdan - André Popp)

1964
Tracklist:
Face A  
1. Viens sur la montagne
2. Qu’est-ce qui fait pleurer les filles
3. L’amour qu’il fera demain
4. La tendresse
5. La tour de Babel
6. Après toi qui sait
Face B :
1. Un amour qui s’est éteint
2. La plage
3. Les noces de campagne
4. L’arbre qui pleure
5. Blowin’in the wind
6. Les vendanges de l’amour
Crédits
complémentaires : Arrangements et orchestres: André Popp et Jean Claudric
Guitare: Jacques Higelin

http://ti1ca.com/8lh32a8p-MALA-MALA.rar.html

JEAN NOEL DUPRE



Jean-Noël Dupré est un chanteur et auteur-compositeur français, né le 14 juin 1946 et décédé le 21 mars 2008.

l fallait fêter la libération, les parents du petit Jean-Noël ne pouvait rater cette occasion, et c'est neuf mois plus tard, que le splendide bambin se dépliera, le 14 Juin 1946, pour être plus précis.

Chantait t'il déjà dans son berceau, l'histoire ne le dit pas, mais très jeune il eut le virus de la chanson. A 14 ans il répare des lampes à la SNCF, mais après sa rencontre avec René " Julie-la-Rousse " louis LAFFORGUE, il se présente au conservatoire de la chanson de MIREILLE.

L'année 1965, le verra user ses fonds de culottes sur les mêmes bancs qu' Hervé CRISTIANI, Françoise HARDY, Alice DONA, Yves DUTEIL, Claude LEMESLE ou Pascal SEVRAN.

Sa brillante participation au " Jeu de la chance ", émission assurée sur l'unique chaîne de télévision, par Roger LANZAC, sera à peine éclipsée par celle, de la beaucoup moins célèbre Mireille MATHIEU.
En 1970, sort son premier vinyl 45 tours chez VOGUE, " L'homme du musée de l'homme "qui obtient un succès d'estime. Suivront deux autres, dans la même société, qui resteront très confidentiels.
Il passe au cabaret LA CHANSON GALANDE (chez Jacqueline Dorian) Rue Galande (5ème)

Il faut dire que les textes décalés, empreint d'une grande sensibilité, ne sont pas très en " vogue ", face à la grosse artillerie, qui ces années là ira de " L'aventura " de STONE & CHARDEN, à " J'ai bien mangé, j 'ai bien bu " de TOPALOFF, en passant par " Je m'éclate au Sénégal ", par MARTIN-CIRCUS. Cette dernière allusion n'est pas gratuite, car l'on retrouvera bientôt le clavier de cette formation en bonne place dans l'univers du sieur DUPRE.

BARCLAY flairant le potentiel comique de ce " GAI-LURON " déguindé, aux allures de potache, va lui faire enregistrer coup sur coup, après la parution d'un 45 tours ou l'on retrouve la plume de Pierre VASSILIU, une reprise étonnante de " Y'a d'la joie" de Charles TRENET. Chanson pleine d'allant au demeurant, qui par la grâce de notre chanteur, est fredonnée sans énergie, totalement au second degré.

Le contre emploi complet, qui fera dire à l'auteur, paraphrasant son propre surnom, " Voici le mou chantant ! ". On surprendra même Georges BRASSENS, à l'interpréter, en l'imitant un soir dans sa loge.

Parallèlement il écrit pour d'autres chanteurs ou chanteuses, telle Françoise HARDY, qu'il avait rencontré sur les bancs du petit conservatoire, RICET-BARRIER qui l'y avait précédé, MIREILLE elle-même pour qui il écrit deux splendides textes, sur son dernier 33 tours.D'autres chansons iront vers Marie LAFORET, Gérard PALAPRAT, et plus tard Dick RIVERS.
Il participe également au spectacle "Les zygomatiques" de Ricet-Barrier". Il continu de pousser ses couplets de cabaret en cabaret, avec la nonchalance qu'on lui connaît.


Tracklist:
Album 2007 Faut les sortir,les filles
01 Faut les sortir les filles
02 Cette photo
03 Je sais tout ça mais je l'aime
04 Mauricet
05 C'est un peu tard
06 Quand de là-haut
07 Si tu l'avais connu
08 T'es pas malin



45 tours 1972/1975
01 Chez nous
02 After shave
03 ça me rappelle les vacances
04 Y'a d'la joie

http://ti1ca.com/ynshmbuq-JNDU-JNDU.rar.html

JEAN RENARD



Jean Renard (né à Provins le 4 décembre 1933) est un auteur-compositeur français.
Né à Provins, en 1933, Jean Renard se passionne très tôt pour la musique. Il apprend l’harmonica, le pipeau, la clarinette et le piano. Après avoir abandonné ses études, à l’âge de seize ans, il aide son père dans l’entreprise de peinture que possède sa famille. À cette époque, il compose sa première chanson, intitulée initialement Roseline. Il la montre à l’éditeur Rudy Revil, qui à son tour la donne à un chef d’orchestre allemand. Finalement, la chanson tombe entre les mains de Brenda Lee, qui l’enregistre sous le titre de Losing you (parolée par Carl Sigman). En français, la chanson devient Connais-tu ?, par Tino Rossi, puis Colette Deréal, ou encore Mon ange par Maria Candido.
 
Pendant son service militaire, vers 1954, il fait office de chef d’orchestre. Une fois libéré, il devient photographe, puis monte à Paris. Il intègre un orchestre et devient chanteur lorsqu’il doit remplacer celui de l’orchestre. Pendant cette période,  il écrit également des chansons, signant à la fois paroles et musiques. Sur les conseils d’un ami, il va voir Rolf Marbot, qui travaille pour les éditions Méridian. Suite à un rendez-vous manqué avec Dalida, l’éditeur lui suggère de chanter ses chansons lui-même.
C’est ainsi qu’à l’ère du yé-yé, il passe des auditions dans diverses maisons disques. Finalement, en 1960, il est engagé par Polydor, où il enregistre deux disques sous le nom de Big Twist. Comme le succès tarde à venir, le compositeur-interprète reprend son vrai nom, dès 1961. Il chante dans divers cabarets dont la Tête de l’Art et Chez ma cousine.
Il représentera la France au festival de Knokke,lui aussi.

En 1963, grâce à l’éditeur Francis Dreyfus, Françoise Hardy enregistre Le premier bonheur du jour, une chanson d’abord destinée à Brigitte Bardot. Colette Deréal enregistre alors À la gare Saint-Lazare, Ceux qui s’aiment depuis longtemps, Un ange et Le tyrolien, tandis que les Les Compagnons de la Chanson chante Le clown et l’enfant triste. Parmi ses premiers interprètes, on remarque aussi les noms de Mathé Altéry (Quand on s’aime), Nancy Holloway (C’est pas comme ça, Vas-y, mais vas-y donc), Yolanda Lisi (Ce n’est pas ça l’amour), Eddy Mitchell (Tu vas rentrer chez toi, 1964), Monty (Ça te fait rire) et John William (Répondez-nous Seigneur, En suivant notre amour).

Il a écrit de très nombreux succès de la chanson française.Il met en musique une chanson intitulée Par amour par pitié, ayant l’intention d’en faire son prochain disque. Mais, Francis Dreyfus insiste pour que la chanson soit interprétée par une grande vedette. Le compositeur exige que cette grande vedette soit Johnny Hallyday. Le hasard veut que Sylvie Vartan entende la chanson la première et en tombe littéralement amoureuse. Elle l’enregistre donc, en 1967, et demande au compositeur de devenir son directeur artistique.  Il écrit à la chanteuse de très nombreuses chansons parmi lesquelles Deux minutes trente-cinq de bonheur qu'elle chante en duo avec Carlos en 1967, La Maritza en 1968 et Le roi David. À la même époque, il se tourne vers un autre artiste incontournable de la chanson populaire Claude François, pour qui il compose également en collaboration avec Gilles Thibaut cinq tubes : Dans une larme (1967), Pardon (1967), Après Tout (1968), Petit Jésus (1969), Timoléon (1976) et également un autre titre écrit en collaboration avec Eddy Marnay Mon mensonge et ma vérité (1972).

Johnny Hallyday enregistrera également des compositions de Jean Renard dont l'un de ses plus grands succès Que je t'aime en 1969. Jean Renard écrit pour Johnny Hallyday et Sylvie Vartan le duo J'ai un problème en 1973.

45 tours
1960
1 Allez
2 Connais-tu...
3 Sache bien
4 On s'en fout
 
1 Jouez trompettes
2 Lutins et lunettes
3 Quand je sors de ma coquille
4 Tout ça c'est du vent

1961
1 Sainte Marie
2 Les couleurs de l'amour
3 Tant qu'il y aura
4 Toi qui rêvais

1962
1 En suivant notre amour
2 Le temps de la sérénade
3 Un moral de plomb
4 Faisons la paix

JULIEN BOUQUET



Julien Bouquet, né au XXe siècle, est un auteur-compositeur et chanteur français.
Il a écrit et composé de nombreuses chansons pour des artistes populaires, comme Édith Piaf (Je sais comment 1958), Simone Langlois, Yvette Horner, Mireille Matthieu, Gloria Lasso, Régine...

45 tours
1956
Face A1 : Le bon dieu (J. Bouquet - J. Lioret - P. Vecheuil)
Face A2 : Jo de Saint-Malo (J. Bouquet - J. Lioret - R. Dauchy)
Face B1 : Il a neigé sur Hawaï (J. Bouquet - J. Lioret - R. Dauchy)
Face B2 : Frédo (J. Bouquet - R. Dauchy)

1957
Face A1 : Ciel gris
Face A2 : Au coeur de Paris
Face B1 : Adieu été
Face B2 : Soirée de gala

Face A1 : Hello, cow-boy !
Face A2 : Paille
Face B1 : Histoire de dés
Face B2 : Quand on s’est mariés
       
Face A1 :       Et... La polka
Face B1 :       Un drapeau flottait

http://ti1ca.com/yttjab3m-JRJB-JRJB.rar.html
les2 en 1

JACQUES BOYER



Jacques Boyer, né le 18 février 1936 en Charentes, est un chanteur, auteur-compositeur, acteur français.
Il passe son adolescence à Bordeaux, et débute dans la chanson  vers l'age de 16 ans pendant ses études.

Jacques rencontre Georges Coulonges dans un studio de radio, ou ils travailleront ensemble, la meme année il entre au Conservatoire d'art Dramatique.

Jacques s'installe a Paris au début des années 1960, et se produit dans plusieurs cabarets, où il rencontre Christine Sèvres, elle lui présente Jean Ferrat.
Jacques devient le meilleurs ami de Jean Ferrat, une amitié sans faille de plusieurs dizaines d'années vient de commencer, ils ne se quitteront plus dans leurs activités professionnelles.
Georges Coulonges écrit des chansons pour Jacques. Plusieurs tournées sont organisées dans toute la France. Jacques devient pensionnaire à part entière de "L'Orée du Bois", "La Tête de l'Art", "Ma Cousine", "L'Échelle de Jacob", etc.
En 1964, Jacques participe au Concert Pacra avec Barbara puis, deux années de suite à Bobino avec Lenny Escudero et ensuite avec Jean Ferrat. La même années, il joue en tant qu'acteur, puis Roger Leenhardt lui confie le rôle principal de son film "Une fille dans la montagne" aux côtés de Caroline Cellier, Giani Esposito et André Luguet.
En 1966, il est en tournée avec Jean Ferrat, Francesca Solleville, Dupont et Pondu, Yvan Labéjof, Jean-Paul Hubert.
Ensuite, il est devenu régisseur général de Jean Ferrat, puis administrateur de ses tournées, notamment sur les deux spectacles au Palais des sports de Paris, du 29 janvier au 8 février 1970, et en octobre 1972, puis sur les derniers contrats de Jean, en 1973.

En 1971, Jacques Boyer quitte Paris, s'installe à Antraigues sur Volane en Ardèche, comme son ami Jean Ferrat, qui y vit de 1964 à 2010.

Il a mis en scène le spectacle de sa fille Natacha Ezdra, consacré à Jean Ferrat : "Natacha Ezdra chante Jean Ferrat - Un jour futur". Ce spectacle produit par Edito Musiques et Christine Hudin, a été créé à Antraigues sur Volane en décembre 2009 avec la complicité de Jean Ferrat et de plusieurs amis musiciens.

" j’ai découvert des artistes qui chantaient parfois depuis longtemps, des gens magnifiques, au talent remarquable, mais que le grand public ignore totalement car ils ne sont jamais passés régulièrement dans aucun média."
Jean Ferrat

1962
Face A1 : Deux enfants au soleil (C. Delecluse - Jean Ferrat)
Face A2 : Le petit curé (Marc Fontenoy)
Face B1 : Les prénoms de Paris (Jacques Brel - G. Jouannest)
Face B2 : La poussière aux doigts (Luce Klein)

Face A1 : Gondoli, gondola
Face A2 : La chasse
Face B1 : Qu’il était laid
Face B2 : La marche des souliers vernis

1963
Mon vieux

CORINNE MARCHAND



Corinne Marchand, née Denise Marie Renée Marchand le 4 décembre 1937 dans le 10e arrondissement de Paris, est une actrice et chanteuse française, rendue célèbre par le film d'Agnès Varda : Cléo de 5 à 7 (1962).
Élève de cours dramatiques, elle est d'abord chanteuse et meneuse de revues, et joue dans des opérettes. Après des petits rôles au cinéma, Agnès Varda lui offre celui de « Cléo » qui la fait accéder à la célébrité du jour au lendemain. Elle a également présenté des émissions télévisées aux côtés de Jean-Claude Darnal (Jeux de Noël, le 24 décembre 1965 sur la 1re chaîne).

1961
A1 Sans Toi
A2 La Belle P...
B1 La Joueuse
B2 La Menteuse

1962
Face A1 : Garce de vie
Face A2 : Un homme (Alley cat)
Face B1 : Non, je ne t’ai pas cru
Face B2 : Mourir au printemps

Bon vent ma jolie
Nous deux (avec Georges Guétary)

SOPHIE DAREL



Sophie Darel est une présentatrice de télévision, actrice et chanteuse française, née le 1er juillet 1944 à Paris. Elle a présenté de nombreuses émissions avec Guy Lux.
Elle est formée à l’école de la comédie au Conservatoire de Paris, elle débute dans les cabarets rive gauche, où elle chante des textes de Desnos, Aragon, Prévert, etc. C’est là que Jacques Brel la remarque et décide de la faire passer en première partie de son spectacle à Bobino, avant de l'emmener en tournée avec lui. En 1971 le hasard lui fait rencontrer l’homme de télévision le plus populaire de France. Guy Lux qui, séduit par son sens de l’improvisation et sa spontanéité, lui propose d’être à ses côtés pour présenter sa prochaine émission : Cadet Rousselle. Les rendez-vous hebdomadaires de Sophie et Guy Lux durent une dizaine d’années au cours desquelles elle « fait » plusieurs fois l’Olympia : comme présentatrice et chanteuse avec Les Compagnons de la Chanson, Françoise Hardy, Stone et Charden, Michel Jonasz, puis dans un genre à l’époque totalement nouveau pour une femme : les imitations (elle fut, entre autres, la partenaire de Thierry Le Luron).

1959
Face A1 : Le bouquet blanc
Face A2 : Les poupées de Peynet (Roger Landy - Daniel J. White)
Face B1 : Quand un amour
Face B2 : Le ballon bleu

1965/1967
Mon petit panier,si tu n'en veux pas
Un ange passe
L'éternel féminin
Vingt cinq ans
Un coeur n'oublie jamais

http://ti1ca.com/hr9nc7ro-BMDA-BMDA.rar.html
les 3 dans le même lien

HERVE CRISTIANI
Récréation 1979



Hervé Cristiani, né le 8 novembre 1947 à Paris et mort le 16 juillet 2014 dans la même ville, est un auteur-compositeur-interprète français.

Il est surtout connu pour son succès populaire de 1981 : Il est libre Max.
 Au collège des Jésuites, il est cancre de la 11e à la terminale. Sa présence indispensable à la chorale a pesé en sa faveur pour ne pas être renvoyé. Il aime à dire que ses véritables études ont commencé le jour où elles se sont terminées.
Bon guitariste, il partage alors la scène avec ses amis Marcel Dadi, Dick Annegarn, Bill Deraime, Jacques Higelin, Maxime Le Forestier et consorts, tous à cette époque aussi inconnus que lui.En parallèle, Hervé Cristiani fréquente aussi Le Petit Conservatoire de la chanson de Mireille. Une forte complicité s'installe entre ces deux perfectionnistes, qui durera jusqu’à la mort de cette dernière. Cette période sera celle des premières apparitions télé et radio et dans la foulée, il sort son premier 45 tours chez AMI Records, Quand j'ai peur d'aimer / Le palais du roi, bientôt suivi d'un second avec Dick Annegarn : La femme fleur, chanson humoristique inspirée par Georges Wolinski.
Mireille l'encourage vivement à se produire dans les cabarets pour apprendre le métier.Il passera donc sur la scène de l'Ecluse en 1972 en compagnie de Pierre Louki ,Chenez et Yves Duteil. La semi-réussite commerciale de son 1er album Au pays de Mélodie pousse Polydor à produire un second album concept l'année suivante : Campanules (1976) dont le succès sera confidentiel.

En 1979, Hervé Cristiani quitte Polydor pour WEA et sort un nouveau disque, Récréation, qui comprend entre autres Madame Michu, Marylou et Le plombier, mais qui ne se vendra malheureusement pas mieux que le précédent.
Il est libre Max est une chanson d'Hervé Cristiani sortie en 1981 chez RCA sur un 33 tours portant le même titre, chanson qui deviendra la même année le titre phare du deuxième single tiré de cet album.La chanson dresse le portrait d'un être imaginaire regroupant toutes les qualités qu'Hervé Cristiani admire et qu'il prénomme « Max ».La chanson aura un succès considérable.

Tracklist:

01 Le dernier survivant Hervé Cristiani
02 Les belles manières Hervé Cristiani
03 Bazooka punk Hervé Cristiani
04 Madame Michu Hervé Cristiani
05 Mary-lou Hervé Cristiani
06 Le baba au rhum Hervé Cristiani
07 Le plombier Hervé Cristiani
08 Jefferson Hervé Cristiani
09 Gare saint-Lazare Hervé Cristiani
10 Le scaphandre rose Hervé Cristiani
11 Le pharaon Hervé Cristiani
12 Les pigeons Hervé Cristiani
13 Récréation Hervé Cristiani

BONUS Il est libre,Max 1981

et un autre album proposé par Jopo:


http://ti1ca.com/7lg2bcus-HECR-HECR.rar.html

JEAN MICHEL CARADEC
Mords la vie 1973


Jean-Michel Caradec est un auteur-compositeur-interprète français, né le 20 septembre 1946 à Morlaix (Finistère) et mort le 29 juillet 1981 à Rambouillet (Yvelines), dans un accident de la route lors de la tournée France Inter. Il est notamment l'auteur des chansons Ma petite fille de rêve, La Colline aux coralines, Ile ou encore Ma Bretagne quand elle pleut.
 il obtient un premier prix au Conservatoire de Brest.

En 1968, lors du tournage du film Goto, l'île d'amour, il rencontre à Brest le comédien Pierre Brasseur dans un restaurant où il jouait de la guitare en chantant des chansons (quartier de Recouvrance). Très touché par le talent de Jean-Michel Caradec et son répertoire original, Pierre Brasseur décide de l'amener avec lui à Paris, pour être plus ou moins le parrain de sa carrière. Jean-Michel Caradec est ainsi présenté à Lucien Morisse et Bruno Coquatrix. En 1968, il fat la connaissance de Maxime Le Forestier et de Catherine Sauvage. La même année, il rencontre les chanteuses Dominique Grange et Mannick, qui lui font découvrir l'univers de la salle de spectacle Bobino et l'aident à approfondir son travail de scène et d'auteur-compositeur.

Il rencontre l'écrivain Jean-Pierre Chabrol, qui produisait une émission TV importante de l'ORTF où il recevait des chanteurs, des acteurs, et diverses personnalités du monde du spectacle et de la culture. Par Jean-Pierre Chabrol, il fait la connaissance de Georges Brassens .

Brassens va encourager les débuts de la carrière de Jean-Michel Caradec, de telle sorte, que en 1973, Jean-Michel Caradec assure, alternativement avec Maxime le Forestier et Yves Simon, les premières parties des concerts de Brassens à Bobino. Il tournera également dans les cabarets parisiens,avec Maxime Le Forestier et Henri Tachan.Jean-Michel Caradec écrit et compose pour Marie Laforêt, Roger Mason et Francesca Solleville entre autres. il aide l'auteur-compositeur Didier Barbelivien à ses débuts, et celui-ci lui dédiera une chanson, "Caradec", et reprendra "Au château des Alouettes" en 1982.

Tracklist:
01 Mords la vie
02 Complainte pour un enfant
03 Terre des roses
04 Un petit soleil
05 Tendre Garance
06 Petites soeur des rivières
07 Les sept cavaliers
08 La course au soleil
09 Quelle histoire
10 Au chateau des Alouettes
11 Mille sarabandes
12 Epitaphe pour Brian Jones

http://ti1ca.com/0t3zx7co-JMCA-JMCA.rar.html

FRANCOIS CORBIER
Tout pour être heureux 2005



François Corbier, de son vrai nom Alain Roux, est un chanteur, auteur-compositeur, poète, musicien, guitariste, animateur de télévision et comédien français, né le 17 octobre 1944 dans le 14e arrondissement de Paris.
Orphelin de père à deux ans, il vit à Ailly-sur-Noye (dans la Somme) de l'âge de deux ans et demi à sept ans. Après quelques études, il reprend la guitare que son frère, parti faire son service militaire, vient d'arrêter. À son retour, le jeune François a déjà écrit une vingtaine de chansons ; les deux frères décident alors de tenter l'aventure du cabaret et montent un éphémère numéro de duettistes sous le nom de Gouate & Mallat en 1962. Après avoir vu Claude Serra (père d'Éric Serra) faire des « chansons flash », il reprend ce concept.

En 1964, il rencontre Georges Brassens à Bobino. Celui-ci l’écoute et l’encourage à chanter. Deux ans plus tard, il crée le « Mouvement Bichebochien » dont il est à la fois le Maître et le Disciple. Il présente un spectacle de chansons flashs, Ne nous flashons pas (40 chansons en 20 minutes). En 1967 il devient gentil organisateur au Club Med jusqu'en 1971 à Al Hoceïma au Maroc où il interprète tous les soirs dans le spectacle, la chanson qu'il a composée et qui s'intitule Allo ceïma ne raccroche pas. Il rencontre ensuite Jean-Pierre Elkabbach, qui le fait entrer à France Inter.Il passe au Port du Salut avec Jacques Debronckart , Pierre et Marc Jolivet ,Bernard Montangero entre autres.

En 1968, il sort son premier disque, produit par son ami Alain Barrière. Ce dernier lui dit un jour en plaisantant : « Méfie-toi, tu vas finir pendu ! », qui lui donne l'idée du pseudonyme François Corbier, provenant du véritable nom du poète François Villon, François de Montcorbier.

En mai 1968, il effectue une grande tournée dans les usines en grève avec entre autres Georges Moustaki et Maxime Le Forestier. En 1969, il part en tournée avec Alain Barrière, Serge Lama, Michel Sardou...
En 1970 il fait une rencontre déterminante avec Jean-Louis Foulquier dans un cabaret de Montmartre. De chanteur, il devient chansonnier. De 1970 à 1987 il se produit dans divers cabarets connus : l’Écluse, l'Échelle de Jacob, le Port du Salut, le Don Camilo, la Villa d'Este, le Caveau de la République, le Théâtre de Dix Heures. En 1975, son ami Bruno Léandri le fait entrer en contact avec le dessinateur Gotlib, par lequel Corbier devient un collaborateur occasionnel de son journal satirique Fluide glacial depuis le 5e numéro.
Après des années de cabaret, Jacqueline Joubert le remarque après l’avoir entendu au Caveau de la République. La Directrice de l'Unité Jeunesse d'Antenne 2 lui propose de l'engager en le voyant faire rire des enfants lors d'un spectacle. Il a alors 38 ans. Sa carrière médiatique est lancée grâce à l'émission Récré A2 qu'il intègre en 1982. Il devient un personnage incontournable de la célèbre émission présentée par Dorothée. Son rôle est celui du « chansonnier pour enfants ». Chaque mercredi matin, il se lance, notamment, le défi de composer une chanson en direct à partir de quelques mots choisis par un jeune téléspectateur, sa guitare en bandoulière.

Alors qu'en 1984 sa chanson Nous les mille-pattes passe inaperçue, Corbier s'impose en 1986 grâce au tube Le nez de Dorothée qui est un grand succès. Cette chanson se moque gentiment de la célèbre animatrice de Récré A2 et devient une chanson culte.
En 2001, il sort Carnet Mondain, album aux textes vifs et engagés, qui marque un tournant dans sa carrière avec un répertoire qui n'est désormais plus destiné à la jeunesse. L'année suivante, une petite salle de découverte-chanson de Lyon, À Thou Bout d'Chant, lui ouvre sa scène et l'accueille ensuite chaque année. La Baie des Singes fait de même. Corbier retrouve son public et en attire un autre, plus amoureux de chanson que de télévision.

Il s'est produit plusieurs années au Festival off d'Avignon, et a fait de multiples tournées.Il publie ensuite l'album Tout pour être heureux, en 2005. Disque contenant un duo avec Nicole Rieu (C'était le bon temps). Il effectue une grande tournée en France et à l'étranger en 2007-2008.


Tracklist:
1. Règles Bleues
2. L'apostat
3. L'arrêt Du 118
4. Fichue Journée (T'as Pas Du Sucre?)
5. La Savane
6. Belette
7. Drosera
8. C'etait Le Bon Temps
9. Verglas Blues
10. La Fée
11. Joli Monde
12. Roméo
13. Smoking Blues
14. Philosophie
15. BONUS Nous les 1000 pattes
16. BONUS Plante un jardin
17. BONUS Le nez de Dorothée

http://ti1ca.com/3ffphdbd-FRCO-FRCO.rar.html

MAURICE DULAC



Maurice Dulac, nom de plume de Maurice Georges Benaïm, est un chanteur et auteur-compositeur français, né le 9 octobre 1939 dans la Sarthe
Dès sa petite enfance, il a le désir de chanter, et d’ailleurs chante de bon cœur dès que la possibilité lui en est donnée. Pour ses 16 ans, il achète une guitare. Georges Brassens et Félix Leclerc qu’il côtoie lui donnent envie d’apprendre à en jouer. Maurice rencontre des musiciens professionnels qui l’encouragent à persévérer. Il se produit dans un petit cabaret parisien.

Théo Légitimus l’accompagne à la guitare mais son épopée tourne court puisqu’en en automne 1959 il est appelé sous les drapeaux. Il part faire son service militaire, en Algérie, vingt-neuf mois dont douze au Sahara. Au retour, ne connaissant personne, il se faufile dans ce métier aidé par sa seule chance et son désir d’être un artiste et d’en faire son métier. Il compose ses premières chansons et les interprète dans les cabarets de la Contrescarpe.

Il sera ensuite recherché pour ses talents de compositeurs,et écrira de nombreuses chansons associé à Boris Bergman.

Tracklist:
1. Libertad
2. Les bambous
3. Dis a ton fils
4. Premiere saison - Marianne Mille
5. La veuve Sylvie
6. Ouamaika
7. Ton Amerique est aussi a Paris
8. Au royaume des oiseaux
9. Les plus beaux voyages
10. Le partage des coeurs
11. On dira qu'un homme nu est mort
12. Le fusil et la rose

FLORENCE VERAN
Chante ses chansons 1955



Florence Véran, de son vrai nom Éliane Meyer (1922-2006), était une compositrice et une chanteuse française. Elle est inhumée à Pélussin (Loire).

Elle est la mère de la chanteuse Marianne Mille.
Formée au conservatoire classique, on compte à son actif de compositrice plusieurs grands succès des années 1950.
En tant qu’interprète, Florence Véran enregistra quelques titres sans grand retentissement : Mon ami le Brésilien, Mon ami Pierrot, Dis-moi, tambour (paroles de Jacques Brel, en 1957). Elle anima un temps l’émission télévisée de music-hall, La Joie de Vivre, produite par Henri Spade.

Pour la plus grande joie du public, il y a parfois des rencontres extraordinaires celles de grands chanteurs et de belles chansons : André Claveau 'Gigi', Patachou 'On m'a volé tout ça', 'Les innocents', Philippe Clay 'Le noyé assassiné', Juliette Greco 'Je hais les dimanches' etc... L'auteur de tous ces succès à un nom : Florence Véran. Dans les années 1955, elle se mit à interpréter ses oeuvres avec sensibilté et un certain succès couronné par un Grand Prix du Disque 1956 Une artiste à découvrir ou a re-découvrir.

Tracklist:
01 Les jambes roses
02 On m'a volé tout ça
03 Je hais les dimanches
04 Quand Sylvie chantait
05 Paris la nuit
06 Tu voulais
07 Panama
08 Pour rien au monde
09 On m'a donné une âme
10 Gigi
11 Au voleur

les 2 en 1
http://ti1ca.com/tslb43zr-MDFV-MDFV.rar.html

JEAN MICHEL PITON
L'homme qui avait fait fuir ses rêves 2008



Pour qui sait écouter la chanson Jean Michel PITON est un roc, une péninsule, un sommet sur lequel se juchent des mots tricotés de sens et de l’émotion comme seule une telle voix peut en produire. Mais une voix n’est rien sans celui qui la porte et celui-ci force le respect. Tout est bouleversant dans cette écriture splendide faite d’étincelles qui allument de pleines gerbes de mots.

Michel Kemper-Chorus

Sans doute une des plus belles voix de la chanson vivante…Des textes et des musiques superbes et que c’est beau quand Jean Michel PITON chante « C’est beau »

Gaspard Norito-Ouest France

Jean Michel PITON possède également ce don de renouveler les thèmes les plus déflorés par des textes très travaillés et une manière très personnelle de conclure.

Loïc Gicquel-La Nouvelle République

Jean Michel PITON est un fameux bonhomme à la voix de bronze et de grand vent, comme il en est peu. Un fraternel à la chevelure indisciplinée, à la barbe fleurie au regard droit comme un rayon de soleil…. « J’me régale » est un pur bonheur libératoire célébrant la vie à l’envie. Le reste est du même tonneau, ciselé et bourré à mitraille d’images fortes et généreuses ; mélodiquement impeccable…long chemin à l’équilibriste.

Jean Théfaine - Place Publique

L’un de nos meilleurs écrivains de chansons explore des « paysages humains » où l’on se reconnaît : à la manière d’un aquarelliste, il dépeint la géographie des sentiments. Après les tempêtes, l’accalmie .Mais le souffle est puissant comme jamais…imagination féconde, foisonnement d’images. On retrouve ici, comme à l’accoutumée son regard pénétrant, sensible à l’extrême. Mais ce qui séduit au premier abord, c’est la richesse des mélodies. Ancrées dans un classicisme épuré, ouvertes sur demain et portées avec conviction par une voix au timbre parmi les plus beaux de notre planète-chanson.

Laurent Gharibian - Je Chante Magazine

Tracklist:
01 Je suis organe de toi
02 L'homme qui avait fait fuir ses rêves
03 Le thé à ..
04 Les ritaux
05 Lepic
06 Les mouettesde Belle-Ile
07 Le cerf-volant
08 Maintenant qu'il est mort
09 Comme un gamin
10 Tristesse d'hiver
11 La scène du ventre
12 Donne-moi la main
13 Les roses

http://ti1ca.com/nfewwsym-JMPI-JMPI.rar.html

CLAUDE PARENT
N°1 1958



Claude Parent est une auteur-chanteuse française, active du milieu des années 1950 jusqu'à la fin des années 1960.
Claude Parent est particulièrement connue pour avoir été en 1967 la voix chantée de « Solange Garnier », qu'interprète Françoise Dorléac, dans Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy,pendant qu'Anne Germain était la voix de Catherine Deneuve.

Dans les années 1950, elle a souvent chanté dans les concerts de Jo Darlays, à la Bourse du travail de Lyon.

De 1955 à la fin des années 1960, elle a enregistré une dizaine de 45 tours.

En 1967, la chanson "Un piano" dont elle a écrit les paroles et Michel Legrand la musique, chantée par Colette Renard, a connu le succès.
Elle aussi fit ses classes dans les cabarets,en particulier au Cheval d'or.
1958 N°1
Face A :
1. Les marchés de Provence (G. Bécaud - L. Amade)
2. Alléluia (G. Bécaud - P. Delanoë - L. Amade)
3. L’amour hirondelle (E. Roux - C. Parent)
4. Au bois de mon coeur (du film « Porte des Lilas ») (G. Brassens)
5. Loin de vous (Only you - du film « Rock around the clock ») (J. Plante - B. Ram - A. Rand)
Face B :
1. Il y a des anges (J. Vérières - L. Gasté)
2. Le jour où la pluie viendra (G. Bécaud - P. Delanoë -)
3. Porte des Lilas (B. Nencioli)
4. Zon… zon… zon… (J. Datin - M. Vidalin)
5. Où vont les étoiles ? (E. Roux - C. Parent)
Crédits
complémentaires :
Avec Alain Goraguer et son orchestre



1955
Face B1 : Où vont les étoiles - par Claude parent -
Face B2 : Le flâneur de Paris - par Claude Parent -

1958
ace A1 : Merci (L’edera) (S. Seracini - P. Havet - P. Delanoë)
Face A2 : Mon manège à moi (N. Glanzberg - J. Constantin)
Face B1 : Garde ça pour toi (Catch a falling star) (P. Vance - Lee Pockriss - M. Vidalin)
Face B2 : Musique magique (du film « Trois petits tours » (A. Popp - H. Contet)
Crédits
complémentaires : Avec Alain Goraguer et son orchestre

1959
Face A1 : Pluie d’avril (E. Roux - Claude Parent)
Face A2 : Tant que notre amour (Gabriel Dalar - Claude Parent)
Face B1 : Cet air (Norman Maine - Claude Parent)
Face B2 : Souviens-toi (Metehen - Claude Parent)

http://ti1ca.com/7jbsvthk-CLPA-CLPA.rar.html

SUZANNE GABRIELLO
Catégorie chansons humoristiques ou parodiques



Suzanne Yvonne Henriette Marie Galopet dite Suzanne Gabriello, née le 24 janvier 1932 à Paris 18e et décédée le 9 août 1992 à Paris 13e, est une actrice et chanteuse française.

Elle est la fille de l'acteur et chansonnier André Gabriello.

Elle a été l'une des compagnes de Jacques Brel, qui écrit pour elle Ne me quitte pas, bien que ce soit lui qui l'ait quittée. Son poste de présentatrice à l'Olympia aide la montée en succès de Brel.
Elle fait principalement de la chanson comique, parodiant des œuvres d'autres artistes, tels que Charles Aznavour, Enrico Macias, Guy Mardel, Georges Brassens, Jean Ferrat, Nino Ferrer, ainsi que Pierre Perret avec le titre Les jolies colonies de la France dans lequel elle s'en donne à cœur joie sur l'indépendance de la Bretagne.

Au début des années 1960, elle forme avec Perrette Souplex et Françoise Dorin le trio Les Filles à Papa.

Au tournant des années 1960-1970, elle anime des émissions pour la jeunesse à la télévision française.
Son esprit caustique "Montmartrois" a fait son succès dans les cabarets parisiens.

1959
Face A1   Mon copain d’Espagne (Roger Riffard)
Face A2   Napoli (Roger Riffard)
Face B1   La cigarette (Roger Riffard)
Face B2   Les chats de la lune (Roger Riffard)
Crédits
complémentaires Avec André Popp et son orchestre

1960
Face A1 : La femme du chef de gare (C. Roland - M. Rivgauche)
Face A2 : Venise (Ricet-Barrier - B. Lelou)
Face B1 : Monsieur Bien (C. Pingault - F. Giroud)
Face B2 : Ah ! Qu’il était méchant (J. Grello)
Crédits
complémentaires : Enregistrement public à Bobino

1966
01 Les jolies colonies de la France
02 Votez Hein Bon
03 Mon permis au mois d'aout
04 Z'avez pas lu Kafka
05 L'orange de l'agent
06 Les comiques (écrite pour la mort de son père)
07 Que t'es triste Denise
08 N'Avoue Jamais Ce Que Tu Gagnes

http://ti1ca.com/o6c9j9vl-SUGA-SUGA.rar.html

BRUNO BREL
L'esprit de Jacques



Bruno Brel, né en 1951, est un chanteur et écrivain belge, neveu de Jacques Brel.

Ayant fait ses premiers pas de chanteur dans un cabaret bruxellois dès 1967, il "monte" à Paris en 1977, et grâce à Jacques Canetti, qui avait lancé la glorieuse carrière de son oncle, il sort son premier disque, un album 33 tours, puis un deuxième 33 tours en 1979. Suivent des tournées en France, Belgique, Allemagne et Afrique, des CD de reprises et des nouveautés, en particulier en 1998, le CD Enfin voilà. Jusqu'alors, Bruno n'avait jamais enregistré de chansons de Jacques. C'est en 1998 qu'il en inclut dans son récital qu'il produit en France et à l'étranger (Bucarest, Saint-Pétersbourg) et en 2001 sort un CD intitulé Moitié Bruno, moitié Brel, comportant 7 titres de Jacques et 7 titres de Bruno. Un CD enregistré en public lors d'une tournée au Québec en 2003, intitulé Bruno Brel ux oiseaux de passage contient 17 titres de l'oncle et du neveu tandis que les productions Canetti sortent en 2004 le CD L'héritage.


Pour célébrer les 30 ans de la disparition du Grand Jacques, la chanteuse flamande Micheline Van Hautem et Bruno Brel sortent le CD " L'esprit de Jacques ",

01 Ne me quitte pas
02 Mathilde
03 Je m'en remets à toi
04 Les flamandes
05 L'oiseau blessé
06 Paris
07 Vesoul
08 De duivel [intro]
09 Amsterdam
10 Les vieux
11 Marieke
12 Le plat pays * Mon père disait
13 Bruxelles
14 La valse à mille temps
15 Le bon dieu [instr]

http://ti1ca.com/i11mf5cu-BRBR-BRBR.rar.html

BERNARD ASCAL
Cabaret Vert 2009



Familier des chemins de traverse et les revendiquant, Bernard Ascal a toujours développé une pratique quotidienne de la musique, de l’écriture et de la peinture.
Cette dernière, présentant de fortes connivences avec le surréalisme et le pop- art, fut longtemps son activité sociale dominante.
Auteur de poèmes, de nouvelles et de chansons de sensibilité libertaire dans lesquels l’humour le dispute à la noirceur, il a créé de nombreux spectacles sur les scènes du réseau alternatif parisien.
Compositeur et interprète, Bernard Ascal mène, par des récitals et des enregistrements, tant en France qu’à l’étranger, un travail de mise en musique des poètes d’expression française du XXe siècle et contemporains. Il porte une attention particulière aux auteurs surréalites — de Benjamin Péret à Joyce Mansour — ainsi qu’à ceux de l’Afrique et des Antilles — de Léon Gontran Damas à Abdellatif Laâbi. Il a fait paraître, en 2008, sous la forme d’un oratorio, sa version du Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire.
Bernard Ascal est aussi le directeur artistique de la collection d’enregistrements sonores “ Poètes & Chansons” chez EPM.

Tracklist:
1 De l'eau, de l'eau du pain
Jean Marie Adiaffi

2Un jour qu'il faisait nuit
Robert Desnos

3 Trève
Léon Gontran Damas

4 Et nous qui...
Werner Lambresy

5 Au cabaret vert
Arthur Rimbaud

6 Perplexité
Raymond Queneau

7 Say it with music
Philioppe Soupault

8 Je songe au poète
Ousmane Moussa Diagana

9 Femme noire
Léopold Sédar Senghor

10 Mon amoureuse
Thar Djaout

11Tendresse coquillage
Le Corbusier

12 Automne
Guillaume Apollinaire

13 On ne part pas sans perdre du sang
Véronique Tadjo

14 Jazz dans la nuit
Bernard Zadi Zaourou

15 La machine Singer
René Depestre

16 Parce que j'était une grande rivière
Édouard Joseph Maunick

17 Pauvre blé
Benjamin Peret

18 Dans sainte-Pélagie
Gérard de Nerval

19 Je déclare mes crimes
Aimé Césaire

20 L'homme qui se défend
Joyce Mansour

21 Genre biographique
Max jacob`

22 Tout aux tavernes et aux filles
François Villon

23 C'est encore loin le temps des cerises
Abdellatif Laâbi

24 Terriens sans visa de séjour
Tanella Boni

http://ti1ca.com/jq7ryqjw-BEAS-BEAS.rar.html

FRANCOIS BUDET
Millésimes



François Budet est un auteur-compositeur-interprète, écrivain et poète de langues française et bretonne. Un de ses plus grand succès est la chanson Loguivy-de-la-Mer, désormais un classique de la chanson bretonne.
A 6 ans, il joue du pipo et de l’harmonica à la cime des arbres tout en surveillant les vaches de la ferme familiale. A 12 ans, il est soprano dans la chorale du collège. A 18 ans, il chante dans un groupe du genre « Les Frères Jacques », puis dans un quatuor vocal.

Il a 22 ans quand il touche pour la première fois une guitare (ça s’entend !). Puis il va, durant 8 mois, faire un tour en Algérie en même temps que Eddy Michel dont il assure, la sécurité, le temps d’un concert sous l’uniforme de la Police Militaire.

En 1965 on peut le voir en solo sur scène où il interprète ses premières chansons. Alors qu’il est O.S. chez Kodak à Vincennes où il fabrique de la pellicule photo au kilomètre, il trouve le temps de composer « Loguivy de la mer ».Il se retrouve en 1967, animateur culturel. C’est là qu’il rencontre Yves Simon, Henri Dès, Glenmor et plein d’autres…Et il chante toujours en amateur. Il est tour a tour accompagnateur de voyage, animateur de ciné-club; projectionniste et balayeur de « mille club ».

En 1968 il enregistre un premier 45 tours et en 1973, un 30 cm avec Léon Guillou.

En 1976, après avoir été viré de son boulot d’agent d’aménagement rural dans le Mené (région des Côtes d’Armor), il décide de n’avoir qu’un seul métier, auteur compositeur interprète.

Il entreprend alors de former un groupe. Certains musiciens, alors lycéens, jouent encore avec lui.

Il sort un album de temps en temps, 11 au total.Millésimes est un condensé de ses 3 premiers albums.

Tracklist:
1. Charite Business
2. Mon Enfance
3. La Guerre Est Finie
4. Un Ete Pourri
5. Babylone
6. La Fugue En Re
7. Le Gouet
8. Madeleine
9. La Lavandiere Des Meurtiaux
10. La Complainte Du Vieux Gars
11. A La Fontaine
12. Ils Ne Savent Plus
13. Ce Jour-La
14. Je Viens Diner Chez Toi
15. Mon Enfant
16. Je Veux Voir Les Etoiles
17. Vieillir
18. Ma Mie
19. Caledonie

http://ti1ca.com/76nmxmbq-FRBU-FRBU.rar.html

DENIS WETTERWALD
Mais c'est pas dieu possible 1978



Auteur, compositeur, interprète, parolier, homme de théâtre et conteur.
Chanteur puis comédien, Denis Wetterwald a écrit plusieurs pièces de théâtre (Denis Wetterwald et son orchestre, Fabienne Pascaud mon amour...) et adapté des textes d'auteurs qu’il aime particulièrement (Joseph Delteil, Alexandre Vialatte, Jorn Riel...). Critique littéraire, il collabore depuis sa création à L’Atelier du Roman (Flammarion).
Denis Wetterwald s’est tourné vers le théâtre au milieu des années 1980. Il dirige, à Candes-Saint-Martin (Indre-et-Loire), la Compagnie du Grand Désherbage (www.cie-grand-desherbage.fr). Il a également établi la Correspondance Jean Paulhan-Alexandre Vialatte, qui a paru aux éditions Julliard.
A son époque chanteur,il a fréquenté le cabaret Le Pétrin (cabaret associatif réunissant une soixantaine d'artistes, lancé par la MPT Mouffetard et dirigé par Gilles Naudin et Jack Messy puis Alain Combes ; dans la cave d'une maison en ruine -un immense pétrin au rez-de-chaussée, impossible de le sortir- : France Léa, Gilles Elbaz, Germinal, Gilles Servat, Julien Barrias, Denis Wetterwald, Patrick Denis, Jo Schmelzer....

Tracklist:
A1 Pourtant On Saimait Je Crois Assez Bien... 2:06
A2 La Saga Du Sot Fat 2:40
A3 Chanson D'amour Reçu 2:20
A4 Le Mystique Estropié (Tango Mystique) 2:45
A5 Cherche Pas Midi À Quatorze Heures 1:50
A6 Blues D'amour Déçu 4:45
B1 La Petite Paire De Josette 2:10
B2 Le Doux Délit Du Lit Défait 2:20
B3 L'avis Que J'avais Sur La Vie 2:40
B4 Tango Égyptien 2:20
B5 Chanson Du Sale Mineur 1:50
B6 Ah Que J'aimerais Jouer Du Piano 2:30

http://ti1ca.com/icqbhwqy-DEWE-DEWE.rar.html

CHRISTIAN CAMERLYNCK
Chante Debronckart 2001



Né le 19/08/1945, Christian CAMERLYNCK, originaire de Steenvoorde dans les Flandres, chante les poèmes. On ne demande pas à un comédien de réécrire RACINE ou MOLIERE mais de l'interpréter aime-t-il souligner. De même la poésie ne peut vivre que si elle est chantée.Eternel saltimbanque, bouffon des temps modernes, chanteur-comédien, citoyen du monde, Christian Camerlynck n'a pas fini de nous étonner.

Tracklist:
1. L'an 2000
2. La Religion
3. Mon Cher Député
4. A Quoi Tu Joues
5. On M'appelle José
6. Au Secours
7. Fanfan Loupiot
8. Le Boucher D'la Rue De Flandre
9. Notre Chambre
10. Je Suis Comédien
11. Adélaïde
12. La Chanson Qu'est Ce Que C'est?
13. Chantez, Chantez Voix Eraillées

http://ti1ca.com/0o93ln5o-CHCA-CHCA.rar.html

MICHELINE DAX
Les plus grands airs sifflés



Micheline Dax, de son vrai nom Micheline Etevenon, est une actrice française née le 3 mars 1924 à Paris et morte le 27 avril 2014 à Roinville-sous-Dourdan (Essonne).
Micheline Dax suit les cours de théâtre de René Simon et des cours de chant où elle se révèle être soprano. Elle débute au théâtre en 1946 avec la troupe des Branquignols créée par Robert Dhéry et Colette Brosset, dont elle fait partie trois saisons durant.Elle monte par la suite un tour de chant et se produit dans différents cabarets parisiens où elle développe ses talents de « siffleuse ». Elle participe également à une tournée avec Charles Aznavour en première partie d'Édith Piaf.Excellente siffleuse, elle enregistra tout spécialement plusieurs disques démontrant son talent supplémentaire dans cet art.
À partir des années 1950, elle entame parallèlement une riche carrière dans le théâtre de boulevard. Elle est nommée deux fois aux Molières .Très populaire à la télévision dans les années 1970 et dans les années 1980, elle est une invitée régulière des émissions de jeux, notamment Les Jeux de 20 heures, L'Académie des neuf ou Le Francophonissime.

Tracklist:
1 La Vie En Rose
2 La Javanaise
3 Stormy Weather
4 Les Feuilles Mortes
5 Stranger In The Night
6 Si Jolie
7 Les Roses De Picardie
8 Over The Rainbow
9 Le Parrain
10 Summertime
11 Syracuse
12 Nuages
13 La Ballade Irlandaise

http://ti1ca.com/cdlim9r0-MIDA-MIDA.rar.html

RICHARD GILLY
1971 Je ne suis pas un grand fermier



Richard Gilly est un auteur, compositeur et interprète français né à Sannois (Val-d'Oise) le 15 septembre 1948.
Son père était choriste à l'Opéra comique. Il passa une grande partie de son enfance, bercé par les violons de la fosse d'orchestre.

A 15 ans, il parcourt les plages de l'Atlantique avec sa guitare et vit en faisant la manche.

Artiste talentueux mais trop méconnu, il n'a sorti en plus de trente ans que 6 albums et une dizaine de SP car il préfère travailler en artisan et se produire dans les Maisons de la Jeunesse et de la Culture.
A l'âge de 17 ans, il débute dans la chanson et suit les cours d'une école d'Arts Appliqués.
En 71 sort son 1er album "Je ne suis pas un grand fermier" qui lui vaut de nombreux passages en radio et des articles élogieux dans Salut les Copains. Suivent en 72 les SP "Ma fille", dédié à sa fille Ségolène, et "L'orage".
Parallèlement, il s'adonne à la peinture, la sculpture (réalisations en ferraille) et s'occupe d'un club de tennis à Boulogne-Billancourt.
Il écrit aussi 2 SP pour sa femme Katherine Gilly : "L'amour existe"(73) et "Tu étais jaloux"(74).
Après le départ de son épouse, il enregistre les albums "Les froides saisons"(75) et "Portrait de famille" (77) produits par son ami Claude Puterflam et les SP "L'inespoir" (75) et "Va lui dire que c'est une conne"(78).
Il écrit également quelques textes pour le Système Crapoutchik.
Il réapparaît en 80 avec le SP "Cap'tain" et en 84 avec un nouvel album "Richard Gilly" d'où sont extraits les SP "Living" et "Message pour mon fils" dédié à son fils Julien.
En 86, il sort le SP "Désespérément beau".
Il fait un brillant retour en 93 avec l'album "Rêves d'éléphant"avec notamment "I Love Paris" et "Perdu en mère" sur le label Fnac Music qui disparaît malheureusement par la suite.
Après une longue absence, il revient enfin en 2002 avec son 6e album "Des années d'ordinaire" enregistré en Louisiane et autoproduit .

Son parcours, fait d'éclipses et de retours, constitue une véritable énigme.

Tracklist:
Je ne suis pas un grand fermier R. Gilly
Le migrateur R. Gilly
Le voulez-vous R. Gilly
Meredith R. Gilly
Une nuit passée au nord de San Francisco R. Gilly
Mon navire blanc, ma goélette R. Gilly
De l'amour R. Gilly
A mon père R. Gilly
La fille qui couche avec le vent R. Gilly
Le naufrage R. Gilly
La belle et son ombrelle R. Gilly
De l'amour (Reprise) R. Gilly

http://ti1ca.com/hxtjd2bx-RIGI-RIGI.rar.html

ALLAIN LEPREST
Mec 1986



Allain Leprest est un poète-parolier et chanteur français né le 3 juin 1954 dans le Cotentin à Lestre (Manche) et mort le 15 août 2011 à Antraigues-sur-Volane (Ardèche).
Allain Leprest passe son enfance à Mont-Saint-Aignan « près de Rouen » comme il le chante dans deux de ses chansons éponymes.

À 27 ans, Allain se décide à faire ses valises et quitte la Normandie pour la capitale. C'est à Ivry-sur-Seine, où il arrive grâce à Jean Ferrat, qu'il va vivre l'essentiel de sa vie, familiale et artistique.

Auteur de génie, interprète magistral sur scène dans la lignée de la chanson poétique de tradition française, souvent comparé à Jacques Brel, mais demeurant inclassable par son talent, il écrit et interprète ses propres chansons, souvent mises en musique par Romain Didier, mais aussi par Étienne Goupil, Gérard Pierron, Richard Galliano, Luis Sylvestre Ramos, Jean Ferrat, François Lemonnier, Nathalie Miravette, Michel Précastelli, Daniel Lavoie, et d'autres.

Allain Leprest est accompagné pendant près de dix ans par le pianiste Jean-Louis Beydon. Il sillonne la France, mais se produit également au-delà des frontières de l'hexagone. Il est ensuite accompagné au piano par Nathalie Miravette, de 2000 à 2011, ou par Léo Nissim, de 2004 à 2011.
Il commence à chanter dans les années 1970 dans des petits lieux de Normandie.Au début de sa carrière, il exerce divers métiers comme travailleur social ou agent d'entretien. En 1980, il va à Paris dans l'espoir de devenir parolier. Ne trouvant pas d'interprète pour ses chansons, il les chante lui-même à l'occasion de débuts dans des conditions difficiles, notamment au Caveau de la Bolée dans le quartier Saint-Germain-des-Prés. Il est hébergé, avec sa compagne Sally et ses deux enfants, par un couple d'amis d'origine rouennaise dans un deux-pièces du 15e arrondissement. Parallèlement, il publie en 1981 un ouvrage de poésie intitulé Tralahurlette (préfacé par Henri Tachan).Il éclate lors du Printemps de Bourges 1985. Il tourne ensuite partout en France dans de nombreuses petites salles qu'il n'abandonnera jamais durant toute sa carrière, acceptant spontanément et généreusement d'« essuyer les plâtres » d'une première édition d'un festival ou d'un nouveau lieu de spectacle vivant.

Il est l'ami fidèle et le porte-parole d'un véritable vivier d'artistes ivriens et d'ailleurs : Christian Paccoud, Jehan, Stéphane Cadé, Loic Lantoine, Florent Vintrigné, Yannick Delaunay, Philippe Forcioli, Alain Aurenche, Émile Sotocca, qu'Allain aimait retrouver dans les petits bars et autres lieux de spectacles populaires d'Ivry, de Paris (Le Picardie, Le Connétable, ou Le Limonaire où son ombre tutélaire continue d'irradier après sa mort…) et de la France entière. Tous ces petits lieux particulièrement affectionnés par l'artiste et dont il s'imprégnait volontiers pour en retranscrire toute l'atmosphère féconderont ses écrits. Disponible et attentif envers son semblable : ami, copain de passage, voisin…Allain Leprest fait ensuite un bout de chemin avec Saravah, la plus ancienne maison française de production musicale en activité, créée par Pierre Barouh. Deux albums studio sortent de cette collaboration. En 1986, il écrit plusieurs chansons sur des musiques de Romain Didier pour l'album Vague à l'homme d'Isabelle Aubret (Grand prix du disque 1987 de l'Académie Charles-Cros) dont Sa Montagne en honneur à Jean Ferrat.
Allain Leprest a semé des textes durant toute sa vie. C'est ainsi qu'après son décès sortent encore des albums contenant des textes mis en musique avant ou après 2011. C'est le cas pour l'album Claire Elzière chante Leprest contenant 10 chansons inédites et 4 reprises (sortie août 2014) et pour l'album de Jean Guidoni Paris-Milan sorti à l'automne 2014.

Allain Leprest n'a pas bénéficié d'une large reconnaissance des médias télévisés, même s'il est passé à plusieurs reprises dans les émissions de Pascal Sevran ainsi que dans l'émission Des mots de minuit de Philippe Lefait. En revanche, dès ses débuts, il a été très régulièrement invité à la radio par Jean-Louis Foulquier dans son émission Pollen, et par Isabelle Dhordain dans Le Pont des artistes (France Inter). Il est également très souvent question de lui sur France Culture dans les émissions de Philippe Meyer ou d'Hélène Hazéra. C'est cette dernière, ardente défenseuse d'Allain Leprest, qui a imposé au journal Libération qu'on lui consacre un jour la quatrième de couverture6.

Méconnu du grand public, Leprest est reconnu et admiré par ses pairs et par ses aînés, dont Jean Ferrat, Juliette Gréco, Henri Salvador, Francesca Solleville, Anne Sylvestre, Claude Nougaro. Ce dernier a dit de lui :

    « C'est bien simple, je considère Allain Leprest comme un des plus foudroyants auteurs de chansons que j'ai entendus au ciel de la chanson française. »

Allain Leprest aura été un auteur prolifique avec plus de 1 000 chansons écrites, mais beaucoup moins d'éditées : seules 369 de ses œuvres sont répertoriées à la Sacem.
Leprest est l'auteur de toutes les chansons qu'il a interprétées et enregistrées à l'exception de trois titres : Le P'tit Ivry de Manu Lods, Joyeux Noël de Rémi Tarrier et Melocoton de Colette Magny.
2008 : Grand Prix de l'Académie Charles-Cros pour l'ensemble de son œuvre.

Élevé par un père rétif à la hiérarchie et une mère catholique, Allain Leprest choisit de devenir membre du PCF. Mais il est peu enclin au jugement moral en art et son propre engagement politique ne l'empêche nullement de rendre par exemple hommage à l'amateur de bicyclette que fut Antoine Blondin, pourtant politiquement proche de la droite et de l'extrême droite, dans une chanson portant le nom de celui-ci.

Il a participé, lors de la fête de l'Humanité 2010, à l'hommage rendu à Jean Ferrat ainsi qu'à l'inauguration, en 2011, de la place portant son nom à Ivry-sur-Seine.

Atteint d'un cancer des poumons, Allain Leprest, en rémission, se suicide le lundi 15 août 2011 à Antraigues-sur-Volane (Ardèche) où il était en vacances.

Le 23 août 2011, il est, selon son souhait, inhumé au cimetière Monmousseau à Ivry-sur-Seine.

Quelques jours avant son suicide, Allain Leprest a transmis à Francesca Solleville un texte intitulé Des impairs pour un impair qu'il lui a fait promettre de chanter. Francesca Solleville en a cité quelques mots à l'occasion de ses funérailles : « ni épitaphe, ni rature, saluez les morts d'amour ». Cette chanson figure dans le disque La Promesse à Nonna (2012).

Tracklist:
    Mec
    Bilou
    J'ai peur
    Édith
    Good Bye Gagarine
    Dans le sac de la putain
    Y a rien qui s'passe
    La Retraite
    On était pas riches
    Hölderlin Strasse
    Le Bateau espagnol
    La Kermesse
    La Dame du dixième

http://ti1ca.com/eqsrzz50-AL86-AL86.rar.html

CLAUDE LOMBARD
Jacques Canetti présente Claude Lombard 1969



Claude Lombard est une chanteuse, comédienne, adaptatrice et directrice artistique de doublage belge. Elle est principalement connue en France pour avoir interprété de nombreux génériques de séries d'animation dont la plupart ont été diffusées sur La Cinq.
Fille d'une chanteuse de cabaret et d'un père musicien, Claude Lombard baigne très jeune dans le monde de la musique. Elle apprend le piano et la guitare, compose des chansons puis s'inscrit à l'Institut national supérieur des arts du spectacle de Bruxelles.Elle s'installe à Paris où elle écrit la musique de la comédie musicale Attention fragile pour Anny Duperey et Bernard Giraudeau.
Elle est abordée par Jacques Canetti qui décide de lui faire enregistrer un disque sous son label.
Elle tourne également dans les usines en grève avec Jean Vasca .Dans les années 80 elle a aussi été choriste pour Charles Aznavour.

Ce disque à ambiance pop presque psychédélique par moment restera sans suite...et pourtant....

Tracklist:
A1 Petit Frère 2:20
A2 Polychromés 2:25
A3 Les Enfants Perles 2:18
A4 Midi 2:40
A5 Mais 2:17
A6 La Coupe 3:28
B1 Sleep Well 3:48
B2 L'Usine 2:40
B3 Les Vieux Comptoirs 2:53
B4 Les Musiciens 3:24
B5 L'Arbre Et L'Oiseau 3:05
B6 La Camarade

GERARD PIERRON
Carnet de bord 2003



Gérard Pierron, né le 14 octobre 1945 à Thouars (Deux-Sèvres), est un chanteur (auteur, compositeur, interprète) français.

Il s'est fait connaitre en mettant en musique et en interprétant les textes du poète Gaston Couté (1880-1911) dans ses deux premiers albums en 1977 et 1979. Dès le tout début des années 1980, il « s'est forgé un style ». Il est également l'un des grands compositeurs d'Allain Leprest pour lequel il a écrit plusieurs dizaines de musiques.

Ses nombreux albums, souvent à thème, relèvent de la fabrication artisanale de haute qualité. Ils sont l'occasion d'interpréter et de mettre en valeur des textes du patrimoine poétique français écrits par des auteurs plus ou moins célèbres mais toujours choisis avec soin pour la qualité de leur poésie : en plus de Couté et de Leprest, on peut citer Eugène Bizeau, Louis Brauquier (dont il a mis en musique une vingtaine de textes), René-Guy Cadou, Jean Cassou, Léo Ferré, Maurice Genevoix, André Hardellet, Emile Joulain, Jules Laforgue, Joseph Lanza del Vasto, Valery Larbaud, Jean Moiziard, Gérard de Nerval, Norge, Patrick Piquet, Raymond Queneau, Jean Richepin, Charles Trenet ou Jean Villard Gilles. Il compose le plus souvent la musique qui accompagne ces textes. Il interprète également ses propres chansons. Gérard Pierron est aussi un artiste de scène où il se révèle là encore généreux, modeste et chaleureux.

Son travail a été récompensé trois fois par l'Académie Charles-Cros.

Gérard Pierron est le père de François Pierron, contrebassiste, accompagnant le chanteur français Loïc Lantoine.

Tracklist:
01 Mon vieux bateau de 2 CV (G Pierron)
02 La ronde (Paul Fort – Jofroi)  
03 Dragues (AllainLeprest – G. Pierron)  
04 Les naufrageurs du rêve (G. Pierron – Eddy Schaff)    
05 Ca va, ça va (Jean Moiziard)
06 Il neige sur les mers (Eugène Bizeau – G. Pierron)
07 Mon seul métier d’Hoëdic (Patrick Piquet – G. Pierron)  
08 Les pêcheurs d’oiseaux (G. Pierron)
09 Falot, falote (Jules Laforgue – G. Pierron)  
10 Paroles à Robert Bastien, navigateur (Louis Brauquier –G.Pierron)  
11 Le clair petit bar (Valéry Larbaud – G.Pierron)
12  Le moulin de la Goulaine (Patrick Piquet – G.Pierron )
13 Au « terr’-neuvas des foins » (Allain Leprest – G. Pierron)
14 La mer noire (Léo Ferré)  
15 Dame ! (Jean-Marie Hupé – G.Pierron)
16 Le village englouti (Charles Trenet)
17 La maison du vent (Lanza del Vasto – G. Pierron)

les 2 en 1
http://ti1ca.com/r5369bej-CLGP-CLGP.rar.html

GUY DEMAYSONCEL
Les mots sont les oiseaux de la parole



Guy Demaysoncel, Auteur compositeur interprète, né en 1946  habite Bouguenais, commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).
« Chanteur d'écriture », une grande sensibilité se dégage de l'artiste où l'âme d'enfant reste toujours éveillée après trente années de chansons. Il est depuis longtemps installé à Nantes, passionné de cirque.Il a été programmé Chez Georges rue des Cannettes,et au Neptune,café théâtre d'Alençon.

Tracklist:
01 Les mots sont les oiseaux de la parole
02 L'invitation au silence
03 Ecrire d'aventure
04 Dame de présence
05 Vélo solo
06 Pour un songe de vague
07 Ostende
08 Le bal des apparences
09 L'épanouie
10 Il me parlait de vous
11 Aura
12 Degré d'usure
13 À l'instant de se courber
14 Le poète est vivant
15 La malencontre
16 D'un geste sans voix
17 En marge quelle heure est-il?

ROMAIN DIDIER
Promesses Promesses 1980



Romain Didier, de son vrai nom Didier Petit, né le 2 novembre 1949, est un chanteur français. Auteur-compositeur-interprète, il écrit aussi des chansons pour d'autres artistes.
Dans les années 1970, il devient pianiste de bar. Il est ainsi repéré par les éditions de Gilbert Bécaud qui lui proposent de travailler sur des orchestrations et de collaborer à la réalisation d'un album de Francis Lemarque. Cette rencontre sera déterminante pour la suite de sa carrière.

Ses premières chansons, sur des paroles de son ami et complice Patrice Mithois, sont interprétées par Nicole Croisille en 1980. Cette même année, il sort chez RCA son premier album. Parallèlement, il compose des musiques de films et de spectacles. Il remporte ses premiers succès au début des années 1980 avec ses chansons Promesses promesses et Amnésie.

En 1985, Romain Didier rencontre Allain Leprest, auteur-interprète d'une sensibilité artistique proche de la sienne, qui devient son ami et avec qui il entame une collaboration qui aboutira à la naissance de nombreuses chansons et de plusieurs albums.

Très apprécié par ses pairs, Romain Didier est régulièrement convié par certains d'entre eux à orchestrer leur travail ou à leur écrire des chansons. Il met ainsi ses talents d'orchestrateur au service de Pierre Perret ou Yves Duteil et, bien sûr, d'Allain Leprest. Il écrit pour divers artistes, tels Annie Cordy, Isabelle Aubret et l'animateur de radio Jean-Louis Foulquier en 1993 (avec Allain Leprest) ou, plus récemment, Jean Guidoni, Enzo Enzo et Kent. Il est le compositeur de plusieurs opéras pour enfants, dont Pantin Pantine, en collaboration avec Allain Leprest pour le livret et les paroles, et Pinocchio court toujours avec Pascal Mathieu.
Artiste discret, méconnu du grand public, Romain Didier est pourtant l'un des auteurs-compositeurs les plus prolifiques de la chanson française, comme en atteste la richesse de sa discographie. Il sera primé trois fois dans sa carrière par le grand prix de l'Académie Charles-Cros, en 1986 pour son double album Piano public, en 1997 pour l'album Romain Didier en concert et en 2007 dans la catégorie jeune public pour l'album Pinocchio court toujours.

Chanteur au style sobre et au talent intemporel, attiré aussi bien par le piano-voix que par le jazz richement orchestré (en témoigne en 1999 l'album J'ai noté), Romain Didier offre un répertoire teinté de poésie et d'humanisme. Son dernier album en date De loin on aurait cru des oies... est sorti chez Chant du Monde en 2011.

1. Promesses, promesses (Patrice MITHOIS / Romain DIDIER )
2. Ma chanson d'amour (Patrice MITHOIS / Romain DIDIER )
3. Toute nue dans la ville (Patrice MITHOIS / Romain DIDIER )
4. Le coeur balançoire (Patrice MITHOIS / Romain DIDIER )
5. Bizarre (Patrice MITHOIS / Romain DIDIER )
6. On vit tous en quarantaine (Patrice MITHOIS / Romain DIDIER )
7. Anvers (Patrice MITHOIS / Romain DIDIER )
8. Thriller (Patrice MITHOIS / Romain DIDIER )
9. Piano (Patrice MITHOIS / Romain DIDIER )
10. Allo mélo (Patrice MITHOIS / Romain DIDIER )

1980 - 33 t RCA / Paroles & musique n°19 n° PL37446

les 2 en 1
http://ti1ca.com/2uthf6bd-GDRD-GDRD.rar.html

JACQUES FABBRI
Chanteur humoriste



Jacques Fabbri, de son vrai nom Jacques Claude Fabbricotti, est un acteur et réalisateur français, né le 4 juillet 1925 à Paris 14e et mort le 24 décembre 1997 à Tourgéville (France).
Formé après la Libération à l'école des cabarets de la Rive Gauche, il entre en 1947 à l'école du Vieux Colombier. Il y reste deux ans avec, pour professeurs, Henri Rollan, Michel Vitold, Tania Balachova et il en sort en remportant le prix annuel dans Jean III de Sacha Guitry. Ses vrais débuts de comédien, il les fait dans Lucienne et le boucher de Marcel Aymé. Il débute au cinéma dans Les Dieux du Dimanche de René Lucot.
Jacques Fabbri a joué dans de très nombreuses pièces de théâtre et de nombreux films. Il s'est fait connaître à la télévision dans la série TV Schulmeister, espion de l'empereur , puis dans l’émission TV Tutti Fabbri diffusée sur la 1ère chaîne à partir du dimanche 13 janvier 1974, qui succédait à l’émission Le Luron de Midi.

Tracklist:
1957 Chante Raymond Queneau
Face A1 : Maigrir (Queneau - Popp)
Face A2 : La pendule (Queneau - Calvi)
Face B1 : Pauvre type (Queneau - Calvi)
Face B2 : Le repas ridicule (Queneau - Calvi)
Crédits
complémentaires : Accompagné par Gérard Calvi et son orchestre

1964 Chante Pierre Louki
01 Ah! la campagne
02 Les vieilles connasses
03 Un petit bonhomme
04 Les dinosaures

LES QUAT’ JEUDIS



Pas facile de retracer l'histoire du groupe "Les Quat'Jeudis" (quatre chanteurs), actif à la fin des années 50.A leurs débuts,ils faisaient la partie chanson au sein des sketchs de Jean Richard. Toute information à leur sujet sera la bienvenue.
Ils ont aussi enregistré les Chantefables et Chantefleurs de Robert Desnos,mises en musique par Jean Wiener,que je posterai ensuite.

"S'il faut un voeu,je forme celui que vienne la semaine de ces quatre jeudis-là,et qu'elle vienne vite,ils ne l'auraient pas volée."
Georges Brassens


1957
Face A1 : La Marine (Georges Brassens - Paul Fort)
Face A2 : Les Croquants (Brassens)
Face B1 : Colombine (P. Verlaine - Brassens)
Face B2 : Bonhomme (Brassens)
Crédits
complémentaires : Arrangements vocaux: Raoul Curet
 
Présentation : Texte de verso de pochette: Georges Brassens

Face A1 : Le planteur de rhubarbe (Pierre Louki)
Face A2 : La môme aux boutons (Pierre Louki - Jacques Lacôme)
Face B1 : Si (Louki - Lacôme)
Face B2 : Ne vous montez pas la tête (Pierre Louki)
Face B3 : La complainte des riches (Jacques Prévert)
Crédits
complémentaires : Arrangements vocaux: Raoul Curet

1958
Face A1 : Viens, viens Mad’leine (Georges Ulmer - M. Falconier)
Face A2 : Mambo java (N. Guyves)
Face B : Alors, raconte… (Gilbert Bécaud - Jean Broussolle)
Crédits
complémentaires : Arrangements vocaux: Raoul Curet

Face A1 : Le marin dans les foires (Jack Ledru - Émile Prud’homme - Georges Coulonges)
Face A2 : Hello, le soleil brille "Colonel Bogey", du film "Le pont de la rivière Kwaï" (J. Alford - Kenneth - R. Chabrier)
Face B1 : Rue de l’Abbé-de-l’Épée (Charles Aznavour - Darry Cowl)
Face B2 : Java pavane (Hubert Giraud)
Crédits
complémentaires : Orch: Daniel White

http://ti1ca.com/z9f1syeu-JFQJ-JFQJ.rar.html

LES CHANTEFABLES ET LES CHANTEFLEURS de Robert Desnos
Par Jean Wiener et les Quat'Jeudis


http://ti1ca.com/eggesf92-CFCF-CFCF.rar.html

à prendre ici:
http://chez-les-pap-s.1111601.n5.nabble.com/LES-CHANTEFABLES-ET-LES-CHANTEFLEURS-Robert-Desnos-td14992.html

PIERRE FRACHET



Pierre Frachet, né le 2 juillet 1933 à Plombières-les-Bains (88) est un parolier, interprète, romancier et scénariste français. Il est décédé le 14 janvier 2015 à L'Haÿ-les-Roses (94).
Originaire de Nancy, Pierre Frachet au début de sa carrière musicale « se produit dans certains cabarets, comme La Colombe, comme artiste de variétés ».

L'œuvre la plus connue de Pierre Frachet est la chanson Ma môme (1960), interprétée tout d'abord par Jean Ferrat et reprise ensuite notamment par Daniel Guichard pour son album Les Chansons que j’aime (1976). Pour Jean Ferrat, Frachet écrit également en 1960 L'éloge du célibat et Regarde-toi Paname.

Également interprète, Pierre Frachet enregistre lui-même Ma môme chez Odéon en février 1961, en 45 tours, et il l'interprète à Bobino .

Ma môme interprétée par Ferrat a joui d'un succès radiophonique, et « les principales stations de l'époque vont la programmer pendant des mois ». Ma môme fut non seulement une chanson appréciée du public, elle joua aussi un rôle déterminant dans l'évolution de Jean Ferrat puisque Louis-Jean Calvet écrit que: « Il y a six ans que Ferrat chantait en cabaret lorsque Ma môme le révèle enfin au grand public ». Et d'ajouter, en guise d'explication, que: « Poésie simple, familière, musique populaire, la chanson en annonce bien d'autres. [...] Les paroles de Pierre Frachet sont curieusement "ferratiennes". [...] Influence de l'auteur sur le compositeur et futur auteur? Peut-être. »

45 Tours
1961
Face A1 : La fête du travail
Face A2 : Ma femme est partie
Face B1 : Ma môme
Face B2 : Le twist de l’épouvante

1962
Face A1 : La Saint-Jean d’été
Face A2 : Il y avait sa mère
Face B1 : Le briquet
Face B2 : La salade

Face A1 : En allant à l’enterrement
Face A2 : Pour quelques cents
Face B1 : La fête des pères
Face B2 : Les play-boys

LOUISE LAVA
Les Grands Auteurs & Compositeurs Interprètes 1963



La remarquable Louise Lava a traversé comme une comète le firmament de la chanson belge dans les années 60.Elle renonça très tôt a faire carrière pour des raisons familiales.Elle enregistra ses chansons sous le nom de Louise.
Née à Gand,ingénieur de formation, elle a été révèlée par un des concours "Jours de Chance" de la RTBF.Elle a composé une trentaine de chansons d'une écriture rigoureuse,d'une grâce mélodique exquise,d'un classicisme aux lignes pures,qui heureusement ont été gravées sur disque.Elle fit quelques apparitions dans les cabarets Rive Gauche de Paris.

Tracklist:
A1 L'Album De Photographies
A2 Vocation
A3 Quand On Savait Nous Traiter
A4 Lire Au Lit
A5 Mon Printemps
A6 Le Père Lucien
B1 Au Bord De L'eau
B2 Tante Agnes
B3 Lise
B4 La Meteo
B5 Demain
B6 En Toutes Circonstances
BONUS:
13 Les libérateurs
14 Les claquettes
15 Mireille
16 J'ai tant rêvé d'être un garçon

les 2 en 1
http://ti1ca.com/koax9qmo-PFLL-PFLL.rar.html


 
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

gabuzomeuzomeu
Ce message a été mis à jour le .
En réponse à ce message posté par farfie
Grosso modo les chanteurs qui se sont positionnés en mai 1968 pour les mouvements de grève, mais c'est réducteur !
Bien sûr Dominique Grangé, Maurice Fanon (il est moins marqué politiquement, mais c'est l'archétype même ... mi-polique mi-réaliste), etc ... mais aussi ceux du début des seventies qui ont continué la lutte ... on peut apprécier l'acteur-humoriste synthétisant le chanteur Rive Gauche ... Didier Bénureau dans un sketch :

ici
C'est pas ma signature et je n'assume pas !!!
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

farfie
Ce message a été mis à jour le .
Oui il y a de ça,et puis aussi les poètes-chanteurs pas faits pour le showbizz.Je découvre à mesure,pas facile à trouver
Beaucoup de ces chanteurs étaient "fils de prolos" souvent immigrés.
Ils échappaient  à l'usine en se lançant dans la chanson ,comme Bernard Lavilliers.
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

DamNed

  Hello, farfie et les paps ! Moi qui ne me suis mise à la chanson française que (très) tardivement, je crois que je vais m'en faire un "rendez-vous de l'histoire" : si je comprends bien, il y a encore de l'aventure à suivre dans ton post, farfie   

   bravo à toi pour cette belle idée et tes posts d'anthologie à collectionner!
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

gabuzomeuzomeu
En réponse à ce message posté par farfie
Je pense aussi à Jean-Marc Tennberg qui s'illustra sur vinyle, plutôt comme "diseur" de textes et de poésies, lui venait de l'actorat, on le voit notamment dans French Cancan de Renoir en 1956.
Il fait parti de ses oubliés et est aussi mort prématurément en 1971.
Ce n'était pas un gros vendeur, mais CBS a sorti un best-of double vinyle posthume de ses textes lus en 1974, album qui est devenu un modeste collector avec une belle pochette, le mien est en parfait état de conservation ... c'est un truc que je n'ai jamais ripé .... il faudra bien un jour !!!
Rive Gauche .... tiens une boutade ... Michel Rivgauche .... mais c'est un auteur !!
C'est pas ma signature et je n'assume pas !!!
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

farfie
Hello DamNed et Gabu
@ DamNed:
Ah oui tu dis vrai,,c'est une véritable aventure,cette chasse aux chanteurs Rive Gauche.Je fais plein de découvertes,et j'espère que ça plaira aux Pap's.
Tous ces gens étaient plein de talent!

@ Gabu:
tu as raison de mettre en lumière les "diseurs" que ce soit de poésie ou comique-satyrique.Ils étaient très important dans les programmes de ces cabarets Rive Gauche.
Pour le moment je m'en tiens aux chanteurs,c'est déjà un énorme boulot....
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

jop2poj
Ce message a été mis à jour le .
CONTENU SUPPRIMÉ
L'auteur a supprimé ce message.
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

farfie
oui tout à fait,jopo
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

jop2poj
Ce message a été mis à jour le .
CONTENU SUPPRIMÉ
L'auteur a supprimé ce message.
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

jop2poj
Ce message a été mis à jour le .
CONTENU SUPPRIMÉ
L'auteur a supprimé ce message.
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

farfie
j'espère tomber dessus,un jour ou l'autre......
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

jop2poj
Ce message a été mis à jour le .
CONTENU SUPPRIMÉ
L'auteur a supprimé ce message.
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

farfie
Ce message a été mis à jour le .
Oui,un JoBolais ou un Fred...ou un Pierrem

Tu m'as demandé où je trouve tout ça,ça fait longtemps que je compile des albums dans cette optique.J'hésitais à me lancer dans cette aventure particulièrement dense,et comme dit Jacques Bertin ,peu documentée.Et puis je me suis dit que peut-être des Pap's auraient des choses à proposer ...j'ai donc amassé du stock sur ce thème que je poste à mesure....
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

lepote
Je "copie-colle" chaque nom dans deezer et je découvre.
Même les noms cités dans les petites phrases de ce post..
Il y en a certains que je n'ai pas trouvés.. Mais la plupart, je
les ai écoutés..
Et bien, je vous remercie d'enrichir ainsi ma culture musicale..
Quel plaisir !
Même si je visite d'autres blogs, c'est les paps qui me comblent le plus.
Merci !
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

farfie
mon idée était de fabriquer une sorte d'histoire de notre chanson française,quand on voit tous ceux qui l'ont animée.Je suis très contente que ça te plaise,lepote
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

Rivombroso
merci pour ce boulot de fou

je vais découvrir doucettement
y en a beaucoup a récupérer là
ah ah ah
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

farfie
Comme tu dis,Riv,un boulot de malade,et plein de découvertes à faire
J'espère que ça te plaira
Répondre | Arborescence
Ouvrir ce message en vue arborescente
|

Re: LES CHANTEURS "Rive Gauche"

jop2poj
Ce message a été mis à jour le .
CONTENU SUPPRIMÉ
L'auteur a supprimé ce message.
1234 ... 14